AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 After all ft Kahei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: After all ft Kahei    Sam 7 Aoû - 19:20

Il marche rapidement, sac jeté négligemment sur son épaule. Le paysage défile comme enfumé autours de lui. Tout tourne assez vite, il aimerais courir, mais sa serais bizarre non? Alors il se contente de marcher vite. Le vent claque un peu sur ses joues gelé. Après tout il a passé la nuit dehors. Mais bon, c'était son choix n'est ce pas? Les événements de la soirée lui revienne rapidement en mémoire, mais il balaye tout sa d'un hochement de tête. Arata... Tatsuya... l'appart... Tout. Il faut tout effacer. Delete, Erase, comme vous voulez. Mais il a beau vouloir oublié, les quelques bleu sur sont corps ne mentent pas eux. Il passe d'un coup sa main sur sa nuque, comme pour chasser un insecte... Mais sa ne part pas si facilement. *mendokusai mendokusai mendokusai!* Il s'arrête devant une vitrine, d'un coup. Surement attiré par son reflet dans le miroir. *J'ai maigris*. Du doigt il dessine le contour de sa mâchoire. Ses cheveux son un peu abimé aussi. Il hausse les épaules et s'étire un peu. Il faut se remettre les idées en place. Hier c'était hier, aujourd'hui, c'est aujourd'hui. Il remercie quand même le ciel d'avoir laissé quelques affaires dans l'appartement secondaire de l'autre connard. Son uniforme scolaire lui est indispensable pour certain client. Comme lui.

L'homme n'est plus très loin. Il peu déjà voir sa grande carrure. Droit comme un I, un costume flambant neuf? Surement. Des chaussures italienne brillante, surement neuve elles aussi. Des cheveux parfaitement tiré, d'un noir de jais contrastant fortement avec sa peau blanche. Des petits yeux noirs, la cigarette à la bouche. Sans oublier la magnifique alliance au doigt. Le parfait pdg. A sa vu, Ryu se détend un peu. Pas qu'il l'apprécie particulièrement, non. Juste que la vue d'un client le rassure. "Rien n'a changé, les humains sont toujours aussi pourris" et cette pensé le rassure, le conforte. Et puis, ce n'est pas comme si O-san était n'importe quel client. Il est riche riche riche riche ! Avec lui, en une journée il est sur de pouvoir avoir assez pour se payer l'hotel 2/3 semaine ♥ Un petit mois de luxe et de tranquillité ne lui fera pas de mal ... Et puis avec cet argent, peut être qu'il pourra ... Inviter Tatsu à...

Il se reprend rapidement, vaux mieux ne pas penser à eux, surtout devant son client. Quand il arrive enfin à se hauteurs, un sourire faussement timide est plaqué sur ses joues.


- O~San . ko~nichi-ha!

Le plus âgé baisse les yeux vers lui. Un petit sourire en coin apparait sur son visage. Il se contente d' hocher la tête et de tourner les talons. "suis moi". O-san n'est pas très bavard, et c'est tant mieux. Le genre autoritaire. Fait ce que je dit ou crève. "O-san" est le diminutif de "Oto-san". D'après ce qu'il lui a dit, il a toujours rêver avoir un garçon. Malheureusement il n'a eu que des filles. C'est tant mieux quelque part. Quel père normale coucherais avec son fils hein? Le plus grand se met en marche, sans un mot. Ryu soupire imperceptiblement, le suivant, silencieusement. L'ambiance n'est pas au rendez-vous. Généralement O-san a toujours un truc à faire, comme voir un concert de musique classique, aller dans un ryokan et se faire passer pour père et fils... Ce qu'ils font souvent en fait. Ce genre de truc. Il s'arrête net, quand le plus grand s'arrête devant un petit salon de coiffure. What the fuck? Il ouvre et entre, sans même prendre la peine de saluer qui que se soit.

- Aujourd'hui tu va retrouver une coiffure décente. Je ne peu pas te présenter comme tu es la. Sa me fait trop honte.

*Me présenter à qui?!* il se retient de justesse et inspire doucement. Rester calme. Besoin d'argent, besoin d'argent... Il choisit donc de se taire et d'observer, tout simplement. De toute façon, quand ce mec a une idée derrière la tête. *De toute façon ce n'est pas ce que tu voulais?* Changer. Voir ce que sa fait d'être quelqu'un d'autre... Il tourne doucement la tête. Le salon est plutôt lumineux. De jolies tons de couleur. Plutôt chaleureux. Des miroirs partout... Il évite volontairement son reflet, (re)reportant son attention sur "son père". Celui ci, une main dans la poche, regarde de haut ce qui semble être le coiffeur. Coiffure improbable, air professionnel. Grand. O-san l'aborde sans se préoccuper de savoir s'il est occupé ou non. Il parle vite, lourdement.

