AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Laisser L'Été Avoir 15 Ans - Lin Jing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
I'm Lee Kang Soo;
Membre
Feat : Kim Jong Dae - Chen [EXO]

Masculin Nombre de messages : 60

Me, myself and I : 21A; Coréen, ...
Doing this and that : Pour tous, livreur pour un restaurant / En vrai, fournisseur de rêves bon marchés.


MessageSujet: Laisser L'Été Avoir 15 Ans - Lin Jing    Mer 12 Mar - 2:11

"Laisser L'Été Avoir 15 Ans" est une chanson de Claude Dubois et Natasha St-Pier.



Il faisait beau. Il faisait très beau.

Aujourd’hui sa mère ne travaillait pas alors KangSoo était parti de la maison à 9 heures et ne comptait y rentrer avant 18 heures, histoire de lui faire croire qu’il occupait ses journées. A gagner de l’argent avec un boulot légal par exemple. Il ne pouvait ni lui dire la vérité, ni lui dire qu’il ne faisait rien. Avant de dealer Kang Soo avait fait les livraisons pour un petit restaurant dans le quartier coréen de la capitale et il n’avait simplement jamais informé sa mère qu’il avait arrêté d’y travailler. C’était un mensonge pas trop compliqué vu qu’il connaissait les exigences de ce travail et aussi parce qu’il savait que sa mère n’irait jamais se promener par là bas. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de penser que même si elle ne disait rien, sa mère savait tout. Il ne comptait pas le nombre de fois où elle l’avait surpris, devinant les nouvelles avant qu’il ne les annonce. Ah, le pouvoir d’une mère.

Kang Soo ne savait pas vraiment quoi faire de sa journée. Il n’avait personne à rencontrer, pas même quelqu’un à fournir. Il avait réfléchit à aller au cinéma mais aucun film à l’affiche ne l’intéressait, surtout pour y aller seul. Il s’était baladé dans les rues ensoleillé pendant plus d’une heure déjà et il commençait à se lasser. Il avait laissé ses pas le mener là où ils le désiraient et il vit qu’il approchait d’une  allée piétonne entre deux grandes voix de circulation peu fréquentées en cette fin de matinée. Des arbres et des bancs habitaient l’espace illuminé par la lumière et Kang Soo se laissa aller sur un des bancs avec satisfaction. C’était chouette un temps pareil. Et c’était chouette de n’avoir rien à faire par un temps pareil. Il n’y avait presque personne dehors à cette heure et le jeune homme pouvait bien imaginer toutes les employés coincés entre leur bureau et leur fenêtre à attendre impatiemment la fin de la journée, l’esprit attiré par la chaleur promise par l’extérieur.

Il y avait une seule personne à part KangSoo assis sur un des bancs de l’allé. Une vingtaine de mètres plus loin à peine et Kang Soo pouvait facilement deviner sa silhouette. C’était un homme, qui devait avoir son âge ou pas loin et qui était surement plus grand que lui. Pas dur, Kang Soo n’était pas grand mais il avait quand même souvent vu plus petit que lui.


Une pensée lui traversa l’esprit. Il avait l’impression de connaitre cette silhouette. C’était pas banal. Grand et fin. Décoloré et chinois à première vue… de ce qu’il pouvait deviner de ses traits derrière ses lunettes de soleil noires qui cachait pas mal de son visage. Bon un chinois sur un banc en ville c’était quelque chose de banale, on était en ancienne Chine après tout.
Puis l’évidence le frappa.

Il le connaissait. Il connaissait ce type ! Il en était sûr maintenant. Kang Soo se redressa d’un coup, fixant l’autre presque impoliment. Il l’avait d’ailleurs assez bien connut il fut un temps. Car si cette personne était bien celle à qui il pensait alors ils avaient passés leurs années de lycée ensemble ! Lin Jing. Lin Jin et bien dis donc ! Comme ça par hasard dans une rue de l’immense capital de la CAP. Ce n’était même pas encore la CAP quand ils s’étaient connus. Il en était quasiment sûr, sa silhouette avait à peine changé, il faisait juste d’avantage homme d’adolescent. Avec Jing il avaient fait parti du même groupe de potes au lycée. Des années incroyables. Beaucoup de choses lui revenaient en mémoire maintenant. Ça semblait loin mais c’était si proche en fait. Ca faisait très peu d’année passée finalement… mais peu de temps durant lequel tant de choses s’étaient passées, tant de choses avaient changées.

