AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Sometimes you die a little inside [ADMIN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
I'm Huan Eun Cheol;
Administrateur
Feat : Kim Heechul [Super Junior]

Double face : Lin Jing [ZiTao / EXO]
Nombre de messages : 76

Doing this and that : Trop riche pour bosser. Je sors, bois, mange, vomis et me détruit.

Dreams and illusions : No more dreams. Only one I want to forget. Forever.


MessageSujet: Sometimes you die a little inside [ADMIN]   Dim 16 Fév - 18:32

Huan Eun Cheol ;
Poste vacant. Oui / Non; Feat. Kim Heechul [Super junior] ;

My name is my credit card.
Age. 24 ans
Origines. C'est plus compliqué qu'il n'y paraît... Du sang chinois, japonais et coréen.
Sexualité. Invalid;
Groupe Sanguin. AB
Groupe. Dreamless
I’m too sexy for my shirt.

    Je suis l'être le plus beau que l'on ait jamais pu crééer

La beauté asiatique s'incarne en Eun Cheol. Une beauté opaline divinisée par une allure empruntée. En réalité, décrire le spécimen en détails n'est pas forcément nécessaire, tout ce que vous devez savoir c'est que lorsque votre regard croisera le sien, vous tomberez sous son charme.

Son visage d'ange peut se transformer en un démon lorsqu'il vous sourit narquoisement du coin de ses pulpeuses lèvres et c'est cet air mystérieux, encadré par un nez qu'il trouve disgracieux et des yeux en amande noirs. Parfois il porte des lentilles de couleurs excentriques (pour un asiatique); bleues, vertes, voir parfois violettes. Il trouve que ça lui donne un charme et le différencie des gens "normaux", des gens "différents". Ses cheveux, naturellement noirs subissent très souvent ses caprices; roux, blancs, blonds, châtain, rouge... il a déjà tout fait. Il a la chance que ces derniers poussent très vite, il peut donc passer du bohème aux cheveux permanentés au petit ange aux cheveux courts comme il le souhaite. Bien qu'il regrette toujours de les avoir coupés quelques heures après...

Malgré tout, Eun Cheol subit les conséquences de ses habitudes alimentaires; il devient rachitique. La peau sur les os, les clavicules qui cherchent à s'arracher, le bassin qui transperce la peau, les côtes qui dessinent le ventre; l'anorexie. Pourtant ce dernier se trouve beau dans la maigreur, il aime voir les os qui tendent la peau, sentir ces morceaux incassables sous sa peau transparente. Ses os lui rappellent ceux de Geng... lui rappellent ce qu'il a souffert par leur faute alors il cherche à les avoir sous les yeux, toujours, ne pas les voir disparaitre sous la graisse. Il ne peut pas. Alors pour ne pas montrer sa maigreur il se cache sous des vêtements assez amples ou couvrant généreusement son corps. Il ne veux pas que les gens voient son corps, Yang Geng est le seul à pouvoir le voir nu et toucher ses os.

De nature très lunatique, Eun Cheol a dix millions de vêtements aux styles très différents, des pyjamas Tom et Jerry aux costumes apprêtés pour les grandes occasions. Après tout c'est un fil de bonne famille,il se doit d'avoir une certaine classe. Alors il garde ces vêtements classiques pour les soirées mondaines. Sa beauté émane de toute façon quels que soit les vêtements qu'il porte; on est une oeuvre du Seigneur ou on l'est pas.
You’re in my head, get outta my head. –Ashlee Simpson

