AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Everything is chaos. [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
I'm Yoon Woo Jin;
Membre
Feat : Lee Jung Shin

Masculin Nombre de messages : 25

Me, myself and I : 25 ans. 1m95. Ex citoyen Nord Coréen.
Doing this and that : Codeur & crypteur de rêves


MessageSujet: Everything is chaos. [terminé]   Lun 17 Fév - 0:19

Yoon Woo Jin ; 윤우진 ; 尹宇眞
Poste vacant. Non; Feat. Lee Jung Shin ;


The disenchanted one
Age. 25 ans
Origines. République Populaire Démocratique de Corée (Corée du Nord)
Sexualité. Asexuel
Groupe Sanguin. A
Groupe. Dream player

Life is not exactly tender

Mesurer 1m95 est loin de ne procurer que des avantages. Avec cette taille, il est absolument impossible de passer inaperçu dans la foule. Les regards se tournent systématiquement vers cet étrange géant qu’est Woo Jin.

Pourtant, hormis ce détail, le jeune homme a plutôt un physique ordinaire. Il a le visage plutôt large et les joues arrondies, les lèvres charnues et le nez évasé. Il ne correspond en rien aux critères de beauté de la société actuelle, préférant les petits visages aux traits saillants. Même ses yeux ne jouent pas en sa faveur. Les gens semblent étrangement obsédés par la notion de « double paupière », ce petit pli au dessus de l’œil qui selon eux fait toute la différence. Mais pour rien au monde il ne chercherait à changer son visage pour atteindre cet idéal. Woo Jin n’avait jamais essayé d’être considéré comme beau, ou désirable.

Les choix qu’il a fait quant à son apparence physique ne lui ont été dictés que par ses sentiments et ses ressentis, sans qu’il n’y prête grande importance. Lui qui n’avait jamais eu l’opportunité ou le loisir de choisir ses vêtements, et habitués aux uniformes trop petits fournis par le régime, il ne sait plus où donner de la tête quand il entre dans une boutique. Toutes ces possibilités, tous ces choix, cela lui donne le vertige. Il opte généralement pour des vêtements larges, des t-shirts amples, et des vestes longues et flottantes, qui glissaient et ondulaient le long de son corps mince, beaucoup plus confortables que les chemises étriquées resserrées au cou et au poignet qu’il avait l’habitude de porter. Aussi, c'était les vêtements les plus agréables à porter avant que ses brûlures dans le dos ne guérissent. Encore aujourd'hui, il n'aime pas que quoi que ce soit ne frotte ses cicatrices. Les souvenirs qui y sont liés sont encore trop douloureux.

Il n’a pas non plus laissé pousser ses cheveux pour des raisons esthétiques. Après des années de coupe en brosse, il aime simplement la sensation du vent s’engouffrant dans ses cheveux, ses longues mèches caressant doucement son coup et ses joues. Il a pris l’habitude de les attacher en allant au travail, pour ne pas qu’ils lui tombent devant les yeux.

Ces choix et sa taille phénoménale font de lui une personne atypique. Rien qu’en le voyant, la plupart des gens comprennent immédiatement que Woo Jin n’est pas un jeune homme lambda.
I found rest only in indifference
Rêver pour vous, c'est ? Une succession d'images et d'informations traitées par notre cerveau... Ou un ordinateur.
Un rêve qui vous a marqué. Un tourbillon de couleurs vives, incandescentes. Les visages déformés par la douleurs, jusqu'à ne plus sembler humains. La ville de Pyongyang réduite en cendres sous les bombes. Voir son monde s'effondrer, encore et encore, nuits après nuits.

Pendant de longues années, Woo Jin ne s'était jamais demandé quelle pouvait être sa personnalité. Il n'avait aucun intérêt à le faire, puisqu'il n’existait pas en temps qu'individu. Il était un numéro de matricule, une pièce bien huilée de la machine gouvernementale. On ne lui demandait pas son avis, on lui demandait simplement des résultats.
Pragmatisme, réactivité, et efficacité étaient les mots d'ordres, les qualités qu'il possédait et qui ne le distinguaient en rien des autres génies qu'il avait tout autour de lui. Il n'y avait pas lieu de remettre en question des notions telles que la fidélité ou la ponctualité. Le libre arbitre n'avait pas sa place dans son quotidien.