Les années lycée avaient été super mais ensuite les choses s‘était vite atténuées. Kang Soo était partit en Europe juste après le lycée sans s’inquiéter de rien concernant l’avenir de ses amis. Il était vraiment partit comme un voleur quand il y repensait, n’en informant même pas des amitiés forte d’au moins trois années. Et puis une fois en Europe ça n’avait pas été mieux. Il avait déjà pas donné de nouvelle à sa mère alors en donner à ses amis… Après tous ces moments forts passés ensemble, il avait vite tiré un trait sur le lycée. Mais pourquoi en fait ? En y repensant, il adorait ses amis au lycée et il avait été si heureux à leurs côtés. Pourquoi avoir tout oublié comme ça ?

C’était vraiment un des gros défauts de Kang Soo. Partir sans se retourner, sans faire attention à ce qu’il laisser derrière lui. Qu’était devenu Jing durant tout ce temps ? Qu’est ce qui lui était arrivé ? Il ne s’était jamais posé la question en fait. Il était visiblement toujours là. Et le voilà qui profitait du soleil dans le même parc que lui. C’était un signe non ? Quelque chose avait voulut les remettre sur la même route.


Visiblement Jing ne l’avait pas vu lui. Son visage était tourné dans sa direction mais peut être qu’il dormait. Kang So ne pouvait pas en être sûr à cause des lunettes. Peut être qu’il était tout aussi surpris que lui de le voir et qu’il n’osait pas agir. Kang Soo se leva de son banc et avança doucement jusque celui de son ancien ami. Il essaya de faire du bruit en marchant sur le sol, préférant faire réagir jing à sa présence s’il dormait avant d’avoir besoin de l’interpeller mais son ancien ami ne fit aucun mouvement. Alors il s’assit à côté de lui, souriant avec sincérité.

-Jing c’est bien toi ?! Ça fait si longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lin Jing;
Membre
Feat : Huang Zi Tao [EXO]

Masculin Double face : Huan Eun Cheol
Nombre de messages : 36


MessageSujet: Re: Laisser L'Été Avoir 15 Ans - Lin Jing    Dim 23 Mar - 23:03

La chaleur des premiers rayons de soleil chatouillait sa peau nue. La sensation le fit bouger un peu, réveillant chacun de ses pores un peu trop sensibles. Il s'enroula un peu plus dans sa couette, barrant son torse dénudé et soupira dans le moelleux de son oreiller. Il mit de longues minutes à ouvrir les yeux, trop absorbé par son sommeil et le doux rêve qu'il venait de faire. La nuit était pour Jing le moment le plus doux et le plus précieux qui puisse exister. C'était dans ces nuits sombres et calmes qu'il pouvait vivre et voir. Voir et ressentir et imaginer et se créer une nouvelle vie et se souvenir de celle qui était la sienne avant. Avant Touljin, avant la cécité, avant l'accident, avant la guerre. Cette nuit il avait rêvé de ses jours dans les champs familiaux, du soleil brûlant lui mordant la peau et de ses yeux n'arrivant jamais à regarder le soleil en face. Il avait rêvé de ses amis de l'époque, courant avec lui, vêtus de leurs vêtements colorés, toute cette beauté se mêlant à la couleur paisible des champs et à l'odeur du repas que sa mère préparait. Et il avait rêvé de son doux sourire et de sa main douce posée sur son épaule alors que ses longs cheveux venaient chatouiller le bout de son nez dans une de leurs nombreuses étreintes.

Lorsque le soleil avait frappé sa peau dans sa minuscule chambre, il était encore plongé dans les bras de sa mère, savourant sa chaleur et sa beauté et c'est son sourire qui lui disait au revoir, réveilles toi, il est l'heure. Il avait d'abord cru que cette chaleur était due à la main de sa mère posée sur son bras mais elle était trop vive et trop large. C'est alors que le noir avait peu à peu repris ses droits et que l'image de sa mère se mit doucement à disparaître, ne laissant que des couleurs floues et un pincement de cœur au fond de ses yeux. Il avait papillonné un moment avant de les ouvrir, pour ne trouver qu'un vide immense. Parfois, il oubliait qu'il était malade. Parfois rêver lui faisait croire qu'il était normal et quand il se réveillait le retour à la réalité et à la cécité était dur. Ce matin faisait partit de ces matins où Jing oubliait puis soudain réalisait.