Rêver pour vous, c'est ? Un cauchemar. Les larmes et la peur et le sang qui te remontent dans la gorge pour venir t'étouffer dans ton sommeil.
Un rêve qui vous a marqué. C'est la dernière fois que j'ai rêvé avant de définitivement arrêter. J'étais nu, dans un grand champ de blés très hauts. Perdu là dedans je me suis mis à courir sans savoir où aller. Au fur et à mesure que je courrais, mes pieds commencèrent à saigner. Puis le champ à disparu, je me suis retrouvé au bord de la rivière de mon enfance. De mes pieds ensanglantés s'échappaient mes phalanges mais je n'avais pas mal... J'ai crié un nom et puis tout est devenu blanc. Il n'y avait qu'une silhouette noire très loin. J'ai répété le nom. Il s'est retourné. Je l'ai aperçu, son visage déformé, ses os s'extirpant, le défigurant et je suis tombé. Réveil.
Y'a ce côté connard en moi, celui enseigné par mon père, ce côté pédant et imbu de sa personne qui se dégage de mon corps tout entier quand je porte un costard. Dans ces moments là je deviens exécrable, le genre que t'as surtout pas envie de fréquenter, qui connait sa beauté, son pouvoir et qui se prend pour le roi du monde. Ca m'arrive souvent au contact de gens du milieu mondain, je deviens comme eux et cherche à leur ressembler. Alors si dans un de ces moments, un de mes amis « normal » me surprenait, je ferais surement semblant de ne pas le voir. Ce mec deviendrait qu'un morceau de merde resté accroché à mon pied et que je cherche à éjecter de ma chaussure tout juste cirée.

Puis y'a l'autre moi, l'autre masque que je porte dans la vie courante. Y'a le garçon normal, qui paraît facile d'accès, à toujours entrainer les autres et les faire sourire par de bonnes petites remarques. Y'a le Eun Cheol gentil, attentionné, le Eun Cheol qui ferait tout pour ses amis, qui vendrait son corps, qui irait jusqu'à donner sa vie pour eux. Y'a ce moi qui se lie difficilement aux gens malgré les apparences mais pour qui l'amitié représente la seule chose qui arrive à le faire tenir debout.

Et puis y'a moi. Y'a le malade, l'anorexique dépressif qui passe ses nuits dans le noir, le silence et les abimes. Y'a le moi qui a peur du lendemain, qui a peur de rêver, de sombrer, de tomber amoureux. Y'a ce moi plongé dans le silence, qui a du mal à nager et sortir sa tête de l'eau, ce moi un peu trop perdu et étouffé par la fumée des réacteurs.

Et tous ces moi s'entremêlent dans un brouillard dense alors que j'essaye de marcher dans la rue. Ces moi qui me disent de manger mais qui font trembler la fourchette près de ma bouche, ces moi qui me font manger mais qui me guident jusqu'aux toilettes. Y'a ces moi, la nuit, ces moi qui font peur, prêts à faire ressurgir le passé, prêts à pénétrer mon âme pour chercher la douleur. Y'a ces moi qui se battent, sans savoir qui sortira vainqueur et qui me fatiguent... qui me fatiguent...
I won’t get stuck in the past –Ashley Tisdale

    « Je suis un enfant de la Chine, pas de cette Chine rurale que tous connaissent et ne cessent de dévaloriser mais de cette Chine bourgeoise et pédante qui cherche à dominer le monde. Je suis l'enfant d'un riche entrepreneur chinois qui a construit sa fortune sur du mensonge et des pots-de-vins. Je suis un enfant typique, unique, mais un peu trop pâle. Je suis un enfant de la Chine. L'enfant d'une mère bâtarde et d'un père puissant dont les parents ont arrangés l'union. Je suis le fruit d'un arrangement commercial, d'une union de l'amour artificiel. Un enfant désiré, héritié, je suis un enfant de la Chine. »