Depuis presque deux ans, Woo Jin essayait donc de se construire. Il n’était pas seul dans cette démarche, ayant régulièrement des rendez-vous avec une équipe de psychologues et autres médecins pour faire le point sur ses progrès. Il travaillait sur de nombreux aspects de son être afin d’apprendre à vivre seul en société. Il luttait au quotidien contre sa méfiance constante, et apprenait progressivement à faire confiance à son entourage. Comme un enfant qui apprendrait à marcher, il avançait à petit pas, chutait parfois, et s’efforçait de se redresser à nouveau. Ayant été projeté soudainement dans un monde qui évoluait beaucoup trop vite pour lui, le processus était particulièrement difficile et épuisant. Apprendre à se débrouiller seul, apprendre à faire des choix, apprendre à aimer, apprendre à exprimer ses émotions, apprendre à communiquer… Tout restait encore à faire. Il n’était pas facile de se détacher de l’altruisme extrême qui lui avait été inculqué toute sa vie pour assimiler son droit d’être égoïste et de penser à lui-même.

Malgré la froideur involontaire qu’il exprimait encore à l’égard de ses congénères, les docteurs espéraient l’aider à développer son sentiment d’empathie, afin qu’il soit capable de nouer de réelles relations. Woo Jin n’exprimait aucun désir envers la gent féminine, encore conditionné par l’idée que les relations sexuelles constituaient un acte assurant simplement la survie de l’espèce. Même après ces quelques années de thérapie, il n’avait toujours pas réussi à surmonter le traumatisme causé par ses relations forcées, et n’osait pas dévoiler son corps dégradé.

Pas à pas, Woo Jin luttait pour surmonter son handicap et apprendre à vivre comme tout le monde. Il lui arrivait encore d’être effrayé ou perdu, et ses illusions brisées avaient laissé des cicatrices béantes dans tout son être. Avec le temps, il avait développé un curieux mécanisme de défense quand le monde autour de lui devenait trop sollicitant et qu'il n'arrivait plus à suivre: il se renfermait dans un semblait d'indifférence, et s'efforçait de conserver une sorte d'imperméabilité face à ce qu'il se déroulait autour de lui. Il refermait sa coquille, le temps de retrouver son calme et sa stabilité, pour ne pas céder à la panique. Mais malgré cela, à force de persévérance, il continuait inlassablement à avancer pas à pas. Il se découvrait chaque jour un peu plus, à travers les émotions encore inconnues qu’il parvenait à présent à ressentir. Plus humain chaque jour, il apprenait à reconnaitre ses qualités et ses faiblesses.

Swimming in the troubled waters of forthcoming days

ENFANCE

Woo Jin est né le 12 Janvier 1989 à Kaesong, dans la République Populaire Démocratique de Corée. Son père occupant une fonction de haut gradé dans la base militaire de la ville, sa famille a toujours eu la chance d'avoir d’un certain niveau de confort. Ainsi Woo Jin et son frère cadet, Woo Sung, ont eu le privilège d’être scolarisés et de bénéficier d’une éducation convenable dès leur plus jeune âge. A l’école, les enseignements portaient principalement sur l’idéologie du Juche et l’apprentissage de la discipline et de l’obéissance. Il ne fallu pas longtemps aux instructeurs pour remarquer que Woo Jin était un enfant particulièrement intelligent, possédant une mémoire impressionnante et des capacités analytiques très développées.  Sollicité pour passer des tests et des évaluations plus poussées, le garçon est reconnu comme étant surdoué, et sélectionné pour intégrer un programme d’études à Pyongyang, une formation pour les futures élites de la nation. A l’âge de 12 ans, il quitte donc sa famille et se retrouve à cohabiter avec 14 autres garçons dans un internat de la capitale. Ses qualités indéniables font de lui le candidat idéal pour suivre un programme très poussé de formation en informatique. Les six années qu’il passe dans cette école sont destinée à faire de lui un fonctionnaire avec de lourdes responsabilités au sein de l’administration du régime.

