AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Long night continue ft Tatsuya & Arata

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Sam 12 Juin - 21:06

Le trajet lui parait long. Peut être est ce juste la sensation qu'il ressent au plus profond de ses os. Son corps est lourd, comme s'il était passé dans un mixeur, pourtant, sa n'a pas duré bien longtemps... Il a subit bien pire. Tandis que les immeubles défile sous ses yeux, que les lumières disparaissent doucement sous sa rétine, il se laisse repenser... Il laisse son âme vagabonder... Ou est passé son innocence? Chiba. Chiba... Il revois sa vile natal mieux qu'il ne l'aurais cru. Pourtant il veux oublier, mais c'est comme gravé dans sa chaire. Cette petite ville paumé près de la mer et pourtant si loin. Il revois sa maison, le petit jardin... Il revois l'hôpital, la chambre de Rika, son refuge. Cette chambre blanche et aseptisée, cette chambre ou il passait le plus claire de son temps, près de son lit à parler avec la petite brune. Il s'en souviens comme si c'était hier, la douceur de sa peau, ses grands yeux noir.

- Rika... Rika... Rika...

Son visage semble si proche. Il se souviens aussi de son air triste jours après jour, et des medecin qui ne cessé de lui dire qu'elle guérirais un jours... Un jours qui n'est jamais arrivé. Des menteurs, tous des menteurs. Ses yeux deviennent terne. Ils l'on tué. En lui donnant tout cette espoir il l'on tué, tous. Elle s'inquiétait tellement pour lui sur la fin, Quand il lui ramenait tout ces cadeaux acheté avec l'argent gagné lors de ses longues soirées. Déjà à cette époque il n'était plus très présent à la maison. Il se souviens de se jours... Il faisait un soleil incroyable. Il avait était tellement choqué... Qu'il s'était tapé le premiers mec venus, il avait passé la soirée dans les bras d'une femme qu'il ne connaissait ni d'eve ni d'adam et qui devait bien faire le double de son âge. Ensuite il avait pleurer, tellement que ses yeux le brulé. Il se retint d'un hoquet.

Plus jamais. Plus jamais il verrait quelque partir. Plus jamais il pleurerais comme ces jours la. La douleur, le malheur, c'est vicieux, et sa finit toujours par arrivé alors autant... L'attiré, vivre avec. On a moins mal quand on s'y attend. Voilà, c'était dit, et c'était la vois qu'il avait vécue, tant que des gens vivrais sur cette terre, il continuerais, parce que c'est la seul façon... Pas d'être heureux, non, juste d'être tranquille, sans craindre. Toute sa vie il a craint. " Qu'arrivera t'il ensuite? " c'est ce qu'il pensait, après son viol. Voilà, que se passera t'il après? Les gens son des monstres! ils méritent se souffrirent eux! Alors, autant danser avec les loups.

Il souris doucement. Le taxi s'arrête devant l'appartement. Il pourrait le reconnaitre les yeux fermés. Il ne veux pas. Melé Tatsuya à tout sa. Il en a déjà assez d'Arata, alors Tatsu... Non vraiment. Il ne veux pas. Tatsuya ne mérite pas sa. Il mérite d'être heureux, de vivre simplement... Pas d'être entrainé dans les problèmes d'un ado au sentiment auto-destructeur. C'est pour sa... Inévitablement, il finira par être blessé, alors, autant l'éloigné avant qu'il soit déçus. C'est ainsi. Le bonheur est périsable. Merci, Merci pour tout Tatsuya... Même si ce n'est pas grand chose.

C'est ce qu'il tente de lui faire comprendre dans son regard, quand l'autre le sort doucement du taxi. La rue est déserte. A cette heure... Ils doivent tous être dans les bars. Ryu tente de se relevé. Il s'accroche, un moment à Tatsuya. Veux il vraiment le faire partir ? Plus de Tatsuya... Même si ce n'était pas long, c'était bien. Doucement il desserre ses doigts. Tenter d'être fort, mieux vaux être seul... Seul... Il tente de se relever, sa respiration est saccadé, il tente de se relevé mais il n'y arrive pas... Bordel pourquoi?

- Pourquoi? Pourquoi t'es venus.... POURQUOI?

Sa voix est lourde. Il retiens ses larmes du mieux qu'il peu. Jamais mentir ne lui a parrus aussi dur. Il tente d'éviter le regard de Tatsuya. Se concentré... Il faut qu'il réussisse, il faut qu'il parte. Le stress le gagne doucement, et il pense à quelque chose qu'il avait totalement oublié : Arata. Tatsuya vis avec Arata. Si Arata le vois... Alors... Alors... ? Il n'ose même pas imaginé ce qu'il se passerais. Son coeur s'accélère. Il souffle et relève un visage neutre, fermé. Resserant le manteau sur son torse.

- Je montre prendre quelques affaires et je me casse. Il vaudrait mieux pour toi et moi, qu'on ne se revois plus. Ne Tatsu-chan ?

Il souris de toute ses dents, concentrant toute son énergie dans ses jambes. Il faut... Qu'il récupère son portable. Il trouvera bien un hotel ou dormir, appelé un taxi... Et puis, on verra. De toute façon il n'avait pas prévus d'allé en cours cette semaine. Il se concentre encore un peu et plante ses yeux dans ceux du blond.


- Oublie moi ok ? Tu es gentil... Tellement... Que sa me donne envie... de vomir.

Il ne quitte pas le blond des yeux. Surtout pas, être crédible à tout pris... Faire vite, le brun peut rentré n'importe quand... Non non non... Sa pourrait être dangereux... Pour Tatsuya, pour tout le monde.

- Tu croyais quoi? C'est sa ma vie tu vois, c'est pas la première fois, et surement pas la dernière, alors merci, merci pour tout, mais je ne suis pas aussi bien que ce que tu crois. Ouvre moi juste la porte, je prend mes affaires et j'me casse.

Son coeur bat à une vitesse incroyable. Pardon Tatsuya... Pardon. Comme il aimerait se blottir dans ses bras et pleurer ! Pleurer encore et encore, se blottir contre lui... Non, non non non ! Il baisse la tête, les sourcils froncé pour se retenir de pleurer, et marche, aussi vite que son corps peu lui permettre, la fraicheur du hall le fait frissonné. Il appuie tremblant avec difficulté sur le bouton d'appel de l'ascenceur... Surtout, surtout ne pas craqué... Ne pas craqué... Vite... Vite... Que l'ascenceur arrive vite!

---------------

TT____TT tatsuya gomeeeen ! je te ferais un gros calin plus tard promis ... haaa si méchant é_è
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Sam 12 Juin - 22:31

Dans le taxi, il a bercé encore et encore le plus jeune. Le rassurer par sa présence, lui donner cette chaleur. Encore cette Rika. Elle doit être importante pour lui pour qu'il l'appelle comme cela. Bah, il demanderait à Arata s'il la connaît. C'est toujours plus facile de demander à quelqu'un d'autre que l'intéressé. Tellement plus lâche, mais au moins, on est sûr de ne pas se faire envoyer sur les rosiers. Ou du moins, moins violemment qu'avec l'autre. Ils sortent, et Ryu semble différent de d'habitude. C'est son regard. Dur. Vraiment pas le même qu'il arbore d'habitude, pétillant de vie malgré sa dure vie et ses pensées sombres. Son cœur se serre, inconsciemment, il redoute ce qui va se passer. L'autre se décolle de lui doucement. Comme un au revoir. Il secoue la tête, c'est stupide de penser à ça. Il faut qu'il le remonte, il doit bien s'occuper de lui et le soigner. Ensuite, il lui mettra une grande couverture sur lui, réchauffera quelque chose à manger et il le blottira contre lui, tout en regardant une bêtise à la télévision. Il sourit devant cette conception simpliste de sa fin de soirée. Il est exténué, mais il doit rester éveillé pour son ptit frère. Il est là pour ça non ? Pour ces moments où le métier devient trop dur à supporter et qu'il faut tout oublier, faire abstraction de sa propre vie.

Mais soudain, le plus jeune casse cet idylle. Pourquoi ? Il fronce les sourcils. N'est-ce pas lui qui l'a appelé à l'aide ? Après tout, il lui a dit qu'il allait le tuer et a joint ses coordonnés. S'il ne voulait pas qu'il vienne, pourquoi lui dire où il se trouve ? Pour retrouver son corps le lendemain matin ? Il frissonne, le vent frais claque contre sa peau dénudée. Finalement, ce n'était peut-être pas si idiot. C'était peut-être bel et bien un au revoir. Que lui prend-il tout à coup, à lui dire qu'ils ne doivent plus se voir ? Sa voix est si grave tout d'un coup. Il lui pose des questions, mais c'est comme s'il n'en attend aucunes réponses. C'est comme s'il n'en admet aucunes réponses.

L'autre lui sourit, comme s'il lui parlait du dernier film qu'il a vu au cinéma. Mais ses mots sont de plombs, comme des petites balles qu'il lui balance à la gueule, comme ça, sans aucune raison. Après tout, ne vient-il pas d'aller le chercher en pleine galère ? Qu'a-t-il fait de mal pour que l'autre lui parle comme cela ? Cependant, il ne répond rien. Ça ne sert à rien de s'énerver là, en plein milieu de la rue. Ça sera plus facile de l'arrêter, de l'empêcher de partir une fois dans l'appartement. Alors il enregistre tous ses mots pour mieux les lui renvoyer par la suite.

Il grimpe dans l'ascenseur. Il arrive vite dans le couloir, il tourne la clef dans la porte, et sans crier gare, il attrape le plus jeune par le poignet, et le traîne sans difficulté dans le salon, l'obligeant à s'asseoir.
-Pourquoi je suis venu ? Tu te fous de ma gueule ??? Tu m'envoies un message disant qu'on va te tuer, tu voudrais que je fasse quoi ? Que je reste tranquillement à attendre que les flics débarquent pour m'annoncer qu'un malade ai eu raison de toi ? Et en plus d'avoir ta mort sur la conscience, je devrais être foutu en taule pour non assistance à personne en danger ? Tu veux quoi ? Jouer au dur, dire que toutes ces soirées, ça ne te fait rien ? Alors assume, et n'appelle pas à l'aide ! Laisse les gens qui t'entourent crever d'inquiétude et ouvrir fébrilement le journal pour voir si t'es dans la rubrique nécrologique.

Il s'arrête une seconde pour reprendre son souffle avant de continuer.

-Comment veux-tu que je t'oublie ? Mais comment veux-tu, je vis avec ton meilleur ami ! Et grâce à toi, je vis plus heureux que je ne l'ai été depuis plus d'un an. Comment on peut oublier la personne qui nous a redonné un peu espoir, un peu d'humanité ? C'est toi qui voulait m'appeler grand frère, alors oui, je suis gentil. Parce que c'est comme ça que c'est sensé être un grand frère.

Mais ce qui me déçois le plus, c'est que tu puisses croire que ce que j'ai vu ce soir me choque sur ton compte. Tu croyais quoi, moi aussi je suis prostitué, je sais ce que c'est ! Je sais bien que tu n'es pas l'ange innocent que tu aimerais que tes clients voient !

Il est hors de lui et sa respiration est saccadée. Oui, il est en colère contre Ryu. Comment peut-il oser lui dire ça. D'accord, ils ne se connaissent pas depuis longtemps, mais est-ce une raison ? Comment peut-il se tromper à ce point sur son compte ? Qu'importe, pour l'instant, il doit retenir le plus possible. Arata ne va pas tarder à arriver, et lui arrivera surement à lui faire entendre raison. Après tout, n'est-ce pas ce qu'il lui avait dit ? De l'appeler quand il a un problème, notamment avec Ryu ? Mais le temps qu'il prenne son portable, le plus jeune se sera déjà enfuit. Il doit garder un œil sur lui...

