AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 two hearts { with Junko.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: two hearts { with Junko.   Sam 13 Nov - 0:26

two hearts


La vie est une maladie dont tout le monde meurt.
[Paul Morand]


17:36. Dernière sonnerie de la journée. Dernier cours de la semaine. Nikki se leva sans grand enthousiasme, rassembla calmement ses affaires et quitta la salle de cours de langue sans un mot. C’était ainsi uniquement le vendredi, les autres jours il se pressait de sortir de ces cellules pour prendre un peu d’air frais, se griller une cigarette, ce genre de choses. Mais le vendredi soir était à la fois un moment très attendu, mais aussi extrêmement redouté. Le bus qu’il allait prendre après sa cigarette allait le conduire juste devant l’hôpital.

Avant, il s’y rendait chaque soir. Mais cela remonte à bien longtemps. Pour être plus exacte, cela date encore de l’époque où il ne prenait pas de Golden Dreams, où il ne sortait pas aussi souvent la nuit, où son addiction pour ce monde malsain n’existait pas. Il s’en voulait dans le fond. Il avait un peu délaissé sa chair et son sang. Son unique raison de vivre. Sa petite sœur devait se sentir bien seule, enfermée toute la journée entre ces murs blancs. Il culpabilisait vraiment mais ne trouvait tout de même pas le temps de la voir plus souvent. Il préférait se noyer dans l‘alcool, frapper deux ou trois idiots et se défoncer à ces pilules soit disant magiques. Il était un frère indigne, il le savait pertinemment. C’était aussi pour ça qu’il n’allait plus à l’hôpital aussi souvent. Parce qu’il pensait qu’elle devait avoir honte de l’avoir comme frère. Pour dire, il avait presque honte à sa place. Mais c’était ainsi. C’était surtout beaucoup trop tard pour revenir en arrière.

La tête appuyée contre la vitre du bus, il regardait les lumières de la ville, observait les gens lorsque le feu passait au rouge et se demandait comment ils avaient fait pour en arriver là. Eux, les Lee. Cette famille que tous avaient envié, cette famille autrefois si soudée. Tout leur avait souri et puis du jour au lendemain, plus rien. Et cela ne s’améliorait pas. De jour en jour l’avenir lui paraissait plus sombre. Voilà des siècles qu’il n’avait pas entendu de bonnes nouvelles concernant la santé de sa sœur. Une autre des raisons qui faisait qu’il fuyait l’hôpital. Il en avait assez de ce compte à rebours, du visage triste des médecins lorsqu’il demandait comment elle allait. Elle était tout ce qui lui restait, et quand il essayait d’imaginer sa vie sans elle, bien, il ne pouvait pas le faire en vrai. Il avait depuis longtemps décidé de quitter ce monde le jour même où sa petite sœur le fera.

Voilà. Il était arrivé. Il descendit du bus sans prendre la peine de saluer le chauffeur et resta un long moment à contempler ces grands bâtiments blancs. Oui, l’hôpital avait une allure de prison. Pourtant ce n’était pas Ruby qui devrait être emprisonnée mais plutôt leur père. Il soupira, frissonna même, il ne faisait pas chaud. D’un pas lent il avança, franchit l’entrée et se dirigea vers l’accueil. C’était toujours la même le vendredi soir et à force il n’avait même plus besoin de parler pour qu’elle comprenne. Elle hochait juste la tête et le laisser passer.

Lorsqu’il poussa la porte, il sentit son cœur se serrer comme à chaque fois. Sa sœur était allongée sur le lit, des câbles un peu partout, entourée de machines bizarres. Mais elle lui sourit. Et il fit de même. Ce n’était pas le même sourire qu’au lycée, c’en était un autre, beaucoup plus sincère. Il prit une chaise, la posa à côté du lit et s’installa. Sa main chercha immédiatement celle de sa sœur et il entrelaça ses doigts aux siens. Il resta deux longues heures dans cette petite pièce. Nikki lui raconta sa semaine en détails, il lui parla même de ses bagarres avec les autres et il n’oublia pas d’évoquer celle avec Min Hee. Puis Ruby fit de même et ensemble ils eurent quelques éclats de rire. Elle était malade, et pourtant c’était elle qui lui apportait à chaque fois une grande bouffée d’air frais.

La nuit était tombée, et dans ce coin de la vie, tout était calme. Il se frotta les mains pour se réchauffer avant de dégainer son paquet de clopes. Hop, il allait s’en griller une et repenser à tout ça. A peine tira-t-il sa première bouffée qu’une larme glissa sur sa joue, il s’empressa de l’essuyer. Il avait un horrible nœud dans la gorge. Oui, Nikki Lee n’était finalement qu’un gosse de seize qui avait perdu sa mère, unique amour de sa vie, et qui était en train de perdre sa sœur, toute sa vie. Il jouait au fort, mais plus la fin approchait, plus il avait peur. De la mort ? Non, pas tant que ça. Il avait juste peur, mais il ignorait totalement de quoi.

Du bruit. Des bruits de pas. Il se retourna doucement et fronça les sourcils en voyant la demoiselle qui sortait du bâtiment. Il la connaissait, il en était sur, il l’avait déjà vu. Réfléchis Nikki, où as-tu vu cette jeune fille ? L’image de Min Hee s’imposa alors à son esprit et ça fait tilt. Son ex, c’était l’ex à Min Hee. Aucun doute. Il avait rarement vu une fille aussi jolie qu’elle et cela ne s’oublie pas. C’était quoi son nom ? Jun .. Junko ? Tant pis si il se trompait. Il se fichait d’avoir l’air ridicule. Prenant sa cigarette entre ses doigts il marcha jusqu’à elle, et arrivée à sa hauteur s’arrêta.

