AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 “▬ Oui, je viens voir mon ami le Lapin Blanc [Yuu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: “▬ Oui, je viens voir mon ami le Lapin Blanc [Yuu]   Jeu 11 Nov - 18:38



“▬ Oui, je viens voir mon ami le Lapin Blanc.

17h30 Tic tac tic tac, it's time to wake up Alice! Tic tac tic tac, it's time to wake up Alice! Tic tac tic tac, it's time to wake up Alice!~~~
Une main s'écrasa sur le réveille parlant qu'Alice avait reçut il y a peu de temps par sa tante qui avait trouvé ce gadget fort amusant, de plus il avait le forme d'Alice aux pays des merveilles. Alors la jeune fille s'étira de dessous sa couette, regarda sa chambre et sourit. Il devait faire nuit maintenant dehors. Encore en pyjama, elle sauta au sol, attrapa son UV-mètre, courra jusqu'à sa fenêtre et le glissa en dessous des rideaux avant de regarder ce qui lui indiqué. C'était bon, elle ne risquait plus rien, alors elle ouvrit hâtivement ses rideaux et la fenêtre. Dehors il faisait froid, il ne pleuvait pas, mais il y avait pas mal de vent. Maintenant le rituel pouvait commencer. Première chose, Alice alluma sa chaine-hifi et mit en route le cd qu'il y avait déjà dedans. Yui, holidays in the sun. La chanson qui envahit la chambre n'était autre que Gloria. Alors pendant qu'elle était devant sa coiffeuse à démêler ses cheveux, Junko chantonna en même temps. Ah ah ah ah ah ah ah Ah ah ah ah ah ah~ ah Ah ah ah ah ah ah ah Ah ah ah ah ah ah~ ah Miwaku no tobira jyuurai no tenbou datte Yuragisou ni naru seishun jidai de Jinsei ga kawaru koishitai no ni Okubyou ni naru mondai yamadzuminan da Kotae wo michibiku tame ni ha This feeling Kirisuterarenai All my love Yume janaiyai yai yai yai yai ? Te ga todokisou na gloria Tama ni mienakunatte Cry yai yai yai yai yai ? Chikamichi wo sagashite mo onaji ne Mata mayotte shimau desho. Aujourd'hui encore elle était de bonne humeur. Elle aimait vraiment l'hiver et l'automne. Lors de ces saisons elle pouvait sortir dehors plus longtemps et il ne fallait pas qu'elle perde de temps. Elle avait déjà préparé sa tenue la veille. Aujourd'hui elle ne porterait que du Baby the stars shine bright. Une robe et un sert tête Aristo kitty’s invitation, des chausettes Ribbon frill, une paire de chaussure Rosy ballerina, une cape baby et pour finir un sac à main Ribbon heart. Voilà la tenue parfaite. Elle commença alors à enfiler la robe, et les chaussettes puis une fois cela fait elle retourna à ses cheveux. Cette fois-ci elle prit son fer à friser et se fit de belles anglaises avant d'y ajouter son sert-tête. Quand le tout fut finit elle appliqua un far à paupière un peu plus sombre sur ses yeux et un peu de gloss sur ses lèvres. Voilà, elle pouvait passer à la suite. Dans son sac à main elle y glissa son porte-feuille, BTSSB aussi , son uv-mètre, son portable, sa petite trousse de maquillage contenant far à paupière, gloss, fond de teint et son petit miroir. Elle y ajouta aussi son chapelet et descendit ensuite dans la salle à manger.

    “▬ Bonjours mademoiselle Alice. Avez-vous bien dormit cette nuit?
    Bonjour madame Hang. Hum, pas trop mal, pour une fois je ne me suis pas réveillée en plein nuit. Mais dites moi, ma tante n'est pas là?
    Non, elle travail encore elle devrait rentrer vers 18h 30. vous vouliez lui parler de quelque chose?
    Nan pas vraiment, mais en ce moment je ne la voit pas beaucoup. Ça m'attriste un peu.
    Je vous comprend. Mais je suis sur que vous la verrez en rentrant ce matin.
    Oui, vous avez raison.
    Souhaitez-vous que je vous prépare un petit déjeuné ou mangerez-vous dehors?
    Je pense profiter de la nuit pour aller prendre mon petit déjeuné à l'extérieur, mais je vous remercie de la proposition.
    Très bien. Avez-vous pensé à mettre votre crème solaire?
    Oh non je l'avais oublier! Merci de me le rappeler!
    Il serait bien que vous pensiez aussi à prendre une ombrelle. Il semble qu'il va peut-être pleuvoir dans la soirée.
    Hum vous avez raison. Je pense qu'il serait en effet plus sage d'en prendre une.