---------------
sérieusement, pourquoi mon post fait tout petit ??? c'est frustrant à la fin !!!!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Sam 12 Juin - 23:34

Il frissonne, au contacte dur de la main de Tatsuya. Évidement, ce ne pouvait pas être simple non? Non, rien n'est jamais simple, c'est ainsi. Son coeur se brise doucement. Sa devient de plus en plus dur. Il tente de garder un visage impassible, mais devant le regard de l'autre, devant ses paroles, il ne peu pas... Il serre les poings. Que répondre à sa? Qu'il est mort de trouille à chaque nouveau client, à chaque nouvel soirée? Qu'il passe sa vie à s'oublier, à oublier tout sa pour pouvoir survivre parce qu'il est tellement sensible, tellement peureux, tellement lâche qu'il préférerais vivre seul sur une ile déserte pour ne pas être blessé par les autres? C'est sa qu'il veux savoir? Que tout son intérieur n'est qu'un champs de ruine? Que son coeur n'est qu'un amas de poussière alors quoi? Quoi? Que faut il dire bon sang!

Les larmes coules lentement, silencieusement sur ses joues. Son coeur bat si vite qu'il semble qu'il va le vomir. Il hoquète un peu, les sourcils froncé... Sa fait si mal. Si mal.


- Tu finira... Blessé... Si tu reste avec moi, inévitablement tu finira blessé ! Tu crois que sa m'amuse? De voir tout ceux autours de moi, tout ceux que j'aime avoir des problèmes des que je suis dans les parages? Tu pense que c'est si facile que sa? Je préfère resté seul ! Alors oui je préfère jouer au dur ! Oui je préfère que tu apprenne ma mort dans une putain de rubrique nécrologique que tu vois mon cadavre en direct! Ou pire que tu en sois un toi aussi... !!!


Il est essoufflé. Essoufflé d'avoir crié, de s'être laissé allé au point de ne pas pouvoir se contrôler. Ses yeux le pique. Il respire difficilement, les mains tremblante. Sa ne va pas, pas du tout. Il ne contrôle plus rien du tout, tout par en couille, le bateau coule et lui avec! Il tente de régulé sa respiration, et, sans crié gare, se lève d'un coup, et fonce dans la chambre d'Arata. Il s'écroule sur le mur, mais prend tout de même la peine de fermer la porte.

Réfléchir, vite, vite! Il se dirige le plus vite que son corps le peu vers un carton ou son soigneusement plié ses affaires. Il attrape le premier t-shirt, gilet, et pantalon qu'il trouve, s'habille avec difficulté, mais la pression lui fait oublier la douleur. Il attrape l'un de ses portables et de l'argent au fond du carton, avant de pianoté rapidement sur son portable. Aussi tot pensé, aussi tot fait. Taxi en route. Pour l'hôtel, il verrais plus tard, une fois dehors. Il reprend rapidement son souffle, les yeux noyé de larmes, il ouvre la porte... Et fonce.

Juste le temps de se retourné, entre la porte et le couloir, regarder une dernière fois Tatsuya. Son coeur lui fait si mal.

- Gomen... Tatsu-nii-chan... Gomen. Mais je finirais par te faire souffrir tu sais? Je ne veux pas perdre une personne de plus.

Il claque la porte, et se dirige vers l'ascenceur. Une chance qu'il soit la. Sa tête tourne, tout ce mélange la dedans. Que fait il? N'était il pas censé mentir? Et puis pourquoi pleure t'il? C'est rien, rien du tout, juste une mauvaise journée, demain il aura tout oublié, tout rentrera dans l'ordre, il se lèvera, s'habillera et ira à des rendez vous avec untel ou untel. Oui, tout rentrera dans l'ordre... La porte de l'ascenseur s'ouvre enfin. Son coeur s'arrête. Il le fixe, sans y croire. Arata est la, son air calme habituel se mue seconde par seconde en une expression indéchiffrable. Ryu avance de quelque pas, avant de trébucher dans ses bras. Chaud. Pas aussi chaud que ceux de Tatsuya, mais presque pareille. Arata... Il resserre sa poigne sur ses vêtements avant de lever la tête vers lui. Dans ses yeux il ne vois que de l'incompréhension. Il respire, tout cela va mal finir, il le sent. Il se redresse en souriant, mais rien ne viens. Il ne peu pas lui mentir, alors que faire? Il se redresse doucement, sur la pointe des pieds, et pose ses lèvres sur les siennes. Doucement, sur ces lèvres froides, un baisé chastes, avant de se dirigé à pas rapide, quoi qu'un peu boiteux, vers la porte.

- Ja~ ne !

Il claque la porte. Par chance, le taxi est la. Il grimpe dedans, soupirant. Son corps et si lourd et la nuit si longue... Il prend juste le temps de murmurer " Bunkyô " avant de plonger la tête entre ses genoux. Un Onsen lui fera du bien. Rester loin de tout sa un moment... Loin de toute ses conneries, loin de Arata, de Tatsuya... Il caresse évasivement son bracelet à son poignet.

Rika... Est ce que tu es fière de ton frère? ... Biensur que non. Non... Je suis si... pitoyable.

-----------------

:o j'sais pas, tente de justifier?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Dim 13 Juin - 0:25

La tête est encore pleine de paroles et de musique. La soirée était si longue et si chiante aujourd'hui ! Il a bien failli croire qu'elle ne se finirait jamais. Entre les clientes niaises et Lui. C'était dur. Il faudrait qu'il règle cette histoire rapidement. Quel plaisir prend t'il à venir exprès pourrir ses soirées? Il roule des yeux. Sérieusement, certains non rien a faire. Il tire nerveusement sur sa cigarette, tente de régulé sa respiration. Il marche calmement, mais en vérité, sa ne va pas. Pas du tout. Le problème? Les pilules violette. Pour être honnête, sa fait quelque jours qu'il ne dors plus très bien... Ajouté à sa le fait qu'"Il" viens presque chaque soir depuis 1 semaine... Il serre son poing au fond de sa poche. Il faut qu'il se calme, se calmer... Il faut qu'il rentre, et qu'il avale ces putain de pilules. Quel con ! N'avoir pris que les bleus... Il rêve du jour ou il n'aurait plus besoin de ses conneries. Pourtant, cela fait 16 ans que sa dur, déjà. Il se souviens encore de sa première visite chez le medecin, avec ses parents. "Personnalité limite, borderline"... "Trouble du comportement... Fragilité... sentiment de vide, d'abandon... insomnie... automutilation... Risque de suicide..." Il serre encore plus le poing. Tellement d'étiquette, toute vrai il semblerait non? Son corps en est temoin. Une cicatrice vivante. Pourtant il se soigne... Pourquoi il ne guerris pas? Pourquoi? Ne peu t'il pas être comme les autres? Est il si négligeable que même son propre corps rejette la possibilité qu'il soit et vive "normalement" ? "Intolérance à la frustration... Difficulté à réguler ses émotions..." Il serre ses poings. Tellement fort que les jointures deviennent blanche. Non, il faut qu'il se calme... Ce n'est pas bon, pas bon du tout. Sa tête le lance, lui fait mal. A quand remonte sa dernière crise? Sa parait si loin... Est il encore capable de se controler ? il le faut.

Il s'approche de l'appartement, en inspirant et expirant bruyamment, ouvrant la porte d'une main tremblante, appelant l'ascenseur d'une main tout aussi tremblante. Sa tête le lance par petit coup, mais sa passera, il faut que sa passe... Une petite étincelle comme sa doit être facile à éteindre non? Il en est la dans ses reflections quand la porte de l'ascenseur s'ouvre.

Choc. Son coeur s'arrête de battre d'un coup. Son corps arrête de trembler, sa respiration stop. Il fixe fixement le petit corps en face de lui. Pendant combien le temps la t'il fixé? Il pleure... Il pleure. Ryu pleure. Il pleure! Il trébuche, son corps est comme un chiffon. Arata ne peu s'empêcher de le fixer, horrifié. Que c'est il passé ? Tout les scénario défile à une vitesse monstre dans sa tête, mais avant qu'il n'est pus ouvrir la bouche, le blond l'embrasse. Ses lèvres son douce mais tremblante. Il ne prend pas la peine de répondre au baisé, de toute façon, le garçon est déjà dehors, sa silhouette est flou. Ce n'est pas Ryu. On dirait... On dirait le garçon perdu avec qui il avait passé tant de nuit.

Sa pupille se dilate lentement, il monte dans l'ascenseur comme un automate. Tout deviens sombre autours de lui. Les bruits de la ville se fond lointain. C'est comme si... Il n'était plus lui. Comme s'il était sortie de son corps, et qu'il était spectateur de la vie de quelqu'un d'autre. Pourtant il sent... Son corps se raidir, ses pas se faisant lourd. Il se vois, rentré et claquer la porte avec force. Il se vois, attrapé une pile de livre et la balancé au sol, un livre, une manette, tout ce qui lui passe sous la main. Il sent, sa respiration désordonné, mais il ne peu rien faire. Absolument rien.


- Tu devait... Le proteger...


Il sentant dire sa. Il se vois, relever doucement la tête. Il vois le regard choqué de Tatsuya. Non... Non non non non! "Je ne veux pas de tout sa", mais c'est impossible, impossible. Hors de contrôle. C'est ainsi qu'il préféré se définir. "Borderline, personalité limite", que des conneries. C'est juste... Un mauvais moment à passer... Oui.

Du verre brisé. Le verre est passé à quelque centimètre du visage de Tatsuya, mais il s'en fou. Il devait... Il devait le proteger! ILS devaient le protégé !


- Pourquoi tu ne m'a pas appelé? Pourquoi il était dans cet état, POURQUOI???

Ses pieds et ses bras vont dans tout les sens, tout ce qu'il peu balancer, fracasser, il le détruit. "Ne t'approche pas de lui", mais déjà, il vois son corps au dessus du blond, il se vois, l'attraper par les cheveux, il sent ses yeux s'écarquiller, il s'entend hurler, des questions dont il ne peu, dont il ne veux même pas entendre les réponses. Il se vois, il se sent, balancer le corps gracile sur le mur. Il entend les cris du plus âgée, mais n'y peu rien. Non non non... Sa tête lui fait si mal ! Tout tourne autours de lui... Il s'agenouille hurlant, se prend la tête de ses mains, s'arrache les cheveux. Sa respiration est de plus en plus forte et saccadé, il attrape sa chemise et l'arrache, ses mains viennent directement sur son torses nu, elles griffent, frottent, lacère... Ses ongles s'enfoncent dans sa chaire, il se prend la tête, puis se lassèrent les bras, combien de temps continue t'il se manège? Non... non... Il ne veux pas... Que sa s'arrête... Que tout s'arrête... Pitié. Il se recroqueville doucement, en position foetal, ses ongles lacérant toujours son bras, mais plus doucement, comme s'il joué du violon. Les larmes coules le long de ses joues, partout, et tendis que son corps tremble, tendis qu'il reviens, peu à peu dans ce corps qui est le sien, il ne peu s'empêcher de penser... "j'ai tout gâché... Tout."
--------------

:D Tu voulais voir une crise, tu es servis ^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Dim 13 Juin - 1:15

Il regarde l'autre s'énerver, se laisser submerger par ses émotions. C'est bien, s'il se laisse dépasser, il ne voudra pas partir. Il va craquer, et il pourra le consoler. Et tout ira pour le mieux. Mais plus le lycéen parle, plus il en doute. Son cœur se serre, il a l'impression qu'il va exploser tellement il se compresse dans sa cage thoracique. Il attire les problèmes ? Il veut rester seul à cause de ça ? Non, il ne peut le croire. Aussi horrible qu'a pu être sa vie avant, il ne peut croire que cela le pousse à s'éloigner de tous, à couper les ponts. Et pourquoi reste-t-il proche d'Arata alors ? N'a-t-il pas peur de le perdre lui aussi ? Pourquoi déroge-t-il à la règle ? Au final, ce n'est qu'une bonne excuse. Il était une sorte de bouche trou, c'est ça ? Une espèce de pion. Il le regarde s'enfermer dans la chambre de son colocataire sans rien dire.