« Tiens, tu es encore en vie toi ? »

Evidemment, il ne savait pas que c’était déplacé de l’aborder de la sorte. C’était Nikki, et sur le coup il n’avait pas réfléchis. Ce n’est qu’après quelques secondes qu’il se posa la question essentielle. Pourquoi était-elle à l’hôpital, et seule surtout.

« Que fais-tu ici ? »

Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: two hearts { with Junko.   Sam 13 Nov - 1:57

Vendredi. Cela faisait trente minutes qu'elle était levée. Tous les rideaux étaient encore fermés. Il ne fesait pas nuit. Cette fois-ci, ce n'était pas à cause de l'absence de ses rêves cette fois. Comme chaque vendredi une fois par mois, elle se réveillait en avance la boule au ventre. Elle avait rendez-vous à l'hôpital pour une consultation de routine. Bien sûr, elle savait que ce n'était rien de très important, juste une visite pour s'assurer que tout allait bien et que la maladie ne progressait pas trop vite. Mais elle ne pouvait s'empêcher d'être anxieuse. Elle avait peur à chaque fois qu'on lui annonce que les choses avaient évolués en mal. Alors, assise devant sa télé, elle ne regardait pas vraiment le dessin animé qui passait actuellement. Toute ses pensées étaient tournées vers son rendez-vous. Puis quelques heures plus tard son réveille sonna. Alice se leva, laissa la télé allumé, ne prit même pas soin d'ouvrir ses rideaux et commença à s'habiller. Il lui restait encore sa teinture rose de la dernière fois dans ses cheveux, elle décida donc de choisir une robe dans les roses et blancs. Plus le temps passé, plus elle se sentait mal. Lorsqu'elle appliqua son gloss parfumé à la fraise sur ses lèvres se main trembla légèrement. C'était toujours la même chose et la même angoisse. Soupirant un grand coup, elle termina de se préparer et enfila son manteau. En descendant elle salua rapidement la domestique et sa tante qui était à la maison, comme à chaque fois qu'elle allait à l'hôpital. Tel un rituel elle lui proposa de l'y conduire et de la ramener, mais elle refusa. Elle préférait y aller seule.
Aujourd'hui elle n'avait pas envie de prendre le métro, alors elle marcha jusqu'à un arrêt de bus, puis changeât une ou deux fois pour monter dans celui qui la conduirait à l'hôpital. Elle avait l'impression que le temps passait au ralentit. Son ventre lui faisait mal et elle avait été incapable d'avaler quoi que ce soit en se levant. Même ses mains étaient moites. Elle avait envie de fuir, de ne pas y aller. Pourquoi ne pas sauter dans le premier train pour rentrer à Tokyo? Où même simplement aller voir la mer? Cela fait tellement qu'elle n'a pas vu la mer. Elle aimerait vraiment y aller, juste une fois. Pouvoir sentir l'odeur salé dans le vent, sentir les vagues venir s'écraser contre ses chevilles et puis pouvoir s'allonger dans le sable chauffé la journée par le soleil. Mais jamais elle n'en avait fait la demande. Elle savait que c'était impossible, il lui faudrait trop de temps pour y aller et revenir et, malheureusement, elle n'avait pas tout le temps qu'elle voulait. Le soleil la guettait. Le moindre de ses rayons seraient dévastateurs pour elle. C'était son pire ennemie. Dans le bus elle repensa à toutes les choses qui lui étaient interdite, comme le fait d'aimer. Elle se sentait tellement coupable envers lui, mais elle ne pouvait rien lui dire, ni retourner avec. C'était pour son bien à lui qu'elle fesait ça. Tant pis si elle devait être le seul gardien de leur amour. Tant pis si c'était à elle de rester sur leur petit nuage pleurant de douleur d'avoir perdu ses amoureux.

Devant l'hôpital, elle resta statique. Elle hésitait comme à chaque fois à y entrer. C'était dans ce même hôpital qu'elle avait connue celui qu'elle aimait aujourd'hui mais qu'elle ne pouvait plus avoir. Inspirant un grand coup, elle prit son courage à deux mains et pénétra dans le lieu. À l'accueil on la reconnue tout de suite et elle fut conduit par une gentille infirmière au cabinet du docteur. Celle-ci toqua trois coups sur la porte, de l'autre côté une voix lui répondit d'entrer et la jeune femme ouvrit la dite porte avant d'inviter Alice à y entrer. Celle-ci avait eut l'impression que cette scène s'était déroulée au ralentit. Tout comme les pas qu'elle effectuait maintenant pour entrer dans la petite pièce. Tout ce passa une nouvelle fois comme d'habitude. Les mêmes tests, les mêmes questions et le même verdict. Pourtant, cette fois-ci elle resta assise sur le tabouret en face de son médecin au lieu de le saluer gentiment et de sortir soulager d'un poids. Elle avait une question à lui poser. Une question personnel qui avait à voir avec Min Hee.