Une fois la discussion terminé, elle retourna dans sa chambre, appliqua sa crème qu'elle rangeât ensuite dans son sac à main et attrapa une ombrelle. Puis elle enfila sa cape et ses chaussure et salua la domestique de la maison en sortant. Dehors, elle resta quelque instant sur le parvis de la maison, savourant la fraîcheur du vent qui lui soufflait entre ses boucles. C'était si agréable de se sentir à l'extérieur. Elle qui était constamment enfermé chez elle à cause de sa maladie la journée. Mais finit de rêvasser, son ventre la rappela à l'ordre et elle prit la route pour aller dans le salon dont elle avait l'habitude d'aller pour prendre ses petits déjeuné. Une fois là-bas, au « Sweet Candy », elle s'installa sur une table près d'une fenêtre et commanda un thé aux fruit rouge et un gâteau à la fraise.

    “▬ Voici votre commande mademoiselle.
    Merci


Elle regarda la serveuse partir, puis sortit de son sac son livre de Lewis Carroll, « De l'autre côté du miroir ». Plongé dans sa lecture, elle ne regarda pas le temps passé et quand elle décida de sortir, il était déjà 18 heure. Dehors, elle se rendit compte qu'elle n'était pas comme tout le monde, qu'elle vivait dans un autre univers. Elle était dans ce pays qui s'était accolé à la capitale, dont quelques rares personnes avaient le droit d'y accéder comme elle, Alice. Et il y avait aussi le lapin blanc, le chapelier toqué, les Tweedels et puis Chester et la chenille, ainsi que la reine rouge, le lièvre de mars, la souris, le roi, le dodo, la tortue tête de veau et encore d'autre. Et Alice était au centre de tout ce petit monde. Elle faisait partie entière de cet univers dès qu'elle sortait de sa maison. Elle n'avait jamais l'impression d'être dans la capitale. Elle jeta un coup d'œil sur son portable, il lui restait encore une heure avant de pouvoir aller voir le Lapin blanc, alors elle décida d'aller voir le prêtre pour aller prier avec lui. Là-bas elle discuta un peu avec lui, pria et se confessa. Quand le tout fut fait elle reparti en le remerciant. 18Heure30. C'est fou comme elle avait l'impression que le temps ne passait pas en ce moment même. Elle était pressée d'aller voir son ami. Alors pour ne pas s'impatienter encore plus longtemps, elle fila à la librairie la plus proche où elle chercha des livres à lire. Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle cherchait, mais elle cherchait. Finalement, elle ne trouva rien qui lui plut, alors elle en fit une deuxième puis une troisième. Mais toujours rien, alors elle renonça.
Comme elle était assez loin du club du lapin, elle décida de se mettre en route à cinquante. Elle prit d'abord un premier métro, puis elle dû changer pour un autre et arriva dans le bon quartier. Heiwa. Elle regarda les enseignes et les jeunes qui semblaient pressé d'aller s'amuser avec leurs amis. Elle, marchait tranquillement en observant toute les choses autours d'elle. Elle était vraiment différente d'eux. Jamais elle était pressée d'aller s'amuser en général. Juste impatiente de voir le gens qu'elle aimait bien. Elle n'avait pas besoin non plus d'aller se détendre après les cours ou bien après le travail. Elle ne se pressait pas non plus pour aller travailler ou à des cours de soutient. Elle n'étudiait pas et ne travaillait pas. Sa maladie l'en empêchait. Puis soudain Alice s'arrêta net, plissant un peu les yeux devant la devanture lumineuse du Sapphire. Elle resta devant l'entrée quelque instant, regardant les choses autours d'elle. Rien ne semblait changer de nuit en nuit. Elle avait toujours l'impression de voir les mêmes personnes aux bras d'hôte et hotess. Puis il y avait les rabatteurs, pour le club, pour des restaurants, pour des bars. Aucun d'eux ne venaient la voir. Ils s'étaient habitué à sa présence ici et si l'un d'eux s'approchaient d'elle et lui parlaient, c'était pour la saluer et lui présenter les nouveautés de la maison qui les employés ainsi que les promotions. Mais ce soir, il semblait qu'il n'y en avait pas. Alors elle entra à l'intérieur du club d'host. Immédiatement, elle sortit son uv-mètre et s'assura qu'elle pouvait entrer. Comme toujours elle plissa les yeux et mit sa main devant son visage. La lumière était trop forte pour elle.