Il doit l'appeler. Lui seul peut régler cela. Il se dépêche d'attraper son portable. Pourquoi est-il éteint ? Plus de batteries. Et merde, c'est toujours dans ces moments là. Urgence uniquement ? Mais c'est une urgence, connard ! Il n'a pas le temps de décrocher le fixe qu'il sort déjà de la pièce.

«  Gomen... Tatsu-nii-chan... Gomen »

Cela lui déchire le cœur d'entendre ça. Il secoue la tête en signe de négation, mais le plus jeune sort vite, trop vite pour qu'il ne le rattrape. Il reste là, prostré. Il a envie de pleurer, mais rien ne vient. Il se sent vide. Vide de tout. Il ne ressent plus rien. Il se dirige vers le fixe pour appeler Arata quand la porte s'ouvre brusquement. Il lève les yeux et voit son colocataire. Pendant un instant, il avait espéré que c'était Ryu qui revenait. Mais non. La porte claque violemment, le faisant se raidir. Cela n'annonce rien de bon. Il a sûrement croisé Ryu, en larmes. Il sursaute quand il commence à balancer les livres, les objets autour de lui. 'Tu devais le protéger'. Oui, il a bien croisé Ryu. Que lui a-t-il dit pour qu'il s'énerve après lui ainsi ? Il ferme les yeux de peur en voyant le verre lui arriver dessus, l'évitant par miracle que de quelques centimètres. Il le voit s'approcher et il ne peut rien faire, tant la terreur l'empêche de réagir.


-Que... Qu'est-ce que tu fais. ARRETE !

Il sent ses mains lui agripper ses cheveux, ses beaux cheveux blonds auxquels il tient tant et dont il prend tellement soin. Il entend l'autre hurler, il devrait parler pour le calmer, mais tout ce qu'il fait, c'est se protéger le visage du mieux qu'il peut. Pourtant, il devrait savoir faire ça. Calmer les clients bizarres, rester pragmatique pour se tirer de toutes les situations. Et il sait se défendre. Jamais personne ne peut l'attraper comme cela normalement... Normalement. Mais on n'est pas dans une situation normale. Un homme ne devrait pas faire ça à son colocataire. Et Arata... C'est tellement différent de son caractère si calme et posé qu'il a vu jusqu'ici. Non, jamais il n'aurait pu imaginer ça. Vous le lui auriez dit qu'il vous aurait rit au nez. C'est bien le dernier homme qu'il pouvait imaginer violent.

Mais les actions qui se passent en ce moment lui prouve qu'il avait tort. Il sent son corps comme une poupée de chiffon entre les mains du jeune homme. Jamais il ne s'est senti ainsi. Même avec ses clients, il n'est qu'à demi une poupée. C'est lui qui contrôle. Là, tout lui file entre les doigts. C'est comme cela que, sans rien y comprendre, il se retrouve projeté sur le mur. C'est la douleur du choc contre la paroi qui lui fait se rendre compte qu'il n'est plus tenu par l'autre. Il se recroqueville sur lui-même, tellement son corps lui semble douloureux. Il ose relever les yeux et voit l'autre, complètement hors de contrôle, en train de se faire du mal. Il devrait se lever et l'empêcher de faire cela, mais il n'y arrive pas. Son corps ne lui obéit plus, tant de douleur que de peur. Une vive douleur le ramène à sa propre personne.

Tant bien que mal, il se lève et se précipite dans la salle de bain. Son visage, son visage. Pourvu que ça soit juste une sensation, une sorte de fourmillement. Il retire sa main et étouffe à peine un cri d'horreur. Non, ce n'était pas juste qu'une impression. Sa peau se colore doucement mais surement, recouvrant petit à petit ses traits couleurs pêche. Sa main vient se plaquer contre sa bouche et son corps subit de nombreux soubresauts incontrôlés. Comme des sanglots sans larmes. Il reste fixer son miroir sans que les larmes ne puissent sortir. Elles se contentent d'agir à l'intérieur et de retourner ses organes, lui donnant la nausée. L'appartement est calme. Le silence règne. Il s'est calmé ? Tatsuya ne sait comment agir. Bah, la porte de la salle de bain est grande ouverte, s'il le souhaite, l'autre pourra le trouver ici.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Dim 13 Juin - 10:03

Le monde est un tourbillons. Un trou noir quelque chose comme sa. C'est toujours ce qu'il a pensé. Il marche doucement, en marge de se trou noir, et quelque fois, il tombe. Il se fait aspiré, il tente de se débattre, mais le trou est trop profond... Alors... Alors il se laisse tomber, en attendant que sa passe. Souvent, cette "tombé" lui fait faire différente chose. Lui fait penser différente chose qu'il ne pense pas à la base. C'est comme si toute ses contrariété, le "trou" les avales, s'en nourris, et quand sa craque... Alors sa déborde, et il ne peu plus... Il ne peu pas.

Il hoquète difficilement. Ses paupières sont lourdes, comme après avoir trop dormis. Il s'allonge sur le dos un moment, fixant le plafond sans vraiment comprendre. Ha... Les pertes de mémoires occasionnel. Il fixe se plafond qui parait si haut et si proche à la fois. Il tend son bras, et c'est quand il vois des plaie nouvelle qu'il comprend. Il tic. Non non non... Sa tête est vide, son coeur bat lentement comme habituellement. Il se relève, s'asseyant. Il tourne la tête, de droite à gauche, observant le champs de ruine qu'est devenu son appart'. ... Un point positif, c'est moins pire que les autres fois.


- ... Il n'y a pas mort d'homme.

Il se lève, ses os craque, comme s'il était passé sous un rouleau compresseur. Que c'est il passé? Il revois, par accoue, mais c'est flou dans sa tête. Hargh. Il marche un peu dans la pièce, attrapant quelque livres, les rangeant soigneusement à leurs place. Il chiffonne les couvertures de livres déchiré, et les mets de côté. Poubelle. Les morceaux brisé... De coté, poubelle. Il soupire. Sa fait longtemps qu'il n'a pas fait une crise. Il passe une main lasse dans ses cheveux, et tic. La porte de la salle de bain est ouverte? Il observe l'heure. Les pilules violettes, c'est vrai, il ne faut pas oublier. Et puis aussi, tout rangé avant que Tatsuya rentre, il ne comprendra pas si...

Il s'arrête net, dans l'entrebâillement de la porte. Son coeur rate un battement. Tatsuya est la. Il est la. Que fait il... Il est blessé ? Arata cligne des yeux, d'incompréhension. Tout tourne dans sa tête. Contrariété + Ryu + Appartement ma sacré + Tatsuya blessé est égale à ? Foutage de vie en l'air. Il ferme ses yeux s'accroupissant lentement, sa main tremblante s'accrochant au chambranle de la porte.


- Ho non... Non... Seigneur non... C'est un cauchemars et je vais me reveillé, oui, oui.


Le dénie. Il secoue la tête et se relève doucement. Il passe derrière Tatsuya, et ouvre le petit placard du bat du meuble, son "placard secret". A l'intérieur, des dizaines de tubes, de seringues. Il réfléchis un moment, pilules violettes... Pilules bleu. Il attrape deux petit tube, en ressort de petite pilules et les avales tremblant. C'est un cauchemars... Il a fait une crise, il a fait une crise devant... Il se relève, mais le regard de Tatsuya lui prouve que ce n'est pas du tout un cauchemars. Il inspire profondément.

- C'est moi... Qui t'es fait sa? C'est moi hein? Il faut... Soigné sa... Vite...

Il se retourne et fouille rapidement dans sa pharmacie. C'est la première fois que sa arrive. Généralement, il est seul lors de ses crises, ou, quand Ryu est la, il se cache en attendant que la tempête passe. Mais la... Son coeur se serre, tendis qu'il ressort des compresse et une mallette de secours. Des pansement, lui aussi est blessé... Mais au final il s'en fou, c'est sa faute, c'est le prix à payer pour être ce qu'il est. Les larmes coules silencieusement le long de ses joues, sur son menton, son torse...


- J'aurais pas du accepter. Je pensé que j'arriverais à gerré. Comment j'ai pus imaginé une seule seconde qu'un inutile comme moi arriverais à vivre normalement ?


Il se redresse, le dos courbé, il tend, évitant son regard, la mallette et les compresse à Tatsuya.

- Je suis désolé. Tu doit t'en foutre surement, Je... J'aurais voulus que sa se passe autrement. J'ai juste oublié ses fichu pilules et... Non, c'est ma faute, je suis désolé... Désolé désolé...

Il secoue la tête, et sort, comme il est rentré, et s'adosse contre le mur de la salle de bain. Ramenant ses genoux à son cou. Il aurait du savoir que sa se passerais comme sa. Rien ne se passe jamais bien, jamais. Il est impossible qu'un gars comme lui vive normalement. C'est ce que ses parents ne cesse de lui répéter après tout. Il peu juste faire semblant, "singer" les humains, les admirer, rêver que peut être un jours.... Mais il ne peu pas. Il ne peu pas. Il doit vivre, dépendant chaque jours de médicament... Au moins il vie. Il secoue la tête, se n'est pas le moment d'avoir des idées suicidaire. Il respire profondément, il a chaud à l'intérieur, mais c'est comme si son corps est gelé. Il frissonne doucement. Sa fait un moment, qu'il n'est pas resté ainsi, torse nu. Il n'aime pas. C'est comme avoué au monde "voilà, je ne suis pas comme vous", et admettre qu'il n'est rien. Absolument rien. Les larmes coules en grosses gouttes le long de ses joues, il hoquette. Demain tout ira mieux, oui, demain tout ira mieux, alors, Tatsuya partira, et il restera seul comme il se doit. Ces jours agréable, il doit les garder, bien profond au fond de son coeur, des souvenirs précieux, mais sa vie, elle... Il pleure de plus belle. Qu'a t'il fait pour mérité sa? Vraiment? Qu'a t'il fait?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Dim 13 Juin - 13:02

Il l'entend se rapprocher, et inconsciemment, il trésaille. Tatsuya fronce les sourcils. L'autre ne se souvient plus de rien ? Est-il une sorte de schizophrène ? Il n'y connaît pas grand chose à ces maladies. Bah, l'autre le lui dira peut-être. Sans qu'il ne le veuille, son corps reste en alerte. Mais ce n'est pas la peine. C'est Arata. Le vrai Arata, celui qu'il connaît. Le gars qui a plein de bouquin et qui lui fait à manger chaque soir. L'autre, il n'existe pas. Ce n'est rien. S'il a tout ces médicaments, c'est pour le faire disparaître, non ? Alors, il n'a pas à s'inquiéter. Il le regarde faire. Il n'a pas l'air de se rappeler exactement de ce qu'il a fait. Juste de s'en douter. C'est bien une preuve que ce n'était pas vraiment lui, non ? Il l'écoute parler, et tout se brise à l'intérieur de lui. Cela sonne comme une fin, un adieu. Il le regarde s'en aller.

