AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
I'm Park Ha Neul;
Membre
Feat : Eun Ji

Nombre de messages : 42

Me, myself and I : 21 yo; Célibataire; anciennement coréenne.
Doing this and that : Etudiante en sociologie; vendeuse dans un supermarché et militante professionelle.


MessageSujet: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Ven 28 Fév - 19:08


On disait souvent un peu partout que cette nouvelle génération était perdue. Un peu paumée, sans réellement de repères. Elle n’avait pas réellement vécue de révolutions qu’elle aurait portée elle-même, elle n’avait pas vécue dans un climat de revendications qui auraient pu les préparer intellectuellement à un tel changement. Cette génération avait simplement subie tout cela sans broncher, sans aucune arme pour se prémunir de ce qui allait les attendre. Elle se retrouvait coincée entre un ancien monde, qui avait ses propres équilibres et ses forces, et un nouveau dans lequel il était difficile de se retrouver à présent. Rien d’étonnant à ce que les gens ne puisse plus rêver. Les gens sont complètement faibles et plus le temps passe, plus ils deviennent les esclaves d’une oligarchie omnipotente, de l’argent.  Cela passe par une guerre qu’ils n’avaient pas choisie, pour des intérêts qui les dépassaient de très loin. Un pôle économique important qui pourrait rivaliser avec les Etats-Unis et l’Europe.  Est-ce que cela concernait réellement la majeure partie de la population au point de les embrigader dans une guerre, de traumatiser toute une génération de jeunes gens ? C’est ce qui la poussait à faire ce qu’elle faisait. C’est ce qui la poussait à vouloir que les gens se réveillent enfin et reprennent les commandes de leurs propres vies. C’était un travail long et laborieux. Les gens ne voulaient pas forcément se réveiller. Rester dans leurs petits quotidiens les arrangeaient souvent bien plus que de prendre les armes contre leurs tyrans.

C’est un fait et elle venait tout juste dans essuyer une fois de plus les conséquences. C’était la première fois que cela lui arrivait. Il était interdit dans la CAP de promouvoir la révolution contre le pouvoir en place, de faire de l’agitation comme ils appelaient ça. Après tout les autorités avaient tout de même appris quelque chose de toutes ces guerres. Après chacune d’elles, il fallait désarmer la population afin qu’elle ne se soulève pas car à coup sûr, celle-ci le faisait à chaque fois. Or pour cette guerre, les armes, mêmes intellectuelles, ne leurs avaient jamais été acquises. Et ce qu’elle faisait c’était bien ça, les armer politiquement et intellectuellement. Militer dans la clandestinité n’était pas de tout repos, les résultats n’étaient souvent jamais à la hauteur de l’investissement. Ce soir-là, la jeune fille avait diffusé des tracts de son organisation concernant directement les ouvriers de cette usine. Comme à chaque fois, elle montait très vite dans le bus tandis qu’un de ses collègues était lui déjà dans le bus, et diffusait à toutes les personnes entrant dans le véhicule le prospectus. Cette démarche était toujours bien accueillie par les ouvriers, bien moins par le chauffeur de bus. Celui-ci la voyait faire déjà depuis plusieurs mois et ce soir-là, il réagit. Il sortit du bus et la prit par le bras en la descendant violemment du bus. Aussi petite et légère était-elle, elle ne pouvait se permettre de baisser la tête et de s’enfuir. Elle ne se laissa pas impressionner, ce qui énerva certainement encore bien plus le conducteur. Après plusieurs insultes, bousculements et alors qu’elle restait accrochée à sa place, il en vint aux mains. Elle s’accroupit machinalement suite au second coup au visage qu’il lui avait porté et il en profita pour lui attraper les cheveux afin de la trainer plus loin. Elle resta un moment ainsi. Son collègue ne pouvait pas venir à son aide, si il le faisait tout le monde saurait qu’il était lui aussi un militant et il risquait encore bien plus qu’elle. C’est la raison pour laquelle elle resta sur place, encore tremblante de colère. Le bus partit ainsi tandis que la pluie se mettait à tomber. Elle ne réagit qu’après plusieurs minutes et se releva en époussetant ses genoux écorchés. Elle ramassa les tracts lentement et soupira en fermant les yeux pour reprendre ses esprits. Très mauvaise journée décidément. Elle marcha lentement en ramenant son sac à dos sur ses épaules, le regard dans le vague.

Qu’est ce qui pouvait bien se passer dans la tête de tous ces gens qui ne voulaient pas ouvrir les yeux ? Tous ceux qui la prenaient pour une folle. Elle aurait voulue une vie plus simple aussi, elle aurait voulue ne pas souffrir de tout cela. Seulement, elle ne pouvait pas faire l’autruche maintenant qu’elle comprenait enfin tous les mécanismes de la société dans laquelle elle vivait. Elle voulait se porter garante d’une société future, une société meilleure. Pourtant elle restait profondément encrée dans celle-ci. Ha Neul voulait, pour ce soir, ne plus penser à rien.
Elle s’assit machinalement à l’arrêt de bus et releva la tête pour regarder le ciel assombri par la pluie et se mordit la joue. Il fallait qu’elle se change les idées… Dans un long soupire, elle se laissa à dire à haute voix dans sa langue maternelle :

« … Quel temps de merde. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lee Kang Soo;
Membre
Feat : Kim Jong Dae - Chen [EXO]

Masculin Nombre de messages : 60

Me, myself and I : 21A; Coréen, ...
Doing this and that : Pour tous, livreur pour un restaurant / En vrai, fournisseur de rêves bon marchés.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Sam 1 Mar - 0:49



Celui là, c’était l’un des pires. Toujours en état de manque bien avancé quand il l’appelait. Les yeux rouges et fatigués, prêt à glisser sa main dans la poche de Kang Soo pour aller récupérer lui-même les pilules. Il fallait toujours rester assez éloigné, répéter plusieurs fois que c’était l’argent d’abord. A chaque fois, dès les pilules en mains, il s’éloignait rapidement, surement pour consommer au plus vite. Kang Soo se dit que vu son état quand il l’avait vu une demie heure plus tôt à peine, il avait du lutter contre le manque pendant pas mal de jours avant de craquer et de l’appeler. Alors c’était ça. Lutter pour ne pas être faible, lutter pour rester maitre de son corps… mais finalement c’est le manque qui gagne et on appelle son fournisseur en le suppliant de faire vite. Kang Soo avait répondu à la demande évidement. Celui là lui achetait toujours une quantité non négligeable. C’était une rentrée d’argent importante. Alors bien sûr il ne manquait jamais le rendez-vous. Une clientèle ça se fidélise, quitte à aller à l’autre bout de la ville. D’ailleur il préférait aller à l’autre bout de la ville, dans des coins qu’il n’avait pas l’habitude de visiter. S’il venait à être découvert… Il n’imaginait pas la tête de sa mère qui ignorait encore qu’il était possible de ne plus rêver si elle venait à découvrir toute cette arnaque et la place de son fils dedans.
Il avait été soulagé une fois la transaction faite. La tension était redescendue, il avait retrouvé sa tranquillité intérieure. La toute première fois où il avait fait un échange, il avait été tellement angoissé, tellement effrayé d’avoir été contaminé par l’absence de rêves par ce simple contact qu’il en avait pas dormit la première nuit, trop inquiet de ne plus rêver pour arriver à s’endormir. Ironique. La deuxième nuit il s’était réveillé en sursaut au milieu d’un cauchemar. Un mauvais rêve, mais un rêve. Et puis à force, l’angoisse diminuait… mais elle était toujours là. L’angoisse qu’à force de fréquenter ceux qui ne rêvaient plus, il attrape cette horrible maladie. Et que ses rêves s’en aillent pour ne plus revenir. Ca risquait d’arriver un jour non ? Qu’est ce qui détermine qu’on rêve ou qu’on ne rêve plus ? Kang Soo était effrayé. Pourtant il continuait de dealer. Parce que c’était de l’argent facile. Et que KangSoo ne voulait produire aucuns efforts. Il se trouvait un peu lâche pour le coup.
C’était pas les rêves en soit qui étaient précieux. Non ça il s’en fichait. Ses rêves… il s’en souvenait rarement, et il préférait vivre des choses réelles que des illusions. Non ce qui l’effrayait c’était juste de ne plus se maitriser… C’était juste ça. Tout bêtement ça. Que quelqu’un d’autre, qu’autre chose, décide de ses humeurs pour lui. Décide de ses besoins, de ses priorités. Hors de question. La maitrise de soi… Kang Soo voulait être son seul maitre. Il avait trop de choses à vivre pour se laisser dominer pour une connerie pareille. Parce que de ce qu’il avait vu, ne plus rêver c’était choisir entre rêver artificiellement et s’en rendre dépendant mais rester debout, ou perdre sa raison de vivre et ses couleurs jours après jours. Il semblerait qu’une vie sans rêve ne soit pas vraiment possible. En tout cas pas une vie sans rêve heureuse… Peut importe il ne voulait pas expérimenter, il voulait juste continuer à rêver.