Il jura. Mais se leva.
Aujourd'hui il faisait beau, il ne voyait pas le soleil éclairer sa chambre mais il sentait sa chaleur envahir la pièce et sa lumière éclairer d'un jaune un peu plus vif ses rétines aveugles. Le soleil se faisait rare ces derniers temps à Touljin, conséquence de la pollution omniprésente ou simplement du déraillement du temps, personne ne semblait le savoir mais ce dont Jing était persuadé, c'est qu'il fallait en profiter dès qu'il pointait le bout de son nez. Il adorait le soleil et la chaleur. Ca lui rappelait sa Chine natale et la chaleur dans les champs lorsqu'il aidait ses parents aux récoltes et que la sueur venait marbrer son corps.

Il était encore très tôt mais Jing s'en fichait, il préférait sortir le matin, lorsque les rues étaient encore désertes et que les seules personnes qui déambulaient dans la ville étaient des gens cherchant le calme ou allant au travail. Dans ces moments là il était apaisé, il ne sentait plus leurs corps le frôler et n'avait plus peur de bousculer ou de gêner quelqu'un, il pouvait déambuler librement dans les rues, appréciant le vent qui s'y engouffrait et la douceur de la rosée. Jing se laissa guider en dehors de son appartement, puis de son immeuble. Lorsque le souffle du vent vint caresser son visage, un sourire vint doucement le fendre. Le soleil n'était pas encore au plus haut mais le jeune chinois pouvait le sentir au travers ses lunettes teintées. Il remonta ses dernières sur son nez avec un soupir avant de se mettre en marche.

Jing refusait toujours d'utiliser une canne ou tout autre signe qui pouvait montrer son handicap de façon extérieure. Après tout il n'était pas encore totalement aveugle et distinguer tout de façon floue était certes déroutant mais on s'y habituait et Jing avait appris, en développant son ouïe et son appréhension des déplacements d'air et de la lumière, à se créer un propre réseau de vision passant par tous ses autres sens. Aujourd'hui il avait tout de même revêtu des lunettes noires, déjà pour cacher ses yeux voilés aux yeux des passants mais aussi pour que la lumière ne vienne pas les agresser. Pas qu'il avait honte ou quoi que ce soit, mais il détestait sentir les gens se retourner ou chuchoter sur son passage, c'était plus facile, avec un temps pareil, de jouer à la fashion victime qu'à l'aveugle perdu.

Après une vingtaine de minutes à marcher au hasard de la ville, Jing se retrouva dans une allée qu'il ne connaissait que trop bien. Ses pas le menaient souvent ici sans qu'il ne s'en rende compte. Même sans voir cette rue, il savait où il était, l'odeur du pain chaud de la boulangerie à droite, le parfum des fleurs plantées entre les bancs et la façon dont la lumière venait se refléter sur les pavés abîmés. Jing s'installa sur son banc fétiche, comme à chaque fois qu'il venait ici et laissa son corps lâcher prise. Comme d'habitude il allait rester un peu plus d'une demi heure sur ce banc, à écouter les rares passants et profiter des bonnes odeurs familières puis il irait à la boulangerie, achèterait une baguette et mangerait la moitié sur le chemin du retour de son appartement. Cette petite routine était très agréable et la façon dont la boulangère l'accueillait chaque semaine le rendait toujours heureux. Mais bref, pour le moment il était là, seul sur son banc, et ça lui allait très bien. Ses yeux s'étaient fermés derrière ses lunettes et il était en train de s'assoupir lorsqu'une présence bien trop près de sa zone d'inconfort le fit sursauter. Il avait d'abord sentit les pas lourd du corps qui approchait puis sa chaleur bien trop près à quelques centimètres. Il s'était assis à côté de lui, sur son banc, et ça ne plaisait pas à Jing. Il ne le connaissait pas et n'appréciait pas vraiment qu'on le dérange si tôt le matin...