    “▬ Bonjour mademoiselle. Souhaitez-vous voir notre catalogue d'host et hotess ou avez-vous déjà fait votre choix?
    Oui, je viens voir mon ami le Lapin Blanc.
    Pardon?
    Monsieur le Lapin blanc.
    Euh... Très bien.


L'homme semblait perturbé par sa demande, pourtant, maintenait elle l'appelait toujours comme ça. Ici les gens devaient en avoir l'habitude, alors elle supposa que c'était un nouveau. En attendant que son ami le lapin arrive, elle s'installa sur le côté afin de ne déranger personne. Ainsi, assise sur un fauteuil près d'un aquarium, elle garda les yeux fermé et attendit sans rien dire ni faire. Les mains croisés sur ses genoux.

------------------------------------------------
Traduction du passage de la chanson Gloria:

Ah ah ah ah ah ah ah
Ah ah ah ah ah ah~ ah
Ah ah ah ah ah ah ah
Ah ah ah ah ah ah~ ah

Cette entrée fascinante, même la vision du futur
Devient instable
La vie change durant l'enfance ?
Vouloir tomber amoureux
Et pourtant se retirer timidement
Il y a beaucoup de problèmes
Pour arriver à cette réponse
Je ne peux pas laisser tomber ce sentiment
Tout mon amour

Ce n'est pas un rêve ?
La GLOIRE qui est presque à portée de main
Que je perds de vue de temps en temps

Pleure ?
Chercher des raccourcis est inutile
Je perdrai surement encore mon chemin ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: “▬ Oui, je viens voir mon ami le Lapin Blanc [Yuu]   Sam 13 Nov - 22:42

They told me you had been to her,
And mentioned me to him:
She gave me a good character,
But said I could not swim.

Tic Tac Tic Tac. What are you waiting for little white rabbit ? You'll be late again !

Les aiguilles qui lentement se remettent en place, le tic tac incessant d'une montre lascivement accrochée à un poignet, la mise en place d'un veston imprimé, d'une veste de costume; une coiffure impeccable, des souliers juste cirés et un sourire accroché sur le faciès. Le lapin blanc s'apparait de ses plus beaux atours pour charmer ces jeunes demoiselles qui n'attendaient que ses moustaches qui frémissent de sensualité. L'horloge accrochée dans le salon n'avait de cesse de lui rappeler que le temps s'écoulait, qu'il perdait son temps, qu'il n'était qu'en retard sur sa vie alors qu'il finissait de s'apprêter, passant un trench-coat sur ses épaules. Il laissa un petit mot sur la table du salon pour son colocataire, celui-ci n'était en effet toujours pas rentré des cours alors quoi de mieux que de lui laisser un petit mot doux pour son retour ? Mot doux à ses yeux uniquement... évidemment.

« En r'tard, en r'tard, je suis en r'tard ! »

Se mit il alors à se murmurer à lui même. Il vérifia une nouvelle fois sur la montre de son poignet que l'heure avançait et que la plus grande horloge était bien à l'heure et soupira. Retard, toujours le retard. Pour tout vous dire il avait passé une journée plutôt horrible alors une fois l'heure de se préparer pour le travail arrivée, il avait eut la tête totalement ailleurs, à la limite d'oublier d'y aller. Pourquoi horrible me direz vous ? Si l'on considère le réveil brutal par la sonnerie du téléphone, l'eau froide de la douche, le parc fermé pour cause de grand nettoyage (foutaises !) et encore l'absence de son ami de toute la journée, il aurait franchement préféré ne pas s'endormir du tout le soir dernier. Son rêve fut qui plus est ponctué de taches noires et cette constatation lui avait foutu la trouille au réveil. Et si ses rêves commençaient eux aussi à disparaître ? Non... impossible, pas lui.