LA VIE A PYONGYANG

En 2007, après de nombreuses années d’apprentissage, Woo Jin intègre le service de la gestion des réseaux informatiques du gouvernement, où il est responsable, avec son équipe, du cryptage des informations et de la sécurité. Il est aussi en charge de la gestion des bases de données, ainsi que de veiller au bon fonctionnement des serveurs et du réseau. S’il ne bénéficie pas de par sa position d’un véritable salaire, sa rémunération constituée d’une variété de gratifications en nature lui permet tout de même de vivre une vie confortable. Il partage un dortoir chauffé en hiver avec 5 autres fonctionnaires. Il a droit à trois repas chauds et à une douche tous les jours. Ses trois uniformes, malheureusement trop petits à cause de sa taille exceptionnelle, sont renouvelés tous les ans et lavés une fois par semaine. Au travail, il a de lourdes responsabilités et afin de les mener à bien, il manipule du matériel dernier-cri et reçoit régulièrement des formations afin de pouvoir utiliser de manière optimales toutes les nouvelles technologies se développant à une vitesse phénoménale. Mais en échange de ces conditions de vie très favorables, il a de nombreux devoirs afin de remercier le parti pour sa générosité sans limites.

Woo Jin est bien conscient qu’accepter de travailler dans un tel service nécessite certains sacrifices. Il n’a par exemple plus le droit de voir sa famille, et tous les courriers qu’il fait parvenir à ses parents sont systématiquement contrôlés. En tant que personne manipulant des données confidentielles, ces échanges avec l’extérieur sont rigoureusement réduits afin de ne pas prendre de risques. Il doit rester à Pyongyang, et ne peut pas sortir des locaux dans lesquels il travaille et il vit sans être accompagné d’une patrouille. Pour sa sécurité, comme lui rappellent constamment ses supérieurs – après tout, et si des traitres décidaient de s’en prendre à lui pour obtenir l’accès à des informations capitales ? Il a donc le devoir d’accepter sans poser de questions toutes les mesures de sécurités mises en place par le gouvernement.

Il y a un autre devoir auquel les fonctionnaires, et plus particulièrement les élites comme lui, doivent se plier. La Corée du Nord souffre d’un important vieillissement de la population. Bien que le taux de fertilité soit relativement élevé, le taux de mortalité infantile particulièrement conséquent, surtout dans les campagnes, ne permet pas un renouvellement de la population. Ainsi, le gouvernement place la reproduction comme une priorité dans le développement de la nation, afin d’assurer la préservation de la race coréenne. Les individus comme Woo Jin, présentant une intelligence au dessus de la moyenne et caractéristiques physiques hors du commun sont particulièrement prisés. Mais les fonctionnaires d’élites n’ont pas le temps d’entretenir une vie de famille, trop pris par le travail, et la plupart d’entre eux ont de toute façon été recrutés très jeunes. Et pourtant, ils constituent un vivier plus qu’attractif de patrimoines génétiques avantageux. Ainsi, des dispositions spéciales sont mises en place afin qu’ils puissent eux aussi assurer leur devoir de transmission envers la nation. Une fois par semaine, les différents groupes sont conduits dans un bâtiment à part. Des cellules, appelées cabines,  se succèdent le long des interminables corridors grisâtres. Chaque homme est mené à une cabine, dans laquelle se trouve une femme. Ils n’ont pas le droit de parler. Accomplir son devoir de citoyen, mécaniquement et en suivant à la lettre les instructions qui leur avaient été donné, ne prend généralement pas plus de vingt minutes. La corvée ne s’éternise pas. Après quoi, ils sont reconduits à leurs dortoirs où ils ont droit à leur douche quotidienne.