« Jing c'est bien toi ?! Ca fait si longtemps ! » Le jeune homme (Jing détermina qu'il devait avoir près de son âge suivant le ton de sa voix) se mit à lui parler comme s'ils se connaissaient. Le chinois tenta de déchiffrer l'odeur de l'inconnu, c'était en effet souvent comme ça qu'il reconnaissait ses amis, par leur voix ou leur odeur corporelle propre mais il n'arriva pas à mettre un visage ou un nom sur ce qu'il ressentait. Non, il ne le connaissait pas. Alors pourquoi ?

« Pardon ? » Il était aussi possible que l'inconnu soit une connaissance datant d'avant tout apparition de sa cécité, si c'était le cas, il était impossible pour Jing de le reconnaître par sa voix ou son odeur... « Je ne crois pas vous connaître. » Sa voix était probablement un peu trop sèche sur le coup... il s'en rendit compte après coup et se sentait mal. Parce qu'il n'y avait pas de raisons que le jeune homme à côté de lui ne connaisse son nom s'ils ne se connaissaient pas. Jing tourna son visage vers ce dernier, distinguant vaguement ses formes à travers ses lunettes et se reprit, un peu plus doucement. « Excusez moi.... mais je dois vous avouer que je ne me souviens pas de vous. »

Il ne pouvait pas lui dire qu'il ne s'en souvenait pas parce qu'il ne pouvait pas le voir. Parler de sa cécité n'était pas vraiment le meilleur moyen d'engager une conversation. Si le jeune homme le connaissait vraiment, il le saurait bien assez tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lee Kang Soo;
Membre
Feat : Kim Jong Dae - Chen [EXO]

Masculin Nombre de messages : 60

Me, myself and I : 21A; Coréen, ...
Doing this and that : Pour tous, livreur pour un restaurant / En vrai, fournisseur de rêves bon marchés.


MessageSujet: Re: Laisser L'Été Avoir 15 Ans - Lin Jing    Mer 2 Avr - 23:56



Kang Soo s’était attendu à une réaction enthousiaste. Bon peut être pas une étreinte passionnée, mouillées de larmes et bruyante dut au remerciement pour Dieu de les avoir fait se croiser mais il s’attendait à quelque chose d’un peu plus joyeux qu’à la baffe qu’il avait le sentiment de s’être pris à l’instant.

« Je ne crois pas vous connaître » avec ce ton qui lui avait semblé si agressif alors qu’il s’attendait à de la surprise heureuse, suivit d’un douloureux « Excusez moi.... mais je dois vous avouer que je ne me souviens pas de vous. »

Kang Soo, la bouche légèrement ouverte à cause du coup moral qu’il lui fallait accuser, pris quelque secondes pour répondre.

« Kang… Soo… Lee Kang Soo… On était ensemble au lycée… »

C’était forcement Jing sinon il lui aurait dit clairement. Et se prendre dans la tête que Jing, son ami Jing, avec qui il avait vécut des années lycée plutôt agréables d’après son souvenir…

Il se refaisait le film dans sa tête à 300 à l’heure. Se demandant s’il était possible qu’il ait loupé quelque chose, qu’en fait ils n’aient pas été si proches que ça que… non c’était impossible. Ils l’avaient été. Et même après tant d’années, même caché sous ses lunettes de soleil qui lui prenait la moitié du visage et malgré son évolution vestimentaire et même son subtil changement physique Kang Soo avait sut reconnaître Jing. Alors pourquoi l’autre ne le reconnaissait donc pas ? Est-ce qu’il avait tant changé que ça ?