Alors lorsqu'il avait fallu se préparer pour partir, il n'avait jamais été aussi lent, comme si le temps s'était suspendu à ses oreilles et que tout passait plus vite que ses gestes. Tic, tac, tic, tac. 18H30, il était déjà en retard. Il se dépêcha de sortir, rangea les clefs avec hâte dans ses poches, il prit le premier métro qui passait pour se rendre sur son lieu de travail. Après 15 minutes de transport en commun, dans cette atmosphère morbide et détestable, il put respirer l'air frais, il était arrivé. Heiwa et ses rues brûlantes de fièvre, ses gens en quête d'affection, d'un peu de rêve charnel. Lui ne donnait rien de ça, il se contentait de faire rêver par une présence, des mots et surtout du chiffre d'affaire, quel intérêt sinon à jouer au charmant gentleman avec des femmes qui ne l'attirent même pas ? Aucun. Il se retrouvait à presque courir dans ces rues bondées. Les gens commençaient à affluer, la vie nocturne de la capitale se mettant doucement en place pour finir par exploser aux heures qui disparaissent et Yuusuke bousculait bon nombre d'épaules. Non non non, il ne serait pas en retard, il pouvait encore arriver avant l'ouverture. Il allait surement louper le premier briefing mais tant pis, il demanderait à un des autres hôtes ce qui s'y était dit. Si celui-ci ne lui inventait pas un truc évidemment, la compétition entre hosts c'est un truc qui leur sort jamais de l'esprit. Pour le jeune Yuu c'était différent, il avait déjà quelques années d'expérience et était déjà resté numéro quelques temps alors il ne voyait plus tellement d'intérêt à s'en foutre sur le gueule pour monter dans le classement. Si ses clientes le plébiscitaient, tant mieux, sinon tant pis.

« Sapphire Club » La devanture de l'établissement faisait désormais face à Yuusuke. Ce dernier se tenait les côtes appuyé contre un poteau électrique, il avait courut trop vite. 18H55. Plus que 5 minutes avant l'ouverture. Sans trop reprendre son souffle il rentra par la porte réservée au personnel et se dépêcha de rejoindre ses collègues qui étaient déjà tous là, installés tranquillement sur leurs banquettes. Il s'y affala en oubliant toute la classe dont il devait faire preuve et pria pour que son patron n'ait pas remarqué son absence au briefing... Un des serveurs vit l'état dans lequel il était et lui glissa un verre d'eau fraîche sur la table avec un petit clin d'oeil. Oui, il y a des gens sympas dans ce club, pas que des pourris qui courent vers l'argent. Un regard à gauche, un regard à droite puis l'ouverture des portes. Les premières clientes étaient déjà là, surement à attendre depuis plusieurs dizaines de minutes à l'entrée. Yuusuke profita du fait qu'aucune de ces filles ne le voulait lui pour aller aux toilettes se remettre un peu en ordre. Il se recoiffa légèrement et remit une légère couche de fond de teint sur ses petites imperfections, la sueur l'avait fait couler. Un sourire de dragueur au miroir et le voilà déjà plus présentable et appétissant. Dernier coup d'oeil sur sa montre, 19h03, ses propres clientes ne devraient pas tarder à arriver.

Pour retourner dans la salle principale il devait passer par la grand hall de réception où les clientes pouvaient patienter pour que leurs hosts préférés soient à disposition alors Yuusuke fit mine de saluer les quelques jeunes femmes qui y étaient assises et son regard fut attiré par une silhouette. Serait-ce... elle ? Il s'arrêta sur place pour la fixer et la jeune demoiselle releva la tête, dévoilant un visage pâle et angélique et de magnifique petites anglaises venant glisser le long de ses épaules. Yuusuke sourit, c'était bien elle, Alice.

« Bonsoir Alice ma très chère ! T'ai-je fais attendre ? J'étais encore en retard... » Le grand rouquin s'était rapproché d'elle, attirant le regard des autres clientes sur son passage, de l'envie. Il s'était posé devant elle puis s'était appuyé sur un de ses genoux, venant baiser une des mains fines de la jeune femme. « Tu es superbe ce soir, digne du monde des merveilles ! »

Il se releva en lui tenant la main, comme il le ferait avec une vraie demoiselle. Alice était une de ses clientes préférées, une de ces jeunes filles qui cherchaient le rêve dans les hosts mais pas une de celles dont il avait pitié et qu'il avait en horreur. C'était une femme très touchante, au regard un peu perdu et à la voix aussi claire que l'eau de roche. Elle avait cette aura innocente et tellement fragile que tout de suite Yuusuke s'était attaché à elle. Alors quand elle avait commencée à l'appeler « Lapin Blanc », il s'était prit au jeu, la confortant dans son monde des merveilles, lui montrant les plus belles choses qui existaient la nuit dans cette ville viciée. Il connaissait son goût pour l'enfance, rien qu'à voir son style vestimentaire on sentait très bien l'inspiration Lewis Carroll et même si au départ il la voyait juste comme une autre de ces lolitas un peu déjantées, il avait découvert bien plus chez elle.