    “▬ Docteur, ce que je fais, est-ce vraiment bien?
    Si c'est ce que tu pense, ce dont tu as le plus envie alors fait le. Ne te pose pas de question et fait le. Junko, il faut que tu profite au maximum de ta vie. Tu sais mieux que quiconque qu'elle est courte.
    Mais j'ai peur de lui faire trop de peine si je reste avec lui. Je..
    Chut ne dis rien. Écoute ce que ton cœur te dicte de faire. Seul lui a la réponse à tes questions.


Dans les couloirs blancs elle repensa à ces derniers mots: écoute ce que ton cœur te dicte de faire. Seul lui a la réponse à tes questions. Mais que devait-elle faire. Son cœur lui dictait deux choses. Il lui disait de rester avec lui, de vivre une belle histoire d'amour, mais d'un autre côté il la suppliait de le quitter, de lui éviter ainsi la peine que lui infligerait sa mort. Elle était perdue. La chenille serait certainement quoi lui dire elle, mais pouvait-elle aller la voir maintenant? Elle en mourrait d'envie, mais elle ne pouvait pas. Ou tout du moins, elle ne savait pas si elle le pouvait. Dans l'établissement, elle se sentait affreusement seule. Il n'y avait quasiment personne, les visites étaient terminées et les consultations aussi depuis un bon bout de temps. Elle avait le droit à un traitement de faveur à cause de sa maladie. Après tout, comment aurait-elle pu venir plutôt en pleine journée? Il est vrai que la lune se lève vers 17h30 en ce moment, mais soin médecin ne la prenait qu'à partir de 19h45. Il devait certainement vouloir aller voir un peu ses enfants avant de retourner travailler. Le lieu était si vide que ses pas résonnaient dans les couloirs. Et quand elle arriva dehors, la brise froide du vent lui fit un grand bien.

    « Tiens, tu es encore en vie toi ? »


Elle n'avait pas regardé devant elle, alors quand la voix résonna dans ses oreilles elle se stoppa net, une mine de dégoût sur le visage. Quand elle leva les yeux, elle dû faire un effort pour reconnaître la personne qui lui fesait face. Ce visage ne lui était pas inconnu, puis à force elle se rappela. L'ami du lycée de Min Hee qu'elle n'appréciait pas tant que cela. Maintenant il fallait se rappeler de son nom. Mais pour l'instant elle recula d'un pas, histoire d'être à une distance plus convenable de lui. Et puis elle garda cette moue renfrognée, où était passées ses bonnes manières? Ne lui avait-on pas apprit à aborder des gens convenablement? N'aurait-il donc pas changé depuis qu'elle l'avait vu? Si c'était le cas, elle avait peu de chance de vouloir rester longtemps en sa compagnie et subir sa mauvaise humeur. De plus, elle n'était pas en état de supporter ses moqueries mesquines. Puis une deuxième questions, un peu plus logique, mais plus gênante tomba rapidement.

    « Que fais-tu ici ? »
    “▬ Ça ne te regarde pas. Et puis, je vois pas de quoi tu te mêle toi.


Elle avait certainement était froide et distante, mais elle avait raison. Elle ne voyait pas pourquoi il venait lui parler. Après tout, ils n'avaient jamais été des amis. C'était juste de simple connaissances qui s'étaient connus au travers d'une autre connaissance commune. Et puis, ressentant comme un besoin de parler, elle se dit finalement qu'il était peut-être bien tombé. Après tout, elle allait peut-être pouvoir oublier un peu sa douleur qui pesait sur son petit cœur tout triste.

    “▬Et puis, toi qu'est-ce que tu fais là? La drogue aurait fini par te bouffer le corps et te voilà en hospitalisation c'est ça? Si c'est le cas, j'en rirai bien. Vous êtes tous si stupide à vouloir vous bousiller avec tous ces trucs à la con.


Elle soupira. Oui, c'était des trucs à la con. Elle qui avait une vie si courte, elle prenait soin de ne pas se la réduire encore avec tant de mal. Et eux, eux tous là qui pouvait jouir d'une espérance de vie normale, ils se la bousillaient à l'aide de drogue, d'alcool et d'autre chose encore qu'elle ne voulait pas imaginer. Combien de fois avait-elle été jalouse d'eux qui pouvait vivre leur vie pleinement et profiter même de la douce chaleur du soleil.

    “▬J'espère que tu as fini par décrocher. T'es con de vouloir te bousiller ta vie. Profite en plutôt, t'as de la chance de pouvoir vivre longtemps toi au moins.


Peut-être en avait-elle dit trop, peut-être comprendrait-il qu'elle était malade mais peu importe. Actuellement elle ne se sentait pas vraiment le cœur à mentir sur sa santé, à faire comme si elle était en pleine forme et qu'elle pouvait vivre le jour.


“▬Écoute ce que ton cœur te dicte de faire. Seul lui a la réponse à tes questions.


Dernière édition par Lin Junko le Sam 13 Nov - 14:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: two hearts { with Junko.   Sam 13 Nov - 2:40

two hearts


Parler, parler pour ne rien dire, parler pour faire peur au silence. Parler pour tout dire. Mais on demande toujours trop aux mots. Plus qu'ils ne peuvent dire.
[Pierre Filion]


« Ça ne te regarde pas. Et puis, je vois pas de quoi tu te mêle toi. » Mais, c’est qu’elle en avait du mordant la gamine. Enfin gamine, d’après ce qu’il avait compris elle avait deux ans de plus que lui. Il gardait un souvenir d’elle bien différent, faut dire qu’à chaque fois il n’avait fait que l’apercevoir alors évidemment c’était plus difficile de cerner avec justesse quelqu’un dans ces conditions. Il ne lui répondit pas, haussant les épaules et tirant une nouvelle fois sur sa cigarette. De toute façon, elle avait raison. Ils ne s’étaient jamais réellement parler, donc n’avaient aucun lien, le mot « connaissance » étant limite trop fort pour les définir.