Il repose la mallette doucement et sort calmement. Arata est là, recroquevillé sur lui même. Cette vision lui fait de la peine. Non, il n'accepte pas qu'une personne qui lui soit proche souffre de cette manière. Il doit certainement se torturer l'esprit à cause de ce qu'il lui a fait. Il se laisse glisser le long du mur et l'attire contre lui. Comme il l'aurait fait pour Ryu. Sa main lui caresse doucement le bras, pour le calmer. Il murmure des paroles apaisantes, vide de vrai sens, mais réconfortante. Il faut qu'il arrête de pleurer, ça lui fait trop mal de le voir comme ça. Il le berce doucement, et pose délicatement ses lèvres dans ses cheveux. Un peu comme une mère, non ? Il ne se souvient plus vraiment de ce que faisait sa mère pour le calmer. Il se souvient juste que ça marchait bien. Jusqu'à ce qu'il réclame une nouvelle chose, fasse un nouveau caprice. Il se concentre de nouveau sur Arata

-J'ai... J'ai voulu t'appeler tu sais... Mais, j'ai pas eu le temps. Je suis vraiment désolé. Il faut qu'on le retrouve. Il ne peut pas passer la nuit dehors comme cela. Faut qu'on le ramène. Et pis je vous cuisinerai quelque chose de bon. On se mettra devant la télé et on regardera un truc débile...C'est ça... C'est ça que je voulais faire tout à l'heure.

Sans qu'il ne s'en rende compte, les larmes coulent le long de ses joues meurtries. De peur. Pas la peur d'Arata, ni la peur que cela recommence. Mais la peur que tout ceci s'arrête. Il a passé des jours merveilleux dans cet appartement, et ils furent si peu nombreux. Il veut que cela continue. Il veut avoir quelqu'un qui lui souhaite la bienvenue quand il rentre. Quelqu'un qui lui cuisine des bons petits plats, même s'il n'arrive jamais à les finir.

-Je... Je sais pas ce que tu as. Et je ne veux même pas le savoir, ça ne me regarde pas après tout. Mais je veux pas que ça nous sépare. Je t'en prie. Moi je suis sûr que tu peux gérer. Et pis, au pire, maintenant je sais qu'il faut que je me cache.

Il sourit doucement.

-Et puis, tu m'es utile. Tu me nourris, tu me tiens compagnie. Grâce à toi j'oublie tout et je m'amuse. Tu es la personne la plus gentille avec moi depuis très longtemps. S'il te plaît, me demande pas de partir.

Son regard est suppliant. Non, il ne veut vraiment pas partir. Et si pour cela, il doit subir les crises d'Arata, tant pis, il subira. Bah, il suffit de s'organiser. Il ne laissera rien de fragile lui appartenant dans le salon, et puis ça devrait suffire. Il sera là pour lui. Il sera là pour nettoyer les dégâts dans l'appartement, pour lui rappeler de prendre ces médicaments et pour le soigner après une crise. Une sorte de petite infirmière. Cette image le fait sourire. Parmi ses tenues de travail, il y en a une d'infirmière. Il s'imagine la porter, et la couleur que pourraient prendre les joues d'Arata en le voyant. Cela le fait rire doucement, avant que son visage ne s'assombrisse. Comment va-t-il faire pour le travail ? Il ne peut y aller blesser. Et si le patron décidait de le virer à cause de ça ? Il inspire un grand coup pour se calmer. Ce n'est pas le moment de paniquer.

-Je vais devoir te payer le loyer en retard. Je devais voir un gros client après-demain, mais je vais devoir décommander. Je ne peux pas y aller avec le visage abimé. Sans beauté, je ne vaux plus rien...

Il reste impassible en disant cela. Peut-être parce-ce que cela ne l'a jamais dérangé qu'on lui trouve comme principale qualité sa beauté. Au moins, cet avantage là, on le voit du premier coup d'œil, on l'aborde, et on apprend à le connaître. Non, il n'est pas triste de n'avoir que sa beauté pour lui. Cela flatte son orgueil, et tout ce qui peut flatter son orgueil est bon à prendre. Sale gosse capricieux qu'il est.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Dim 13 Juin - 19:05

Il frissonne. Le touché de Tatsuya est incroyablement tendre. Son coeur se serre, doucement, il se laisse allé tout contre Tatsuya. Sa fait du bien. Son odeur est réconfortante. Non, c'est sa présence entière qui est réconfortante. Ne lui en veux t'il pas? Ne le déteste t'il pas? Ses paupières son lourde de larmes, sa fait tellement longtemps qu'il n'a pas pleurer ainsi. Peut être ... 3 ans. Il écoute Tatsuya, sa voix est pleine de... Regret? Pourquoi s'excuse t'il? Il devrait le détester! Le frapper, ne plus jamais vouloir le voir! Il devrais... Il devrais être dégoutté, ne plus vouloir l'approcher, le traité de fou! Arata est totalement perdu. Au lieu de cela, il lui explique qu'il faut aider Ryu. Arata respire profondément, peut à peu il redeviens lui même. Il soupire, secoue doucement la tête.

- Non... J'avais plus de batterie de toute façon. Et puis lui, Il fuira. Il vaux mieux le laissé, et quand il reviendra, tenté de le résonner.


Il essuie de la main, une larme. Il relève sa tête, mais elle est trop lourde. Il la pose doucement dans le creu du coup de Tatsuya. Son coeur bat étrangement. C'est la première fois qu'il est si proche de quelqu'un. Jamais, jamais il n'a était comme sa avec une personne, et vice versa. Quand il était enfant, il voyait souvent des enfants et leurs mère, elles était toujours si aimante. Une fois, c'était au parc, il s'en souviens comme si c'était hier. Une mère bercé son bébé. Arata de sa petite taille, avait tiré doucement sur la manche du pull de sa mère. Les joues rose, il avait pointé du doigt la mère et l'enfant... Sa mère s'était contenté de dégagé sa main en fronçant les sourcils. Combien de temps était il resté à observer cette mère et ce bébé? Assez longtemps pour que sa le marque encore maintenant. Jamais il n'a ressentie de chaleur humaine à proprement parler. Il comprend, maintenant, à quel point c'est agréable.

Le blond continue de parler, mais bientot, sa voix est enroué de larme. Pourquoi pleure t'il? Non... Non ce n'est pas se qu'il veux. Il se redresse, choqué, perturbé... Que peut il bien se passer dans la tête du plus agés ? Il secoue la tête.


- C'est ma faute. C'est vraiment ma faute! Je suis tellement con ! J'aurai du te le dire dès le début que je suis malade... Sa faisait tellement longtemps que je n'avais pas eu de crise que je pensé que sa passerais... Non. Non, je pensais juste que... Que pour une fois je pourrais vivre normalement.

Il souris doucement, ses rêves, ses fantasmes, se résume à cela. "Simple". Mais c'est impossible. Malgré cela, il n'abandonne pas. Il ne veux pas perdre Tatsuya, et se bonheur paisible qu'il a gagné fortuitement. Non, il ne veux pas perdre tout cela. Comment revivre seul après s'être habitué à vivre si paisiblement? Attendre que l'autre rentre, préparer le diné... Parler de tout et de rien, regarder la télé... Les sourires, les taquineries... Non, jamais il ne pourrait revenir à sa solitude, il en mourrait. Il s'éloigne un peu, juste un peu de Tatsuya. Ses doigts tremble légérement, mais sont comme attiré par son visage. Ils dessinent, à partir de la base du menton jusqu'à la joue... Il plante ses yeux dans ceux du blond, et tente un sourire.


- Je suis désolé, c'est surement égoïste ce que je vais dire... Mais maintenant que je t'ai, je ne te lâche plus. Je m'en fou du loyer, l'argent n'est pas un problème. Je suis... Tellement désolé, tellement. Je ne sais pas ce que je pourrais faire pour me faire pardonner. Je suis tellement désolé si tu savais!

Il secoue la tête négativement. Que veux t'il dire par sans beauté je ne suis plus rien? Il remonte, doucement, caresse les pommettes, essuie une larme. Son coeur se serre tellement qu'il pourrait en mourir.


- Ne dit pas n'importe quoi. Même sans beauté tu reste Tatsuya. Mon très, très cher Tatsuya...

Il souris doucement, mes sent ses yeux s'emplir de larme. Pensé que c'est lui, lui seul qui à fait du mal à un être aussi gentil, aussi doux que Tatsuya lui fend le coeur. Mais c'est trop tard, il ne peu pas revenir en arrière, il ne peu rien y faire. Il laisse doucement retomber sa main, qu'est ce qu'il est en train de faire? Trop proche... Il rougis un peu avant de tourné sa tête soupirant. Il observe l'appart et soupire de plus belle.

- La nuit peut être tellement longue quelque fois..

Tellement, tellement longue. Cette nuit parrait interminable. Qu'elle le soit ou pas, au final il s'en fou. Tout ce qu'il veux, c'est que demain matin, tout aille bien. Alors, ils prendront leurs petit déjeuné, parleront, tenteront de retrouver et raisonner Ryu... Et vivrons.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Dim 13 Juin - 21:32

Il s'apprête à répliquer, mais au dernier moment se retient. Il doit avoir raison, après tout, il le connaît mieux que lui. Et c'est vraiment peu probable que Ryu lui réponde. Il lui a bien fait comprendre qu'il ne voulait plus rien avoir à faire avec lui. Son cœur se serre et le prénom lui revient en tête. Peut-être devrait-il en parler avec l'autre ?

-Je pense que ça sera à toi de le raisonner. Ça serait trop hypocrite de ma part. De toute manière, il ne veut plus de moi... Au fait, qui est Rika ?

L'autre se redresse et se détache un peu de lui. Il frissonne. La chaleur de son corps lui manque déjà, un peu. Pourtant, la chaleur corporel, ce n'est pas ce qui lui manque dans sa vie. Après tout, ne passe-t-il pas ses nuits contre un de ces corps, chaud comme la braise et ne demandant qu'à se coller à lui ? Si, mais ce n'est pas pareil. Il n'y a pas de tendresse. Il n'y a que de mauvaises intentions, des intentions pas très catholique. Oui, c'est très différent de cette main douce qui lui touche délicatement le visage.

-Tu peux vivre normalement. Je suis là pour toi, okay ? Tant pis si je dois devenir encore pire que Ryu et ses questions idiotes pour savoir si tu as bien pris tes médicaments. Je veux qu'on continue comme avant, comme si de rien n'était.

Il sourit doucement. Comme si de rien n'était... Après tout, les marques vont finir par s'estomper, la vie va reprendre son cours normal et tout rentrera dans l'ordre. Il sourit de nouveau. Il aime qu'il veuille être égoïste. Il veut la même chose que lui. Alors, tout va bien, non ?

'Mon très, très cher Tatsuya' Depuis quand ne lui a-t-on pas montrer de l'affection comme cela ? A-t-il seulement déjà été autant chéri par quelqu'un ? Il éclate en sanglots en entendant ça. D'émotion bien sûr, mais c'est aussi toute l'accumulation de stress et de tension qu'il a en lui depuis le début de la soirée. Ils sont si proches que ça commence à en devenir gênant. Apparemment, c'est ce qu'il pense aussi, au vu de la couleur que prennent ses joues. Il rigole doucement à travers ses larmes.

-Arrête de rougir.

Il soupire discrètement. Il aurait aimé qu'il reste près de lui encore un peu, pas qu'il s'éloigne ainsi. Il aurait aimé... Se blottir contre lui et fermer les yeux. Tout oublier. Mais à la place de cela, il se lève et va dans sa chambre, en revient avec un grand plaid bien chaud. Il indique de la tête le canapé à Arata. Il secoue un peu les coussins histoire de vérifier qu'il n'a pas de débris de verre ou d'autre chose. Il ne faut pas qu'ils se blessent un peu plus. Il pose la couverture et va dans la cuisine pour réchauffer deux parts du gâteau au chocolat qu'ils ont préparé la veille. Ce sont vraiment deux gourmands de sucre et de chocolat, ça en serait même maladif. En attendant que ça soit prêt, il retourne dans la salle de bain pour reprendre la mallette. Il faut soigner l'autre. Il revient et la pose sur la table avant de retourner dans la cuisine chercher leur nourriture.

-Il va falloir que je trouve une excuse pour mon patron. Si je dis que c'est mon colocataire qui m'a fait ça, je ne donne pas cher de ta peau.

