AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 tu craqueras le premier;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: tu craqueras le premier;   Mar 7 Déc - 22:08

    ▬ Je me suis toujours demandé pourquoi tu agissais comme ça avec moi, dit-il histoire d'entamer une nouvelle conversation. Il avait ouvrit la bouche et c'était empressé de sortir la plus débile phrase qui lui était passait par la tête. Ce silence c'était fait pesant, embarrassant ce qui ne calmait pas pour autant les battements bruyants du cœur du jeune brun. Le regard du plus vieux dans le sien, quelque chose qui ne présagé rien de bon en effet et il n'aimait vraiment pas ça. Il était beaucoup trop calme, à leur entrée dans sa maison, il n'avait presque rien dit. Peut-être qu'il était tout simplement paranoïaque, hein? Oui, peut-être. Avec cet homme on peut réellement s'attendre à tout et n'importe quoi. Quel homme lunatique. Cho Eun Jo, posa son postérieur sur le plus grand fauteuil de la pièce, il était beau, tel celui d'un grand prince, il avait l'impression d'être encore dans son premier chez lui et de jouer sur la grande chaise en bois de son père qui lui criait dessus au loin, c'était la bonne vieille époque, une très belle nostalgie. Il ne lâcha pas du regard le jeune homme. Sortant de sa poche son paquet de cigarette, il était tout neuf. Il le déballa tranquillement avec ses longs doigts fins et rongés par ses belles dents blanches. Il était sur que ça lui changerait peut-être les idées. Une bonne cigarette pour tuer le temps. Et puis ça lui évitera le massacre de ses ongles, même s'il était sur que sa mère (adoptive) lui criait dessus comme jamais. On ne fume pas dans la maison avait-elle crier. « Sauvez! » penseraient alors ses ongles, s'il avait eu la seule chance de parler. Il porta la barre de tabac sur le bout de ses lèvres pulpeuses, humides et si bien dessinées. Elles étaient parfaites. Après avoir déposé le paquet sur la table basse qui ce trouvait au milieu des deux amis - il y avait aussi deux petits verres et une grand bouteille d'alcool, qu'il venait tout juste d'acheter - il sortit de suite ses petites allumettes, il en alluma une très vite, allumant sa cigarette, laissant le monoxyde de carbone ce consumer dans la pièce. Il soupira difficilement, sentant que son petit rhume reprendre le dessus, il finit par une toux sèche, puis racla de la gorge. Aish, cette cigarette avait vraiment mauvais goût de quelle marque était-elle? Il releva la tête en direction de son ami, un ami qui lui était très cher. Ryuujishiro, un nom avec lequel il avait eu de nombreuses difficultés au début, il lui était arrivé de ce tromper, mais après de longs moments passaient avec lui, on finit par s'y habituer. Il était devenu son grand ami, juste un grand ami, parce qu'il ne pouvait pas y avoir deux meilleurs amis dans sa vie, non, c'était même impossible. Il avait prit une partie extrêmement importante dans sa vie, il avait apprit à aimer, à rire et surtout à montrer cette réelle facette de lui en sa présence. Il a toujours aimé sa présence. Eun Jo l'adore tout simplement. Eun Jo, avait-il pensé en fermant les yeux. Son propre prénom lui revenait en tête. Un prénom qu'il n'appréciait pas tant que ça. Un prénom qu'il détestait même. Un prénom que sa mère aveugle lui avait donné. Le seul souvenir propre qu'il avait eu de sa chère et tendre maman. Un prénom de fillette. Eun Jo, un grand rancunier dites-vous? Un méchant garçon? S'il était vraiment méchant croyez-vous simplement qu'il aurait gardé son idiot de prénom? Pauvre idiot. Et puis ce prénom n'est qu'à lui, personne, je dis bien personne ne le portera aussi bien que lui. Il huma la fumée du tabac qui ne cessait de s'évaporer dans la salle. Il ouvrit avec lenteur les yeux, Ryu' était encore là, son cœur manqua un énième battement, savoir qu'il le regardait de cette façon le déstabiliser et pourquoi partirait-il? Il a beau lui montrer ce côté extrêmement bad boy, il est quasiment sur que celui ci éprouve les même sentiments pour lui. De la compassion, une forte amitié. Il en était sur et certain. Le coréen sourit comme un ange ce demandant bien ce que le jeune homme pouvait bien penser en le regardant. Pensait-il que la cigarette était mauvaise pour les personnes de son âge? Ah oui, peut-être bien, qui sait. Il tira un coup bref sur sa cigarette laissant la fumée partir encore et encore, il toussa un peu. Ce rhume le tuera. Il recracha la fumée par le nez, toujours aussi souriant. ▬ Pourquoi, tu me regardes comme ça? questionna t-il sur un ton d'insolence. Histoire de le provoquer, afin d'attirer son attention. Qu'il ce réveille, maintenant. Il n'était pas du genre à parler tout seul, ça n'est pas de son genre. Qu'il l'écoute, mais aussi qu'il lui réponde. Il est aussi invisible que ça? Qu'il arrête de jouer au boss de la mafia, comme il pensait si fortement. Etais-ce le bon moment pour lui faire cette stupide remarque?