Kang Soo était assis à l’arrêt de bus depuis une dizaine de minutes, le bus ne devait pas passer avant au moins autant de temps. Il n’était pas pressé de toute façon, il n’avait rien à faire et il n’y avait personne à la maison puisque sa mère travaillait jusque dix-huit heures. Heureusement, le banc sur lequel il était assis se trouvait sous un abri car en dix minutes, la pluie avait commencé à tomber.
Son regard fut attiré par une jeune femme qui avançait doucement vers l’abri bus malgré la pluie fine qui lui tombait dessus. Ses vêtements étaient un peu débrayés, et ses cheveux en bataille, victime en plus de la pluie. Quand elle arriva à sa hauteur elle ne sembla même pas le voir et s’assit sur le banc à côté de lui. Elle devait être bien perdue dans ses pensées. Kang Soo remarqua des marques sur son visage. Elle s’était battue avec quelqu’un ? Ca se bat une femme ? Kang Soo s’apprêtait à se désintéresser d’elle et à plonger dans ses propres pensées alors qu’elle levait les yeux vers le ciel mais l’entendit prononcer dans une langue qu’il connaissait bien :

« … Quel temps de merde. »

KangSoo hésita. Est-ce qu’elle lui parlait ? Elle n’avait rien fait qui laisse penser qu’elle avait même réalisé sa présence. Il fut tenté de l’ignorer. Mais elle avait parlé et si elle s’adressait vraiment à lui ce serrait très impoli de ne pas lui répondre. Ce n’était pas dans les habitudes de Kang Soo d’être impoli. Il pouvait être maladroit mais pas impoli. Il devait répondre à cette jeune femme. Au pire, si elle n’attendait pas de réponse, alors ça serrait l’occasion de débuter une conversation… Après tout, elle n’avait pas l’air méchante, ni en manque de pilule et prête à se jeter sur lui. La main de KangSoo se serra inconsciemment dans sa poche contre un sachet avec quelques pilules qu’il avait encore dans sa poche. Et puis elle avait peut être besoin d’aide, elle s’était faite frappée non ? Hésitant, Kang Soo lui répondit, assez fort pour qu’elle l’entend même sans s’y attendre :

« Est-ce que vous allez bien ? Vous avez l’air d’avoir pris un coup… »

Il avait tenté de dire ça avec douceur, il ne voulait pas qu’elle se sente agressée par sa question, ou qu’elle ait l’impression qu’il se mêlait de ce qui ne le regardait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Park Ha Neul;
Membre
Feat : Eun Ji

Nombre de messages : 42

Me, myself and I : 21 yo; Célibataire; anciennement coréenne.
Doing this and that : Etudiante en sociologie; vendeuse dans un supermarché et militante professionelle.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Lun 3 Mar - 19:47


Les souvenirs de son ancienne vie étaient tout ce qu’il lui restait. C’était comme si une coupure s’était faite entre sa vie d’avant et maintenant, tout avait changé. Son pays, ses amis, sa ville, sa situation. Ce n’était même plus de la nostalgie. C’était parfois un réel poids quand elle y pensait, alors elle avait tout simplement fait en sorte de tout oublier de son ancienne vie. Elle ne répondait plus quand sa mère l’appelait, elle ne cherchait parfois plus à parler en coréen et se limitait à sa concierge. C’était une manière pour elle de faire table raz de sa vie d’avant, de tout recommencer à zéro. Cette fois-ci elle comptait faire les choses comme elle le voulait, vivre pour ses convictions et ne plus se laisser contrôler par qui que ce soit et par quoi que ce soit. Ha Neul était quelqu’un d’indépendant et détestait ne plus rien contrôler. Pourtant, le soir même où elle a pris ces petites pilules, elle ne contrôla plus rien. Jamais elle ne l’avouera, jamais elle ne le dira. C’est sa honte personnelle, peu de personnes savent cette faiblesse bien que chaque jour il lui devint de plus en plus difficile de le cacher. Difficile de le cacher aux autres mais encore plus de cacher son addiction à elle-même. Ha Neul est devenue très forte en ce qui concerne les mensonges à présent car il est très difficile de cacher aux gens qui l’entoure qu’elle a des sautes d’humeurs. Jamais Ha Neul n’avait eu l’impression de ressentir le manque… Elle pensait de ce fait, contrôler toutes ses prises de pilules, ne le faire que de façon très rare, comme elle aurait bu de l’alcool par exemple.

Elle regarda la pluie tombée, lentement. Elle ne pensait plus à rien, regardait juste l’eau glissé le long de l’abris de bus et le bruit que chaque gouttes faisaient lorsqu’elles retombaient lourdement sur le bitume. Rien n’était apaisant ici. Il faisait sombre, froid, humide et les voitures faisaient un bruit atroce à chaque fois que leurs roue traversaient une flac d’eau. Il y avait également une trentaine de personnes passant toutes les vingt secondes, parlant beaucoup trop fort pour les pauvres oreilles d’Ha Neul, La ville était tellement assourdissante qu’elle entendit à peine le jeune homme lui répondre à côté d’elle. Il lui fallut bien plusieurs seconde avant que son cerveau ne se remette en marche et comprenne l’information : il venait de lui répondre en coréen. Elle arqua un sourcil pour tourner la tête lentement vers lui et le regarda plusieurs seconde avant de sourire en comprenant ce qu’il venait de lui répondre. Elle sourit légèrement, gênée et s’ébouriffa les cheveux en se mordant l’intérieur de la joue.

« Ah ça ? C’est rien…la personne a morflé, il ne faut pas me chercher ! Enfin je n'agresse pas toutes les personnes que je vois hein!»

Elle rit légèrement gênée et se massa la nuque. Elle osa le détailler, un peu mal à l'aise, après plusieurs secondes. Il avait l’air tout aussi jeune qu’elle mais ce qui l’intéressait le plus était certainement le plaisir que faisait à son oreille d’entendre parler coréen dans un tel moment. Cela lui rappelait sa maison douillette et puis l’odeur du poisson. Etrange effectivement, pas que le jeune homme sentait le poisson mais pour elle la Corée c’était la pêche et la mer. Elle se redressa pour montrer qu’elle n’était pas du genre à se laisser frapper sans rien dire bien que quelques vingt minutes avant ça avait été le cas. En plus il avait l’air plutôt gentils et avenant. Certainement que son physique jouait beaucoup dans son côté avenant. Avouons-le, personne ne parle ouvertement à quelqu’un de repoussant.
Elle pencha la tête et osa alors lui demander.

« Tu es coréen toi aussi ? Tu viens d’où ? Moi je viens de Busan ! »

Étrangement, elle avait l’air presque excitée de pouvoir parler à quelqu’un aussi ouvertement. Cela ne lui arrivait que peu souvent de s’ouvrir ainsi mais il semblait que c’était très agréable. Ne plus pensé à ce qu’il venait de se passer, juste à la conversation qu’elle avait. Simple…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lee Kang Soo;
Membre
Feat : Kim Jong Dae - Chen [EXO]

Masculin Nombre de messages : 60

Me, myself and I : 21A; Coréen, ...
Doing this and that : Pour tous, livreur pour un restaurant / En vrai, fournisseur de rêves bon marchés.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Mer 5 Mar - 23:46


Elle ne lui répondit pas. Peut être qu’elle ne s’adressait pas du tout à lui. Qu’elle ne l’avait réellement pas vue. Des passants parcouraient les trottoirs autour d’eux et les secondes qui s’écoulèrent semblèrent très longues pour le jeune homme. Il ne put cependant détacher son regard de la jeune femme. Jusqu’à ce qu’elle retourne vers lui. Finalement elle semblait l’avoir entendu. Elle le regarda un moment. Ca le gêna. Puis quand elle se mit à se toucher les cheveux, il se dit qu’elle devait l’être aussi. C’était bête, d’être gênés tous les deux.

« Ah ça ? C’est rien…la personne a morflé, il ne faut pas me chercher ! Enfin je n'agresse pas toutes les personnes que je vois hein!»

Kang Soo sourit, instinctivement. Il avait envie de lui dire qu’il ne la voyait pas se battre mais il se retient. Il n’en savait rien après tout. Ca pourrait la blesser. Puis elle avait des marques qui prouvaient un affrontement. Quand il avait traversé l’Europe, le jeune homme avait vu beaucoup de comportements d’hommes et de femmes auquel il n’avait pas été habitué lors de son enfance en Chine. Il n’avait pas beaucoup connut la CAP mais de ce qu’il en voyait depuis son retour, les choses n’avaient pas vraiment changé ici. En Europe il avait vu des femmes dominantes, des hommes écrasés. Quelques bagarres de femmes assez impressionnantes aussi. Il avait été frappé par une femme une fois. Il n’en était pas vraiment fier. Surtout qu’il n’avait rien fait pour mériter ça selon lui. Mais il avait vu tant de choses qu’il n’était plus surpris de rien. Alors si cette fille lui disait qu’elle s’était battue et que l’autre avait « morflé » il voulait bien la croire.
Elle voulait le rassurer quand à sa crainte qu’elle veuille lui faire du mal. Ca l’avait fait sourire encore. Kang Soo aimait bien sourire.
Elle se redressa, se tenant plus droite surement pour appuyer ses propos, illustrer sa capacité à se défendre. Kang Soo fut impressionné de sa volonté, lui qui n’aimait pas se battre. Ou peut être que ne pas vouloir était juste la traduction de la peur de perdre. Il avait toujours fuit les bagarres dans les cours de récrées et il ne savait pas vraiment ce qu’il valait à la baston. C’était un peu ridicule pour un mec digne de ce nom, non ? Et il se retrouvait face à une femme qui semblait ne pas avoir peur de se défendre, c’était assez drôle comme situation.

« Me voilà rassuré. Je n’aurais pas osé dire la vérité à mes amis, si vous m’aviez laissé des marques comme les vôtres. »

C’était une plaisanterie bien sûr. Quoi que ça aurait fait rire sa mère une histoire pareille.

« Tu es coréen toi aussi ? Tu viens d’où ? Moi je viens de Busan ! »

Oh ! Une Coréenne de Corée ! En fait ça n’était pas si surprenant. C’état même le cas de la majorité des Coréens présents dans la ville. C’était plutôt lui, l’enfant de nationalité Coréenne né en Chine et qui y avait grandit avant qu’elle ne devienne la CAP, qui était un cas rare. Il avait très peu de connaissance sur ce pays. La Corée. Il y était allé parfois en vacances avec sa mère… Il en connaissait la langue car sa mère la parlait à la maison. Fierté identitaire. Après tout elle aussi était Coréenne mais avait était élevée en Chine. Elle n’avait jamais changé sa nationalité et l’avait transmit à son fils, Kang Soo, à sa naissance. Puis après il y avait eut la CAP et maintenant la question ne se posait plus de la même façon. Seul son accent, pouvait démarquer Kang Soo des Coréens venus de Corée.

« Je suis coréen mais j’ai toujours vécut dans cette ville. Des histoires de géographie familiales un peu complexes et pas très intéressantes… Je n’ai pas trop connus la Corée en fait… »

Kang Soo sourit encore, mais c’était un sourire gêné cette fois. Il aurait bien aimé parler de la région dont il venait, de son appartenance territoriale, de sa fierté d’émigré… Mais non il ne pouvait pas. Il était un enfant de Chine en fait. Mais depuis la CAP, il n’était plus un étranger, et ça avait changé certaines choses. Ça lui faisait plaisir de rencontrer quelqu'un qui venait de la Corée, cet ancien pays qui avait été son pays sans l'être. Un pays dont il ne connaissait presque rien... Elle elle le connaissait. KangSoo en oublia tout, le type en manque, les pilules dans sa poche, l'inconnu... il était juste content d'être là à cet instant.

« Tu as vécut longtemps là bas ? BuSan… c’est vers où ? Il fait chaud ? Tu aimais vivre là bas ? Tu- » Kang Soo s’interrompit la bouche ouverte, avant de la refermer. « Pardon, enthousiasme identitaire… »

Cette fois c’est lui qui porta sa main à ses cheveux.