Il a un sourire rassurant en disant cela, totalement en décalage avec ses propos. Il pose les assiettes sur la table basse et allume la télé, trouvant une émission un peu bête qu'ils ont l'habitude de regarder le soir, quand ils rentrent du travail. Il réfléchit à une excuse valable. Hum, s'il dit qu'il s'est cogné, jamais ils ne le croiront. Il peut dire que c'est le client de Ryu qui lui a fait ça. Dire que c'était son client à lui, bien sûr, trouvé dans la rue après son rendez-vous avec son premier client. Parce que s'il dit qu'il est allé aider un prostitué qui n'appartient pas à 'l'entreprise', il va avoir des problèmes, et ils voudront enrôler Ryu parmi eux. On lui a rendu un service, il doit nous en rendre un à présent. Mais encore faut-il que Ryu soit d'accord. C'est peut-être un client de ses plus gros clients, et il ne peut se permettre de le lui faire perdre ainsi. On ne se mêle jamais des histoires de client d'un autre. Jamais. Ça n'apporte que des problèmes. Il soupire doucement. Oui, la nuit est vraiment longue...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Lun 14 Juin - 21:44

Arata secoue la tête doucement. Les lumières de l'extérieur clignotant comme sa dans l'appartement... On dirait des lucioles. La voix de Tatsuya est faible, comme s'il allé pleurer. Qu'à t'il bien pus se passer avec Ryu? Il se pose la question, mais au final, il imagine très bien la scène... Tout les scénario son possible après tout. Combien de fois la t'il sortie de situation toute plus dingue les unes que les autres? Il passe une main lasse dans ses cheveux.

- Ce gamin... A un don incroyable pour s'auto-détruire et s'empêcher d'être heureux. Il doit surement vraiment tenir à toi, pour vouloir t'éloigner de lui. Tu sais, ce gars, c'est un aimant à problème... Enfin, tu dois l'avoir remarquer si tu a voulus m'appeler.


Il prend une pause, basculant sa tête en arrière. La fatigue le gagne doucement. Tant pis, il séchera les cours demain. Il dira à Young ju de prendre ses cours, après tout ils ont cours en commun tout l'aprem. Pas envie, pas la foi d'affronter le monde. Juste, de rester dans ce petit cocon serein qu'est devenu son appartement. Et dire qu'il le trouvait trop grand.
Il frissonne d'un coup, en entendant le prénom "Rika" dans la bouche du plus âgée. Son sang ne fait qu'un tours. Il se tourne, légèrement déstabilisé, vers Tatsuya. Il ne s'attendait pas à sa. Merde... Ryu devait vraiment être à bout pour avoir parler d'elle. Il se met en tailleur, en face du blond, se massant le visage de ses doigt, soupirant.


- Rika, c'est sa soeur. Enfin... c'était. C'était la personne la plus importante dans sa vie. Non... C'était sa vie. Elle avait une maladie incurable... Elle en est morte et il ne s'en ai jamais remis. S'il ne t'en parle pas, évite de lui en parler ok?


Il pense encore au pauvre gamin qui c'était moqué du bracelet de Ryu à Shiba. C'était la première fois qu'il voyait Ryu frapper quelqu'un. Il avait était au commissariat, violence sur un enfant, ce n'est pas très bien vu. Il souris doucement, l'harcelé pour prendre ses médicament? Ha... il imagine déjà la scène. Son coeur se réchauffe. Sa fait presque mal... Comme des doigts congelé contre un radiateur brulant. Il ris doucement.

- Tu dois te demander ce que tu a mérité pour hérité de deux timbré comme nous. Hm... Merci. Merci Tatsuya. Pour tout... Je n'oublierais plus aucun médicament, promis?

Il ris un peu, sa fait étrange. De pleurer, et rire comme sa avec quelqu'un de "normale". Il secoue la tête en se levant doucement, regardant l'autre marché doucement jusqu'à sa chambre.

- C'est toi qui me fait rougir idiot...

Mais sa, il le murmure, presque inaudible, tandis que l'homme lui indique le canapé. Il s'installe, confortablement, fixant la télé. Ce doit être l'une des choses que peu de gens sauf Arata aime: Les émissions débiles. Il pourrait passé des heures devant, ou plutot tout simplement devant la télé. La télé à toujours était un objet important pour lui. Son amis, sa mère, son père, son frère tout. Sa fenêtre ouverte sur le monde. Il regarde les images défilé doucement, pendant que Tatsuya reviens, des part de gateau à la main. Ses yeux s'illumine doucement. Rien de mieux. Il lève un sourcil, tout en attrapant une part de gateau.

- T'es patrons? Tu fait partis d'un réseau?

Il fixe Tatsuya. Lui souris doucement, comme si lui disait "reprend une part". Mais ce qu'il lui dit est grave. D'autant plus qu'il est blessé. Et si ces "patrons" décide de se débarrasser de Tatsuya parce qu'il ne leur est plus utile? S'il décide de le garder avec eux pour l'avoir à l'oeil? Que fera t'il? Ho non... Qu'a t'il fait? Ont pourrait dire qu'il a regarder trop de film de yakuza... Mais le fait est que Arata travail dans un bar, un bar assez réputé qui plus est dans le milieu "underground". Il lui arrive même souvent de faire l'informateur... Mais jamais il ne se mouille plus. Le fait est qu'il connait ces gens la. Pour les cotoyer chaque jours, pour avoir eu affaire à eux... Il frissonne doucement. Les images de Ryu se faisant étrangler lui revienne par petit flash. Il se souviens aussi, des marques et des bleus sur son corps... Non, jamais... Il ne se pardonnerai jamais. Il respire profondément. Il est trop tard pour y réfléchir. Maintenant il faut avisé. Que faire?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Lun 14 Juin - 22:59

Il l'écoute parler. Encore un qui a eu une vie facile. Il soupire. Pauvre Ryu. Il ne mérite vraiment pas cela. Même s'il veut faire croire que sa gentillesse et sa joie de vie ne sont que des masques, il a un bon fond. Les pièces du puzzle se mettent en place, il comprend un peu mieux la réaction du plus jeune. Enfin, il croit. Comment être sûr avec lui ? On ne sait jamais comment distinguer ce qui est faux de ce qui est vrai.

-Stupide... Ce gamin est stupide parfois. C'est pour ça qu'il m'en veut d'être allé le chercher ? Il voulait la rejoindre.

Aimer sa sœur... C'est une notion totalement abstraite pour lui. Comment aimer celle qui a fait que vos parents ne répondent à plus aucun de vos caprices ? Il hait cette gamine. Il espère ne jamais plus à revoir sa tête victorieuse en le voyant. Mais il lui doit au moins son apparence androgyne. Si ses parents aimaient tant celle-ci, c'est parce que c'était une petite fille, non ? Alors il ferait tout pour ressembler à une petite fille. Mais si elle ne l'avait pas pousser à cela, aurait-il attiré ainsi le meilleur ami de son père ? Aurait-il du subir ce qu'aucun enfant ne devrait subir ? Un voile de tristesse se pose sur son visage, qu'il chasse bien vite. Il reporte son attention sur l'autre.

-Bah, vous êtes timbrés, je suis une pute. Chacun son truc, hein ? Et pour tes médicaments, de toutes manières, jte laisserai pas les oublier. Et si jamais je vois que ça t'es arrivé, je viendrais te harceler pour que tu les prennes. Je peux faire très peur tu sais ?

Il rigole doucement. Vu la force que l'autre a déployé tout à l'heure, même s'il était très en colère il doute pouvoir le surpasser en terme de force. Il fait une moue et ajoute.

-Hum, non. Je te ferai un câlin tellement étouffant et tellement collant que tu rougiras comme tu n'as jamais rougis. Et plus si affinité. Ou plutôt et plus si ça ne marche pas !

Il rigole de nouveau. Ça c'est de la menace. Il ouvre la mallette et en sort du désinfectant. Il verse le produit sur une compresse et s'assied à côté d'Arata, profitant qu'il mange son gâteau. Un peu comme un enfant à qui on donne un bonbon pour mieux faire passer la piqure. Doucement, il dépose le coton contre sa peau blessée, passant délicatement sur les plaies. Il se concentre uniquement sur celles qu'il vient de se faire. Comme s'il n'avait pas remarqué les autres qui ornaient sont torse. Cela doit déjà être assez gênant, surtout pour quelqu'un qui rougit au moindre regard comme lui. 'Petite infirmière', c'est ce qui revient sans cesse dans son esprit. Il sourit doucement. Heureusement que l'autre ne peut lire dans ses pensées, sinon ses joues auraient déjà pris feu.

D'ailleurs, cela lui fait se rendre compte qu'il est encore habillé comme tout à l'heure, quand il est allé voir son client. Il se sent tellement à l'aise dans ces tenues sexy. On pourrait croire que c'est gênant, ou dégradant, mais lui il aime. Cela lui fait penser que ça fait longtemps qu'il n'est pas sorti se défouler en boîte, draguer le premier mec canon de passage pour l'entrainer dans les backrooms. Voir chez lui s'il est doué. Il fait une moue. Arata trouverait ça bizarre s'il ramenait quelqu'un à la maison, non ? Il serait obligé de lui dire que ce n'est pas un client, sinon il ne comprendrait pas. Il espère tout de même que les chambres de l'appartement sont bien insonorisées. Sinon son colocataire n'oserait plus jamais le regarder dans les yeux !

Voilà, c'est fini, tout est soigné. Il repose ses affaires et va dans la cuisine pour se laver les mains. Soigneusement, il étend le plaid sur lui, avant de se glisser à son tour dessous, attrapant par la même occasion sa part de gourmandise chocolatée. C'est seulement là, bien au chaud près du corps de son colocataire qu'il lui répond.

-Mister K., t'as déjà entendu parler ? Il paraît que je bosse pour lui. J'en sais trop rien, je l'ai jamais vu après tout. Hé, pas de panique ok ? Pour l'instant, mon cul leur sert. Le jour où ils m'amèneront un gars en me disant qu'il est plus beau que moi est loin d'arriver, tu peux en être sûr. On insulte pas Uruha de la sorte.

Il laisse parler son orgueil. Après tout, n'est-ce pas ce que lui disent tous les jours ses clients ? Qu'ils paient le prix fort pour sa beauté ? Pour son corps parfait ? Les yeux dans le vague, un sourire en coin s'invite sur son visage. Oui, il est leur préféré et il le sait. Le tout est de continuer, de rester discret et de ne pas devenir capricieux, pour arriver au top. Difficile pour lui, mais une fois qu'il aura rencontré le patron, ça sera gagné, il le sait, c'est un privilège rare que de le voir. Mais il y arrivera. Après tout, c'est lui, le meilleur. Pas question de laisser quelqu'un dire le contraire.


---------------
EDIT : (Mister K, c'est un prédef King, pour que tu vois qui c'est, décider si tu le connais ou pas)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Mar 15 Juin - 23:10

Arata fixe un moment devant lui, sans vraiment rien voir. Peut être le brouillard qui s'installe dans son cerveau. Il n'a jamais imaginé que Ryu puisse avoir des pensés suicidaire. Meurtrière oui, mais suicidaire. Il se souvient encore de leur première rencontre, comme ci c'était hier. La ou, n'importe qu'elle personne censé l'aurait supplier de ne pas sauter, lui insisté pour le voir s'écraser contre l'asphalte. Il se demande encore ce qui la retenus se jours la. Il secoue la tête.

- Non, ce n'est pas qu'il veuille la rejoindre, c'est que s'il meurt, il acceptera son sort et sera heureux de la rejoindre.