Le lycée… ah le lycée, ça semblait si loin. Il s’en étaient passé des choses. A cette époque il n’y avait pas vraiment de questions à se poser. C’était presque agréable finalement même si Kang Soo avait passé le lycée à se plaindre du manque de liberté en fait. Maintenant il réalisait combien c’était confortable de suivre un chemin tout tracé. D’avoir des objectifs déjà définis. De n’avoir rien à réfléchir ou à évaluer. Le lycée passé il fallait choisir quoi faire. La CAP venue il fallait faire le choix dans un magasin entre des dizaines de shampoings différents… A la maison ils achetaient toujours le même qu’avant… La mère de Kang Soo ne s’en sortait pas devant tant de choix au magasin. Toute cette liberté nouvelle avec la fin du lycée et la CAP, parfois ça faisait tourner la tête. En Europe Kang Soo ne s’était pas vraiment posé la question de la liberté et du choix, c’était l’étranger et de toute façon il n’avait pas vraiment le temps et les moyens pendant son séjour de s’y intéresser. Il avait eut d’autre choses à traiter, d’autres priorités. Mais de retour chez lui… Ça avait été difficile de s’adapter à ce nouveau mode de vie. Il n’avait pas eut grand monde pour lui apprendre d’ailleurs. Sa mère fuyait ce qu’elle ne comprenait pas et ses amis… il les avait laissé au lycée.

Voir Jing lui rappelait le lycée. Ça lui rappelait les années insouciantes. Les temps gratuits à refaire le monde sans n’y connaitre rien. Les opinons qui ne valaient rien sur ceci et cela. Les prémisses de la guerre. Les premières questions d’ados. La découverte d’une sexualité fantasmée. Les premières désillusions… Les amitiés qu’on pensait éternelles.

Ils avaient fait parti du même groupe d’amis. Un groupe mouvant, qui n’avait pas été exactement le même de leur premier jour de lycée au dernier. Mais si ses souvenirs étaient exacts ils en avaient tout les deux toujours été… ou pendant une longue période commune en tout cas. A l’âge et avec les priorités et les intérêts qu’ils avaient à l’époque, ils avaient partagés beaucoup de choses avec ce groupe d’amis. Les devoirs bien sûr, tout ce qui touchait à l’école directement. Puis aussi les amusements extrascolaires, les fêtes plus ou moins innocentes. Les flirts, les moqueries d’ados… toutes ces choses qu’on fait entre 15 et 18 ans… Surement les mêmes que n’importe quel ado mais on aime toujours croire qu’on est unique et qu’on a inventé un truck. Surtout à cet âge. En fait ils n’avaient rien inventé. Mais c’était sans importance. Il s’étaient amusés, c’était ce qui comptait.

A cette époque, on rêvait encore sans se soucier du moment où viendrait notre dernier rêve.


Kang Soo ne savait plus. L’amitié. Il ne savait plus non plus ce qu’il en pensait à l’époque. Il ne savait pas plus ce qu’il en pensait maintenant en fait. C’était quoi l’amitié ? Ça vient et ça part non ? S’il n’avait pas cherché à maintenir ses amitiés, les autres n’avaient pas non plus fait de pas vers lui.

Pourquoi ça le mettait dans un état pareil ? Pourquoi ça le blessait autant ? Est-ce que c’était si grave que son ami l’ait oublié ? Ils avaient assurément tous les deux vécut beaucoup de chose depuis. KangSoo ne se souvenait pas de tous les gens qu’il ait croisé au lycée.
Ashh ça tourne trop vite dans la tête d’un homme blessé.

« Je suis assez surpris… je m’attendais à ce que tu te souviennes de moi, je n’avais pas imaginé...»

Kang Soo souffla un coup et essaya de se redonner un peu de fierté, il gonfla le torse alors que sa main allait se perdre dans ses cheveux un peu trop longs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lin Jing;
Membre
Feat : Huang Zi Tao [EXO]

Masculin Double face : Huan Eun Cheol
Nombre de messages : 36


MessageSujet: Re: Laisser L'Été Avoir 15 Ans - Lin Jing    Ven 25 Avr - 17:23


    Le destin aimait bien jouer des tours à Jing depuis son arrivée à Touljin. Il avait le don d'attirer d'anciennes connaissances dans cette ville qu'il ne connaissait même pas et à chaque fois il y avait ce moment gênant où l'autre ne connaissait pas son handicap. Il y avait aussi toujours ce moment gênant où Jing ne les reconnaissaient pas. Reconnaître des personnes qu'il avait pu côtoyer avant l'accident était impossible pour le jeune chinois, il ne pouvait simplement pas. Parfois il se disait que c'était simplement le choc post-traumatique qui avait pu lui faire oublier mais la plupart du temps il n'arrivait juste pas à identifier une personne sans voir son visage. Quand toute votre vie avait toujours reposée sur la vue et la reconnaissance par les traits du visage, vous n'avez pas pris l'habitude de relever une odeur, de relever une voix et pour vous tout est un brouillard épais.