Né dans l'ancienne Touljin, bien avant l'apparition de la CAP, Eun Cheol a toujours vécu dans le luxe, la pollution, la bienséance imposée par un milieu qu'il n'avait pas choisit. Il a été élevé de façon stricte et vieille école par une gouvernante, ses parents étant trop occupés par les affaires familiales. Il avait depuis tout petit sentit que sa mère ne l'aimait pas, qu'elle lui en voulait pour une raison qui lui était inconnue. Elle était basanée, un peu bâtarde au fond, du sang coréen se mêlant à son sang japonais et la jalousie d'avoir un fils à la peau si pâle et aux traits si précis et élégants la rongeait profondément. Alors lorsqu'on lui avait proposé de l'allaiter, elle avait refusé, prétextant la sauvagerie du geste plutôt que d'avouer son dégoût du petit garçon. L'amour de sa mère, Eun Cheol n'a jamais pu l'obtenir, même après des années.
    « J'étais con, un vrai petit con. Le genre de gosse que t'as envie de frapper tant la connerie transpire par tous ses pores. J'étais un vrai gosse de riche, en gros, un garçon pédant, égoïste, arrogant, le vrai clone de mon père, non, j'étais plus beau que lui. Avec mes jolis cheveux longs d'un noir d'encre toutes les autres mamans rêvaient de m'avoir comme leur fils et moi, bien sur, je prenais le plus grand plaisir à jouer de mes charmes de petit garçon... j'étais un vrai con, à l'époque.  »

C'était un véritable gosse de riche, entrainé à devenir le même homme arrogant et cynique que son propre père. Jamais satisfait il ne cessait de faire des crises à ses parents qui cédaient évidemment toujours. La vie était tellement facile pour lui, dans tout ce luxe, il avait ce qu'il voulait et faisait ce qu'il voulait, une vraie vie de château. Et puis un jour, lors d'un cocktail mondain, Eun cheol fit la connaissance d'un garçon...
    « Je me souviens encore de son sourire lors de notre première rencontre... j'avais 14 ans, lui 15. Et je crois que j'étais un peu tombé amoureux de lui. Je savais pas ce que c'était mais devant lui je n'ai pas su jouer à mon jeu habituel, je n'ai pas su faire mon beau et chercher à me vanter, je n'ai pu que rester muet, l'observant. A l'époque j'étais seul, foutrement seul, aucun ami autour de moi, juste des gouvernantes et des précepteurs; je crois que ça participait à mon caractère de chiotte, mais quand il est arrivé, tout à changé. Lui aussi était gosse de riche mais il était tellement... différent. Tellement... que je l'admirai.  »

La rencontre de Eun Cheol avec Geng marqua un véritable tournant dans sa vie. Geng devint son meilleur ami, son seul ami; il était tellement humble, doux, attentionné, simple, c'était plus qu'une bouffée d'air frais pour Eun Cheol qui se sentait enfin vivre. Il profita des petits plaisirs de la vie, Geng l'emmenant partout avec lui, lui faisant découvrir le bonheur, le vrai, pas celui des mondanités et du superficiel. Ils étaient bien, comme ça, tous les deux. Et puis un jour, Geng avoua l'inimaginable à son ami. Allongés tous deux dans l'herbe du parc de la demeure des Huan, ils regardaient le ciel d'un bleu étincelant quand tout d'un coup Geng parla, d'une voix plus tremblante qu'elle n'aurait du l'être :

« Chullie... je vais devoir partir. Bientôt.
- Ah bon ? Où ça ? J'peux venir avec toi ?
- Non... tu comprends pas. J'vais devoir partir, quelque part où tu peux pas me suivre. Chul... je vais mourir. »


Le choc fut violent et Eun Cheol crut que la terre de dérobait sous son corps, que tout son univers s'écroulait, que ses os se réduisaient en poussière, que... qu'il mourrait.

“we will fall like ripe fruit and roll down the grass together.
dear friend, let me lie beside you watching the clouds until
the earth covers us and we are gone.” - Jeanette Winterson
    « Il avait la maladie des os de verre, cette putain de maladie qui l'avait bouffé pendant toutes ces années. Elle l'avait rongé de l'intérieur, le blessant plus profondément que n'importe quel accident. Alors il était partit, le lendemain, il était partit pour un hôpital, loin, un hôpital qui l'accompagnerait dans ses derniers moments. On ne me dit pas où il se situait et je n'eut pas le droit de le revoir, non, je ne revit jamais celui que j'avais aimé à en crever... je crois ne pas avoir toujours fait mon deuil. Si seulement... si seulement j'avais pu lui dire que je l'aimai avant qu'il ne disparaisse, si seulement j'avais pu l'aider lorsque ses os le faisaient souffrir, savoir et ne pas l'entrainer dans des ballades qui avaient probablement aggravé son cas... si seulement. »