Il reporte son attention sur la télé, mais son esprit est ailleurs. Il a toujours envié le liens qui unis Ryu à Rika, même morte. Lui a toujours était ignoré, méprisé... En fait, il était invisible. Il est la, près d'eux, les regardes, tente de leurs parler, mais rien n'y fait. Il se souviens de la naissance de Hiro... Il avait était si heureux! Il avait fixé le berceau des heures et des heures... Et puis, sa mère avait pris l'enfant, comme si c'était son premier. D'ailleurs, sa a toujours était le cas. Il frissonne doucement. Rien ne serre de penser à ça. C'est loin maintenant. Chiba, Hiro, l'hopital... Tout est si loin... Non vraiment, jamais il ne regrettera son départ de Chiba.

Il souris doucement, enroulant ses pieds dans le plaid chaud. Les meilleurs choses sont les plus simples.... Les images défiles rapidement devant ses yeux, tendis que les paroles de Tatsuya monte à son cerveau. Ses joues se colore légèrement à se "plus si affinité". Il soupire. Tatsuya semble avoir pris gout a titiller se "point faible". Il a toujours était d'une timidité maladive. Tellement habitué à être invisible, il suffisait qu'un inconnus lui disent "bonjour" pour qu'il rougisse et perde ses moyens. S'en suivais alors de grande reflection "peut être qu'il ne l'a pas dit à moi?", vraiment, à noël il devra penser à commander "la confiance en soit pour les nuls", ce serait déjà bien. Il frissonne d'un coup et se contracte, au contact des compresses contre sa peau. Froid. Il n'est pas habitué à ce qu'on le touche ainsi. Personne ne l'a jamais touché à travers les vêtements, il aurait eu trop honte. Il gigote un peu mal à l'aise.


- Je crois que je suis juste trop sensible... Merci de prendre soins de moi Tatsuya. Mais sa ne devrais pas plutot être le contraire?

C'est vrai. Après tout c'est lui le grand méchant de l'histoire non? Trop tard, l'autre à déjà finit. Il incline doucement sa tête. Il passe une main, fatigué sur son visage, avant de couper un morceau de gateau et de l'enfourner d'un coup dans sa bouche. Ha... C'est le moment ou Goro-chan fabrique la fusé... Il cligne des yeux, et passe doucement un mode "autiste" ou mode "arata". Silencieusement, il regarde l'émission comme si c'était la coupe du monde. Ce n'est que quand l'autre se rement à parler, que son attention se transpose vers lui. Il tic en entendant "mister K". Evidement qu'il en a déjà entendu parler. Les gens chuchotent son nom à chaque coins de Kabu-chô. Il ne compte plus le nombre de fois ou il a entendu ce nom dans une conversation au bar. Souvent, des hommes en costumes fatigué et perturbé, ou quelque fois, des menu dealer ou voyou apeuré. Dans tout les cas, se nom inspire toujours la peur et le respect. Il ne lui a jamais inspiré grand chose, bien qu'il ne peu pas juger sans connaitre. Il note, au fond de lui, de se renseigner sur lui, tout en se retournant vers Tatsuya. Il voudrait sourire mais c'est un peu dur. Il porte, une bouché de gâteau à sa bouche, mais s'arrête en milieu de chemin.


- Fait attention d'accord ? S'il t'arrive quelque chose je les tuerais tous.


Ce n'est pas une plaisanterie, juste, le fond de sa penser. Il se sent soulagé, d'avoir pus pouvoir parler autant. Demain son cerveau avalera surement ses mots comme d'habitude, alors autant en profité se soir. Il reporte encore une fois son attention sur la télé. Goro se bat contre Kero. Il croque à pleine dent dans sa part de gâteau tout en souriant. Vraiment, se genre d'émissions aux présentateur débile... sont les meilleurs.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Mar 15 Juin - 23:52

Il hoche de la tête doucement. Un mystère de moins de résolu. Enfin, partiellement, puisque ça ne venait pas directement de la personne concerné. Et il reste toujours l'histoire de l'hôpital qu'il ne connait pas. Bon, Arata, si, il n'arrive pas à gérer ses émotions. Il rougit au moindre contact avec quelqu'un et peut partir dans des colères noires et destructrices sans se contrôler. Mais ça ne dit pas pourquoi. Et pourquoi Ryu a été en hôpital ? Bah, il aurait bien assez de temps de le découvrir. Au final, cette soirée lui aura permis de se rapprocher un peu plus de ces deux nouvelles personnes dans sa vie. Mais il espère ne pas avoir à subir trop souvent de blessures de ce genre contre des connaissances sur eux.

Il sourit doucement. Cela lui paraît tellement normal de le soigner. Il ne faut pas laisser ça s'infecter. Il lui lance un regard rassurant et se lève pour aller dans la cuisine de nouveau. Il prend de la glace qu'il met dans une serviette propre avant de l'appuyer sur le haut de sa pommette. C'est désagréablement froid, il frissonne et se dépêche de retourner sous la couverture. De sa main libre, il coupe des petits bouts dans le gâteau, les attrapant un par un entre ses doigts pour se les enfoncer dans la bouche. C'est bon. Vraiment, ils forment un duo parfait de cuisiniers ! Il pousse un couinement de satisfaction avant de se mordre la lèvre. Ça en serait presque suggestif ! Il tourne la tête vers son colocataire et ses paroles lui serrent le cœur.

Doucement, il laisse son corps pencher, comme si on le tirait avec une corde pour le baisser. Sa tête se pose délicatement sur l'épaule d'Arata, et silencieusement, des larmes coulent de ses yeux. Il devrait être horrifié que l'autre profère de telles menaces. Mais cela le touche. Il retrouve enfin quelqu'un pour le protéger. Avant, il y avait la bande d'amis, mais ils se sont éloignés les uns des autres, comme des étrangers qui auraient discuté une heure ou deux dans un transport en commun et qui à l'arrivée repartirait chacun de leur côté. Bien sûr, il peut avoir une protection rapprochée avec son travail, mais cette protection peut bien vite se retourner contre vous et vous détruire comme elle aurait détruit les personnes qui menaçaient autrefois votre vie. Il aurait aimé se blottir un peu plus contre l'autre, le serrer fort. Il paraît que ça libère des hormones, ou un truc du genre. Cela lui ferait du bien. Juste comme ça, reposer dans les bras de quelqu'un et se laisser aller, pleurer encore un peu et finir par s'endormir devant la télé. Mais il doute que la timidité de l'autre ne le lui permette. Ses joues ne sauraient plus quelle couleur prendre !

Les images défilent de la télévision défilent devant ses yeux, sans qu'il ne puisse réellement comprendre ce qui se passait dans cette boîte à programme. Ses paupières sont lourdes, mais il lutte pour rester éveillé. Il se tortille un peu pour attraper son portable. Il essaye de l'allumer. Pas de réponse. Ah, oui, c'est vrai, plus de batterie. Il lève les yeux vers la porte de sa chambre et soupire. Cela lui paraît si loin. Mais il a vraiment envie d'envoyer ce message. Il soupire à nouveau et s'extirpe de la chaleur du cocon qu'ils se sont fabriqué. Bouh, il fait froid, comme quand on sort du lit quand on a oublié quelque chose. Il se dépêche d'aller récupérer le câble de son portable et revient dans le salon pour le brancher, avant de retourner vite sous le plaid, se collant à l'autre pour retrouver de la chaleur. Enfin il peut allumer son portable. Il fouille son répertoire et tombe sur le numéro de Ryu. Même s'il ne lui dit pas de revenir, il peut lui dire qu'il pense à lui. Son colocataire peut certainement voir l'écran, mais peu importe. Ce n'est pas un secret d'état après tout.

« Fait gaffe à toi. Demain, t'as intérêt à arrêter tes conneries et à venir à l'appart'. Arata a fait une crise et maintenant j'ai le visage tout abimé >.< Dépêche toi de revenir. Grand-frère »

Oui, grand-frère. Malgré tout ce qu'il lui a dit, et même encore plus maintenant qu'il lui a dit ce qu'il ressentait, ce qu'il a vraiment dans la tête et dans le cœur, il est toujours son grand frère. Il a hésité avant de lui parler de « l'incident » qu'il y a eu tout à l'heure. Mais il s'est dit que si ça pouvait le faire réagir et le faire revenir plus vite, ça ne pouvait pas être si mauvais que ça, non ? Il soupire, las, en posant son portable sur la table. Il se recroqueville en boule pour avoir plus chaud et s'appuie de nouveau sur son colocataire. Au diable la bienséance. Il est fatigué, cette soirée l'a épuisé. Et pis, il lui doit bien ça, non ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Dim 20 Juin - 14:39

Il frissonne doucement. Les cheveux du blond le chatouille dans son cou. Ses larmes aussi. Il reflechis un moment, pas longtemps, quelque seconde, et puis, décide de ne rien faire. De ne rien dire. Quelque fois, pleurer fait du bien non? En plus il ne sais pas vraiment comment consoler les gens. Si innutile... ... Non. Il ne faut pas penser sa. Alors, d'une main tremblante, mais son caractère prend le pas sur sa bonne volonté, sa main retombe mollement sur le dossier du canapé. Tant pis, un autre jours. Enfin, pars qu'il espère que le blond se remette à pleurer, non, juste qu'il se blottisse encore contre lui comme sa.

Il bug un instant. Cette relation deviens vraiment étrange non? Bah, coté relation étrange, il a son lot, lui qui voulait vivre une vie de monsieur tout le monde... Il sait planté. Bien comme il faut. Mais qui s'en soucis après tout, A part son cerveau et ses reflection inutile. Du coin de l'œil, il observe le blond envoyer un message, à Ryû visiblement. Il ne préfère pas lire, c'est personnel après tout. Il réfléchis un instant. Peut être faudrait t'il qu'il lui parle lui aussi. Sa fait un moment que le nain l'évite, et sa devient usant à force. De ses deux doigts, il coupe un morceau de gateau qu'il approche de sa bouche.


- Tu sais, il est du genre solitaire malgré ce qu'il veux bien dire. Il finira surement par revenir quand tu t'y attendra le moins, comme si rien ne c'était passé, comme si rien n'avait changer.

De la langue, il joue un peu avec son piercing. Se piercing que le blond lui avait fait, cette après-midi la. Il faisait si chaud. C'était tellement ennuyeux. Ils avaient passé la journée allongé à même les tatamis à ne rien faire. Et puis, Ryu avait sortie une aiguille. La sueur dégoulinait de partout, ses cheveux était ruisselant. Il avait dit "Pierce moi. La langue. Maintenant." C'était peut être la chaleur, mais Arata n'avait pas protesté comme à son habitude. Il s'était contenter de se redresser, et de percer le blond qui lui avait fait de même. Ensuite, ils s'étaient endormis, et Ryû avait dit "suis moi à Tokyô". Et il l'avait suivis. Cette relation étrange...

- Je crois... Que je devient égoïste.


Il le dit pour lui, ou pour le monde, en vérité, qui s'en soucis. Plus il apprécie une personne, plus il veux la garder près de lui, la rendre heureuse. N'est ce pas une forme d'égoïsme? Et dire qu'il a toujours reprocher sa à Ryû. Il n'a jamais eu rien à lui. Rien. Il n'a jamais était personne. Mais à Tokyô, lui qui était invisible, négligeable, à doucement commencer à prendre forme. Des gens ont commencer à l'approcher. Alors oui, surement il est devenu égoïste. Et il ferais surement du mal à toute personne tentant de briser son fragile équilibre. Il passe doucement sa main dans ses cheveux. Il fixe la télé sans rien dire de plus.Les images défilent devant ses yeux, mais sa vu se brouille doucement. La fatigue le gagne peu à peu. Il s'autorise un bâillement, essuyant une larme le long de sa joue. Sans qu'il s'en rende compte, il passe ses bras autours des épaules du blond, l'encerclant, comme pris dans un cocon. le rapprochant un peu plus si c'est possible de lui. Penchant sa tête doucement sur la sienne, laissant ses mèches blondes caresser sa joue... Ses yeux son lourd. Il ajoute, dans un autre bâillement:

- Demain je préparerais des Ramens en rentrant des cours Ok ? Si tu a besoin de quelque chose dit moi, je l'achèterais.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Dim 20 Juin - 20:56

Il l'écoute parler sur Ryu. Hum, ce gamin à l'air aussi tête de mule que lui en fin de compte. Plus ça va, plus il se trouve des points communs avec ce petit frère.