Nikki s’apprêtait à tourner les talons et à laisser la demoiselle toute seule. Après tout, il avait juste essayé d’être gentil. Enfin, gentil à sa manière quoi et évidemment une fois de plus on ne l’avait pas compris. Tant pis, il avait l’habitude maintenant. Mais Junko rouvrit la bouche. « Et puis, toi qu'est-ce que tu fais là? La drogue aurait fini par te bouffer le corps et te voilà en hospitalisation c'est ça? Si c'est le cas, j'en rirai bien. Vous êtes tous si stupide à vouloir vous bousiller avec tous ces trucs à la con. » Nikki retint à rire. Lui ? À l’hôpital pour ce genre de raisons ? Quelle belle blague. Si un jour la drogue l’amenait en ses murs ce sera uniquement en cas d’overdose qui donnerait suite à sa mort. Or il n’en était pas encore là. Puis, de quelle droit elle s’excitait comme ça sur lui hein ? N’avait-elle pas conscience de qui elle était ? Ne l’avait-elle pas assez vu à l’œuvre pour savoir qu’il ne fallait pas l’énerver ? Ou bien croyait-elle que parce qu’elle était l’ex de son ami elle allait bénéficier d’un traitement spécial ?

Nikki n’eut nullement besoin de réfléchir sur la manière de lui répondre. La vérité la choquerait sans doute bien assez et la remettre à sa place. Puis qu’elle soit au courant pour sa sœur il s’en fichait, c’était peut être la seule fois qu’ils se parleraient puis leur entrevue risquait d’être bien courte alors bon.

« Je rendais visite à ma sœur. Elle est malade, et me laissera seul d’ici un an. » Il marqua une pause, le temps de tirer sur sa clope et de souffler la fumée vers le haut. « Ne t’excites pas sur les gens comme ça. »

Le visage toujours vers le haut, il chercha la fenêtre de la chambre de sa petite sœur. Il la trouva, d’ailleurs, au moment où il posa les yeux dessus l’infirmière ferma les rideaux puis la lumière s’éteignit. Sa sœur dormait déjà alors que pour une personne normalement constituée la soirée commençait à peine. Il reporta son attention sur la petite chose qui se tenait en face de lui et qui lui semblait bien énervée. Pourquoi diable avait-elle les nerfs aussi à fleur de peau ? Il s’imaginait bien qu’il était sans doute l’une des dernières personnes qu’elle avait envie de voir, m’enfin bon, ce n’était pas une raison pour passer ses nerfs sur lui. Surtout qu’il n’avait jamais été méchant avec elle. Il s’était toujours limité à un « bonjour » et un « au revoir ». Ah, par contre elle l’avait vu à l’œuvre, c’était peut être pour cette raison qu’elle ne l’aimait pas.

« J'espère que tu as fini par décrocher. T'es con de vouloir te bousiller ta vie. Profite en plutôt, t'as de la chance de pouvoir vivre longtemps toi au moins. » La fin de sa phrase attira toute son attention et il fronça les sourcils. Comment ça il avait « la chance de pouvoir vivre longtemps toi au moins. » ? Parce que elle, elle ne l’avait pas ? Cela expliquerait entre autre sa présence en ces lieux ?

« Je ne décrocherai jamais. Je n’ai aucune raison de le faire. » Et c’était vrai. Sa sœur allait mourir, alors plus rien ne le retiendrait ici bas. Mais elle alors, pourquoi ne pouvait-elle pas vivre longtemps ? « Et qu’est-ce qui t’empêcherait de vivre longtemps hein ? »

Indiscret. Il se rendit compte que c’était trop indiscret. Lui refusait bien de parler de la mort de sa mère et de la maladie de sa sœur alors pourquoi est-ce qu’elle lui répondrait ? Peut être parce qu’elle avait amorcé, peut être parce qu’elle avait continué à lui parler quand lui ne s’attendait qu’à un échange de quelques mots.

« Désolé. Je comprendrai que tu ne me répondes pas. »


(Nul à souhait et je m'en excuse, mon cerveau sature je crois xD)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: two hearts { with Junko.   Ven 3 Déc - 21:07

Elle s'était sentit mal si longtemps que lorsque le verdict tomba, elle aurait dû être soulagée, mais ce n'était pas le cas. Certes le xp n'avait pas avancé, il était resté stable mais elle ne se sentait pas mieux pour autant. Sa rencontre avec Min Hee dans la semaine l'avait fait se sentir mal. Elle n'avait pas été capable de lui faire face correctement. Alice se demandait si elle serait capable de ne pas trahir son secret pour être de nouveau auprès de lui. Mais en même temps, elle voulait le préserver de la maladie et de la sentence finale. C'était pour cette raison qu'elle l'avait quitté. Elle n'en pouvait plus de lui mentir, de vivre une vie heureuse avec lui en lui cachant la vérité. Elle préférait prendre la fuite pour lui assurer d'être heureux dans les années à venir. Mais était-ce le bon choix? Son médecin venait de lui dire d'écouter son cœur, mais elle ne savait pas ce que lui disait son cœur. Lui même ne savait que choisir, il voulait être auprès du coréen mais en même temps il voulait le fuir pour le protéger. Que devait-elle faire? Et alors qu'elle divaguait sur ce qu'elle devait faire, il la sortit de sa rêverie.
Toujours aussi impolie, toujours aussi brutale. Nikki n'avait pas changé des souvenirs de Junko. Ce fut pour cette raison qu'elle fut froide avec lui. Tout d'abord elle pensa partir après lui avoir dit qu'il n'avait pas à s'occuper de ses affaires à elle, mais finalement elle changeât d'avis. Elle avait besoin de parler ou alors elle deviendrait folle. Bien sûr au départ elle pensée aller voir la chenille, mais ce n'était peut-être pas possible. Il devait être occupé alors elle décida de lui parler à lui. Bien sûr elle resta froide, peut-être même un peu trop énervé contre lui, mais elle ne pouvait pas faire autrement. Elle avait en souvenir un garçon brutal, sans pitié et qui se fichait pertinemment des autres. Alors comment voulez-vous qu'elle soit gentille et agréable avec un adolescent pareille?