« Viens, suis moi, ne restons pas ici, la Reine de Coeur n'est peut être pas très loin. »

Sans lâcher sa main il l'entraina en dehors du club, non sans avoir fait signe à un des employés que c'était okay et qu'il savait ce qu'il faisait. En sortant, le vent tiède leur claqua le visage et Yuusuke du empêcher un frisson de parcourir son bras pour ne pas qu'Alice le sente. Elle était bien couverte avec sa petite cape tandis que lui avait retiré sa veste pour ne garder qu'une chemise et un veston mais c'était uniquement Alice qui le préoccupait. Il ne voulait surtout pas qu'elle tombe malade et que sa jolie peau de pêche soit abimée, il connaissait le danger qu'elle encourait en se découvrant dans une rue aussi éclairée ou à l'intérieur même du club aux lumières aveuglantes et ne voulait surtout pas qu'elle aille mal. La maladie en elle même était déjà bien assez dure à supporter.
J'voulais continuer un peu mais ça faisait long et j'voulais te voir réagir avant (l)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: “▬ Oui, je viens voir mon ami le Lapin Blanc [Yuu]   Dim 14 Nov - 1:09

Aujourd'hui elle allait voir son ami le Lapin Blanc. Elle s'était parée de ses plus beaux habits, prenant soin d'avoir une coiffure soyeuse et élégante. Il fallait qu'elle soit parfaite car lui l'était. Elle ne voulait pas faire honte à cet homme si élégant qui allait lui tenir compagnie. Bien sûr quand elle quitta la maison elle était en avance, alors elle avait prit son temps, profitant de son début de soirée doucement accompagné d'un vent tiède. Mais elle était couverte, alors cela allait, elle n'avait rien à craindre. Puis quand l'heure arriva elle prit la direction de la grande maison où habitait son ami. En effet, pour elle il habitait là-bas, elle ne songeait pas un seul instant qu'il puisse vivre ailleurs. D'ailleurs, elle voyait les autres homme et femme de cet endroit comme les valets de la Reine de Cœur. Dans son petit monde c'était ainsi, c'était simple et peu réfléchit, c'était comme l'aurait pensé un enfant, mais n'était-elle pas encore une petite fille? N'était-elle pas restée en grande partie dans l'univers des enfants? Il en était fort probable. Mais peu importe, tous le monde lui accordait ce droit. Personne n'avait encore cherché à la faire grandir, à lui faire voir les choses comme elles l'étaient. Alors quand elle arriva devant la grande maison qui portait le nom de « Sapphire Club », elle s'arrêta quelques instants pour contempler les alentours. Le temps semblait s'être arrêté pour elle. Elle avait l'impression de revoir les mêmes choses à chaque fois qu'elle venait ici. Mais dans le pays des merveilles, le temps était bien farceur. D'ailleurs le pauvre Lapin en était victime lui aussi. Même Alice souffrait des caprices de celui-ci, modifiant le laps de temps de la nuit ou du jour quand cela lui chantait. Oh, en ce moment elle ne s'en pleingnait pas, il semblait être de son côté en rallongeant la nuit.
Les lumières étaient bien trop forte pour elle à l'intérieur mais elle en avait prit l'habitude. Il lui suffisait de se cacher le visage avec sa main le temps de parler au valet qui s'occupait d'accueillir les invités de la Reine, puis elle les fermait quand elle s'installait dans un des nombreux fauteuils servant à attendre la personne qui allait vous accompagné le temps d'une soirée. D'ailleurs, Alice n'avait jamais prit le temps de regarder à quoi ressemblait ce lieux. Elle savait juste qu'il y avait un aquarium et de très nombreux fauteuils. Elle devinait aussi que le sol était du parquet au bruit que produisaient ses chaussures dessus. D'ailleurs lorsqu'elle avait les yeux fermés elle sentait plus facilement la présence des gens. C'est pour cette raison que lorsqu'elle sentit que quelqu'un la regarda qu'elle leva la tête en ouvrant à demi ses yeux. Elle avait du mal à bien voir, mais la voix qui se fit suivre lui confirma sa pensée. Ce n'était autre sue l'ami qu'elle attendait. Celui-ci semblait encore être fâché avec le temps.