- Il faudrait une nouvelle coupe à ce garçon. Il passe une main dans les cheveux de Ryu, soulevant puis relâchant plusieurs mèche comme dégoutté. Quelque chose de plus... Il parcours des yeux, de la tête au pied le coiffeur, levant un sourcil. ... Commun. Je paie le prix qu'il faut. Je reviens le chercher dans une ou deux heures.

Sans un mot de plus, il tourne les talons aussi vite qu'il est rentré. Il traverse la rue, et reprend le chemin inverse. Ce n'est que lorsque sa silhouette deviens minuscule que Ryu s'autorise un soupire. Ce mec se croit vraiment tout permis. Le blond se retourne vers le coiffeur, ne sachant pas vraiment où se mettre du coup. Tout c'est passé un peu trop vite. Il pensait juste baisé tout l'aprem', rien de plus. Bon, ce n'est pas si mal... Non?

- Mendokusai. Désolé ce mec c'est vraiment... Le pire. Il va vraiment revenir dans 2 heure, alors si vous pouviez faire vite qu'on en finisse sa s'rais cool... onegai.

Ne s' étonner de rien, ne s'émouvoir de rien. Subir. Après tout il n'est qu'une marchandise, une sorte de poupée géante. Si son "maitre" veux qu'il change, alors il change. Après tout, le client est roi non?

----

bon c'est pas un truc de ouf mais j'ai du mal avec les PnJ U.U"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Kurotani Kahei;
Membre
Feat : Ishii Shuuji

Féminin Double face : //
Nombre de messages : 31

Doing this and that : Hairdresser... nothing else!

Dreams and illusions : Tout est éphémère...


MessageSujet: Re: After all ft Kahei    Lun 6 Sep - 18:45

Tout le monde n’a malheureusement pas la chance de réussir sa vie. Certains font d’innombrables efforts et réussissent à obtenir ce qu’ils désirent, mais d’autres, malgré leur persévérance et par malchance, ne réussissent jamais à atteindre leur but. D’autres encore, démotivés et à bout, laissent tout tomber et se laissent s’engouffrer eux-mêmes dans un trou dont par la suite il est si difficile de se libérer. La vie n’est pas grand-chose, c’est un peu comme un jeu : on gagne ou on perd. La différence, c’est que le nombre de parties n’est pas infini et on ne rejoue pas lorsqu’on le souhaite mais uniquement lorsque la vie nous en donne l’occasion. Lorsque Kahei voyait ces clochards ou ces prostituées qui erraient dans les rues, ça lui rappelait à chaque fois combien les gens ne représentaient rien sur terre, pas même lui, pas même ces stars que tout le monde aime ou vénère, pas même ces hommes politiques si influents. Il réalisait à quel point il avait de la chance d’avoir son salon de coiffure et sa position sociale plutôt stable. Pourtant il n’avait pas fait que de bonnes choses dans sa vie, mais pour preuve que bien agir ne paye pas toujours contrairement à ce que l’on prétend. Il suffit de vivre la vie comme elle est et non de se soucier uniquement de ses bons et de ses mauvais actes. Kahei vivait donc au jour le jour. Qu’importe ce qu’il ferait, ses bonnes actions ne lui permettraient certainement pas d’obtenir un avenir radieux. Il tendrait la main à ceux qui le méritent selon lui, et abandonnerait les autres, comme il avait pu abandonner sa petite bande de yankee lorsqu’il était adolescent.

Même si l’on pratique le métier que l’on souhaite, il y a des jours où la vie semble absolument morose. La routine, Kahei déteste ça. Retrouver les mêmes clients qui redemandent généralement la même coiffure. Les jeunes de passage aux désirs d’apparence excentrique, les vieilles femmes fidèles au poste qui vous racontent les petites péripéties de leur fin de vie, les hommes d’affaire, silencieux et sérieux. Il y avait tellement de gens qui se ressemblaient, à force il arrivait qu’il ait l’impression de revoir sans cesse exactement les mêmes personnes. Il était rare que quelqu’un lui raconte quelque chose de réellement exceptionnel et qui serait véritablement susceptible d l’intéresser au point de le lancer dans de grandes conversations. Mais Kahei était si spécial et difficile qu’en réalité il n’était pas simple d’attirer toute son attention.