Quand il sentit leur présence, ils étaient déjà proches d’eux. Kang Soo tourna la tête vers le groupe d’homme qui vient se poser entre la route et l’abri de bus, en face d’eux. Ils étaient quatre. C’était assez impressionnant. Quarte jeunes gens visiblement déterminés pour leur cause debout face à eux deux, bien plus jeunes et assis… Ca ne sentait pas bon. L’un d’eux renifla. Kang Soo se fit vite son idée. Mais il ne les connaissait pas, peu probable qu’ils lui réclament quelque chose à part de l’argent pour aller se fournir ailleurs.
Qu’est ce qu’il avait fait de mal pour mériter ça ? Le groupe s’agitait en face d’eux, menaçant mais ne parlait pas encore. Ou peut être qu’il avait réfléchit trop vite et qu’ils ne leur voulaient rien de mal ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Park Ha Neul;
Membre
Feat : Eun Ji

Nombre de messages : 42

Me, myself and I : 21 yo; Célibataire; anciennement coréenne.
Doing this and that : Etudiante en sociologie; vendeuse dans un supermarché et militante professionelle.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Jeu 6 Mar - 19:40


Ha Neul avait des souvenirs de la Corée, c’est tout ce qui lui restait d’ailleurs. Comme une sorte d’exilé elle se prenait à vouloir y retourner de temps à autre. C’était là bas qu’elle s’était formée. C’était là bas que son caractère de guerrière avait surgit. Elle se rappels de toutes ses chamailleries avec ses frères, surtout le plus jeune des deux. Ils se battaient sans cesse et plus le temps passait, plus il prenait le dessus. Une fois, déçue d’avoir encore perdue, elle se mit à pleurer pour attirer l’attention des autres. Seul son plus grand frère vint alors vers elle et la regarda, calmement, sans bouger. Bien vite, la petite fille arrêta ses pleurs et se mit à le regarder à son tour, sans réellement comprendre pourquoi il ne l’a prenait pas dans ses bras et ne grondait pas son frère. Très vite… elle comprit. Il l’a prit à part et lui répéta que si elle devait être forte et battre son frère, il fallait qu’elle ne compte que sur elle même. C’est un discours qu’elle entendit toute son enfance. Il fallait qu’elle soit deux fois plus forte que les autres hommes, moralement, physiquement mais surtout intellectuellement si elle ne voulait pas se faire écraser. C’est ainsi que son caractère difficile se format. Tous les hommes étaient des sortes de concurrents pour la jeune femme. Des concurrents auquel elle devait se mesurer. Elle serait deux fois plus solide qu’eux. Cependant à présent, elle ne pouvait plus l’être physiquement, bien sûr. Très vite elle compris que la nature avait doté les femmes d’un handicap majeur : leurs physique. Face à de telles constatations il fallait bien sûr trouver d’autres moyens de se défendre. Ce qu’elle avait trouvé quelque part. C’était ces souvenirs qui lui rappelait qui elle était et qui elle devait être. C’était une pression constante sur ses épaules, mais n’était-ce pas le lot de toute femme ?

La jeune femme ne faisait que très rarement totalement confiance aux personnes qui l’entouraient. Il fallait qu’elle soit sans cesse sur ses gardes, c’était le jeu. On ne faisait que lui répéter que si elle osait seulement dire quelque chose de ses activités, cela pourrait tout détruire… L’organisation, les militants mais surtout les travailleurs qui leurs faisaient confiance à eux. Alors elle ne faisait que rarement confiance. Elle n’osait jamais aller trop loin dans ses propos. Pourtant à l’instant, le simple sourire de KangSoo semblait… la rassurée. Il avait quelque chose de sympathique et d’attendrissant ce jeune homme. Elle ne connaissait pas son nom mais cette simple conversation, ce simple fait de parler sa langue maternelle, l’apaisait. Les souvenirs de la Corée n’étaient pas tous joyeux mais elle ne voulait pas les laisser prendre le dessus sur ceux qui l’étaient.
Elle arqua un sourcil lorsqu’elle l’entendit lui dire qu’il n’aurait sût comment faire si elle lui avait laissé de telle marque. Une remarque qui l’a fit bien sûr rire alors, hochant la tête… effectivement ça ne devait pas être évident à avouer à ses amis.

Elle le détailla alors en l’entendant lui poser toute sortes de questions, ne rencontrant que peu de personnes ainsi et dans ce genre de questions.. Ce qui était plutôt agréable. Elle ne rencontrait que peu de coréens et encore moins de coréens ne connaissant pas l’ancienne Corée. Elle avait tellement envie de lui racontée son pays natale, ses marchés, ses plages, ses villes, ses gens… Son sourire ne pouvait disparaître de son visage. Elle rit légèrement en l’entendant ainsi déballer toutes sortes de questions auquel elle aurait pourtant répondu avec plaisir. Elle voulu lui répondre mais remarqua le groupe de jeunes gens qui se rapprochèrent alors d’eux, fronçant les sourcils. On pouvait voir à un kilomètre que ces mecs là étaient louches ce qui ne fit que se confirmer lorsqu’ils se rapprochèrent plus encore. Elle en oublia de lui répondre, les regardant simplement avec méfiance. Ils étaient habillés comme des petites frappes, un peu bourgeois mais voulant se donner des airs de voyous. C’était bien ce qui l’énervait le plus. Des garçons qui avaient certainement tout pour réussir, une jeunesse dorée, qui tombaient dans la drogue parce qu’ils n’avaient plus rien à faire de leurs journées. C’était avec eux qu’elle avait le plus de mal à parler lorsqu’ils essayaient de parler aux jeunes en sortant des lycées. C’était eux les plus intégrés au système. Elle regarda autour d’elle pour essayer de voir s’il y avait des gens à proximité mais il n’y avait plus personne. Elle tourna la tête vers KangSoo en se mordant l’intérieur de la lèvre. L’un deux pris la parole en s’adressant à eux.

« Hey les deux là, vous auriez pas deux trop biftons à nous passer ? Puis toi t’aimerai pas qu’on défigure ta copine ? »

Elle ne put empêcher un rire sarcastique sortir de sa bouche, ils lui paraissaient tellement ridicules à parler ainsi et à lancer des menaces en l’air. Ils devaient vraiment être pressés. Elle se leva alors face à lui, tenant son regard longuement avant de lui passer une main entre les jambes violemment, lui tenant ses parties intimes d’une main de fer.

« Et toi du con tu tiens à ça non ? T’aimerais pas que je l’ai broies hn ? »

Elle continua de serrer un peu plus fort en le regardant dans les yeux, ses autres copains ne sachant quoi faire de peur qu’elle ne réponde à sa propre menace. S’il y avait bien une chose qu’elle détestait c’était les hommes qui voyaient les femmes comme des objets. « TA » copine… et puis quoi encore, si elle était défigurée, le problème était bien pour elle dans tous les cas… Enfin le propos n’était même pas là. Elle regarda une seconde KangSoo pour finalement donner un coup de genoux entre les jambes au jeune homme prenant très vite le poignet de KangSoo en lui demandant de courir.

Ce n’était pas comme si ce genre de choses ne lui étaient jamais arrivées. En réalité, ça lui arrivait tout le temps. Quand vous êtes une femme, il faut s’attendre à vous faire aborder ou agresser à tous les coins de rues. C’était une constatation. Les deux seuls choix qui se présentaient à ces femmes étaient donc, d’avoir peur et de se cacher… ou d’apprendre à se défendre comme on pouvait. Elle avait choisi la deuxième. Pauvre KangSoo… il n’avait certainement pas eu très envie de se retrouver dans une telle situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lee Kang Soo;
Membre
Feat : Kim Jong Dae - Chen [EXO]

Masculin Nombre de messages : 60

Me, myself and I : 21A; Coréen, ...
Doing this and that : Pour tous, livreur pour un restaurant / En vrai, fournisseur de rêves bon marchés.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Ven 7 Mar - 1:20


Ça la faisait rire son petit enthousiasme identitaire. Tant mieux. Les gens ris quand ils sont à l’aise généralement. Et Kang Soo était content de cette rencontre gratuite et non prévue. Depuis qu’il était revenu au pays, Kang Soo n’avait pas vu grand monde. Deux années loins de ses habitudes c’était beaucoup. Les amis continuaient leur vie et s’habituaient à ne plus nous inclure dans leur vie. Ainsi même si vous revenez avec le plus grand enthousiasme du monde, avec l’envie et la certitude de pouvoir retrouver votre vie et vos amis d’avant, et bien ça n’est pas possible. Ce n’est pas comme ça que ça se passe. Les gens en deux ans ont continué leur vie, ils ont changé de gouts, ils ont changé de fréquentations, ils ont grandit tout simplement… Kang Soo aussi avait grandit mais il avait fallut se rentre à l’évidence que si dans sa tête le monde s’était figé en son absence, la réalité était toute autre. Rien que parce que ces deux dernières années avaient marquées le début de la CAP en tant que nouvel état, chose qu’il n’avait pas vécut en interne. Chose qu’il devait intégrer à vitesse grand V depuis son retour. Si à la maison les choses avaient repris comme avant, le chien en plus, hors de la maison les copains ont continué leur vie… Ce n’était pas simple à accepter. Kang Soo avait eut du mal au début. Les choses n’avaient pas reprises où elles s’étaient arrêtées. Une fois exclus les amis qui avaient profité de l’opportunité de la CAP pour tenter l’aventure ailleurs, il y avait aussi ceux qui avaient continué leur vie sans lui, et qui n’avaient plus besoin de lui. La relation ne pouvait pas reprendre, tout était à reconstruire. Mais les gens n’ont pas toujours envie de se réinvestir pour redécouvrir une personne. En deux années Kang Soo avait tellement grandit, tellement vu de choses, tellement vécut de choses… il n’était plus le même, les gens en face non plus. Il fallait faire le deuil d’un idéal et d’une relation passée. Et parfois le plus simple, qu’importe pour quelle partie, c’était la fuite. Kang Soo avait du faire face à beaucoup de fuite. Et beaucoup d‘amitié perdue ou oubliées. C’était dur. Parfois ça le déchirait. Est-ce que son voyage méritait ça ? Est-ce que ça valait le coup de se retrouver seul, avec tout à reconstruire ? Oui… Oui ça le valait. Mais c’était dur.