    Il lui tendit avec gentillesse la fin de sa cigarette ce demandant si par hasard c'était de qu'il attendait. Il sourit gentiment, posant proprement la cigarette dans le cendrier au cas où l'envie du garçon ne revienne à la surface et puis il n'était pas son porte cigarette après tout, il n'allait pas attendre une réaction du jeune homme. Il posa ses deux mains sur son bonnet de couleur noir prenant le temps de l'arranger sur sa petite tête, en gonflant automatiquement des joues, puis il prit le temps de recentrer ses grosses lunettes de vues sur son nez, croisant en toute simplicité des bras, le dos affalé sur le fauteuil. Il avait extrêmement froid, ce froid le prenait une nouvelle fois et en plus de ceci la cigarette n'avait rien arrangé. Il savait qu'il aurait dû mettre quelque chose de plus chaud, même dans cette maison il fait un froid de canard. Malgré ça il n'avait pas écouté sa conscience, il avait préféré son gilet de couleur sombre et puis il était chez lui, il n'avait qu'à monter au premier pou prendre une autre bonne laine. Il était simple. Toujours trop simple et il ce demandait bien si cette simplicité ne devait pas bouffer le cœur du plus grand. Mise à part deux ou trois points, ils n'avaient rien en commun. Le nippon, lui, avait cette classe naturelle, il n'avait pas besoin d'en faire trop, cette maturité, ce charisme, cette façon rassurante de lui parler lorsqu'il avait besoin d'un stupide conseil. Oui, il sait que pour de nombreuses choses, Ryu' sera là pour lui. Malgré le fait qu'il soit parfois étrange avec lui. Même s'il ne sait parfois pas comment le saisir. Comme tout de suite.