    « Je rendais visite à ma sœur. Elle est malade, et me laissera seul d’ici un an.   Ne t’excites pas sur les gens comme ça. »


Ce n'était pas la réponse à laquelle elle s'était attendue. Elle pensait même qu'il allait la renvoyer aussi sec, mais là, il avait l'air sincère pour une fois. Tout d'abord, elle fut choqué par une telle vérité, puis son visage s'adoucit pour lui adresser un maigre sourire. Au début, elle décida d'ignorer cette remarque, et lui lança une autre réponse sarcastique. Bien sûr, elle n'était toujours pas aimable avec lui et elle avait conscience qu'elle venait de lui en dire trop. Mais peu importe. Peut-être finirait-elle par tout lui dire. Peut-être que ce garçon n'était pas comme elle se souvenait. Peut-être était-il simplement maladroit pour être gentil et qu'il avait besoin qu'on l'aide.

    « Je ne décrocherai jamais. Je n’ai aucune raison de le faire.  Et qu’est-ce qui t’empêcherait de vivre longtemps hein ? Désolé. Je comprendrai que tu ne me répondes pas. »
    “▬C'est bon, ne t'excuse pas. C'est moi qui en est trop dit. Je suis désolé pour ta sœur. Mais je me suis toujours demandé comment devenaient les personnes proches d'une autre condamné à mourir jeune à cause d'une maladie. Si elles sont toute ainsi, alors j'espère que Min Hee tournera rapidement la page de notre histoire. Je ne veux pas qu'il devienne violent et irrespectueux comme toi. J'aimerais qu'il reste comme celui que j'ai connu.


Alice se rapprocha de son interlocuteur et le prit dans ses bras sans attendre. Cela le choquerait certainement et tel qu'elle le connaissait il se mettrait certainement en colère ou lui lancerait une remarque désagréable mais tant pis. Elle avait envie de consoler ce grand garçon. Il n'en avait certainement plus besoin, il devait s'être habituée à l'idée que sa sœur allait mourir et c'était peut-être pour cela que c'était devenue un véritable junkie.

    “▬Désolé, je ne me souviens pas de ton nom ni de ton prénom. Mais tu sais, je pense qu'il serait bien que tu cesse d'être ainsi. Et puis, pourrais-je te demander un service?

Elle se décala un peu de lui et leva la tête pour le regarder dans les yeux.
    “▬Pourrais-tu prendre soin de Min Hee? Je ne peux plus le faire et j'ai bien peur qu'il ait du mal à tourner notre page, alors s'il te plait aide le à m'oublier. Je ne veux pas qu'il souffre comme toi tu dois souffrir à cause de la maladie de ta sœur. Tu sais, je pense que ce n'est pas bien que je te dise tout cela, mais j'ai besoin de parler. Alors écoute bien car ce sera la seule fois où tu auras le droit de connaître mon plus grand secret. J'espère juste que tu sera sympa et que tu n'en profitera pas. De toute façon, il y a peu de chance que l'on se recroise. Cette discussion sera peut-être la seule que nous aurons après tout.


Elle s'arrêta quelque instant, chercha des yeux un endroit où s'assoir et s'installa sur un petit banc. Plongeant son regard dans la lune qui se cachait derrière de gros nuage elle soupira et prit une grande inspiration avant de continuer.

    “▬Je suis ce que l'on appelle un enfant de la lune. Depuis que je suis petite je n'ai pas le droit de m'exposer au soleil, ni aux rayons uv. Cela pourrait atteindre ma peau et déclencher chez moi des cancers qui pourraient être grave. Tu comprends, je suis atteinte du xp. Tu ne connais certainement pas cette maladie car après tout elle est rare. Mais au final, peu importe si je m'expose ou non, les médecins ne savent pas si je vais vivre plus longtemps que mes vingt ans. Avec un peu de chance j'atteindrais peut-être les vingt-deux.


Désolé, c'est franchement nul. j'essayerais de faire mieux la prochaine fois.