Elle les avait surement vus avant lui, elle était orienté dans le bon sens pour ça. Kang Soo avait sentit que quelque chose n’allait pas quand elle avait grimacé en portant son attention derrière lui. Maintenant qu’ils étaient devant eux, Kang Soo voyait toute l’étendue du problème mais il ne pouvait s’empêcher d’espérer que ça n’était pas ce qu’il imaginait. Toutes ces saloperies de drogue du rêve ne pouvaient pas le suivre partout… ce n’était pas possible… Puis tous ses bons espoirs en l’humanité s’envolèrent quand l’un des membres du groupe leur adressa la parole avec une voie remplis de promesses et d’amitiés :

« Hey les deux là, vous auriez pas deux trop biftons à nous passer ? Puis toi t’aimerai pas qu’on défigure ta copine ? »

Bizarrement, la réaction instinctive de Kang Soo aurait été de se justifier. Non, elle n’est pas ma copine. Mais heureusement l’intervention rapide de la jeune femme l’empêcha de sortir cette connerie qui n’aurait rien apporté de bon à leur situation. Elle commença par rire ce qui monopolisa l’attention du jeune homme,  impressionné par le courage de la jeune femme. C’était vrai qu’elle venait de lui affirmer ne pas se laisser marcher sur les pieds mais là ils étaient quatre, il ne lui en aurait pas tenue rigueur si elle n’avait pas illustré ses paroles. Mais il la regarda avec attention et intérêt se lever pour faire face au membre du groupe qui avait pris la parole. Quand elle agrippa les parties de l’homme avec sa main, sans crier gare et au vu du visage de l’homme avec conviction, Kang Soo ne put empêcher la grimasse qui pris place sur son visage. Pas qu’elle le dégoutait, simplement en tant qu’homme et sachant ce que ça faisait que se faire serrer les parties comme ça, il ne put que se tendre en imaginant la douleur. Elle l’impressionnait en fait. C’était aussi effrayant d’une certaine façon. Décidément, cette femme là n’était pas banale.

« Et toi du con tu tiens à ça non ? T’aimerais pas que je l’ai broies hn ? »

Oh oui, c’était certain qu’il y tenait. D’ailleurs son visage déformé par la peur et la douleur l’illustrait très bien. Il n’avait plus le temps de renifler là. L’ensemble du groupe s’agitait, ne sachant comment répondre à cet acte, comment réagir. Kang Soo capta le regard de la jeune femme avant qu’elle n’envoi un coup de genou dans les parties du type souffrant. Puis elle revient vers lui pour saisir son poignet et il se laissa entrainer derrière elle, courant du mieux qu’il le pouvait.
Pas une seconde Kang Soo n’avait pensé qu’il aurait du être celui qui les avait défendus, pas une seconde il s’était dit que c’était une situation humiliante pour lui. C’était allé trop vite, et il était à des milliers d’années lumière de se faire ce genre de réflexions. Eviter les coups avant tout ressemblait d’avantage à sa philosophie que défendre les femmes. Aussi étrange que ça pouvait l’être. Il n’avait jamais été doué pour la baston de toute façon. Puis la jeune femme venait de lui prouver qu’elle n’avait pas besoin d’un homme pour la défendre. Ca l’arrangeait bien hein…
Ils parcoururent quelques trottoirs et traversèrent quelques rues avant que Kang Soo n’oblige la jeune femme à ralentir en ralentissant lui-même. Ils s’étaient bien éloigné du lieu d’affrontement maintenant et il doutait que le groupe ait put les suivre. Surtout que le beau parleur de la bande n’avait surement pas été laissé en état de suivre la cadence d’une telle course. Kang Soo ralentit progressivement jusqu’à ce qu’ils soient complètement immobilisés au milieu d’une rue piétonne et appuya sa main donc le poignet n’était pas tenue sur sa jambe pour reprendre son souffle. Tout ce sport, ça faisait longtemps ! Kang Soo se dit que ça craignait et qu’il allait devoir reprendre une activité physique. Vendre des pilules ça entretient pas l’endurance.

« Tu es vraiment une femme incroyable… On doit pas s’ennuyer avec toi ! »

Kang Soo reprenait doucement son souffle tout en regardant autour d’eux pour essayer de voir jusqu’où elle les avait entrainés. Il y avait pas mal de monde qui passait à côté d’eux dont certain les regardaient, se demandant surement ce qu’ils faisaient immobilisés comme ça au cœur d’un lieu de passage. C’était une rue piétonne et commerçante. Tous les lieux où le touriste peut dépenser son argent étaient réunis autour d’eux. Là c’était certains que leurs ex-nouveaux potes ne les retrouveraient pas, le cœur de la grande ville, le retour à l’anonymat.
Ca avait été un peu intense mais c’était chouette. Vivre enfin quelque chose qui sortait du quotidien. Se sentir vivre le temps d’une course. Au milieu de la ville qui devenait si triste à mesure que les rêves disparaissaient, c’était presqu’un cadeau cette rencontre et cette chose qui venait de se passer. Il pouvait le dire maintenant qu’il était certain de s’en sortir indemne. Il se tourna finalement de nouveau vers la jeune femme.

« Merci, t’as pas idée à quand remonte ma dernière course dans les rues de cette ville… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Park Ha Neul;
Membre
Feat : Eun Ji

Nombre de messages : 42

Me, myself and I : 21 yo; Célibataire; anciennement coréenne.
Doing this and that : Etudiante en sociologie; vendeuse dans un supermarché et militante professionelle.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Lun 10 Mar - 22:00


Dans toutes sortes de sociétés, il y a des minorités. Peu importe dans quelle partie du globe nous vivons c’est un fait. La civilisation, la répartition des tâches à grande échelle, la politique, les forces de répression… face à tous ces phénomènes, il a fallu créer des oppressés et des oppresseurs. Tout le monde pourrait être la victime, très peu néanmoins peuvent accéder au statut des bourreaux. A certaines époques, se furent les personnes ne parlant pas exactement la même langue, parfois ce furent les esclaves, parfois des communautés religieuses. Les minorités opprimés changèrent selon les époques, la plus part du temps. Néanmoins, une minorité fut toujours deux fois plus oppressée que les autres : les femmes. On l’oublie souvent car les femmes peuvent être esclaves, étrangères, possédé une religion mais leurs statut même de femmes leurs imposaient une doubles peines. Même dans la catégorie des bourreaux, elles restaient opprimées par les hommes de leurs communautés. Les choses ne furent pas toujours ainsi, et depuis quelques années dans les pays occidentaux, une émancipation de la femme fut nécessaire. Je ne veux pas dire qu’elle n’était plus opprimée, loin de là, mais après de nombreuses luttes ainsi que des nécessité économique de ce temps, on leurs donna un peu plus de liberté. De la poudre au yeux… Mais la situation des femmes en Asie était de toute évidence bien pire encore que celle en Occident. Kang Soo avait certainement dû s’en faire la remarque lorsqu’il avait vu des femmes en Europe. Plus libre, que ce soit dans leurs relation avec les hommes ou dans leurs apparitions publiques. Tandis qu’ici, dans l’ancienne Chine, les femmes restaient cantonnés dans un rôle bien particulier. Les femmes avaient bien sûr le droit de suivre des études au même titre que les hommes, pourtant lorsqu’elles avaient un travail après un certain nombre d’études, la pression sociale était telle qu’elles devaient se trouver mari et rentrer à la maison. La pression était effectivement telle, que les femmes étaient éduquées à ne rien dire à ce propos, à ne ressentir aucune injustice. Ha Neul n’en voulait pas de cette éducation. Elle savait très bien que sa mère lui demandera un jour ou l’autre si elle avait trouvé un mari à Touljin, très rapidement elle l’appellerait régulièrement pour savoir si elle voyait des hommes. Elle ne voulait pas de ça. Plus jeune, elle avait voulu être un garçon. A présent, elle voulait être une femme avec les mêmes droits que les garçons. Bien sûr ce n’était pas accepté partout, il arrivait très souvent que ses amies se posent des questions à son propos. Si elle n’était pas lesbienne ou si elle était simplement en crise d’adolescence. Le principal était que tôt ou tard, les filles comme elle devienne un exemple pour toutes les autres.

Elle avait effectivement vu venir de loin les deux garçons. Elle avait paniqué en comprenant très bien ce qui leurs passaient par la tête mais elle n’était pas prête à se laisser tabasser deux fois. Sans réellement réfléchir, elle avait réagit par instinct. C’était son grand frère qui lui avait appris à se défendre. Bon pas exactement de la même manière. Il lui avait toujours dit, avant qu’elle ne parte pour Touljin, qu’elle devait toujours regarder l’homme dans les yeux lorsqu’elle le frappait entre les jambes pour qu’il n’ait pas le temps de réagir. Il lui avait également appris qu’il fallait, si l’homme n’était pas encore à terre, lui mettre les doigts dans les yeux. C’était risquer, mais plutôt original. Enfin il y avait mille et une manières de se défendre sans avoir besoin de mesurer deux mètres et cent dix kilos, fort heureusement pour elle. Lorsqu’elle se rendit compte qu’elle courait avec son inconnu de l’arrêt de bus, elle se demanda alors ce qui lui était passé par la tête, regardant simplement en arrière quelques secondes. Puis lorsqu’elle les vit les poursuivre, elle continua à courir. Pendant combien de temps ? Elle n’en avait aucune idée. En tout cas elle le sentit bientôt ralentir, faisant alors de même dans un souffle jusqu’à s’arrêter totalement. Elle souffla sur sa frange trop longue et posa ses mains contre ses hanches pour reprendre sa respiration, le regardant alors. Elle pencha la tête pour voir la sienne, s’assurant qu’il n’était pas en train de faire une crise d’asthme ou quelque chose du genre. C’était mignon… Un vrai citadin. Il faut dire que Ha Neul était également une citadine à présent mais devoir courir avec les force de l’ordre aux fesses, elle commençait à avoir l’habitude. Lorsqu’elle l’entendit elle arqua un sourcil étonné avant de se mettre à rire. Elle ne voulait pas savoir ce qu’il imaginait à son propos… Elle espérait juste qu’il ne la voyait pas comme une castratrice de service. Elle regarda à son tour autour d’elle, découvrant le quartier pour la première fois. Touljin était vraiment une grande ville décidément…

« … Si j’ai pu t’aider à faire ton sport de la semaine j’en suis honorée ! »

Elle ricana de nouveau avant de sortir un élastique de son poignet et s’attacha les cheveux.