-Ah oui... Mais avec moi, ça ne marche pas comme ça. Il va falloir qu'il comprenne que jsuis quelqu'un de capricieux. Ce que je veux, je l'ai.

Son regard brille de détermination. C'est lui qui tient les rênes et personne d'autre. Il est le maître du jeu, et il adore jouer. Égoïste ? Tatsuya fronce les sourcils mais ne dit rien. Que répondre à ça de toute manière ? Il pourrait demander de développer son idée, mais il n'est pas sûr qu'il la comprendrait, tant la fatigue s'est infiltrée dans son corps. Huum, des ramens.

-Hm

il n'a même plus la force de répondre correctement. Son corps est lourd, il est déjà endormi, aidé par la douce étreinte d'Arata sur lui. Son cerveau commence à rejoindre cette voie, tout embrumé qu'il est. Cela veut dire qu'il est temps d'aller se coucher.

-Hum, moi je vais aller me coucher, sinon tu ne pourras pas te lever de ce canapé !

En dormant, Tatsuya a la mauvaise habitude de se coller à ce qu'il y a à côté de lui, peluche ou être humain, et d'y accrocher ses longs doigts. Besoin d'un contact physique. Ça plaît aux clients qui veulent dormir avec lui. Ça leur donne encore plus l'impression d'être des gens normaux, avec leur petit ami qu'ils serrent dans leurs bras après avoir fait l'amour. Tellement pathétiques. S'ils osaient aller vers les autres, parler aux gens dans les bars, ils n'auraient pas à payer quelqu'un pour avoir ce bonheur. Parfois, cela en décoince certains, ils se trouvent quelqu'un. Mais pas la majorité. Et d'un côté, ça l'arrange. Il faut bien gagner sa vie ! Et s'ils ne restaient plus que les tordus qui ne peuvent trouver aucune personne saine d'esprit pour accepter leurs fantasmes les plus étranges, son métier serait encore plus dur.

Il se redresse et s'étire en couinant. Il regarde son colocataire et dépose un léger baiser de bonne nuit sur sa joue avant d'aller dans sa chambre. Lentement, il se déshabille et passe le boxer et le t-shirt dix fois trop grand qui lui sert de pyjama. Il éteint la lumière et se glisse sous ses draps. Quoi de mieux que la douce sensation des draps froids et du matelas bien moelleux après une dure journée de travail, et d'essayer de rester éveillé le plus longtemps pour profiter de ce confort, car on sait que si on s'endort, on se réveillera vite et ça sera déjà le temps de commencer une nouvelle journée. Il attrape sa peluche Totoro et le serre contre lui, plongeant sa tête dans le tissu laineux. Cette peluche est si grande qu'elle peut remplacer le torse de l'homme qui lui manque dans son lit. Et puis au moins, Totoro ne le laisserait jamais tomber !

Le silence se fait bien vite dans l'appartement. Arata aussi est partit se coucher, la télévision est éteinte et on ne voit pas de légère lueur sous la porte. Tout est si calme tout d'un coup. Et forcément, lui, ne trouve pas le sommeil. C'est toujours dans ces situations, qu'on est fatigué et qu'on a eu une journée épuisante, que Morphée refuse de nous prendre dans ses bras. Les minutes passent, il se tourne et se retourne, enlève son t-shirt parce qu'il a trop chaud, puis frissonne. Il déteste cela ! En plus, il y a une toute petite voix dans un coin de sa tête qui n'arrête pas de lui souffler la solution à ce problème qui l'assaille. Oui, ce qu'il lui faut maintenant pour dormir, c'est le corps d'un homme, pas celui factice de sa peluche. Son corps s'est habitué à être blotti contre quelqu'un, et maintenant il proteste contre ce qu'on lui a enlevé. Cette voix se fait de plus en plus forte et, en soupirant, l'oblige à se lever. Désolé Totoro, ce soir je te fais une infidélité, je vais dormir avec un autre.

Il sort doucement de sa chambre et se plante, frappant doucement à celle d'Arata. Pourvu qu'il ne dorme pas encore. Pourvu qu'il accepte...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Dim 20 Juin - 22:40

Ses yeux se font lourd. Il souris doucement à la remarque enflammé du blond. Capricieux hein? Il voudrait rire, mais n'a plus la force de rien, alors il se contente de fixer le poste de télé d'un air absent. Les images défilent devant ses yeux mais sont de plus en plus flou. Il ne réagis, que quand le corps sous lui s'agite, Il n'arrive même plus à entendre correctement ce que lui dit Tatsuya? Se coucher? Mouis mouis... Il frisonne au contact des lèvres du blond. Ce n'est qu'à ce moment la qu'il réagis pleinement. Il se redresse, mais déjà le blond referme la porte de sa chambre. Il soupire, s'enfonce un peu plus dans le canapé. Ses doigts viennent, comme aimanté, sur sa joue. ... Vraiment.

Il reste un instant comme sa, à rêvasser, avant de soupiré. N'importe quoi. Il fixe une dernière fois les images flashy de la télévision, avant de l'éteindre, s'étirant. Il repose doucement, sans faire de bruit, la télécommande sur la tablette, avant de trainer des pieds jusqu'à sa chambre. Tant pis, demain. Demain il rangera tout. Ce soir, il veux juste dormir. Il ouvre, puis referme la porte de sa chambre en baillant.

Il reste quelque instant debout, fixant ladite chambre. Une habitude qu'il a prise depuis qu'il vis seul. Comme s'il avait peur que tout ne soit qu'un rêve. Il se souvient encore, bien trop, de Chiba. De cette chambre vide, au murs blanc et au tatami râpeux. Cette chambre sans âme que ses parents fermé à clé par honte, lui à l'intérieur. Les murs éffrités des coups donné lors de ses crises. Plus jamais. C'est peut être pour sa, qu'il a choisi cette appartement de style Européen. Rien ne doit lui rappeler Chiba, rien. De ce fait, sa chambre est bien meublé. Les murs sont dans un jolie papier peint vert amende, des étagères cours faisant le tours de la pièce, débordant de livre, de manga, de figurine. A gauche, son bureau, croulant sous une montagne de feuille, et ses lunettes qu'il ne met que pour lire ou étudier. Et puis son lit, plein de peluche et de coussins multicolore. Rajouter à sa les draps rose pale assortie au rideaux... Rien a voir avec une chambre "viril". Mais cette chambre, il l'aime.

Il se déshabille doucement, passant ses doigts sur ses cicatrices. Bon, sa devrait vite guérir. Il attrape un caleçon au couleurs criarde (bleu vif avec des canards :3) et, soulevant sa couette, se place sous les draps. Sa fait du bien. Il fixe un moment le plafond, et puis, se tourne sur le coté pour attraper, sur sa petite table basse, son mp3. Il se tourne alors, face à ses peluche, baillant de plus belle.


- Bonne nuit Belle, Bulle et Rebelle... Winnie, Porcinet... Domo-kun... Bonne nuit Tic et Tac. Ha... Bonne nuit Bourriquet....

Il énumère ainsi les dizaines de peluches présente, ses yeux se fermant doucement. La musique faible, l'emportant doucement. Arata à peur d'être seul. De ce fait, que se soit des peluche ou la voix d'un chanteur, même dans son sommeil, cela l'apaise. Il se laisse doucement glissé dans les bras de Morphée, quand quelqu'un frappe à la porte. Il lève un sourcil, et, même s'il sait pertinemment qui c'est, il ne peu s'empêcher de se poser la question quand même. Il se lève, ne prenant pas la peine de mettre ses chausson, et ouvre la porte, laissant assez de place pour que l'autre entre, comme il a si souvent fait avec un autre blond. Il fixe Tatsuya un instant, ne pouvant empêcher ses yeux de parcourir le corps du plus âgés... et puis, détourne les yeux rapidement, heureusement qu'il fait sombre, sinon il verrait surement son visage pivoine.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Dim 20 Juin - 23:14

Il se frotte les yeux, une moue fatiguée sur le visage, un peu comme un enfant que l'on vient de réveiller tôt avant de partir en vacances. Il regarde arata, sans vraiment distinguer son visage, ne faisant que deviner ses traits.

-Jpeux dormir avec toi ?

Et sans vraiment attendre la réponse, il pénètre dans la chambre. Il n'est encore jamais venu ici. Il ouvre grands les yeux, essayant de deviner les objets qui la composent, mais il ne peut qu'en voir les contours. Tant pis, il verra cela demain matin. Il frissonne. Il fait froid une fois hors du lit. Finalement, peut-être aurait-il du prendre Totoro. Ses longs poils lui auraient tenu chaud, et cela aurait surement accentué son air enfantin tout fatigué, et cela aurait convaincu plus vite son colocataire de l'accueillir dans son lit. Mais d'un autre côté, ça aurait cassé toute l'image sexy qu'il s'efforce, sans grande difficulté tout de fois, a instaurer sur sa personne.

Il s'assied sur le bord du lit et se met à réfléchir, serrant ses bras sur lui pour se tenir un peu plus chaud. Qu'est-ce qu'il inflige à ce pauvre Arata ! Lui qui rougit dès qu'un inconnu lui adresse un sourire, comment pourra-t-il faire pour dormir avec quelqu'un dans le même lit ? Surtout quelqu'un d'aussi bien fait que Tatsuya ! Il va sûrement passer sa nuit à essayer d'oublier le rouge qu'il a sur les joues. Il a un sourire en coin. Ça vaut le coup ! Il pourra s'amuser avec ses nerfs. Après tout, il a bien le droit de se venger un peu, non ? Ne lui a-t-il pas abimé le visage et empêché de travailler ?

En parlant de cela, il faut qu'il trouve une excuse. Il pourrait appeler son client et lui dire qu'il est blessé, mais demander sa discrétion vis à vis de ses patrons, faire qu'il demande un autre que lui pour changer. Oui, mais s'il fait cela, ce n'est pas pour autant qu'on va le laisser se reposer. On va lui attribuer quelqu'un d'autre. Et ils seront alors forcément au courant. Que peut-il inventer comme excuse pour ne pas paraître devant eux ? Ces gens là ont fait leur fortune et leur empire sur la cruauté, il pourra bien trouver tout ce qu'il y a de plus touchant comme excuse, ils le feront toujours aller voir un client. Il ne voit que la solution de balancer le client de Ryu. Faites que ce dernier revienne vite, il faut qu'il voit avec lui. Peut-être a-t-il un autre client dont il veut se débarrasser. Bah, ils verront bien. Il y a toujours un moyen de s'arranger, non ?

Il soupire doucement et frissonne de nouveau. À moitié endormi, il tâtonne les draps pour réussir à se glisser dessous. Cela lui fait bizarre de se retrouver dans le lit de quelqu'un. Le plus souvent avec ses clients, il va à l'hôtel, plus pratique et plus discret. Mais parfois, ils veulent qu'il vienne chez eux. Souvent ceux qui veulent se donner l'illusion d'une vie normale. Ceux-là aimerait qu'il dorme ainsi, juste l'un dans les bras de l'autre, sans sexe. Mais ils sont tellement en manque et tellement en admiration devant son corps que jusqu'ici, aucun n'a résisté à l'appel de la luxure. Ah, non, c'est vrai qu'il y a aussi les coups d'un soir. Bien que la plupart du temps, ils viennent chez lui, cela lui arrive d'aller chez eux aussi. Mais c'est vraiment différent. Quand était-ce la dernière fois qu'il a partagé son lit avec quelqu'un pour autre chose que du sexe ? Il réfléchit, mais c'est dur, son cerveau s'englue dans le sommeil. Bah, ça doit remonter à l'époque où ils étaient tous à l'école, qu'ils étaient une gentille petite bande d'amis.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Lun 21 Juin - 20:46

Sans bouger, Arata suis des yeux la progression du blond, qui, bien que dans la pénombre, à su sans mal trouver la place dans son lit. "Dormir avec toi". Il hésite quand même quelque seconde. Juste quelque seconde. Son cerveau qu'il pensé trop embrumé, s'éclaire de plus en plus. Il se frotte le visage de sa main, fermant la porte doucement. En quelque pas, il a rejoins le lit ou visiblement, le blond a vite trouvé sa place. Il souris en coin, les rayons des lumières de l'exterieur danse doucement dans la chambre, seule source de lumière, mais même sans sa, il peu aisement distingué le corps pelotonné du blond, son air fatigué qu'il avait il y'a encore quelque instant... Son coeur bat un peu plus vite.