“▬Écoute ce que ton cœur te dicte de faire. Seul lui a la réponse à tes questions.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: two hearts { with Junko.   Sam 4 Déc - 0:58

two hearts


Le bonheur, c'est d'avoir quelqu'un à perdre.
[Philippe Delerm]


« C'est bon, ne t'excuse pas. C'est moi qui en est trop dit. Je suis désolé pour ta sœur. » Nikki haussa les épaules. Toutes les personnes normales répondaient de la même manière que la jeune femme lorsqu‘elles apprenaient ce qui arrivait à la sœur du jeune Lee. Il était rare qu‘il en parle, mais les rares privilégiés qui étaient au courant avaient tous commencé par dire qu‘ils étaient désolés. A quoi cela servait-il au juste si aucun n’avait eu la force, ni même le courage de lui tendre une main pour le faire sortir de ce gouffre. Non pas qu’il le veuille - enfin, il le souhaite du plus profond de son cœur mais ne le montre pas et n‘en a peut être pas conscience lui-même - mais juste pour prouver que oui, ils étaient désolés, que oui cela les affectaient, ils auraient dû le faire. Mais ces gens à qui il avait essayé de faire confiance l’avaient déçus. Il était devenu ce monstre d’égoïsme et de violence, un peu à cause de cela. Parce qu’aucun n’avait réellement voulu l’aider, tous étaient restés en tant que simple spectateur de sa longue chute.

« Mais je me suis toujours demandé comment devenaient les personnes proches d'une autre condamné à mourir jeune à cause d'une maladie. » Sans doute ne devenaient-ils pas tous comme lui. Il devait y en avoir certes, mais très peu. Nikki était peut être un adolescent, mais il savait que c’était sa solitude qui l’avait trainée dans cette galère. Quand on est seul, on a personne à qui parler. Quand on est seul, on s’ennuie. Et lui, pour passer le temps, il avait trouvé un jeu amusant. Celui de repousser chacune de ses limites. « Si elles sont toute ainsi, alors j'espère que Min Hee tournera rapidement la page de notre histoire. Je ne veux pas qu'il devienne violent et irrespectueux comme toi. J'aimerais qu'il reste comme celui que j'ai connu. » Etrangement, les paroles de Junko le blessèrent un peu. Mais il resta de glace, la fixant, ses cheveux volant légèrement à cause du vent frais qui se levait. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle le prenne dans ses bras, c’était bien la dernière chose qu’il aurait pu s’imaginer. Il eut d’ailleurs un mouvement de recul, et ses mains se posèrent sur ses épaules dans un premier but de la pousser plus loin, mais il ne fit rien. Tout s’enclencha très vite dans sa tête. Il ne pouvait pas faire ça, c’était l’ex de Min Hee. Peut être pourrait-il en savoir plus ? Peut être allait-il comprendre pourquoi elle l’avait laissé ? Mais à quoi cela lui servirait à lui ? Si elle lui parlait, arriverait-il à aider le jeune Kim à son tour, et si oui, comment ?

« Désolé, je ne me souviens pas de ton nom ni de ton prénom. Mais tu sais, je pense qu'il serait bien que tu cesse d'être ainsi. » Nikki eut un léger rire, et il plaça une main dans le dos de la demoiselle, sans pour autant resserrer leur étreinte, c’était juste histoire de ne pas la faire fuir. Il voulait comprendre. A son tour de venir en aide à son ami. Et peut être à cette jeune fille qui l’intriguait énormément. Elle cachait un lourd secret, ça, il en était persuadé. Sinon elle n’aurait pas lâché Min Hee, car aux yeux du jeune Lee, bien qu’inexpérimenté en amour, cela sautait aux yeux qu’elle crevait encore d’amour pour lui. Alors pourquoi ?

«  Je n’arrêterai jamais. Je te l’ai dit, je n’ai aucune raison de le faire. »

Il se contenta de cette réponse. Hors de question d’avancer plus dans ses explications et de confier ses petits secrets. « Et puis, pourrais-je te demander un service? » Par contre, la demoiselle elle, semblait vouloir encore lui parler. Lorsqu’elle leva les yeux, il baissa les siens, croisant son regard, essayant d’y déchiffrer quelque chose. Mais Nikki n’y connaissait rien, Nikki ne savait ni ce qu’était l’amitié, et encore moins l’amour. Il leva un sourcil pour lui montrer qu’il attendait la suite avant de lui donner une quelconque réponse. « Pourrais-tu prendre soin de Min Hee? Je ne peux plus le faire et j'ai bien peur qu'il ait du mal à tourner notre page, alors s'il te plait aide le à m'oublier. » Effectivement, c’était le cas de le dire. Il se souvenait encore du début ou comme un imbécile il lui avait lancé de vieilles phrases toutes faites telles que « une de perdue, dix de retrouvées. » et le sourire qu’il avait vu sur son visage dans ces moments là n’avaient rien eu à voir avec ceux qu’il avait connu auparavant. «  Je ne veux pas qu'il souffre comme toi tu dois souffrir à cause de la maladie de ta sœur. Tu sais, je pense que ce n'est pas bien que je te dise tout cela, mais j'ai besoin de parler. Alors écoute bien car ce sera la seule fois où tu auras le droit de connaître mon plus grand secret. J'espère juste que tu sera sympa et que tu n'en profitera pas. De toute façon, il y a peu de chance que l'on se recroise. Cette discussion sera peut-être la seule que nous aurons après tout. » Wow. Mais ? Que lui prenait-elle ? Nikki se recula, le visage plus grave, plus inquiet. Elle n’était donc pas aller à l’hôpital pour une simple visite ou encore pour quelque chose de banale. Non, c’était même tout le contraire. Et finalement, face à ses paroles précédentes, c’était très logique. Elle avait dit que lui au moins avait la chance de vivre longtemps, et donc, elle ne l’avait pas.