Ainsi, aussi bien au dortoir qu’au travail, les jours, les semaines et les années se suivent, se ressemblant en tout point. Jusqu’à ce que la guerre entre les deux Corée éclate en Janvier 2011. Concrètement, peu de choses se mettent à changer dans la vie quotidienne de Woo Jin. Les fonctionnaires du service informatique doivent travailler plus dur que jamais afin de protéger au mieux les données confidentielles du régime. Les journées de travail s’allongent, ils ne disposent plus que de deux repas par jours, et les permanences nocturnes deviennent de plus en plus fréquentes. Les hommes sont dispensés de leur devoir sexuel et les rendez-vous arrangés disparaissent. La vie suit son cours dans un rythme plus intense qu’auparavant, jusqu’au bombardement des bâtiments administratifs de Pyongyang au début du mois d’Octobre 2011. La puissance de la déflagration réduit en cendres le bâtiment où vivait le jeune homme. Woo Jin et d’autres civils sont secouru de l’incendie par les forces armées sud-coréennes avant d’être pris en charge par des médecins et bénévoles venant de diverses associations et ONG. Les blessés sont rapatriés vers Séoul la nuit même.

UN MONDE PLUS GRAND

A l’hôpital, Woo Jin refuse de se nourrir. Il préfère mourir que de trahir sa patrie, et au fur et à mesure que ses brûlures dans le dos guérissent, alors qu’il retrouve peu à peu sa mobilité, il devient clairement évident qu’il va chercher à se faire du mal. Il est mis sous sédatif et alimenté par perfusions. Malgré les explications du corps médical, qui lui assurent qu’aucun mal ne lui serra fait, et qu’il n’est pas considéré comme un prisonnier de guerre, le jeune homme n’accepte pas sa situation. Un peu plus d’une semaine après son admission, la nouvelle tombe et l’image monopolise toutes les télévisions de l’hôpital : un traité de paix vient d’être signé. La Corée est réunifiée. Plus de nord, plus de sud, mais une seule et même nation. La poignée de main entre Kim Jong Nam et Lee Myung Bak devient une image historique, le symbole d’une promesse de paix. Mais pour Woo Jin, elle représente aussi l’effondrement du monde tel qu’il l’a toujours connu. Les gens autour de lui, le personnel de l’hôpital… Ils ne sont plus des ennemis, mais des concitoyens ? Les frontières n’existant plus, il sera autorisé à rentrer à Pyongyang une fois soignée ? Oui mais pour y faire quoi ? La vie avait été presque rasée par les bombes, et il lui sera impossible de reprendre son poste au sein du gouvernement. Il n’a aucunes nouvelles de sa famille. Son père n’a certainement pas survécu aux attaques sur la base militaire de Kaesong. Et sans lui, sa mère n’est plus rien… Woo Jin ne sait pas non plus ce qu’est devenu son petit frère, Yoon Woo Sung, qui venait juste d’avoir 19 ans.

Woo Jin conservera probablement les cicatrices de la guerre toute sa vie, traces de brûlures indélébiles dans son dos.  Deux mois après son admission à l’hôpital, après avoir enchainé les soins, les traitements et les séances de rééducation, il est enfin physiquement apte à sortir. Mais s’il est effectivement physiquement apte, il n’est pas encore mentalement prêt à la vie dans la société contemporaine capitaliste. Woo Jin ne possède rien. Il ne connait personne. Afin d’aider les anciens citoyens nord coréens à la réinsertion dans la société, le nouveau gouvernement lance un programme de suivi et d’apprentissage. Il est donc conduit, à sa sortie de l’hôpital, dans un camp d’accueil localisé un peu en dehors de Séoul. Il connaissait déjà l’existence de ce type de lieu avant d’y être envoyé, pour les avoir vus dans les télévisions de sa chambre. Les associations humanitaires et les ONG s’efforçaient d’organiser des quêtes alimentaires afin de nourrir les réfugiés, et de nombreux citoyens de l’ancienne Corée du Sud faisaient don de leur vieux vêtements et équipement à ces organismes, afin d’aider leurs nouveaux concitoyens dans le besoin.