« Moi c’est Ha Neul et… je ne suis pas du genre à faire ça à tout le monde je peux t’assurer ! Quand t’es une fille ici, il faut juste savoir se défendre… »

Elle s’arrêta quelques seconde de parler, ramenant ses mains dans les poches de son jean et regarda autour d’elle en gonflant légèrement les joues.

« … je peux t’inviter à prendre un pot ? J’ai très envie de te raconter Busan et la Corée ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lee Kang Soo;
Membre
Feat : Kim Jong Dae - Chen [EXO]

Masculin Nombre de messages : 60

Me, myself and I : 21A; Coréen, ...
Doing this and that : Pour tous, livreur pour un restaurant / En vrai, fournisseur de rêves bon marchés.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Mer 12 Mar - 0:29


Kang Soo fut un peu blessé dans sa fierté d’homme quand même, elle récupérait mieux que lui de l’effort. C’était vraiment un indicateur qu’il s’était trop laissé allé ces derniers temps. Pourtant à peine six mois avant il parcourait l’Europe à pied… Il ne comptait pas le nombre de fois où il avait fallut fuir en courant des endroits où il avait tenté de passer la nuit illégalement. Les bons plans des copains d’infortune, mauvais plans oui. Ca finissait toujours mal quand il se laissait séduire par les propositions alléchantes de nuits sans rien payer dans des tours soi-disant abandonnées, inoccupée, et pas surveillée… C’était cela oui… de bonne séances de courses que ça lui avait valut ! Mais KangSoo en gardait quand même des bons souvenirs. Tellement qu’il n’avait jamais vraiment retenu la leçon et jusqu’aux dernières nuits passées en Europe il lui avait fallut courir. Ca avait fait partie intégrante de l’aventure.

« Moi c’est Ha Neul et… je ne suis pas du genre à faire ça à tout le monde je peux t’assurer ! Quand t’es une fille ici, il faut juste savoir se défendre… »

Ha Neul venait de s’attacher les cheveux. Le visage bien dégagé il pouvait mieux en voir les particularités. Elle était plutôt jolie. KangSoo passa une main dans ses cheveux, pensant que lui aussi devait se retrouver complètement décoiffé. Ça serrait le pire s’il avait même le front humide… non impossible il n’avait pas couru assez longtemps. En touchant son front il fut soulagé de confirmer que tout allait bien. Quand même, passer pour un garçon incapable de courir plus de 200 mètres et dégoulinant à la fin, c’était pas top pour une première impression.
Ouai, surtout quand les rues redevenaient effrayantes la nuit et suspectes le jour, encore plus pour une fille il fallait être au taquet. Parce que la loi du sexe aux muscles traverse les siècles et qu’une femme reste une cible facile. C’était assez drôle parfois quand on voyait la carrure de certaines femmes puis de certains hommes. Kang Soo se sentait franchement petit parfois même en face de certaines femmes. Pourtant le fait d’être un homme aurait put lui donner une supériorité naturelle et incontestée, enfin incontestée… ça dépendant face à qui. Kang Soo n’avait pas eut de père, il avait été élevé par une seule personne : sa mère. Et même si c’était parfois dur de voir sa mère comme une femme, elle en était quand même une et elle lui avait enseigné qu’il fallait respecter une femme et son corps parce que c’était ce corps qui porterait un jour l’enfant de quelqu’un. La mère de Kang Soo avait toujours des théories débordantes d’amour pour expliquer les choses.

« Kang Soo. Et j’ai trouvé ça plutôt cool ! Tant que tu restes éloigné de mes parties à moi y’a pas de soucis on devrait pouvoir s’entendre. »

Kang Soo ne se priva pas de sourire à la fin de sa tirade. C’était pour montrer qu’il plaisantait bien sûr et c’était aussi simplement parce que ça le faisait rire.
Le temps ne s’était pas vraiment éclaircit et les passants continuaient à se presser alors que quelques gouttelettes de pluie commençaient à leur tomber dessus. Le jeune homme fronça les sourcils en regardant le ciel et ses nuages gris qui se rapprochaient, menaçant. Il accueillit la proposition d’Ha Neul avec gratitude.

« … je peux t’inviter à prendre un pot ? J’ai très envie de te raconter Busan et la Corée ! »

« Avec grand plaisir ! »

Kang Soo acquiesça avec enthousiasme avant de regarder aux alentours, avec tous les cafés autour d’eux ils en trouveraient bien un qui ferrait l’affaire. Ils auraient put trouver un coin un peu moins touristique mais le ciel se faisait de plus en plus menaçant. Kang Soo désigna un café à une vingtaine de mètres d’eux à Ha Neul puis pris la direction du lieu désigné. Il avait l’air un peu moins fréquenté que les autres cafés autour. Kang Soo ne savait pas vraiment si c’était une bonne chose mais après tout sur une rue touristique comme celle-ci le pire qu’il pouvait leur arriver serrait de se retrouver dans un café avec des gens du troisième âge. Ca ne devrait pas les empêcher d’avoir une discussion intéressante quand même. En avançant vers le café Kang Soo lança la conversation sur son pays d’origine. Il avait pas rencontré beaucoup de personne pouvant lui parler de son pays avant autant de précision et d’exactitude que quelqu’un qui y avait vécut des années avant de rejoindre la capitale de la CAP.

« Busan, j’imagine que c’est une grande ville. C’est comment par rapport à Touljin ? Quand je suis allé en Corée j’ai juste vue Séoul mais j’ai même pas put me faire une idée de sa taille en fait. Touljin me semble gigantesque mais j’ai toujours vécut ici… Bien sûr c’était beaucoup moins grand avant la CAP. Ça s’est beaucoup étendu en deux ans…»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Park Ha Neul;
Membre
Feat : Eun Ji

Nombre de messages : 42

Me, myself and I : 21 yo; Célibataire; anciennement coréenne.
Doing this and that : Etudiante en sociologie; vendeuse dans un supermarché et militante professionelle.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Mer 12 Mar - 11:20


C’était le rêve de Ha Neul, de partir comme KangSoo l’avait fait. Elle aurait voulu avoir le courage de faire cela. Tout laisser tomber d’un jour à l’autre, faire ses valises et prendre la voiture. Elle avait tellement de destinations en tête. Elle aurait voulu voir l’Europe et ses si vieilles capitales. Elles ne les voyaient que lorsqu’on lui en parlait à la télévision ou dans le journal. Est-ce que c’était réellement aussi magnifique que ça ? Est-ce qu’il était vrai qu’à Paris il existait des monuments à chaque coin de rues ? Elle continuait de se demander et fantasmait quelques peu sur ce qu’elle aurait pu faire si un jour elle avait eu le courage de faire sa valise et de s’en aller. Elle ne l’avait jamais fais parce qu’elle avait une raison à toute épreuve. Dans n’importe quelle situation, c’était vérifiable, sa tête parlait bien avant ses sentiments. Avant chaque choix qu’elle devait prendre la jeune femme devait réfléchir à la manière dont c’était raisonnable et dont ça ne l’était pas. Rien n’était réellement raisonnable en réalité mais il y avait des degrés. Partir à l’étranger sur la route, c’était réellement l’extrême de la déraison. Comment se fixait-elle cette échelle ? Quels objectifs se donnait elle pour ainsi pouvoir placer ses actions et penser sur un barème ? Et bien.. C’était avant tout militer. Pour les autres et non pas seulement pour elle. La jeune femme voulait changer le monde et des gens comptaient à présent sur elle pour différentes tâches qu’il fallait accomplir chaque jour. Elle ne voulait en conséquence pas d’enfants, car cela l’empêchera de militer tôt ou tard…Effectivement, on demandait à chaque militant de ne pas faire d’enfants car bien souvent cela demandait trop de temps. C’est la raison pour laquelle les militantes se faisaient rares à un certain âge. Elle ne voulait pas non plus tomber amoureuse. Elle ne voulait pas tomber dans le cercle niais du petit couple dans un beau petit appartement douillé… bien qu’elle savait que tôt ou tard cela devait arriver naturellement mais elle n’était pas pressée. C’était les trois règles principales qu’elle avait érigées comme loi dans sa tête. En réalité il y en avait beaucoup plus mais celles-ci regroupaient toutes les autres. Selon ces trois règles, il lui était donc impossible de partir de Touljin.
Il y avait également une dernière chose qui l’en empêchait. La jeune femme avait fait de grosses bêtises. Elle avait rencontré un garçon peu fréquentable, qui s’amusaient à la voir perdre le contrôle et qui l’a fournissait en pilules. Si elle partait à présent… Elle n’en aurait certainement plus avec elle…

Tous ces espoirs et toutes ces frustrations, elle pouvait les laisser derrière elle. Cette rencontre avec un inconnu c’était l’occasion pour elle de mettre de côté ses difficultés. De pouvoir présenter à ce bel inconnu… Tout ce qu’elle aurait aimé être, plus que ce qu’elle était réellement. Elle aurait aimé être joyeuse, avenante, sympathique… Puis drôle aussi. Il y a tellement de choses qu’elle voulait cacher également… Quand elle l’entendit ainsi lui dire qu’ils pourraient s’entendre si elle restait éloigné de ses parties, elle fit la moue, gonflant légèrement ses joues avant de sourire en comprenant que c’était une blague. C’était injuste comme remarque ! Ce n’était pas de sa faute… Enfin si dans une certaine mesure ça l’était mais bon elle était sur qu’il comprenait au fond… son geste. Ils firent donc une partie du chemin ensemble, commençant à de nouveau sentir la pluie dégouliner le long de ses vêtements. Elle regarda autour d’elle et ne vit que des parapluies. A cet instant, elle eu l’impression d’être la seule cruche à se trimballer sous la pluie sans son parapluie. Jusqu’à ce qu’elle tourna la tête vers lui… Ah non, enfaite ils étaient deux à avoir oublier qu’on prévoyait de la pluie pour toute la journée. Elle ramena ses mains autour de son corps, ne pensait même pas au froid. Elle continua de le regarder longuement simplement quand il lui adressa la parole. Il avait quelque chose de simple lui aussi, c’est ce qui lui donnait certainement envie de lui présenter le meilleur de lui même. Elle se mordit la joue en l’entendant, plissant les yeux en réfléchissant longuement.