    Il ne voulait pas de sa cigarette, alors? Il haussa un sourcil, remontant les longues manches du gilet fait de laine. Tricoté par les mains de sa mère adoptive. Il le portait pour faire plaisir à celle ci, elle ce plaignait souvent du manque de vie du garçon, mais aussi du fait qu'il ne soit pas du tout reconnaissant envers elle. Alors, il le portait lorsqu'il n'oubliait pas pour qu'elle ne bronche pas tôt le matin. Et ça marchait. Il n'avait pas à l'affronter à l'aube. Quel bonheur. Cette vieille le tuera avant ce rhume en vrai. Elle était toujours là à vouloir son bien, à lui tricoter des vêtements sans qu'il ne lui demande la moindre chose et finalement à lui crier dessus lorsqu'il ne les portait pas. Pensait-elle qu'il ce sentait mal au sein de la maison? Il ne fallait pas, parfois il aimerait la prendre dans ses bras et lui dire que tout va bien. Elle ne doit pas s'inquiéter pour si peu. ▬ Ryuujishiro. Maintenant, il était inquiet. Il grimaça, penchant la tête, ce servant dans son paquet de cigarette, il fit la même chose qu'avec la première, la laissant ce consumer avec lenteur, après celle ci, il finirait son verre, il ne voulait pas en laisser une goutte. Il coinça sa cigarette au coin de ses lèvres, tapotant sur chacune des ses poches. Ah oui, c'était peut-être du à ça! Il ce leva, fouillant dans la poche arrière de son jean, il y sortit son portefeuille et y sortit une bonne somme d'argent, là il les lui balançant sur la table. Pourquoi cet argent? Pour tous les moments où il a eu l'occasion de lui payer ses cigarettes. Oui, il y a eu beaucoup de moments où Eun Jo ne pouvait ce payer ses cigarettes tout seul ou autres choses d'ailleurs. Il avait eu de gros problèmes d'argent avant de ne toucher l'héritage de son père, donc bon, étant l'ami le plus proche du coréen, il avait demandé service au nippon. Lui, il gagnait bien sa vie, non? Il apparaissait dans de grand magazine de mode, il était même en première couverture dans de nombreuses librairies. Il l'enviait. Il leva la tête en direction du plafond, n'entendant aucun bruit au premier étage. C'était bizarre. D'habitude son grand frère y était, avec ces amis les dealers, ils y venaient faire des échanges, mais aujourd'hui il n'y avait rien du tout. C'est souvent dans cette maison que les deux amis ce retrouvaient pour y boire un coup ou y discuter longuement. Cette maison, il devrait l'appeler sa maison, mais il n'y arrive pas. Rien ne lui appartient ici.
    Cette maison contenait exactement trois étages. Au rez-de-chassez s'y trouve un grand salon, une grande cuisine pas plus loin. Au premier étage que s'y trouvent de grandes chambres et des salles de bains, et au troisième le grenier, le refuge de son frère. Cette drogue est celle que vous connaissez. Celle pour pouvoir rêver et encore rêver ce construire un monde. Une chose que les deux confrères ne savent pas faire. C'est aussi surement pour ça qu'ils ce comprennent si bien et qu'ils arrivent si bien à ce serrer les coudes. ▬ Tu peux compter si tu veux. Si c'était ce qui le rendait si muet pourquoi pas? Il ce rasseye sur le fauteuil, il recracha de la fumée de sa bouche, après l'avoir retiré de sa bouche. ▬ J'arrive pas à y croire, tu me faisais la tête pour ça. 'Spèce de sale vorace. dit-il en riant à gorge déployée, il le pointa du doigt pour accentuer sa moquerie envers lui. Quel crétin. Il regarda la première cigarette qui venait de mourir dans le cendrier et ceux sans même que Ryu' ne l'ai prise. Lui qui lui avait souvent acheté des cigarettes, il devrait connaître le prix exorbitant auquel elles étaient vendues. Il haussa un simple sourcil n'en croyant pas ses yeux - et pourtant il le devrait -

    ▬ Vorace sans cœur. accentua t-il en aspirant de nouvelles bouffées de sa cigarette. Dire qu'il arrivait à le supporter, il ce demandait bien comment il faisait. Il s'auto-récompenserait lui même si c'était possible. Car les personnes aux caractères beaucoup trop complexes, il ne s'y piquent pas - à l'habitude - Il regarda la pièce vide à l'odeur beaucoup moins accueillante, sa mère le tuerait! Quel heure était-il pour que les drogués ne soit pas encore là? Il ce le demandait bien, mais le problème c'était qu'il n'avait pas sa montre à gousset en sa possession, s'étant pressé d'être sortie de sa chambre pour ne pas avoir le droit à la séance câlin de sa vieille et puis il n'a pas de portable, ce sont des choses inutiles voir totalement futiles. Donc bon. Il saisit de sa main gauche le verre au breuvage alcoolisé, il y bu une longue gorgée, secouant la tête de gauche à droite. Qu'es que ça pouvait être fort. Il devait surement être dans l'après-midi ou bien le soir, il était rare qu'il vienne voir Ryu' le matin, à moins qu'il n'ai dormi chez lui. Il laissa son regard innocent ce poser sur le visage du plus grand. Il devait avoir prit la grosse tête alors, si ça n'était ni la cigarette et ni l'argent. C'est connu, chez les personnes qui commencent à voir la côte. Sa petite famille ne rentrerait alors pas de si tôt, tant mieux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: tu craqueras le premier;   Mar 7 Déc - 23:51