Mais ces camps ont aussi une autre mission. Celui dans lequel est envoyé Woo Jin est réservé aux anciens citoyens de Pyongyang, ceux ayant reçu un minimum d’éducation. Ils n’ont ainsi pas besoin d’apprendre à lire ni à écrire, et sont en mesure de suivre des cours plus avancés de culture générale, d’histoire du monde, de sciences et d’anglais. Elevés dans l’ignorance et le mensonge, ils ne peuvent pas être largués dans la société sans un minimum de connaissances sur le sujet. Les plus anciens ont plus de mal à accepter ces nouvelles informations, qui contredisent tout ce en quoi ils avaient cru jusqu’à présent. Les plus jeunes, comme Woo Jin, ont le cerveau encore malléable, ils sont donc plus réceptifs. L’apprentissage n’est pas aisé pour autant. Leur éducation complète est à revoir, plus d’une vingtaine d’année d’accumulation d’informations erronées est à corriger. A Pyongyang, l’ingénieur en informatique pensait disposer de ce qu’il se faisait de mieux en matière de technologie. Mais au camp, il découvre tous les jours de nouveaux concepts dont il n’avait jamais entendu parler avant. Smartphone, WIFI, 3G, réseaux sociaux, web participatif, plateformes de discussion, moteurs de recherche,… Un monde rempli de nouvelles possibilités. Des destinations qui lui avaient toujours semblées inaccessibles sont maintenant à sa portée. Il n’avait jamais eu le choix, mais maintenant toutes ces opportunités sont presque oppressantes. Tous les jours, dans son entourage, d’autres réfugiés craquent sous la pression. Ils ont trop de nouvelles choses à assimiler, trop d’informations à s’approprier, trop de révélations à gérer, trop d’illusions brisées. Le choc est incroyablement puissant. Mais ils ne sont pas seuls. Ils reçoivent le soutient de la société, qui ne peut maintenant plus se permettre de les abandonnés. Leurs moindres pas sont suivis par des hommes en blouse blanche, qui surveillent de près tous leurs progrès. Woo Jin passe plus d’un an dans ce camp avant d’enfin recevoir son affectation, la preuve qu’il est à présent apte à une réinsertion douce dans la société. Ses capacités en informatique et en cryptologies ont été remarquées par le gouvernement, qui lui propose un poste à Touljin, la capitale de la CAP. Il quitte le centre pour réfugiés le 14 Juin 2013.

TOULJIN

Sa mission à Touljin n’est pas très différente de la position qu’il occupait à Pyongyang. Il travaille sur des bases de données hautement sécurisées contenant tous les programmes de rêves conçus par les chercheurs. Il doit veiller à la conformité des fichiers, réparer les bugs, et crypter les informations afin qu’elles ne tombent pas entre de mauvaises mains. Les pirates informatiques qui cherchent à mettre les mains sur la technologie de la création des rêves sont nombreux, les enjeux économiques étant énormes. C’est l’une des raisons pour lesquelles Woo Jin a été sélectionné pour ce poste : les séquelles de son éducation nord coréenne sont encore présentes, les notions de désobéissance et de trahison lui inspirent trop de craintes. Les employeurs de l’informaticien ont décidé d’exploiter ces travers à leur avantage, comptant sur son sens de la confidentialité surdéveloppé. Même si il a été jugé apte à vivre en société et à travailler, Woo Jin n’a pas encore repris le contrôle total sur sa vie. Même deux ans après la chute du régime Nord Coréen, et après 6 mois passés à Touljin, il a parfois encore du mal à s’adapter à la société capitaliste. Il touche pour la première fois un salaire, une somme d’argent dont il dispose librement, mais il n’a aucune idée de la façon dont il désire l’utiliser. Il ne sait pas ce qu’il veut, il ne sait pas ce qui lui ferait plaisir. Le choix est partout, omniprésent et oppressant. Il paye son loyer, achète le strict nécessaire pour vivre, et laisse le reste s’accumuler sur son tout nouveau compte en banque. Occuper un poste haut gradé dans l’industrie du rêve lui rapporte une somme d’argent respectable, mais dont il n’a pas l’utilité. Il n’est pas certain de comprendre la folie des grandeurs qui anime la société, la course au rêve qu’il soutient par son travail. Il n’a pas conscience de ce que les fichiers qu’il a le devoir de protéger représentent pour certaines personnes. Pour lui ce ne sont que des données, une succession de chiffres et de codes, des fichiers et des dossiers. Il n’a jamais montré d’intérêt pour le contenu de ces rêves, pas plus qu’il ne montre d’intérêt pour les machines qu’ils alimentent. Il se contente d’accomplir la mission qui lui a été confié par ce gouvernement qui est maintenant son seul point de référence.