    « Kang… Soo… Lee Kang Soo… On était ensemble au lycée… » Les mots du jeune homme qui avaient pris place à ses côtés résonnèrent dans une cacophonie insondable dans le crane de Jing. Kang Soo. Lycée. Chine. C'est la bouche grande ouverte que l'information commençait à lui parvenir et à faire remonter tous les souvenirs...

    « Kang Soo..... » Ces années d'insouciance et de sourires et souvenirs. La bande de potes sur les bords de la route, les pieds dans le vide au dessus de la rivière, parlant d'amour, d'école, de soirées, buvant, fumant, riant mais surtout, vivant. Ils avaient tout vécu ensemble, les premiers coups de cœur, les découvertes, les plus grosses conneries, les soirées de folie mais surtout ces magnifiques années. Certains étaient partis, d'autres étaient arrivés, mais Jing et Kang Soo avaient partagés toutes leurs années ensemble, impossible pour le chinois d'oublier. Ils n'avaient jamais été meilleurs amis mais ils s'appréciaient et Jing se souvient de soirées passées à discuter avec lui quand tout le monde était couché, à refaire le monde, à avoir peur de l'avenir, peur d'eux mêmes mais aussi peur du pays et de ce qui se préparait...

    « Waw..... c'est vraiment toi ?! »

    Et puis ils s'étaient tous séparés et brusquement, plus de nouvelles. Jing ne se souvient plus. Et puis après l'accident il avait oublié. En tout cas il avait mis ces souvenirs de côtés. L'amitié était à cette époque le moindre de ces soucis....« Je suis assez surpris… je m’attendais à ce que tu te souviennes de moi, je n’avais pas imaginé...» Il toucha doucement son bras du bout des doigts, comme pour s'assurer de sa présence. C'était difficile à croire que par le plus grand des hasard cet ancien amis se trouvait dans la même ville que lui actuellement et que qui plus est ils se retrouvent dans cet endroit, un matin, alors que la plupart de la ville dormait encore. Ce que cette rencontre voulait dire et ce qu'elle pouvait engendrer ne comptait pas pour le moment, c'est uniquement le bonheur de retrouver cet ami et de se souvenir qui traversait le chinois dans l'instant. Si ces yeux avaient encore été visibles, on aurait pu y voir briller une lueur douce témoignant d'un bonheur tout aussi doux.

    Sa main toujours posée sur le bras de Kang Soo, Jing se gratta l'arrière de la nuque avec un sourire gêné. « Je suis vraiment vraiment désolé de pas t'avoir reconnu... disons que beaucoup de choses sont arrivées ces dernières années et j'ai du mal à voir les choses telles qu'elles sont. Mais évidemment je t'ai pas oublié !!! » Il n'avait pas envie de brusquer les choses en lui disant de but en blanc qu'il était devenu aveugle, ça allait de toute façon arriver dans la conversation à un moment ou à un autre ! Sur le moment Jing avait vraiment envie de se laisser aller et de prendre l'autre dans ses bras mais il se retint... il avait peur que son geste soit mal venu, au final ils n'avaient jamais été aussi proches et ce n'est pas parce qu'ils se revoyaient des années après que tout allait pouvoir reprendre comme à l'époque, beaucoup trop de choses s'étaient probablement passées des deux côtés pour cela... Alors c'est avec retenue mais taquinerie que Jing se remis à parler.

    « Comment oublier Soosoo d'amour ?! » Comment oublier cet adorable surnom ? Un sourire sincère barra le visage de Jing qui avait tout oublié de sa première réaction quant à la présence de ce presque inconnu à ses côtés. « Alors, qu'est ce que tu deviens ? » Question banale, un peu trop surement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lee Kang Soo;
Membre
Feat : Kim Jong Dae - Chen [EXO]

Masculin Nombre de messages : 60

Me, myself and I : 21A; Coréen, ...
Doing this and that : Pour tous, livreur pour un restaurant / En vrai, fournisseur de rêves bon marchés.