«  Je suis violent, méchant, tout ce que tu veux. Mais pas stupide ok ? »

Lâcha-t-il d’une voix étrangement plus douce qu’à l’habitude. Pourtant en disant ses mots, son but avait été d’encore faire le fort, mais alors que Junko baissait sa garde, il était en train de faire de même. Encore un peu fragilisé par la visite à sa sœur mais aussi parce qu’il pensait à Min Hee et à tout ce que ce dernier avait fait pour lui. Nikki la suivit du regard, jusqu‘au banc où elle s‘installa. Il se rapprocha ensuite d‘elle, s‘arrêtant une fois qu‘il se retrouva face à la demoiselle. Il baissa les yeux, fixant ses pieds, attendant qu‘elle parle, attendant qu‘elle lui explique. « Je suis ce que l'on appelle un enfant de la lune. Depuis que je suis petite je n'ai pas le droit de m'exposer au soleil, ni aux rayons uv. Cela pourrait atteindre ma peau et déclencher chez moi des cancers qui pourraient être grave. Tu comprends, je suis atteinte du xp. Tu ne connais certainement pas cette maladie car après tout elle est rare. Mais au final, peu importe si je m'expose ou non, les médecins ne savent pas si je vais vivre plus longtemps que mes vingt ans. Avec un peu de chance j'atteindrais peut-être les vingt-deux. » Il se mordit la lèvre si fort, qu’il se mit à saigner. Comment ? Pourquoi ? Tout s’emmêla dans sa tête. Min Hee ne méritait pas de perdre Junko. Et Junko n’avait pas le droit de cacher cela à Min Hee. Tout s’emmêla dans sa tête, et lorsqu’il releva le visage et qu’il planta son regard dans celui de la jeune femme, un seul mot lui vint à la bouche.

« Idiote. » Il s’arrêta, balança sa cigarette et l’écrasa avec son talon sans lâcher du regard Junko. « T’es une idiote. Je ne sais pas ce qu’est exactement l’amour, et pourquoi vous vous cassez tous la tête avec cette merde. Mais vous vous compliquez tout. Je sais ce que c’est d’avoir peur de perdre quelqu’un, et je sais que c’est douloureux, et je ne le souhaite pas à Min Hee. Mais ne rien lui dire est pitoyable. Il tient à toi, c’est évident. Et même si on a mal dans ces moments là, on ne souhaite qu’une chose, c’est rester jusqu’à la dernière seconde avec la personne. »

A mesure qu’il parlait, sa voix s’élevait. Il criait de plus en plus fort et les larmes lui montaient aux yeux. Parce que ses barrières étaient tombés, parce qu’il était toujours plus fragile les vendredis soirs et parce qu’il s’agissait de Min Hee.

« Imagine quand il se lèvera un matin et qu’on lui apprendra ta mort ! Tu crois qu’il va ressentir quoi hein ? Tu as pensé à lui ? Tu as peur de quoi ? Qu’il souffre ? Mais tu crois qu’il souffre pas là ? Et tu sais quoi aussi, je suis sur qu’il attends que ça de souffrir encore plus, mais il veut souffrir avec toi. Il serait ravi de le faire pour toi, ravi de porter ce poids avec toi, d’illuminer tes journées. Moi je suis heureux de le faire pour ma sœur, et c’est la seule chose qui me tient en vie. »

Il passa une main sur ses yeux pour éviter que de l’eau salée ne roule sur ses joues.

« Il a sa mère lui, et il t’avait toi. Et toi, tu pourrais l’avoir lui. Il se relèvera si jamais tu pars comme ça. » Parce que lui, ne s’était jamais remis de la mort brutale de sa mère. « Sa mère l’aidera à se relever j’en suis sur. » Oui, il ne parlait pas de lui. Parce que sans doute que le jeune Lee aura déserté d’ici, sa sœur mourra avant Junko. « Tu t'empêches de vivre. »


(Ouf, grosse inspi', j'espère que ça te plaira)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: two hearts { with Junko.   Jeu 20 Jan - 15:30

Combien de temps avait-elle passé sous la lumière de la lune? Trop longtemps, si longtemps qu'elle avait fini par devenir sa seule et meilleure amie. Elle la connaissait par cœur, elle savait tout sur elle, chaque cycle, chaque signification, chaque détail. Mais elle n'en voulait plus, elle ne voulait plus d'elle. Elle l'étouffait et Alice voulait pouvoir vivre de nouveau comme tout le monde, pourtant cela lui était toujours impossible. Bien-sûr il y avait ces fameuses combinaisons, mais elle ne voulait pas en mettre une. Elle les détestait car elle resterait quand même différente aux yeux des autres. Alors elle se contentait de vivre la nuit avec sa compagne. De toute manière, elle n'avait pas d'autre choix. C'était la même rengaine tous les jours. Quand les gens se levaient pour commencer leur journée, elle se couchait en attendant que la nuit vienne pour pouvoir sortir. Et cette nuit là, les choses allait changer pour elle. Elle pouvait enfin dire ce qu'elle portait sur son cœur depuis de bien nombreuses années. Elle lui avait tout dit dans un simple résumé. Elle n'était pas entrée dans les détails de la maladie. Si il voulait en savoir plus, il lui suffirait de faire des recherches. Après tout, elle lui avait fournit le nom de la maladie.