« Je dirais que… C’est beaucoup plus petit que Touljin et même que Séoul. C’est une ville de province en quelque sorte. Mais… les gens tu sais ils… ont une autre façon de parler. C’est beaucoup plus familier et intime que les gens de Séoul. Puis… les personnes sont plus chaleureuses. Ici les gens se sentent l’élite d’une espèce d’immense pays alors ils se prennent tous pour le nombril du monde. Enfin je ne veux pas dire que je déteste Touljin c’est juste que… »

On n’y rêvait plus. Elle eut le temps de ne pas finir sa phrase quand elle vit enfin un café, l’invitant à y entrer dans un sourire gêné. Une fois dans la boutique elle vint s’installer avec lui à une table proche de radiateurs. Ainsi elle put en profiter pour enlever sa chemise en jean et la posé sur une chaise à côté du radiateur. Elle se retrouvait en débardeur mais c’était toujours mieux qu’avoir quelque chose de mouillé sur elle.

« Et toi ? Comment ça se fait que tu ne sois jamais allé en Corée alors que tu es coréen ? … Puis… Touljin ça devait vraiment être différent de ce que c’est actuellement ! Moi… ça me fait un peu froid dans le dos ce que c’est devenu. Enfin t'as l'air plutôt sain pour quelqu'un qui a toujours vécut ici ! »

Elle sourit alors pour lui démontrer que c'était une plaisanterie bien que... au fond elle pensait vraiment que c'était extraordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lee Kang Soo;
Membre
Feat : Kim Jong Dae - Chen [EXO]

Masculin Nombre de messages : 60

Me, myself and I : 21A; Coréen, ...
Doing this and that : Pour tous, livreur pour un restaurant / En vrai, fournisseur de rêves bon marchés.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Jeu 13 Mar - 1:10


Elle écoutait ses questions qu’il balançait sans lui laisser le temps de répondre. Kang Soo avait l’impression d’en demander beaucoup d’un coup, mais il avait tellement envie d’entendre ce qu’elle avait à lui raconter. Il débordait d’enthousiasme.

« Je dirais que… C’est beaucoup plus petit que Touljin et même que Séoul. C’est une ville de province en quelque sorte. Mais… les gens tu sais ils… ont une autre façon de parler. C’est beaucoup plus familier et intime que les gens de Séoul. Puis… les personnes sont plus chaleureuses. Ici les gens se sentent l’élite d’une espèce d’immense pays alors ils se prennent tous pour le nombril du monde. Enfin je ne veux pas dire que je déteste Touljin c’est juste que… »

Il comprenait bien ce qu’elle voulait dire. C’était aussi son sentiment quand il se retrouvait au centre de cette ville, de ce qu’elle était devenue. Parce que la ville dans laquelle Kang Soo avait grandit, le pays dans lequel il avait grandit n’avait pas toujours été comme ça. La CAP avait apporté une richesse, une masse élitiste, une exigence de la population qui était nouvelle. Avant, la vie était plus modeste ici et les gens se connaissaient plus également. Ils prenaient le temps de se connaitre et aimaient prendre le temps de se promettre. On ne courrait pas encore après l’argent, c’était la Chine modeste, on avait le temps de se parler. Ceux qui voyaient sens à courir étaient peu sur toute la population. Touljin aujourd’hui c’était un peu comme le métro à Paris. On se croise, on se touche, ou se colle mais on se regarde pas et on se parle pas. On se hâte juste d’aller là où on doit aller pour travailler et augmenter sa popularité, sa réussite, et sa richesse. A Paris, Kang Soo avait détesté le métro et il avait voulut retrouver sa Chine. Revenue en ancienne Chine il avait l’impression que le métro parisien l’avait suivit. Ce n’était plus l’endroit où il avait grandit. Et Kang Soo ne se sentait bien qu’une fois quitté les quartiers trop fréquentés et une fois qu’il retrouvait sa petite maison qui n’avait pas changé depuis des générations. Cette petite maison où même sa mère avait grandit, ce symbole de l’ancienne Chine dans le cœur de Kang Soo. En tout cas, symbole de ce qu’il avait connu avant la CAP.
Ils entrèrent dans le café. Ils se hâtèrent de s’installer, cherchant la chaleur. La pluie avait mouillé ses vêtements mais Kang Soo ne retira rien, espérant qu’ils sécheraient, et rapidement.

« Et toi ? Comment ça se fait que tu ne sois jamais allé en Corée alors que tu es coréen ? … Puis… Touljin ça devait vraiment être différent de ce que c’est actuellement ! Moi… ça me fait un peu froid dans le dos ce que c’est devenu. Enfin t'as l'air plutôt sain pour quelqu'un qui a toujours vécut ici ! »

«  J’y suis allé… pour des vacances avec maman… ça représente deux fois une semaine en 21 ans. Rien quoi. Je suis né ici, en Chine. Et ouai, ça n’avait rien à voir. C’était une ville de Chine… maintenant c’est la capitale d’un truck énorme qui fourmille de monde. Ça n’a vraiment rien à voir. »

Kang Soo réfléchit un instant. Il avait l’air sain ? Il prenait vraiment ça comme un compliment. Son plus grand combat était de rester quelqu’un de joyeux et de ne pas se laisser détruire par le mal être de tous les gens qui l’entouraient. Mais il ne pouvait pas exprimer ça si directement à la jeune femme.

«  En fait je n’étais pas là quand Touljin s’est développé. Il y a quelque mois je suis revenu de deux ans passé en Europe. J’ai choisit le bon moment pour voyager » Il rit. « Du coup j’ai dut me réadapter à tout en revenant. Ca a été un choc. C’était comme si je devais tout apprendre, découvrir un nouveau pays à vivre… Les choses ne se sont pas faites naturellement pour moi, comme pour ceux qui ont toujours vécut ici même pendant l’expansion de la CAP. Bref, du coup j’imagine que j’ai pas encore vécu assez longtemps dans cette capitale pour qu’elle me contamine.»

Il rit, c’était assurément pour cacher sa nervosité. Pas assez longtemps pour être contaminé ? La bonne blague. En trois mois à peine il vendait déjà le rêve en pilule. Alors il n’avait vraiment pas été long à s’adapter à cette foutue société. Mais oui, Kang Soo voulait croire que ça ne l’avait pas privé de sa vitalité et de ses espoirs. Pas encore. Et il se battrait encore longtemps pour les préserver.
C’était le moment sensible. Le moment où tout pouvait basculer. Et Kang Soo ne voulait pas que les choses basculent. Il n’allait surement pas lui dire qu’il dealait. Bien sûr, ce n’était pas quelque chose qu’on balançait comme ça à quelqu’un qu’on venait juste de rencontrer. Il allait mentir, faire comme si il ne savait encore rien de tout ça s’ils abordaient le sujet. Comme ça il éviterait les questions. Cette histoire de rêve ça l’effrayait, terriblement. Si elle lui demandait ce qu’il faisait, peut être qu’il mentirait aussi. Plutôt que lui dire qu’il ne faisait rien, il lui dirait qu’il travaillait comme serveur dans un restaurant à elle aussi… après tout pour rester crédible mieux valait servir le même mensonge à tout le monde. Les choses allaient vite dans sa tête. Il avait un secret à cacher, il était hors de question qu’il soit découvert. Il ne voulait pas qu’elle le découvre. Il voulait qu’elle le voie comme quelqu’un de gentil, quelqu’un de sain, quelqu’un de bien.
C’était une occasion qui s’ouvrait à lui, une occasion de devenir celui qu’il voulait être. Pas celui qui était, mort de peur, mort de peur face à une tragédie qu’il encourageait en se faisant de l’argent avec. Kang Soo voulait le beurre et l’argent du beurre, il voulait fournir ceux qui ne rêvaient plus mais continuer à rêver. Il n’allait surement pas montrer ce mauvais côté de lui à Ha Neul. Non, il se passerait de montrer ça, c’était juste un tout petit mensonge après tout. Juste se donner l’air plus fort qu’il ne l’était, moins effrayé par l’irrationnel. C’était mieux, et c’était plus confortable. Cette fille agréable, il voulait qu’elle le voit comme quelqu’un de bien et d’intéressant, pas comme quelqu’un de pas fréquentable et de profiteur. Oui il allait lui mentir, c’était mieux. Pour elle aussi. Qui voudrait fréquenter un dealer dans ce monde qui prive des rêves? Les dealers étaient des gens mal intentionnés, profiteurs, qui s’enrichissaient sur le malheur des autres. Ou au mieux les gosses perdue qui ne pouvaient rien faire d'autre...Kang Soo ne pouvait pas assumer que ce soit découvert. Il préférait être un petit livreur de repas.
Il allait devenir autre chose, il allait se faire passer pour un autre. Pour quelqu’un de bien, sûr de ses choix, qui s’assumait… Voilà une relation qui commençait sur quelque chose de sain...

Mais peut être qu’ils n’en parleraient même pas… il y avait encore des gens qui ignoraient qu’on pouvait ne plus rêver. Peut être Ha Neul en était-elle ? En pleine possession de ses rêves et espoirs. Ne comprenant pas ce qui se passait autour d’elle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Park Ha Neul;
Membre
Feat : Eun Ji

Nombre de messages : 42

Me, myself and I : 21 yo; Célibataire; anciennement coréenne.
Doing this and that : Etudiante en sociologie; vendeuse dans un supermarché et militante professionelle.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Jeu 13 Mar - 17:19