    Pour être honnête, il ne sait pas trop pourquoi il l'a suivis. C'est comme... Dans ces bad trip, ou on est à un endroit, et au réveil dans un autre, sans savoir comment diable on c'est retrouvé la? Il frissonne. Il l'avait suivis, sans se poser plus de question, après tout, Eun Jo - quel prénom ridicule - est l'un des rares étudiant de la fac à lui adresser un t'en soit peu la parole. Pour les autres il n'est qu'un mec arrogant ou un autiste. Le genre "danger ne pas trop secouer, pour plus de précaution ne pas approcher". Il se souviens, quand il était lycéen, il avait tellement "d'ami". Le plus populaire du lycée, malgré ses nombreuse absence du en partis à sa haine du système scolaire japonais et à son Enjokosai. Ha... Le bon temps. Mentir et manipuler à tours de bras, passer pour le gentil garçon mignon et niais. Maintenant il est adulte, et se trouve surement trop vieux pour s'encombrer de feindre d'être sympa avec des gens dont la majorité ne lui servira à rien et dont il se fou. - Comme lui - Pour dire vrai, Eun Jo fait partis de ces personnes. Ce genre de personne dont Ryu prend un soin particulier à éviter comme la peste. Imbécile heureux. Vraiment, dans un monde comme celui ci, les gens comme lui ne devrais pas exister... Surtout pas. Mais deux choses caractérise les gens comme lui. Leurs naïveté, et leurs ténacité. Comme un boomerang, plus on le jette fort, plus il revient vite. Et comme le disait si souvent son ancien professeur adoré "S'adapter ou mourir". Il fait donc avec. Faisant abstraction de tout - des battements de son coeur dans ses tempes , des images , des sentiments anciens, enfouis depuis bien longtemps qui s'insinue dans son corps, fourbe - et tente de rester un minimum "lui" avec le garçon. C'est à dire : Froid, distant, supérieur et méchant. Useless.

    C'est ainsi, que sans savoir pourquoi, à force de le rejeter, et au fil de conversation banal voir ennuyante, ils étaient arrivé ici. Il déglutis difficilement, en se rendant compte qu'il était arrivé dans la gueule du loup. Dans la maison familial. Non, dans UNE maison familial. Il se sent, sans vraiment pouvoir le contrôler, nauséeux. C'est plus fort que lui. Peut être peut-on appeler cela une phobie. Surement même. Mais depuis Uteki, il n'en avait parler à personne. Cette phobie du cadre familial. Cette appréhension qu'il a à rentrer dans la maison des autres, à voir ou parler à la famille d'autrui ... Surtout mère et père. Et surtout, le cadre en lui même, la maison. Dans ces moments la, il se sent comme un gamin, hurlant et se débattant à l'intérieur - non, non je veux pas y aller, me force pas je veux pas j'te dit!! - Si il doit se psychanalyser lui même il pourrait facilement dire d'ou viens cette phobie : Sa propre maison, sa propre famille. N'a t'il pas tout fait pour briser ce cercle infernal? Vivant même pendant 4 ans dans la rue? Il inspire doucement par le nez, jette quelque coup d'oeil à droite à gauche. La maison semble vide. Doucement il se détend, reportant son attention sur le brun qui lui, à su se mettre complétement à l'aise. Il est soudain pris de la violente envie de lui mettre sa main dans la face.

    ▬ Je me suis toujours demandé pourquoi tu agissais comme ça avec moi

    Il sursaute imperceptiblement. Oh oh? Le coréen sait il lire dans les pensées? Ryu souris doucement en coin. Que répondre à cela? Tellement de chose - sauf la vérité - tellement de mot, trop de mot. Il préféra tourner la tête de coté, détaillant un peu la maison. Classique. Les photos de famille... Pitoyable.

    ▬ Ryuujishiro.

    Son attention reviens sur le brun. Une veine tape un peu contre son front. Dieu qu'il déteste entendre son prénom, qu'il le hais ce prénom. Il cligne légèrement de l'oeil, observant les pièces roulant sur la tablette.

    ▬ J'arrive pas à y croire, tu me faisais la tête pour ça. 'Spèce de sale vorace. ▬ Vorace sans cœur.

    A la dernière phrase, il prend enfin le temps de considéré Eun Jo. Son bonnet couvrant des cheveux brun et bien peigné, une peau pâle et parfaite, des lunettes entourant des yeux vif, vivant et expressif... Trop expressif. Ryu passa une main dans ses cheveux doucement, soupirant bruyamment.

    - Haaa ! Mattaku.