MessageSujet: Re: Laisser L'Été Avoir 15 Ans - Lin Jing    Mar 13 Mai - 22:19




Le sentiment de soulagement quand Jing le reconnu passa vite pour être remplacé par un sentiment de joie assez violent. La main de Jing qui se posa sur son bras lui rappela la proximité physique qu’ils avaient à l’époque. Des potes au lycée, ça passe sont temps à se chercher, à se provoquer. Ça se frappe parfois. Pour un honneur vite oublié au profit des amitiés précieuses. Tout ça semblait si proche d’un coup, comme si tout remontait à la surface, juste avec ce contact.

« Je suis vraiment vraiment désolé de pas t'avoir reconnu... disons que beaucoup de choses sont arrivées ces dernières années et j'ai du mal à voir les choses telles qu'elles sont. Mais évidemment je t'ai pas oublié !!! »

KangSoo sentit la retenue qui traversa Jing mais ne s’en formalisa pas, avec tout le temps écouler c’était normal. Il se demanda brièvement quelles étaient toutes ces choses qui étaient arrivé à son ami et ce qu’il voulait dire par cette difficulté à « voir les choses telles qu’elles sont » mais il repoussa ses questions à plus tard. Ils auraient tout le temps. Il était simplement tellement heureux de revoir Jing… Il n’avait pas pensé le rencontrer comme ça, par hasard… Il s’était demander comment ça se passerait s’il croisait un ou plusieurs de ses anciens amis dans la rue mais ce qu’il s’était imaginé était finalement loin de la réalité. Ils s’étaient croisés voilà tout, et visiblement ça faisait autant plaisir à Jing qu’à lui.

Autour d’eux les choses continuaient leur court. Comme si deux personnes ne venaient pas de se croiser par hasard, par le plus grand des hasards, pour se ramener des années en arrière. Une femme promenait son chien sans leur accorder la moindre attention. Mais KangSoo ne lui porta pas non plus d’attention. Il scrutait le visage de Jing, ce qu’il en voyait en tout cas. Cherchant à lire ce qui avait changé en son ami. Des choses avaient forcément changé, tant de temps était passé. Mais Jing avait encore ses lunettes qui lui cachaient une bonne partie du visage, surtout la plus importante par laquelle beaucoup de choses se passent, les yeux. Mais ça n’était pas grave, ils avaient tout le temps maintenant. KangSoo ne pouvait pas arrêter de sourire. Il était comme envahi par un sentiment de plénitude.

« Comment oublier Soosoo d'amour ?! »

KangSoo grimaça à l’entente de ce surnom. Pas une grimasse mauvaise, plutôt une grimasse amusée. Il n’avait jamais vraiment aimé ce surnom, le trouvant un peu ridicule mais il l’avait accepté, parce qu’il portait une histoire et qu’elle lui était précieuse. Si Jing se souvenait de ça, alors tout allait bien.

« Alors, qu'est ce que tu deviens ? »

Question inévitable. En même temps, c’était le meilleur moyen de commencer. Impossible d’oublier que des années les séparaient maintenant. Rien ne pouvait être comme avant d’un claquement de doigt, il fallait reprendre certaines bases.

« Je vis toujours chez ma mère. Je travaille un peu pour occuper mon temps. Je me balade et je rencontre des anciens potes… Rien de très original. Et toi ? »

Jing aimait la musique quand il l’avait connu mais KangSoo n’osa pas lui poser la question directement. Avec les rêves d’ados, c’était trop facile de faire des gaffes. Mais il espérait sincèrement qu’il avait put faire ce qu’il aimait, et qu’il en était heureux.

Avant de laisser à Jing le temps de répondre, KangSoo céda à une pulsion et s’approcha de son ami. Il le serra dans ses bras. Pas trop longtemps, il n’était pas sûr de sa réaction. Il en avait juste eut envie. Il n’y avait pas vraiment de raison, il aurait aussi put le faire plus tôt. Mais il en avait juste eut envie parce que c’était un moment agréable, qu’il avait retrouvé un ami qui avait compté et parce qu’il faisait beau.