    « Bonsoir Alice ma très chère ! T'ai-je fais attendre ? J'étais encore en retard... »
    “▬
    Monsieur le Lapin blanc! Comme je suis ravie de vous voir. Mais dites-moi, qu'avez-vous fait au temps pour qu'il soit si fâché avec vous? Vous savez, je suis sûr qu'il serait prêt à vous pardonné pour peu que vous vous expliquiez avec lui.


Son regard était fixait sur lui, elle essayait de voir comment il était habillé. Bien évidemment elle ne distingua pas bien les formes mais devina qu'il était toujours aussi beau. Il méritait bien son poste héraut. Car après tout, ce poste n'était-il pas donné à l'homme le plus élégant de l'endroit? Qu'on la corrige si elle se trompe, mais elle pensait bien que les choses étaient ainsi. Oh bien sûr elle savait que dans la réalité les choses étaient faites autrement, mais n'était-on pas aux pays des merveille? Et puis, elle savait qu'elle avait raison, car de notre temps le baise main était bien lointain, mais pas dans le monde des merveilles. D'ailleurs, lorsque son ami le Lapin Blanc lui baisa la main, elle sentit la couleur pêche de ses joue prendre doucement une teinte rosé. Elle esquissa même un petit sourire de gêne et en même temps de remerciement quand il lui dit qu'elle était superbe. Cela était bien futile qu'elle lui réponde que lui aussi. Elle pensa que son sourire suffisait à lui faire comprendre que c'était de même pour lui.
Aussitôt l'échange terminé elle ferma à nouveau ses yeux, se laissant guider par les pas et le bras du Lapin. Elle avait en lui une totale confiance et elle savait que jamais il ne la blesserait volontairement lors d'un de ces déplacement qu'elle devait effectuer avec les yeux fermé à cause de la luminosité.
    « Viens, suis moi, ne restons pas ici, la Reine de Cœur n'est peut être pas très loin. »
    “▬
    Oui, vous avez raison. Il ne faudrait pas que celle-ci me voit ici.


Cela pouvait sembler stupide. Certaines personnes devait certainement penser que ce n'était qu'un jeu entre eux, mais c'était bien la réalité pour elle. Depuis pas mal de temps elle était en froid avec la reine du pays et entre ces lieux étaient dangereux pour elle. Qui sait, sous une colère incontrôlable la reine déciderait de lui faire couper la tête après un procès non équitable où seule elle avait réel droit de décision. Peu importe ce que disait les jurés. Alors elle suivit rapidement le lapin sans lui lâcher un seul instant sa main. Elle se sentait en sécurité avec lui. Elle savait qu'elle n'avait rien à craindre de la reine si son héraut était dans les parages. Mais il ne fallait pas tenter le diable alors il fallait qu'ils sortent de la maison des valets de la Reine de Cœur. Une fois dehors elle ouvrit doucement les yeux, profitant de la brise fraîche qui faisait s'envoler doucement ses anglaises, comme-ci celles-ci dansaient une magnifique danse. Par instinct certainement, elle se détacha du maintient de son ami et ouvrit son ombrelle avant de s'y placer en dessous et de tourné la tête vers sa droite.

    “▬ Monsieur! Où avez-vous donc mit votre veste ? Allons-donc la rechercher, madame Hang m'a signalé qu'il risquerait de pleuvoir ce soir, il serait dommage que vous attrapiez froid.


En effet, en tournant la tête vers son compagnon, elle s'était rendu compte que celui-ci n'était couvert de rien d'autre à part son veston. Il serait fort désagréable alors qu'il tombe malade car il n'avait pas été assez soigneux avec lui. Et en temps qu'amie et compagne pour cette soirée, elle se devait de veiller sur lui. Alors c'était pour cette raison qu'elle le sermonna et qu'elle attendit à l'entrée du club qu'il aille chercher de quoi se couvrir et se protéger de l'éventuelle pluie qui avait été annoncé. Quand il revint convenablement couvert, elle s'approcha de lui et de sa main libre lui arrangea les plis. Voilà, ainsi il était parfait et plus rien ne les empêcherait d'aller s'amuser dans le pays des merveilles.

    “▬ Dites moi, Lapin Blanc, puisqu'il semble que vous soyez encore fâché avec notre ami le temps et que celui-ci est décidé d'avancer le temps pour vous, avez-vous eu le temps de vous restaurer un peu avant de venir? Si tel n'est pas le cas, que diriez-vous d'aller savourer quelques douces sucreries?