    Il s'affala sans plus de ménagement dans le fauteuil qui lui parru soudain gigantesque. Quoi que, tout parrait gigantesque lorsqu'on a 1m59. "Chibi". D'un clignement d'yeux il chassa cette pensé, se... Souvenir. Rapidement de sa poche, il sortit son propre paquet de clope, cigarette noire dont il en alluma une nonchalamment, à l'allumette comme à son habitude - il a en horreur les briquets - éteignant la flamme de ses doigts comme à chaque fois, l'une de ses pires habitudes surement. Il tira doucement, levant un sourcil en observant le coréen.

    - Faudra que tu me dise comment tu fait sa. Arriver à me trainer comme si de rien était chez toi. Il t'es jamais venu à l'idée que je détesté sa? Crétin. Honto~ !

    Il fit une moue, feignant d'être fâché avant de sourire doucement. Maintenant qu'il est la, autant faire avec. Il croise les jambes, posant son sac de cours à ses cotés, froissant au passage quelque magazine et manga qu'il avait acheter en passant. Peut être ferait il un tour chez Arata maintenant qu'il est la?


    -... On aurait pus acheter à manger aussi en venant, j'ai envie de sucré. Merde. T'es toujours à foncé la tête la première...

    Il releva doucement la tête, laissant la cigarette fumé au bout de ses doigts, plantant ses yeux dans ceux du brun, semblant se souvenir de quelque chose. Il l'observa un moment qui aurait pu paraitre une éternité, s'apprêtât à dire quelque chose, peut être quelque chose comme... Non, vraiment. Il ne veux pas y penser. Pas maintenant. Alors il se contente de sourire, de se grand sourire scintillant, carnassière, et, d'un geste désinvolte, recrache sa fumé de cigarette au visage de Eun Jo. Peut importe à quel point ce geste peu paraitre équivoque. Peut importe tout.

    - Maintenant qu'on est la, tu va me laissé mourir de faim ou ?

    Il souris de plus belle, se laissant allé un peu plus dans le fauteuil.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: tu craqueras le premier;   Mer 8 Déc - 9:44

||voilà, voilà juste pour te dire que (hahaha) ne soit pas aussi gentille avec Eunjo, je teindrais le coup *etpan*

    « Haaa ! Mattaku. » il fronça tout simplement les sourcils faisant la moue. Il savait comment parfois agissait le jeune homme, à longue il s'y faisait, il s'y adaptait et surtout il savait qu'il n'avait pas le choix, c'était ça où la perte d'un ami très cher. S'il voulait le perdre? Du tout bizarrement, il s'y était bêtement attaché et le pire dans tout ça était qu'il ne savait s'il pouvait à présent ce défaire des lianes qu'il avait enroulé autour de son corps, du poison qu'il avait mit dans son verre. Pourquoi il s'attachait à un homme aussi terne, au caractère mauvais et si difficile? Pourquoi n'allait-il pas voir ailleurs comme ce jeune garçon qui joue avec sa petite sœur, hein? Pourquoi ne le lâche t-il pas en plein chemin? Parce qu'il ne pense pas pouvoir ce relever après, c'était lui qui souffrirait le plus. Il le savait, perdre à nouveau quelqu'un qu'il appréciait ne lui serait pas bénéfique, mais du tout. Il ce retrouverait même perdant dans toute cette histoire, sans personne à qui parler, sans personne pour le consoler. Et Ryu' était cette personne qui lui fallait constamment. C'est vrai, Eun Jo lâche très vite l'affaire lorsqu'il n'arrive pas à saisir le caractère d'un autre mais après sa rencontre avec le jeune nippon, sa seule envie avait été de le revoir. Sa façon de faire, de parler, de dire les choses clairement lui plaisait assez. Son regard le passionnait. Ses gestes tout aussi, ses faibles sourires à en faire tomber plus d'un - ou d'une au choix - il aimait tous ces petits points de cet homme extraordinaire. C'est vrai, il en faut du temps pour pouvoir apprendre ce garçon, mais lorsqu'il vous appartient en quelque sorte vous ne voulez plus le lâcher du tout, vous voulez qu'il soit à vous rien qu'à vous, qu'il puisse vous en dire plus. Oui, parce que le châtain et attractif, je vous le répète on ne ne peut ce lasser de cet homme là. Il ne peut ce passer de lui, il pourrait même devenir le jouet de son interlocuteur s'il était plus brusque, oui, il en était sur. Il ne préféra rien dire, gardant ses mots pour un moment plus intéressant, ne jamais répondre à ce genre de provocation futile. Il n'est pas nécessaire de répondre à tout, de lui lécher les boîtes. Parce que oui, il ne pouvait ce passer du jeune homme, mais ce dernier devait à son tour accepter le garçon détenant le prénom d'une jeune fille, le non-rêveur si vous préférez. Il resta sur le grand fauteuil de la pièce, la cigarette à la bouche, son regard scrutant toujours autant les traits du visage de son interlocuteur. Il paraissait vraiment petit, très petit, mais Eun Jo n'était pas aussi grand que lui, disons même qu'il est même plus petit que lui concernant sa taille. C'est un minimoys. Un mètre cinquante-sept, rien que ça, rien de très grand mais il a un cœur incroyable, sa joie de vie n'est peut-être pas au maximum, mais il reste un bon petit gamin. Il sourit doucement à cette remarque faites plutôt ou moins à lui même, il arrivait à ce remonter le moral, c'était déjà ça. Il ne loupa pas un seul de ces faits et gestes, essayant de détecter la moindre analyse suspecte chez le garçon, mais en vint. Il sortit à son tour son paquet de cigarette, des barres de tabac à la couleur noires, tout ce que n'aimait pas Eun Jo. Un nouveau business pour les marchands de tabac et seul les idiots y portaient une quelconque attention. Du genre, Ryuujishiro? Oui, il l'a lui sortirait celle là aussi, juste histoire qu'il ai envie de le frapper, il le savait bien. Il avait cette manière de le regarder lorsqu'il disait une bêtise de trop, comme un père qui est sur le point de frapper son fils. Il sourit lentement en le voyant allumer sa cigarette avec cette fameuse allumette, il avait aussi ça en commun, ce petit boycotte contre les briquets. Lui non plus n'aimait pas trop ça, une mauvaise expérience et si ça n'avait été que ça. Il ce rongea faiblement le bout de ongles avant de ne porter sa cigarette sur ses lèvres. Il ne fallait pas y penser ou du moins pas tout de suite. Ce sont des choses qui nous perturbentqui nous rongent et c'est avec ce genre de choses qu'on devint bête et coincé.