La douleur et la tristesse qui s'emparèrent de lui alors le poussèrent à partir et s'isoler dans un petit appartement dans la capitale qui était à présent en plein essor. Il commencé à s'enivrer de la folie de Touljin, de la déchéance et du désespoir des gens qui la peuplait pour parvenir à faire disparaître totalement la moindre once de rêve qu'il lui restait. Les rêves étaient devenus de véritables cauchemars pour lui, il n'y voyait plus que son visage, son sourire, ses lèvres, son corps et il avait peur et il pleurait et il criait et il avait tellement mal qu'il aurait aimé s'arracher le coeur pour ne plus y penser. Alors il avait décidé de sa propre volonté de laisser la ville bouffer ses rêves, de les digérer et de n'en laisser plus une seule miette.

Jamais il ne toucha aux pilules qui promettaient les rêves, par peur de le revoir et de devenir fou... le revoir mais qu'il ne soit pas là, c'était trop dur. Alors il erre, âme en peine aux sombres nuits noires. Il ne prend plus la peine de se nourrir et voit la vie défiler devant ses yeux sans y prendre part. Pourtant... le jeune homme se cache derrière une façade plus épaisse que n'importe quelle carapace, il joue au garçon jovial, heureux et bien dans sa peau. Il continue à aller dans des soirées mondaines et reprend doucement contact avec ses parents, reprenant son rôle de jeune homme bourgeois sur de lui. Bien évidemment, ce n'est qu'une façade.
    « Un masque de carton posé sur ma face qui me rappelle l'être ignoble que j'aurais du être et l'homme pitoyable que je suis devenu. »

All the days are forgetting
They've gone out with the tide
Lost at sea somewhere, waiting
Like setting suns at the rodeo
Trying to find someone you'll never know -♫♪
Sealed with lies through so many tears –Evanescence

Code. Auto validé :3
Comment avec vous connu le forum ? Ca fait déjà 8 ans (bien avant Kushakusha, ce forum vivait déjà~)
Je suis la grande prêtresse Hoa ! En vrai appelez moi Hoa ou Flo' ou comme vous voulez, j'ai 22 ans et suis étudiante à l'école des Arts Décoratifs de Paris en architecture d'intérieur.
Sinon j'aime l'Asie, le cinéma, la cuisine, l'art, manger, dormir, les concerts, les bouquins, Kim Heechul, Yamamoto Yusuke, MUCC, Infinite, Tao. Et puis c'est tout ! (ou presque)
Spoiler:
 



    The sky inside of me that makes me unable to love you anymore. Even if I hope that you stay a little longer if I beg, even though I want to be one of your memories forever, you're forgetting now. Your breath that is steadily getting further away to a place I cannot reach.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
I'm Kushakusha;
PNJ
Nombre de messages : 128


MessageSujet: Re: Sometimes you die a little inside [ADMIN]   Dim 16 Fév - 18:39

Dear baby, you can now start dreaming in our world !

Félicitation, ton passeport a été accepté par le service des douanes de Touljin, tout le pays te souhaite la bienvenue ! Maintenant que tu nous as rejoint, tu n'as plus le temps de rêver, tu dois t'activer ! Ne pense plus à ça et donne toi à la communauté, pour le bien de notre pays.
En tant que nouveau citoyen, tu peux dès à présent
Créer ta fiche de lien et te faire de nouveaux contacts parmi tes semblables
Demander un logement
Ou tout simplement venir Flooder avec nous en attendant de RP !
Nous te souhaitons un agréable séjour à Touljin.


Before your dreams can come true, you have to have those dreams.
-Joyce Brothers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sometimes you die a little inside [ADMIN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kusha Kusha :: DEPARTURE :: » Passeport :: Passeport Valide-