Il est bien vrai que cela ne faisait pas si longtemps que cela qu'elle avait mangé puisque son petit déjeuné remonter au environ des 17h50. Mais face à des sucreries Alice avait toujours une petite place dans son ventre. Et puis si son ami n'avait rien mangé depuis le repas du midi, il fallait bien qu'il se remplisse le ventre sous peine de tomber en hypoglycémie. Quoi que cela était peut-être un peu exagéré, mais comme toujours, la petite héroïne du pays des merveilles s'imaginer toujours des choses exagérés ou impossible dans son monde.


“▬ Il ne faut jamais être fâché avec le temps! Celui-ci est si capricieux qu'il faut faire attention à ne pas lui déplaire.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: “▬ Oui, je viens voir mon ami le Lapin Blanc [Yuu]   Mer 1 Déc - 12:27

He sent them word I had not gone
(We know it to be true):
If she should push the matter on,
What would become of you?
When time will cease its course it'll be too late.
Hurry up.

[justify]Le temps avait toujours une fâcheuse tendance à se la jouer contre le jeune garçon, il n'arrivait pas à le contrôler ni à s'y accorder. Le surnom de Lapin Blanc lui allait finalement à merveille; à toujours courir après à sa manière. Mais ce lapin n'apparaissait que le soir, lorsque Alice ne dormait pas, comme s'il ne pouvait exister que lorsqu'elle rêvait de lui éveillée. En effet, le temps jouait contre lui seulement une fois le jour éteint, le reste de la journée il s'écoulait normalement, plutôt doucement et semblait se transformer en un allié de choix qui rallongeait ses après midi à la terrasse des cafés. Mais lorsque la nuit tombait, que sa deuxième vie se dévoilait, qu'il revêtait son joli costume, il devenait le lapin de son Alice. Il vivait trop vite pour le temps, en oubliant ses limites et ses restrictions et avait tendance à s'endormir les yeux ouverts, l'esprit embrouillé dans ce temps qui s'était écoulé trop vite.

Ce soir il était redevenu ce lapin en retard. Et que son Alice vienne lui rendre visite le rendit tout joyeux, il allait pouvoir jouer à fond ce petit rôle. Parmi toutes les demoiselles qui attendaient dans le hall, Yuu pensait sincèrement qu'elle était la plus belle. Elle n'était pas vulgaire, comme ces autres filles maquillées à outrances, aux cheveux mal décolorés et aux jupes trop courtes pour être décentes, elle était au contraire très douce, voir pure. D'une innocence sans borne dans sa jolie robe de princesse et ses beaux souliers brillants, ses jolies boucles brillaient à la lumière de la pièce, faisant sourire le jeune homme. On aurait dit une de ces poupées de porcelaine, si fragiles et pourtant si belles, qui se posent là, tout doucement et attendent que le temps passe avec des étoiles pleins les yeux, se laissant embarquer dans les mondes imaginaires créé par la petite fille qui joue avec.

« Monsieur le Lapin blanc! Comme je suis ravie de vous voir. Mais dites-moi, qu'avez-vous fait au temps pour qu'il soit si fâché avec vous? Vous savez, je suis sûr qu'il serait prêt à vous pardonner pour peu que vous vous expliquiez avec lui. »

Yuusuke sourit à la jeune Alice, lui désignant avec une petite moue la montre posée sur son poignet « Je comptais lui rendre visite dans quelques jours vois tu, qu'il me remette ma jolie montre à l'heure, elle s'est encore déréglée, ça ne me plaît pas ! »

Bien sur, sa montre n'était pas réellement déréglée, c'était plus un façon de parler et de rentrer un peu plus dans leur jeu. Il sentit le regard de la demoiselle sur lui même et se sentit un peu réchauffé par ce dernier, les prunelles d'une si jolie jeune fille ne pouvait qu'éveiller de douces sensations dans le creux de son corps et à chaque fois qu'Alice le fixait ou le touchait de ses doigts de porcelaine il se sentait un peu exceptionnel, comme le seul à faire partie de cette grande comédie dont elle était le rôle principal. Après l'avoir joué à la chevaleresque et provoqué une timide gêne sur les joues de la blonde, il la guida en dehors de ce château aux allures de purgatoire pour une telle jeune fille. Pour tout vous avouer, au départ Yuusuke n'avait pas compris ce qu'une jeune fille comme elle venait faire ici, elle ne semblait pas avoir besoin de la chaleur d'un homme aguicheur et vulgaire. Pourtant, lorsqu'il apprit pour sa maladie, il comprit.