«  Ça me fait vraiment vraiment plaisir… C’était pas prévu, mais je suis heureux. »

Ouai… il faisait beau, c’était chouette.




Dernière édition par Lee Kang Soo le Mer 8 Oct - 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lin Jing;
Membre
Feat : Huang Zi Tao [EXO]

Masculin Double face : Huan Eun Cheol
Nombre de messages : 36


MessageSujet: Re: Laisser L'Été Avoir 15 Ans - Lin Jing    Dim 31 Aoû - 22:08

La douceur des souvenirs qui s'enveloppent autour de ta bouche. Jing se sentait bien. Il ne regrettait pas d'être sortit ce matin et d'avoir suivit sa petite routine, il avait pu retrouver un vieil ami. Tout en retenue mais tout de même très excité intérieurement, le jeune chinois ne pouvait plus empêcher un grand sourire de se glisser sur ses lèvres. Il voulait rattraper le temps perdu.

« Je vis toujours chez ma mère. Je travaille un peu pour occuper mon temps. Je me balade et je rencontre des anciens potes… Rien de très original. Et toi ? » Kangsoo ne semblait pas avoir changé, il avait toujours cette façon très agréable de parler, ça avait toujours été quelqu'un de confortable aux yeux de Jing. Avant qu'il ne puisse répondre à sa question, des bras vinrent s'enserrer contre son corps, le prenant totalement par surprise. Il eut un petit mouvement de recul, surpris, avant de laisser sa main se poser doucement contre le dos de son ami. Sa chaleur contre la sienne, celle d'un ami d'autrefois, ça lui faisait du bien.... même si l'étreinte ne dura que quelques secondes. C'était comme si Kangsoo avait lu dans ses gestes, lu dans son hésitation avant de se lancer lui même. «  Ça me fait vraiment vraiment plaisir… C’était pas prévu, mais je suis heureux. »

'Moi aussi je suis heureux' avait-il envie de lui répondre, mais les mots restaient coincés dans sa gorge. Peut être parce que ce n'était pas totalement vrai. Il était heureux de le revoir mais était-il heureux en général ?

Jing s'était beaucoup renfermé depuis son accident, il avait changé de bien des façons depuis l'époque du lycée... De l'extérieur il était toujours ce garçon joyeux et sociable, ce bout en train qui ne refuse jamais une sortie entre amis mais au fond, il était blessé. Son passé le hantait, le dévorait et envahissait jusque ses restes de rêves. Tout ce qui touchait au passé il avait essayé de l'oublier, de le cacher tout au fond pour ne jamais s'en souvenir et ne pas souffrir. Mais parfois, tout remontait d'un coup, comme aujourd'hui. Revoir KangSoo l'avait replongé dans cette période de sa vie qu'il avait effacée. Les bons comme les mauvais moments, les rires comme les pleurs, l'espoir comme la peur.

« Moi aussi ça me fait plaisir de te revoir ! J'aurais jamais pensé que ça puisse arriver aujourd'hui ! » Jing détourna le visage, laissant son dos reposer contre le dossier du banc. Il étira ses bras derrière sa nuque, laissant le soleil tout juste levé venir le frapper. Il cachait son angoisse dans sa voix assurée et son allure décontractée. « Il se passe pas grand chose pour moi non plus, je bosse en journée et joue de la musique de temps en temps dans des bars... rien de bien passionnant comme tu peux le voir. » Un soupir s'échappa de sa bouche avant qu'il continue. « Mais te rencontrer a déjà rendue ma journée plus excitante !»

Il ne mentait pas.
Peu importe qu'il se souvienne des mauvais moments passés, il lui restait toujours les bons souvenirs pour prendre le dessus. Et il lui restait toute sa vie pour en faire des nouveaux encore plus beaux.
*

*désolé c'est vraiment nul et court mais puah, j'étais vraiment pas inspirée... mais fallait que je te réponde sinon je l'aurais jamais fais lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I'm Contenu sponsorisé;

MessageSujet: Re: Laisser L'Été Avoir 15 Ans - Lin Jing    

Revenir en haut Aller en bas
 

Laisser L'Été Avoir 15 Ans - Lin Jing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kusha Kusha :: The capital ; TOULJIN :: » Zhōngxīn { 中心-