    « Idiote. » Elle tourna la tête vers lui, s'en comprendre pourquoi il réagissait ainsi. Il semblait énervé, prêt à faire une crise de violence alors par instinct elle ferma les yeux et porta ses mains au niveau de son visage afin de se protéger mais rien ne vint. Elle baissa sa garde et le regarda de nouveau. « T’es une idiote. Je ne sais pas ce qu’est exactement l’amour, et pourquoi vous vous cassez tous la tête avec cette merde. Mais vous vous compliquez tout. Je sais ce que c’est d’avoir peur de perdre quelqu’un, et je sais que c’est douloureux, et je ne le souhaite pas à Min Hee. Mais ne rien lui dire est pitoyable. Il tient à toi, c’est évident. Et même si on a mal dans ces moments là, on ne souhaite qu’une chose, c’est rester jusqu’à la dernière seconde avec la personne. »

Elle ne répondit dit rien. Elle ne pouvait pas répondre. Que pouvait-elle dire de toute façon? C'est vrai que c'était lâche de sa part de ne rien dire à Min Hee, mais elle savait qu'elle n'aurait pas le courage de l'affronter une nouvelle fois et de se refuser encore à lui. Après tout, elle était faible. Si faible qu'elle s'était même inventée un monde pour vivre joyeusement dans la capitale. Elle avait ses amis le lapin blanc, la chenille, Chester, le chapelier toquet. Elle avait tant de monde pour elle, pour l'aider à vivre ses derniers jours, ses dernières années heureuse, mais c'est vrai, Nikki avait raison, Elle n'avait pas le droit de taire sa maladie à Min Hee et encore moins de le laisser seule. Et ne lui avait-on pas dit qu'elle avait le droit d'être égoïste? Alors pourquoi ne l'était-elle pas? Ou au contraire, était-elle pas justement égoïste en gardant sa maladie pour elle?

    « Imagine quand il se lèvera un matin et qu’on lui apprendra ta mort ! Tu crois qu’il va ressentir quoi hein ? Tu as pensé à lui ? Tu as peur de quoi ? Qu’il souffre ? Mais tu crois qu’il souffre pas là ? Et tu sais quoi aussi, je suis sur qu’il attends que ça de souffrir encore plus, mais il veut souffrir avec toi. Il serait ravi de le faire pour toi, ravi de porter ce poids avec toi, d’illuminer tes journées. Moi je suis heureux de le faire pour ma sœur, et c’est la seule chose qui me tient en vie. »

Il s'énervait de plus en plus et elle le voyait bien. Ses yeux brillait sous la lumière blanche de la lune. Elle voyait bien qu'il était devenu fragile. Et elle aussi. Plus il parlait, plus elle sentait les larmes monter petit à petit. Elle savait qu'il ne disait que la strict vérité, celle qu'elle se refusait. Oui, c'était vrai, ce serait lâche de partir ainsi et surtout, elle ne pensait pas totalement à lui. C'était surtout à elle qu'elle pensait. Elle qui voulait pouvoir partir en sachant que personne ne regretterait son départ. Pourtant, cela ne serait-ce pas plus cruel envers celui qu'elle aimait? De le laisser découvrir la vérité à ce moment-là seulement?

    « Il a sa mère lui, et il t’avait toi. Et toi, tu pourrais l’avoir lui. Il se relèvera si jamais tu pars comme ça. Sa mère l’aidera à se relever j’en suis sur. Tu t'empêches de vivre. »

Ce fut le coup de trop, les paroles de trop. Elle s'effondra en larme. La pauvre petite fille bien trop fragile qu'elle était. Elle ne savait pas faire face, il fallait toujours qu'elle pleure, encore et encore.

    “▬Pardon, pardon.

Pardon Min Hee, pardon de te faire souffrir. Voilà se qu'elle pensait. Voilà ce qu'elle voulait lui dire mais qu'elle n'osait pas. Serait-ce mieux si elle partait en lui ayant dit la vérité? En s'étant accroché à lui comme une enfant à son doudou? Avait-elle le droit de faire cela? Avait-elle le droit de s'offrir cette joie? Elle ne savait pas, elle n'avait jamais su. On ne l'avait jamais aidé à savoir, on lui avait toujours dit d'écouter son cœur. Mais son cœur ne savait pas quoi lui dire à son tour. Alors que devait-elle faire? Aidez-moi! Je vous en supplie, c'est ce qu'elle criait tous les jours au fond elle dans l'espoir que quelqu'un l'entende. Et aujourd'hui n'est-ce pas ce qu'il venait de se passait? Nikki ne venait-il pas d'entendre l'appelle à l'aide de son cœur?
Alice releva les yeux, le regardant au travers de ses larmes. Son visage lui semblait floue, si floue qu'elle arrivait à peine à le distinguer du décor.

    “▬Aide moi. S'il te plait. Je ne sais pas ce que je dois faire. J'ai peur de tout lui dire, j'ai peur de partir en le laissant seul après m'avoir aimé. N'est-ce pas mieux que je le laisse dans l'ignorance? Que je disparaisse de sa vie?


Désolé, c'est franchement nul. j'essayerais de faire mieux la prochaine fois.


“▬Écoute ce que ton cœur te dicte de faire. Seul lui a la réponse à tes questions.
Bon je m'excuse, c'est court et pas top.
Revenir en haut Aller en bas


I'm Contenu sponsorisé;

MessageSujet: Re: two hearts { with Junko.   

Revenir en haut Aller en bas
 

two hearts { with Junko.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kusha Kusha :: Back to LIFE :: Sujets Terminés ou abandonnés-