Pour tous les deux, le club avait toujours été le repaire de la reine de coeur et ses valets, le lieu a éviter en tout point pour la sécurité d'Alice. Mais en réalité Yuusuke ne voulait pas que les lumières aveuglantes attaquent sa peau, c'étaient ces lumières les véritables valets de la reine. Et toutes ces femmes aux regards dégoutants qui enviaient la demoiselle n'étaient que représentations de sa jalousie. Alors évidemment, c'était un jeu et Yuu ne croyait pas tout ce qu'il disait mais le faire pour Alice était son plus grand plaisir dans ces soirées monotones.

« Monsieur! Où avez-vous donc mit votre veste ? Allons-donc la rechercher, madame Hang m'a signalé qu'il risquerait de pleuvoir ce soir, il serait dommage que vous attrapiez froid. »

Yuusuke regarda un instant ses propres épaules, il avait laissé sa veste à l'intérieur. Avec une moue d'enfant contrarié il lui répondit : « Un grand hase tel que moi n'a pas besoin de veste tu le sais très bien... mon pelage me suffit aisément. Mais si Alice insiste, je lui ferait ce plaisir. »

Sur ces mots il lui baisa une nouvelle fois la main avant de s'éclipser le plus rapidement possible pour récupérer sa veste à l'intérieur. En passant dans l'allée principale il put entendre les murmures de quelques uns de ses collègues, surement jaloux « Il est encore partit avec la folle qui s'prend pour un perso' d'bouquin ! » « Encore ? Il doit ausis être fou pour y aller... » Sans y faire plus attention il ressortit directement du club une fois sa veste récupérée, il ne fallait pas faire attendre sa jolie Alice seule dans un tel quartier ! Et puis l'opinion des gens, il n'en avait rien à faire, surtout de ces ratés qui n'ont que le mot argent à la bouche.

« Désolé de t'avoir encore fait attendre. » A peine eut-il articulé ces mots que la jeune femme tapota le veste qu'il venait de revêtir, lui remettant les plis bien en place. Il se redressa un peu pour lui faciliter la tache et une fois parfaitement âpreté, il se regarda rapidement dans une des vitres d'un magasin et constata avec bonheur qu'il était parfaitement assortis à Alice, tous deux aussi joliment habillés l'un que l'autre. La jeune fille lui parla ensuite de nourriture, pour tout dire il avait déjà mangé avant de venir, un petit sandwich vite fait sur la route mais n'en laissa rien paraître, il ne voulait pas louper les sucreries en compagnie de la jeune fille. Oh non, pour rien au monde !

« Pourquoi pas, j'avais justement un peu faim ! Pour cette fois je te laisserais me guider mon petit bouton. »

Il dit cela avec un ton un peu ironique, sachant bien qu'elle ne le faisait pas souvent en sa compagnie, c'était la plupart du temps lui qui la guidait dans les méandres du monde des merveilles, pas le contraire. Mais au niveau des sucreries, Alice connaissait des endroits tout à fait charmants encore inconnus de Yuusuke, il se faisait toujours un plaisir à s'y rendre en sa compagnie pour y boire le thé tout en mangeant de petites douceurs. Il souleva une nouvelle fois son bras en invitant Alice à s'y agripper et tous deux partirent dans la direction indiquée par la jeune femme. Sur le chemin il parlèrent peu, profitant du paysage qui s'offrait à eux. La nuit glaciale qui empoignait les coeurs saignants de toutes ces âmes en recherche de rêve par la chair et le plaisir. Yuusuke aurait été jusqu'à cacher les yeux d'Alice s'il l'avait pu, refusant de lui montrer la déchéance de l'homme mais il ne pouvait pas. Il savait qu'elle avait un regard différent sur ce qui les entouraient, que pour elle tout ça n'était que le monde des merveilles, peuplé d'étranges créatures inoffensives au service de la méchante Reine de Coeur. Si seulement elle savait.
Revenir en haut Aller en bas


I'm Contenu sponsorisé;

MessageSujet: Re: “▬ Oui, je viens voir mon ami le Lapin Blanc [Yuu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

“▬ Oui, je viens voir mon ami le Lapin Blanc [Yuu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kusha Kusha :: Back to LIFE :: Sujets Terminés ou abandonnés-