    Il baissa lourdement la tête, laissant apercevoir derrière son petit bonnet un gros pompon de couleur totalement différent. Le pompon était blanc, gros, tout rond et...blanc et il rendait le jeune coréen plus mignon - beau - qu'il ne l'était déjà. Il l'écouta longuement parler. Lui même ne savait pas comment il avait fait pour le trainer ici. Mais, c'était tout de même arrivé, non? Maintenant il n'avait qu'à s'y faire. ▬ Je me fiche que tu détestes ou pas ce genre d'endroit. Je m'en fiche éperdument. Et puis ne m'appelles pas crétin, monseigneur le vorace. finit-il par dire en toute simplicité, comme un simple bonjour. A croire qu'ils ce détestaient alors que ça n'était pas le cas, surtout du côté de Cho Eun Jo. Il y avait vraiment cet esprit d'équipe, cette grande amitié entre les deux garçons. Il ne pourrait ce lasser de ce côté grande gueule. Oui, il ne pense pas pouvoir s'en lasser, que serait une relation sans petit pique. Des petits piques? Oui, bon de gros piques pour les deux jeunes gens mais c'est ainsi qu'ils ont toujours fonctionné. Alors pourquoi changer aujourd'hui? ▬ Et puis, je n'ai rien fais pour que tu puisses venir ici. T'es juste un gros squatteur qui ne s'assume pas. Voilà tout. Il fit à son tour la moue, gonflant doucement des joues comme une montgolfière, s'il avait pu s'envoler il aurait surement décollé.