If I have to fall from high, let my fall be slow
Code. validé <33
Comment avec vous connu le forum ? Hoacaca :3
Adeline, 23 ans, étudiante en deuxième année de master tourisme. Je fais du RP depuis ma tendre adolescence (uhuh).
Prenez soin de mon Woo Jin, c'est un peu mon bébé, même si j'ai pas été tendre avec lui :(
Let's have fun !   

PS: Il y a une chanson cachée dans cette fiche. Sauras-tu l'identifier ?
Spoiler:
 


Dernière édition par Yoon Woo Jin le Sam 22 Fév - 13:29, édité 31 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Kobayashi Nao;
Membre
Feat : Lee Ji Eun - IU

Féminin Nombre de messages : 70

Me, myself and I : 17 ans, d'origine japonaise
Doing this and that : Lycéenne


MessageSujet: Re: Everything is chaos. [terminé]   Lun 17 Fév - 0:49

Dadaaaaaaaaa ♥ bienvenue héhé ! Corée du Nord, je t'aime ♥ courage pour ta fiche o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Huan Eun Cheol;
Administrateur
Feat : Kim Heechul [Super Junior]

Double face : Lin Jing [ZiTao / EXO]
Nombre de messages : 76

Doing this and that : Trop riche pour bosser. Je sors, bois, mange, vomis et me détruit.

Dreams and illusions : No more dreams. Only one I want to forget. Forever.


MessageSujet: Re: Everything is chaos. [terminé]   Lun 17 Fév - 1:18

Yeaaah, un ancien Coréen du nord ! Si c'est pas la classe ça ;)
Enfin bref, je suis trop heureuse de te voir là Adeline ;A;
J'espère que tu vas nous sortir un perso de ouf avec toutes les questions que tu m'a posées hihi !



    The sky inside of me that makes me unable to love you anymore. Even if I hope that you stay a little longer if I beg, even though I want to be one of your memories forever, you're forgetting now. Your breath that is steadily getting further away to a place I cannot reach.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Yoon Woo Jin;
Membre
Feat : Lee Jung Shin

Masculin Nombre de messages : 25

Me, myself and I : 25 ans. 1m95. Ex citoyen Nord Coréen.
Doing this and that : Codeur & crypteur de rêves


MessageSujet: Re: Everything is chaos. [terminé]   Lun 17 Fév - 1:44

Merci Kirine ! Ahah, avec la CAP, l'opportunité était trop belle pour ne pas la saisir :D

Wesh Hoa me met pas la pressiooooooon ;~;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Yoon Woo Jin;
Membre
Feat : Lee Jung Shin

Masculin Nombre de messages : 25

Me, myself and I : 25 ans. 1m95. Ex citoyen Nord Coréen.
Doing this and that : Codeur & crypteur de rêves


MessageSujet: Re: Everything is chaos. [terminé]   Jeu 20 Fév - 21:38

Je me permet un double poste juste pour signaler que ma fiche est terminée :)
(.... enfin.... normalement.... si y'a rien à modifier :3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Kushakusha;
PNJ
Nombre de messages : 128


MessageSujet: Re: Everything is chaos. [terminé]   Jeu 20 Fév - 23:06

Dear baby, you can now start dreaming in our world !
Félicitation, ton passeport a été accepté par le service des douanes de Touljin, tout le pays te souhaite la bienvenue ! Maintenant que tu nous as rejoint, tu n'as plus le temps de rêver, tu dois t'activer ! Ne pense plus à ça et donne toi à la communauté, pour le bien de notre pays.
En tant que nouveau citoyen, tu peux dès à présent
Créer ta fiche de lien et te faire de nouveaux contacts parmi tes semblables
Demander un logement
Ou tout simplement venir Flooder avec nous en attendant de RP !
Nous te souhaitons un agréable séjour à Touljin.


Before your dreams can come true, you have to have those dreams.
-Joyce Brothers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I'm Contenu sponsorisé;

MessageSujet: Re: Everything is chaos. [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Everything is chaos. [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kusha Kusha :: DEPARTURE :: » Passeport :: Passeport Valide-