AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 the grey room

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
I'm Cheng Han Ru;
Membre
Feat : Hang Geng

Masculin Nombre de messages : 27

Me, myself and I : Chinois de 23 ans, En couple depuis peu mais rien de sérieux.
Doing this and that : Etudiant en architecture spé aviation & Intérimaire

Dreams and illusions : «I was drunk again, causing accidents. And I think you know... That I've hardly slept, since the night you left. And no, he's not a friend, he's nothing. Keep the nightmares out, give me mouth to mouth. You don't recognise me anymore, but I can't live without ya, take me to your house. Take me home»


MessageSujet: the grey room   Ven 7 Mar - 20:04

Ce n'était pas de la douleur. ni un ras-le-bol à proprement parler. Pour n'importe qui le connaissant, sa aurait pu caractériser un état dépressif de sa part. Pourtant, il n'en était rien. C'était juste... L'apathie. Cet état habituel dans lequel il était plongé la plus part du temps. De plus en plus ses temps si. Pourtant, sa allé bien avec Hyeonie. En apparence. Sa allait bien aussi avec Lu... alors? Alors quoi? Peut être juste le poid du mensonge qui devenait trop lourd. Sa arrivait quelque fois. Quelque fois. En se moment, c'était souvent, beaucoup trop souvent pour sa santé mentale.

Il ferma les yeux, et entrepris de prendre de grande bouffé d'air. De cet air infâme et pollué qui s’infiltré par les volets entre-ouvert de son minuscule appartement. Il se leva mollement, et ouvrit grand, s'affalant littéralement sur le rebord, regardant scintillé les lumières de la ville...

- Tu devrais dormir Ru.

La voix était basse, calme, presque comme une musique à ses oreilles... d'ailleurs n'était ce pas le cas. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres, il acquiesça vaguement, la tête toujours posé sur le rebord de la fenêtre. Les lumières de la ville était tellement violente. Le bruit insoutenable... et l'odeur. Rien était comme là bas. Rien.

- Ru...

La voix c'était rapproché. Il acquiesça encore en silence, même s'il sentait l'exaspération monter dans la voix. Peut être un peu d'inquiétude aussi? Il se releva, se tourna pour faire face. Faire face...

Le corps plutôt petit, des cheveux court aux longues pointe. C'était lui. Lui, le vrai, et pas cette pâle et médiocre copie que tenter de faire avaler Chae à qui voulais l'entendre. Lui c'était Lu. Leurs honte, leurs secret. Chae pouvait feindre le corps, elle ne pouvait recréer le coeur. Lu avait se regard... Ce mélange de douceur et de quiétude, cette sérénité, comme les vieux sage... Han ru ne pus s’empêcher de sourire.

- Hyung, je suis adulte, je peu me coucher quand je veux.
- Tu travail se soir non?

Le brun hocha vaguement de la tête, s’avançant dans la pièce, cherchant rapidement du regard sa tenue. Qu'elle casquette allait il porté aujourd'hui? Caissier? Non, se soir il serait livreur de ramen. Encore. Mais se serais plus tard, plus tard dans la nuit. Pour l'instant il voulait juste, profiter du moment présent... Juste, se laisser allé à se perdre encore plus dans les abysses de son mensonge. ...Non. non. dans ses rêves, dans ses rêves il pouvait ouvertement crier la vérité.

- Hyung. Hyung tu apparais dans les rêves de Chae?

Il ne prit pas la peine de se tourner, mais il pouvait très bien imaginer l'expression du garçon. Perplexe, souriant, résigné.

- Je ne sais pas. Je vis dans ton rêve actuellement, Ru. Je suis ici pour toi.

Un autre sourire apparus. Plus résigné celui ci. Presque douloureux. Oui, mais cette douleur était agréable à sentir, quelque fois, dans cette vie vide qui était dorénavant son quotidien. Il enfila rapidement la chemise réglementaire de son boulot, avant de s'affaler sur le lit. Levant la tête, il fit signe à Min Lu de le rejoindre. Le garçon obéis. Il s'assit à ses côté, sans rien dire de plus. Ils ne disait pas grand chose. La plus part du temps, ils évoquait le passé, les bons moment. "tu te rappel quand... et quand...". Et les images défilait devant leurs yeux, presque... Non, totalement réel. Et l'odeur acre de la ville se transformait en un printemps chaud dans leurs campagne natale. Et le sentiment de vide laissait place à un bonheur si vif, si brulant, qu'il en était douloureux. Comme glissé une lame sur un bras nu. Doucement, de plus en plus profondément... Une douleur nécessaire. Parce que dans se monde, il vaux mieux ressentir la douleur que rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twitter.com/inneBUCK
 

the grey room

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kusha Kusha :: Wonderland ; DREAM TIME :: » Confie moi tes rêves-