Ce matin-là, c’était une grand-mère que le coiffeur avait assise devant lui, face au miroir. Elle lui avait demandé, comme à son habitude, de lui couper les cheveux assez courts de façon à demander peu d’entretien, mais aussi assez longs pour être attachés. Elle avait ensuite commencé à lui raconter sa vie tandis qu’il avait commencé à lui laver les cheveux et à les couper. Il lui souriait par simple politesse, ne répondant que par quelques mots lorsqu’elle lui demandait son avis, se contentant de se taire et d’écouter le reste du temps. C’était plutôt ennuyant à supporter, mais ce n’était pas non plus une torture fort heureusement. D’ici quelques minutes il n’aurait plus qu’à sécher sa petite tignasse et ce serait terminé. Se rendant compte que le sèche cheveux n’était pas à côté de lui, Kahei dû se diriger de l’autre côté de son salon pour aller le chercher, mais à peine fut-il arrivé à mi-chemin qu’un homme aux airs de salary man et plutôt grand s’adressa à lui. Il lui présenta un jeune garçon en lui demandant s’il pouvait le rendre plus « commun ». Qu’est-ce qu’il voulait dire par « commun » celui-ci? Et surtout, qu’avait-il à le regarder de la sorte en lui balançant ce mot, comme s’il sous-entendait qu’il était un peu trop excentrique. Craignait-il qu’il donne un look trop « hors norme » à cet adolescent? Certaines personnes se croyaient vraiment tout permis pour parler de cette façon. Certes, Kahei dû se taire et supporter. Après tout c’était un client, il ne pouvait pas se montrer indécent. L’homme partit brusquement, n’ajoutant rien de plus. Il allait proposer au jeune garçon de s’installer en attendant son tour mais celui-ci prit à son tour la parole, s’excusant par la même occasion. Au moins, lui il était poli, néanmoins, ce n’était pas parce que son père – oui, à les voir tous les deux, Kahei n’avait pu que supposer que le PDG n’était autre que son père –, demandait à aller vite qu’il le ferait. Il ne pouvait pas laisser tomber sa cliente pour un gosse qui débarquait brusquement dans son salon.


Deux heures c’est plutôt long, je pense que tu vas avoir le temps d’attendre un peu, non? Tu peux t’installer sur ce fauteuil si tu veux.

Un sourire poli aux lèvres, il lui indiqua d’un geste de la main un fauteuil installé vers l’entrée du salon, à côté des étales de shampoings et autres produits professionnels postés face à la vitrine. C’étaient des fauteuils plutôt modernes, aux formes arrondis et avec un pied en métal, de couleur marron, ce qui contrastait plutôt bien avec les murs vert pomme du salon. Par ailleurs, ce marron se répétait autour de chaque miroir et sur les tablettes qui se trouvaient sous ceux-ci, ces tablettes où les clients pouvaient poser des magazines pour s’occuper pendant qu’ils se faisaient coiffer par exemple. Les lampes étaient incrustées dans les murs pour ne pas trop charger la pièce. Kahei tenait beaucoup à l’esthétique, alors la moindre des choses était que son salon soit le plus beau possible.

Laissant le jeune homme s’installer, le coiffeur partit chercher le sèche cheveux et revint à sa vieille cliente qui, en le voyant revenir, lui adressa avec amusement un : « Ah, vous revoilà, je me demandais si vous reviendriez vraiment ». Kahei lui sourit en coin ajoutant : « Veuillez m’excuser. C’est que certains clients sont exigeants et demandent à être servis de suite ». La grand-mère se mit à rire et jeta un œil vers l’adolescent avec un sourire. Elle avait certainement dû voir son « père » venir s’adresser à Kahei et devait penser, comme le coiffeur, que ce pauvre garçon n’avait pas un géniteur des plus chaleureux et avenants. Le coiffeur sécha les cheveux de sexagénaire puis lui demanda de se lever en lui annonçant que c’était terminé. Celle-ci lui obéit puis vint le payer à la caisse. Une fois que cette dernière eut quitté le salon, Kahei se dirigea vers son autre client. Un quart d’heure avait dû s’écouler avant qu’il ne le prenne en charge.


Bon, c’est à ton tour maintenant.

Kahei sourit au jeune garçon et attendit qu’il se lève en tendant une blouse, attendant qu’il y glisse ses bras pour la fermer dans son dos. Une fois cela fait, il lui indiqua cette fois-ci un fauteuil dos à un lavabo.

Installes-toi ici.

L’adolescent correctement installé, Kahei posa ses mains sur son crâne pour l’inciter à pencher sa tête en arrière. Il ouvrit le robinet puis commença à mouiller ses cheveux.

Ton père m’a demandé de te faire quelque chose de commun. Ce serait tout de même dommage de couper tes cheveux courts car cette longueur te va bien. Le mieux serait peut-être de les raccourcir juste légèrement, et pourquoi pas, de te teindre en brun. Mais est-ce que tu serais d’accord pour changer de couleur?

Bien entendu, il ne l’obligeait à rien, mais si le garçon refusait, il ne saurait plus vraiment quoi faire mis à part lui couper les cheveux. Néanmoins, si son père voulait quelque chose de commun, le mieux pour commencer serait peut-être de lui faire une teinte plutôt commune elle aussi, non? Le noir était une couleur naturellement très courante chez les japonais, de ce fait un châtain ou un brun serait probablement le mieux. Ce n’était pas comme son blond actuel qui lui était plutôt voyant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

After all ft Kahei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kusha Kusha :: Back to LIFE :: Sujets Terminés ou abandonnés-