    Il écrasa sa seconde cigarette dans le cendrier, soupirant fortement. Il bu la fin de son verre, avant de ne s'en servir un autre. Il le regarda s'assoir correctement sur le siège ne pouvant s'empêcher de laisser un rire moqueur s'échapper d'entre ses lèvres. Ryu' ne changera donc jamais, il aurait donc alors fait pire qu'un pacte avec le diable? Olala, le mortel qui s'agenouille aux pieds du diable. Il fit une horrible grimace remontant ses lunettes qui ne cessait de glisser jusqu'au bout de son nez. Il ne fallait pas qu'il ait cet œil négatif sur tout, sinon il deviendrait paranoïaque, je vous l'assure. Chez le mannequin il y avait tout de même des choses qu'il aimait particulièrement. Sa bouche par exemple, une bouche qui le rendait fou. Elle est sensuelle, aguicheuse et la chose qu'il aime le plus, c'est lorsqu'il laisse échapper une bêtise d'entre ses lèvres. Parfois il aimerait mettre cette image sur pause. Il est tellement beau. Il secoua la tête de gauche à droite histoire de faire partir rapidement ses idées de sa petite tête qu'es qu'il pouvait bien penser? Il ne pouvait pas penser comme ça. Il ce tripota l'oreille gauche jouant avec ces nombreux piercings, il n'y avait donc que ça à faire. « ... On aurait pus acheter à manger aussi en venant, j'ai envie de sucré. Merde. T'es toujours à foncé la tête la première...» Il soupira fortement relevant machinalement la tête. Quel avare ce garçon. Et pourquoi c'était à lui de dépenser, il avait déjà fait assez vous ne trouvez pas. L'argent, il ne le trouve pas par terre, il travaille dur. Il n'a pas comme lui la chance d'être assit sur un tabouret ou debout à ce faire prendre en photo. Désolé. Il roula tout simplement des yeux ne trouvant pas la force nécessaire pour lui balancer ça dans la face. Mais il n'avait pas tord sur un point, il foncé réellement toujours la tête la première sans ce soucier des conséquences à suivre. Mais c'est ce qui fait son charme, non? Il ne dit alors rien, prenant le temps de ce ronger gentiment les ongles, une habitude qui lui perdra, mais tant qu'il avait des ongles - et même lorsqu'il n'en avait pas - il avait ce besoin constant de ce les mordre. Il posa son regard sur la cigarette de couleur noir du jeune homme, il ce demandait ce qu'il y avait de bien si différent dans celle ci mise à part la couleur. Ridicule. Ils s'affrontèrent du regard pendant de longues secondes, il lui sourit doucement lorsque celui lui fit de même. C'était quoi ces sauts d'humeurs horribles? Ce type est schizophrène? Et surtout pour lui offrir un sourire de ce genre là. Il haussa un sourcil, un seul et unique sourcil avant de ne ce recevoir un nuage de fumée en plein la tronche. Il ne l'avait pas sentit venir celle là et il contentait bien le lui faire payer. « Maintenant qu'on est la, tu va me laissé mourir de faim ou ? » il ce laissa exploser de rire, ce rongeant davantage les ongles, après lui avoir recraché son nuage de fumée dans la face, il a craqué ou quoi?

    ▬ Je pari que tu as vu la vierge toi. il fit une pause, s'arrêtant subitement de rire, puis il reprit doucement. ▬ Crève. laissa t-il lire sur ses lèvres pour que le nippon puisse comprendre. Malgré ça, après quelques minutes à lui faire la tête, il ce leva, posant ses pieds nus sur le sol, il ce dirigea en direction de la cuisine d'un pas nonchalant. Il ne savait même pas s'il avait quelque chose de bien sucrée, surement les bonbons de sa petite sœur. Il fouilla dans les placard, chantonnant une musique qui passait souvent à la télévision tôt le matin. Il ne l'aimait pas vraiment, mais parfois sans que vous ne le vouliez, ça vous ronge le crâne. Alors bon. Il revint dans le salon, il y déposa trois paquets de bonbons, puis il retourna dans la cuisine après avoir traverser la salle à manger pour y prendre deux canettes de jus. Il les déposa sur la table basse, les bras à nouveau croisaient fixant le "buffet" qu'il avait rapporté. Sa sœur le tuerait, il en était sur. ▬ Remercie moi. ordonna t-il, en raclant fortement de la gorge, il lui en voulait maintenant. Il lui en voulait pour peut, parce qu'il c'était lâchement déplacé pour lui. Qu'es qu'il pouvait être faible à son égard. Il baissa les yeux, pas de peur de l'affronter de regard mais plutôt parce qu'il y avait cet argent sur la table. Qu'es qu'il attendait au juste!?

    ▬ Tu ne prends pas l'argent.
Revenir en haut Aller en bas


I'm Contenu sponsorisé;

MessageSujet: Re: tu craqueras le premier;   

Revenir en haut Aller en bas
 

tu craqueras le premier;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kusha Kusha :: Back to LIFE :: Sujets Terminés ou abandonnés-