L’ambiance était plutôt spécial ici… Elle avait une impression d’étrange apaisement. Elle pouvait montrer qui elle voulait être, elle aussi. C’était l’avantage d’une rencontre basée ainsi sur le hasard, la personne ne savait rien d’elle à part son prénom et sa nationalité. Ils commençaient en quelque sorte une relation à zéro. Elle avait la possibilité de lui montrer seulement ce qu’elle voulait montrer d’elle. Ce n’était pas hypocrite, elle était très sincère à l’instant même, plus encore peut-être que si elle devait cacher certaines choses de sa vie délibérément. La conversation n’engageait à rien et ainsi elle pouvait laisser de côté tous ses problèmes, qui la travaillaient d’ailleurs beaucoup en ce moment. Elle n’avait besoin que de ça. D’une petite ellipse à son quotidien chargé. Elle en oubliait presque de regarder sa montre. La jeune femme n’avait jamais de temps pour elle, pour se poser et discuter par exemple. Elle avait presque trois travail à mi-temps, un travail de caissière qui était le plus important et celui qui lui donnait la majorité de son budget à la fin du mois. Puis elle distribuait des flyers quand on l’appelait pour le faire et livrait des plateaux repas trois soirs par semaines. Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’elle ne dorme plus. Si seulement le problème était simplement le sommeil, elle aurait pu trouver une solution. Néanmoins, malgré cette conversation, rien ne pouvait lui faire oublier la pression qu’exerçait cette ville sur ses habitants. Elle savait qu’elle n’était pas la seule à avoir été atteinte de cette maladie, elle savait également que beaucoup utilisaient des moyens extérieurs et chimiques pour pouvoir se donner un plaisir artificiel. Mais elle ne pouvait pas se dire pour autant que ce phénomène était normal. Ainsi, plus le temps passait, et plus elle se mettait à détester cette ville. Rencontré quelqu’un qui l’avait connu bien avant la création de la CAP, cette abomination de la bourgeoisie, c’était une manière de se réconforté. Au fond ce n’était pas la ville en elle-même le problème, ce qui démystifiait les maux qui y régnait. C’était bel et bien les gens qui y vivaient, les gens qui l’avaient créé comme ça.
KangSoo en parlait de manière si légère, comme d’un souvenir d’enfance, qu’elle ne pouvait s’empêcher de penser qu’il devait être le plus perdu d’eux deux. Si elle devait retourner en Corée et retrouver sa ville natale ainsi, elle n’aurait plus aucun souvenir auquel se rattacher. Malgré tout cela, le jeune homme semblait tout de même égal à lui même. Il était enjoué, enthousiaste, quelque chose qu’elle n’avait pas vu depuis très longtemps. Comme s’il était complètement imperméable à toutes ces mauvaises ondes qui régnaient, à ce presque désespoir qui régnait. La jeune femme aurait voulu lui ressembler. Elle avait pourtant une idée fausse de tout ce qu’il se passait. Elle vivait dans un milieu où elle ne côtoyait que des gens pauvre et au bord du gouffre. Certainement que les quartiers bourgeois de la ville ne puait pas la même misère sociale que celle qu’elle voyait tous les jours. Néanmoins face à tout cela, KangSoo devenait un bol d’air frais.

Elle le regarda alors et sourit doucement à force de l’entendre, trouvant son accent adorable.

« Je peux comprendre que la réadaptation n’a pas dû être évidente… Je ne peux même pas imaginer puisque je suis arrivée ici il n’y a pas si longtemps que ça. J’ai eu l’impression de venir de la campagne quand je suis arrivée dans cette ville… C’était grand et totalement dénaturé. Je suis certaine que ça n’a rien à voir avec l’Europe non ? J’aimerai tellement y aller. J’ai l’impression que les villes ici n’ont pas d’âmes… j’aurais aimé partir sur un coup de tête là bas et en revenir avec pleins de bons souvenirs. Tu as pris des photos ? Tu es allé où exactement ? »


Elle ne mentait pas… Elle avait beaucoup de mal à mentir. Elle présentait simplement quelque chose, évitait les sujets sur lesquels elle ne voulait pas s’attarder elle non plus. Elle ne trouvait pas forcément que les dealeurs étaient de mauvaises personnes. La personne qu’elle affectionnait le plus ici était un dealeur… Et il était certainement quelqu’un de bien moins fréquentable que KangSoo. Néanmoins s’il lui avait dit, leur relation aurait été tout autre, elle aurait été basée sur quelque chose qu’elle connaissait déjà. Il était un vendeur de rêve et elle était une acheteuse de toutes ces petites pilules. C’était beaucoup plus sain que ni l’un ni l’autre ne connaissent leurs statuts respectifs. Sans réellement le savoir, ils s’étaient mis d’accord sur ce point primordiale pour commencer leur relation.

Elle se mit alors à grelotter discrètement, se massant les bras alors dans un souffle. Si elle tombait malade, elle était morte…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lee Kang Soo;
Membre
Feat : Kim Jong Dae - Chen [EXO]

Masculin Nombre de messages : 60

Me, myself and I : 21A; Coréen, ...
Doing this and that : Pour tous, livreur pour un restaurant / En vrai, fournisseur de rêves bon marchés.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Lun 17 Mar - 23:33




Il n’assumait pas. C’était juste ça. Il n’assumait pas d’être ce qu’il reprochait aux autres. Cacher qu’il vendait des pilules. Cacher qu’il vendait à des gens ce qui causait leur perte. Cacher que lui, Kang Soo, qui prétendait qu’on pouvait se sortir de tout, qu’on pouvait survivre à tout, qu’il suffisait de se battre contre ceux qui voulaient notre peaux… Cacher qu’il contredisait ses propres affirmations en se faisant de l’argent en vendant ces merdes…  Juste cacher qu’il n’était pas celui qu’il prétendait être, cacher qu’il était juste aussi pitoyable et mauvais que ceux qu’il condamnait en fait… Vraiment il n’avait pas été élevé comme ça.
Mais maintenant qu’il savait combien c’était confortable, maintenant qu’il savait qu’il suffisait d’une rencontre de quelques minutes pour repartir riche… comment retourner à un travail correct, comment abandonné cette facilitée qu’était le commerce du rêve. C’était bien son rôle en tant que maillon de la chaine. A son échelle, il n’y voyait que son petit intérêt mais en réalité il servait des intérêts plus grands. Les intérêts de ceux qui volaient les rêves, ceux qui étaient à la tête de tout ce commerce malsain. Et lui pauvre petit homme qui ne voulait que de l’argent facile remplissait bien se rôle de démocratiser l’accès aux petites pilules magiques… Ah il rentrait si bien dans le rôle, c’était teriblement frustrant de se sentir instrumentalisé comme ça. Mais non… il ne savait plus se battre contre. Parce que oui c’était confortable. Et que c’est dur de se sortir de quelque chose de confortable. Et si Kang Soo acceptait en n’y changeant rien, il n’assumait pas.
Mais à cet instant ça n’avait aucune importance. Parce que Ha Neul ne savait rien de lui, que ce qu’il lui avait dit pour l’instant, donc rien. Et donc, il pouvait réinventer ce qu’il voulait, et il n’avait pas à être ce garçon incertain qui trahissait ses propres croyances et idéologies.

Kang Soo se demanda s’il fallait interpeller un serveur pour être servit où s’il fallait attendre qu’ils viennent à eux. Mais tout le monde avait l’air si occupé dans ce bar qu’il n’était pas certain que leur arrivée avait été remarquée.
Ha Neul était bon public. Elle faisait très bien la fille intéressée par ce que Kang Soo racontait. Pas qu’il pensait qu’elle n’était pas vraiment intéressée, sinon elle n’aurait pas posé de questions et aurait essayé de se débarrasser de lui plutôt que de lui proposer d’aller boire un truck. Simplement que même les gens intéressés parfois ne savaient pas avoir l’air intéressés.
Elle l’interrogea sur l’Europe et Kang Soo ne se pria pas pour lui répondre. Il lui parla longuement du côté touristique de son aventure, n’osant pas trop encore parler des choses plus subtiles qu’il y avait vécut. Des rencontres imprévus, des nuits sous les ponts. Des propositions folles qu’il avait reçut parfois, des accidents de parcours aussi. Puis des rencontres qui bouleversent, profondément, dans ces coins de soit qu’on ne pensait pas accessibles. La pauvreté, l’exclusion. La sienne aussi, les jours où il n’avait plus rien pour continuer. Il se contenta pour l’instant de lui parler des villes, des capitales, de leurs différences avec ce qu’ils connaissaient en Asie. Il lui parla de ses gens pressés, de cette richesse. Oh elle avait connue la Corée, pays en expansion, pays consommateur. Lui avait connue la chine et avait été surpris, choqué devant tout ce qu’il avait découvert là bas. Dégouté parfois devant ce trop, trop de trop, et toujours encore plus de trop. Puis il lui raconta les restaurants asiatiques qui ne savaient pas cuisiner asiatiques. Nourriture adaptés aux Européens. Les Parisiens n’aimaient pas trop quand ça pique. Il avait fallut s’enfoncer dans les rues pour retrouver un vrai plat chinois de tradition. Le pays où Kang Soo était resté le plus longtemps était la France.

« -C’était vraiment étrange, de voir les représentations que ces pays ont des nôtres. De nous « les chinois », parce que toute l’Asie est Chinoise pour une grande majorité d’entre eux. Encore plus depuis la CAP. J’ai vu la CAP grandir à travers les yeux des Européens. J’ai regardé leurs informations et tout… c’est fou la façon dont ils nous voyent. Les chinois sont comme une armée dangereuse pour leur économie. La CAP ça a été un grand coup ! Parfois j’avais l’impression d’être un monstre, parfois d’être un événement… ça dépendait. On cache pas des yeux comme les miens en Europe. »

Ca lui semblait drôle, alors il rit.

Kang Soo était quand même comme ça. Rire simplement quand il le voulait. Partir quand il le voulait… Il n’avait rien oublié de ça avec le deal et l’Europe. Il n’avait ni oublier de rire, ni oublier d’accueillir. Même si parfois il se blâmait tout seul en se traitant de corrompu et de perdu, le naturel revenait toujours. Et heureusement, le naturel de Kang Soo était quelque chose de bon. De généreux et d’ouvert. Il avait au moins ça pour lui, encré profondément en lui. C’était les valeurs que lui avait appris sa mère après tout. Et il en était quand même fier.

Il parla encore un peu puis se dit qu’il devrait quand même partager le temps de parole. Il profita de l’irruption d’un serveur qui leur demanda ce qu’ils voulaient boire pour donner un autre tournant à la discussion.

« - Et toi ? Tu es venue ici pour quoi, à Touljin ? Je ne peux pas croire que l’ancienne Corée a perdu tous ses attraits en si peu de temps. Tu devais avoir un but en venant ici ? Ah c’est peut être indiscret… »

Il avait réalisé en prononçant ces mots qu’il posait peut être des questions trop directes. Après tout… ils ne se connaissaient que depuis peu de temps, ça se comptait en dizaines de minutes, il ne pouvait pas exiger d’elle qu’elle lui révèle les motivations de son existence. Ah, encore sa tendance à parler avant de réfléchir. Bon ce n’était pas grave, y’avait plein de façon d’éluder ce genre de questions si c’était trop personnel. Kang Soo lui-même avait fait le tri dans ce qu’il avait raconté de son voyage. Les gens savaient bien se défendre en général, inutile de trop s’inquiéter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Park Ha Neul;
Membre
Feat : Eun Ji

Nombre de messages : 42

Me, myself and I : 21 yo; Célibataire; anciennement coréenne.
Doing this and that : Etudiante en sociologie; vendeuse dans un supermarché et militante professionelle.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Jeu 17 Avr - 11:51


Les secrets font partis de notre quotidien. Les publicités, les discours politiques, les compliments, le cinéma… Ils nous mentent tous. Comment pouvoir dire actuellement que nous ne mentons pas alors que c’est devenu une chose courante ? Nous sommes tous imprégnés par cela depuis que nous sommes jeunes. Nos parents même nous ont tous mentis quand nous n’étions alors que des enfants. Alors parfois, il faut savoir avouer que la société en elle-même nous pousse à mentir à chaque instant. Pour survivre il faut être le meilleur escroc. Ha Neul ne se sentait donc pas coupable de tout ça. Cela faisait partit de son quotidien. Elle devait mentir pour tous ses camarades qui travaillaient dans les boites de Touljin et qui leurs donnaient des informations sur ce qu’il se passait à l’intérieur. Elle n’avait pas le choix. Si on apprenait que ces personnes avaient un quelconque lien avec eux, alors ils pouvaient perdre leurs emploi si ce n’est plus. Elle devait également mentir sur ses activités militantes. Si quelqu’un venait à le savoir, elle pouvait avoir des ennuis avec les autorités, il était interdit de faire de l’agitation ici. Dans un pays en plein essor économique, la dernière chose que voulaient les très grands patrons était qu’une agitation des travailleurs mette tout en pièces. Une certaine forme de répression existait, un peu partout, seulement tout le monde s’en contentait. Tant qu’on fermait les yeux et qu’on vivait notre vie comme eux l’entendait, alors tout se passait bien. Même cette drogue qui commençait à se répandre un peu partout était une manière pour eux, pour cette société, de broyer tout espoirs.
Toutes ces choses faisaient partie intégrante de l’environnement dans lequel Ha Neul, ainsi que tous les jeunes gens de Touljin, vivaient. Elle ne se sentait pas coupable de ne pas démontrer à un parfait inconnu qui elle était vraiment. Bien au contraire, c’était un soulagement de pouvoir discuter de façon si simple avec quelqu’un qui ne la connaissait pas et qu’elle ne connaissait pas. Elle n’était pas bon publique… Elle était simplement très intéressé par la vision des choses que pouvait avoir un jeune homme qui n’avait pas forcément vécut toute sa vie à Touljin et qui pourtant la connaissait très bien.

Lorsqu’elle l’entendit lui compter la manière dont les étrangers pouvaient voir l’Asie, elle ne put s’empêcher de sourire à son tour et de rire également. C’était toujours amusant de savoir les clichés qu’on pouvait avoir des autres pays sans réellement les connaître. Elle se faisait aussi certainement des idées quand elle pensait à l’Europe. Pour elle, c’était le pays de la liberté, de l’expression libre ainsi que de toutes les révolutions passées. Pour elle, l’Europe c’était la culture, c’était la gastronomie… C’était les monuments anciens et les étudiants délurés. Elle voulait en savoir plus, elle voulait s’imaginer que ce n’était pas partout comme ici. Que peut-être il y avait de l’espoir… Elle se mordit la joue et baissa la tête, presque honteuse de ne pas connaître toutes ces choses à son âge et pourtant elle buvait ses paroles.

« J’imagine bien… Enfin, ils n’ont pas totalement tort. Avec la CAP, les gouvernements ont fait fort…Je suppose que ça en doit en effrayer plus d’un. J’aimerai tellement aller là bas pourtant… Voir à quoi ressemble tous ces pays que j’vois qu’à la télé ! Je suppose qu’il doit y faire bon vivre pour les esprits libres là bas… »

Une impression d’embrigadement… C’était sa représentation de son propre pays. Un pays qui embrigadait ses citoyens en leurs imposant une pression constante. Que ce soit dans le régime scolaire ou encore simplement dans la manière de vivre et de se tenir. Les femmes y étaient également bien plus oppresser… En tout cas c’était son impression. Quand elle se représentait les pays étrangers, c’était pour elle des pays où les femmes pouvaient faire carrière, où elles n’avaient pas peur de lutter pour leurs droits. Des pays où personne ne pourrait dire tranquillement qu’elles devaient se marier au bout d’un certain âge. Elle transposait toutes ces espérances vers autre part. Bien qu’elle savait pertinemment que les régimes dans lesquels étaient tous ces pays n’étaient pas très différents de celui de la CAP.
Elle était dans ses pensées tout en l’écoutant, presque surprise quand elle vit la serveuse leurs prendre commande finalement. Choisissant un café comme elle en avait l’habitude, frissonnant presque en sentant l’air froid passer contre ses bras nus et humides. Quand elle reposa son regard vers lui, elle arqua alors un sourcil. Elle ? Elle se mordit la joue alors. Elle se demandait bien pourquoi elle n’était pas rester dans sa Corée natale à présent…

« Hum…. J’ai simplement voulu prendre mon indépendance vis à vis de ma famille. Puis faire des études aussi, Touljin a désormais les meilleurs universités de la CAP. Je me disais que ce serait un environnement culturel… Qui pourrait m’épanouir mais je n’avais pas forcément raison maintenant que j’y pense. J’aimerai bien partir à l’étranger moi aussi… Dès que je pourrais. Tu fais des études ici d’ailleurs ? »

Elle lui sourit simplement, continuant de se mordiller le coin des lèvres. Elle n’avait pas forcément tout dit une fois de plus… Mais en même temps, elle ne lui avait pas menti non plus. Alors, ce n’était pas réellement un mensonge hn ? Puis elle voulait apprendre à mieux le connaître encore…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Lee Kang Soo;
Membre
Feat : Kim Jong Dae - Chen [EXO]

Masculin Nombre de messages : 60

Me, myself and I : 21A; Coréen, ...
Doing this and that : Pour tous, livreur pour un restaurant / En vrai, fournisseur de rêves bon marchés.


MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   Mar 13 Mai - 22:14




Il savait qu’il pourrait en parler encore des heures. Son temps passé en Europe avait profondément influencé sa façon de penser et son choix de vie. En tout cas ça lui avait donné de bonnes pistes, il avait encore un peu de chemin à faire pour mettre en place tous ses rêves de vie parfaite. Il comptait vivre longtemps de toute façon !

« Hum… En fait… Je crois que j’ai rencontré peu d’esprits libres, surtout des esprits perdus. »

Kang Soo marqua une pause. Il se perdit un instant dans ses pensées, il n’avait pas envie de dresser un portrait tragique d’une partie du monde qui faisait pourtant rêver à quelqu’un qu’il venait juste de rencontrer. Il allait tuer le tourisme. Cette remarque stupide le fit rire tout seul. Il pouffa un peu puis repris, avec cette fois une attitude plus positive.

« Mais c’est si beau, si vivant… Il y a tellement de choses à voir, on en prend plein les yeux. Et tous ces gens différents qu’on rencontre… Ah, si un jour tu as l’occasion d‘y aller, je te conseillerais des bons restaurants ! »

Il lui sourit. Rien que penser à de la nourriture lui donnait envie de sourire. Et les expériences gastronomiques c’était pas ce qui manquait en Europe. Ils mangeaient vraiment des choses surprenantes.
Peut être que plus tard, s’ils restaient en contact, apprenaient à se connaitre et se mettaient à partager des choses plus personnelles, alors il lui parlerait de tout le reste. Il lui parlerait du côté un peu plus noir du tableau. Des liens qu’il avait faits avec ses propres existences, avec le monde autour d’eux. De sa vision des choses. Attendre un peu de mieux se connaitre pour parler de la misère du monde. Attendre un peu de s’apprécier, avec le temps, pour se dévoiler. Parce que parler de ce qui nous déplait, c’est se livrer. Plus encore que parler de ce qui nous plait… Pas qu’il n’avait pas aimé son temps en Europe, pas qu’il avait trouvé que c’était pire qu’ailleurs, pas qu’il n’y avait pas vécut des choses folles et des instants de bonheurs inoubliable. Jusque que comme partout… Bref, si un jour ils en parlaient vraiment, alors il lui parlerait aussi de ça. Et aussi bien sûr des choses supers mais un peu trop personnel pour les livrer comme ça autour d’une boisson chaude sans se connaitre. Oh oui, il pourrait lui parler des matchs de foot ! Ça c’était des souvenirs inoubliables !

Un chocolat chaud. Parce qu’il ne faisait pas chaud. D’ailleurs Ha Neul avait l’air d’avoir froid. Kang Soo espéra que la pluie s’arrête et que le soleil revienne. Ou au moins qu’elle n’ait plus froid. Peut être que le café qu’elle avait commandé la réchaufferait.

Kang Soo fut satisfait quand le sujet de discussion changea.  
C’est vrai que beaucoup de jeunes étaient venue étudier dans la capital de la CAP. Quand il passait devant les universités, KangSoo voyait ce mélange de nationalités. Ces groupes d’amis qui se moquaient des accents des uns et des autres. C’était de la couleur. Leurs parents n’avaient pas forcement suivit. Touljin était une ville jeune et dynamique. C’était aussi ce qu’on vantait pour y faire s’installer les entreprises en pleines expansions, les étudiants et le tourisme bien sûr.

Elle faisait des études alors. Normal, à leur âge la majorité des gens étaient encore en pleine formation. Kang Soo fut tenté de s’inventer une parcours universitaire qui en jetterait mais il savait qu’il ne pourrait pas assumer dès qu’elle s’y intéresserait un peu alors inutile de se mettre bêtement en difficulté.

« Non, j’ai arrêté l’école… Disons que j’ai pas repris une fois rentrée d’Europe. Je suis serveur dans un restaurant pour gagner un peu d’argent. »

Il allait finir par y croire lui-même à ce mensonge.

« Tu regrette d’être venue ? Je crois qu’il y a plein de choses que cette ville nous cache encore. Et si on les découvre, on pourra en tirer un intérêt… Les choses ne peuvent pas se construire sans la population. Il faut qu’elle y réponde, consciemment ou pas. »

Leur commande arriva. Il avait été plus rapide pour préparer leurs boissons que pour prendre leur commande. Kang Soo fit tourner sa cuillère dans la boisson, machinalement. Les dessins que faisait sa cuillère qui remuait le liquide lui plaisaient. C’était plutôt joli.

« Dis, où tu as appris à te défendre comme ça ? Tu m’as vraiment impressionnée tout à l’heure ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I'm Contenu sponsorisé;

MessageSujet: Re: Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Walk with me into the truth ▬ Lee Kang Soo.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kusha Kusha :: The capital ; TOULJIN :: » Heiwa { 平和-