Pour être honnête, Il n'a jamais dormis avec personne. Ryu, sa ne compte pas, évidement. Ce n'est pas une "personne", c'est juste Ryu. Mais la? Il ne sais pas bien comment réagir. Son corps lourd lui, le supplie de s'allonger, tout comme ses poils qui s'errissent doucement, hurlant qu'il a besoin de retrouver la chaleur douillette de son ses draps. Il soupire, à quoi bon y réfléchir? Il a juste besoin de sommeil. Ils ont juste besoin de sommeil. La soirée fut si longue... C'est comme si ont l'avait frappé de toute part, il est totalement cassé. Doucement, il se glisse sous les draps, soupirant d'aise. C'est étrange, de dormir avec quelqu'un. Généralement, il a en face de lui une de ses peluche, ou le mur, mais la... Il y'a le visage de Tatsuya.

De près, il a l'air encore plus angelique. Les traits de son visage son détendu, et sa peau laiteuse, dans la pénombre, on dirait un enfant, avec ses mèches blonde qui lui tombe sur les joues... Le nez... Il lève sa main, et dégage une mèche de cheveux, qu'il passe doucement derrière l'oreille du plus agés. Il souris doucement. Sa peau aussi est douce. Ses yeux son serein...

Ses yeux... Ho mon dieu.

Il ne viens pas de faire sa? Il ne viens pas de faire sa... Non il ne viens pas de faire sa ! Le sang lui monte à la tête plus vite que n'importe quel shikansen. Il voudrait enlever sa main, mais c'est comme si elle était collé. En fait, c'est comme s'il était figé. Doucement, il laisse sa main retomber.


- Désolé .


Il se tourne, pas moyen qu'il lui fasse face après sa. Il se force à fermer les yeux très fort. Doucement, le noir l'aspire. Il imagine des moutons. Il arrivera bien à dormir en pensant a des moutons... Il frissonne doucement. Impossible de dormir dans cette situation. Tant pis. Il se retourne doucement, évitant le visage de Tatsuya. Dors t'il? Un poid de moins sur la poitrine. Doucement il se détend tire, le plus lentement possible, la couette et les draps, les recouvrants tout les deux. Il n'arrive pas à dormir sans. Doucement, ses paupières se fond lourdes. Arata a toujours eu le sommeil facile. C'est presque un don chez lui, si tot ses yeux fermé, si tot chez morphé. C'est sans doute à cause des médicaments. Le problème, c'est que ses mêmes nuit sont souvent agité. Ses nuits qu'il déteste, quand son corps devient plus chaud, presque brulant, et soudain froid. qu'il a du mal à rester en place, que des centaines d'images défilent devant ses yeux.
Toujours le même rêve. Il y'a sa mère, et, il a beau l'appeler, elle ne le vois pas.


- ma... eomma...

Doucement il ouvre les yeux. La pénombre l'engloutis. Il n'arrive définitivement pas à bien dormir... Peut être est t'il trop fatigué? Il se tourne lentement. Dans son agitation, les draps on glissé. Il les replace tout aussi lentement que précédemment sur les épaules du blond.

Il ferme un peu les yeux, mais rien ne viens. Les lumières de la ville tourne et clignote dans ses paupière. Il soupire. Dors bon sang... Dors! Mais rien n'y fait. Il est figé. Il voudrait se tourné, mais ce ne serais pas polit en fin de compte, d'être dos au blond. Et lui faire face serais... Ses joues se colore doucement. Sans le voir, il peu aisément imaginé le corps du blond. Après tout il est arrivé dans un simple boxer... Autant dire sans rien... Sa tête le lance doucement. Il n'a jamais dormis avec un autre homme, avec personne d'ailleurs, mais dans le cas présent, son cas donc, "homme" est le plus approprié. Bien sur on lui a déjà fait des avances, mais son silence, ses joues rouge et son manque de reaction en avait blasé, lassé plus d'un. Il n'était jamais allé plus loin que le simple baisé. Alors dormir avec quelqu'un comme Tatsuya... Homondieu. Des images dansent devant ses yeux... Il secoue rapidement la tête, son corps devient encore plus brulant si possible. "A quoi tu pense idiot?" Bien sur il y'a eu Ryu, mais ce n'est pas pareille. Ryu, il ne dors avec lui qu'après avoir pleurer et frapper de tout son saoul. Ensuite, il finit en larme sur son torse. Quand il se réveil le lendemain, il a les marques. La c'est comme... Non, non, dormir... Dormir... Il ferme les yeux un peu plus fort. Dormir..................... !


- Hm... Tu veux pas que je mette un pyjama? Je suis brulant, sa pourrait devenir gênant.

........ Quoi? Non il n'a pas dit sa. Réfléchir avant de parler, pourquoi n'en est il pas capable comme tout le monde? C'est quoi ce "je suis brulant?". Il clignote un peu des yeux, sa bouche s'ouvre et se referme comme un poisson, il se redresse un peu et se tourne d'un coup vers Tatsuya... Il n'a pas voulus dire sa... Mais aucun son ne sort de sa bouche. Il retombe mollement sur son oreiller. Mendokusai.

---------------

O.O OMG j'me suis pas sentie écrire xD
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Lun 21 Juin - 22:22

Tatsuya est dans les brumes du sommeil, mais sent tout de même cette main qui lui effleure le visage. Elle est si agréable. Et ce toucher est bien différent du toucher plein d'envie et de désir des clients. Désolé ? Pourquoi désolé ? Comment un contact si doux pourrait être dérangeant ?

-Non... c'est agréable...

Il sourit paisiblement. Doucement, il entre dans un semi-sommeil, se reposant, mais restant tout de même en alerte, prêt à réagir à la moindre action, au moindre bruit autour de lui. Il sourit malicieusement en sentant Arata se tourner dans tous les sens. Le dérange-t-il à ce point ? Quoi, un pyjama ? Hum, ça devient intéressant...

-Hum, non, comme ça tu vas me tenir chaud.

Et en disant cela, il se rapproche petit à petit, se mordant discrètement la lèvre pour ne pas sourire. Vraiment, il est cruel avec lui. A-t-il déjà été avec quelqu'un dans un lit ? Cette phrase fait ting dans la tête du blond. A tous les coups, Arata est encore vierge. Ça ne serait pas étonnant, vu sa timidité maladive. Il sourit, satisfait de cette réflexion. Le jeu va être encore plus drôle. Il va finir par le foutre dehors de son lit à ce rythme, mais ça aura valu le coup. C'est fou tout de même, ne rien avoir fait à 22 ans. C'est une chose que ne comprend pas Tatsuya. Enfin, lui même est un cas à part. Sa première fois n'est pas ce que l'on peut appeler quelque chose de normal, ni d'enviable. Mais sa vraie première fois, totalement consentante cette fois-ci, il ne l'a pas eu si tard que cela ! Enfin, lui n'a pas eu tellement de mal à s'assumer. C'est étrange non, d'être attiré par des gens du même sexe que celui qui a abusé de vous ? A vrai dire, il n'y a jamais pensé. Il aime les hommes, leurs corps forts et leurs bras musclés dans lesquels on se sent comme une chose fragile et rare, leurs voix sensuels qui vous font perdre pied et leur manière de baiser. Non, aucune femme ne pourrait remplacer ça. Rien que l'idée d'embrasser une femme, de la voir nue, lui révulse fortement.

Désormais, il est tout proche d'Arata, trop proche peut-être, mais il ne s'en soucie guère. Doucement, comme si de cette manière l'autre n'allait pas se rendre compte de ses actions, il dépose sa tête contre son torse, une main la rejoignant, posée sans bouger sur la peau chaude de l'autre. Intérieurement, il rit aux éclats. Son colocataire doit avoir atteint une couleur pivoine, tellement rouge qu'il faudrait inventer un nouveau mot pour la décrire. Inconsciemment, ses doigts se mouvent, et suivent les traits des cicatrices, anciennes ou récentes, qui zèbrent la fine peau de l'homme. Il retire vivement sa main, comme s'il s'était bruler. Cela doit le gêner, non ? Autant cela ne dérange pas de le troubler en étant proche de lui, en usant de ses charmes, mais les cicatrices, c'est autre chose. C'est trop intime. Si elles sont là, c'est à cause de la souffrance de son colocataire, de sa... maladie ? Il ne sait toujours pas ce qu'il a en fin de comptes. Il lui a dit qu'il aurait du tout lui dire dès le début, mais il ne lui a toujours pas expliqué en quoi constituait exactement son mal. Doit-il poser la question ? Ça ne se fait pas, il lui semble. Cela ressemblerait à une sorte de curiosité malsaine. Alors il se tait, se contentant de reposer sa main sur son torse et soupirant fortement. La fatigue semble le quitter, un peu. Trop d'activité, trop de réflexion. Il aimerait sortir à présent, mais il se connaît, à peine changé, il se poserait un instant sur le canapé, juste histoire de mettre ses chaussures, puis il s'allongerait vite fait, juste l'histoire de quelques instants, pour se reposer les yeux. Et quand il les rouvrirait, ça sera déjà le matin, et le soleil viendrait caresser son visage. Bah, il sortira demain. Comme ça, il entraînera Arata avec lui. Il sourit, ça, ça va être vraiment intéressant.

-Demain, on sort en boîte.

Il dit ça d'un ton assez ferme. Ce n'est pas une question, et il laisse entendre qu'il n'a pas vraiment d'autres choix que le suivre dans ses envies festives. Encore une chose intéressante à faire. Il imagine très bien sa soirée de demain. S'il arrive à le convaincre de venir, cela va se dérouler ainsi : ils vont entrer dans la boîte, Arata se commandera un verre et restera dans un coin, refusant de venir avec lui sur la piste de danse et finira par rentrer, alors que lui rentrera plus tard, avec son coup d'un soir. Il soupire de nouveau. Il n'est pas sûr que ça soit une si bonne idée finalement. Il s'en voudrait de l'obliger à venir pour au final, ne pas pouvoir réellement passer sa soirée avec lui. Et il s'en voudrait de ramener quelqu'un à la maison, de lui infliger la présence d'un amant, surtout qu'il ne connaît toujours pas la réel insonorisation qu'offre le fin mur entre leurs deux chambres.

Ses yeux se ferment doucement, mais le sommeil ne vient toujours pas. Ce n'est pas grave, il est bien là, contre ce corps chaud. « je suis brulant », il ne se rend vraiment pas compte de ce qu'il dit, le pauvre garçon innocent. Cela fait déjà quelques minutes qu'il a dit ça, mais une réponse lui trotte dans la tête. Doit-il oser la dire ou non ? Avec ça, il est sûr que l'autre va rougir. Le risque, c'est que cette gêne devienne tellement intense qu'il finisse par s'en aller pour réussir à se calmer. Oh, tant pis, ça va l'amuser un peu.

-C'est vrai que t'es brulant... Je connais un bon moyen d'évacuer toute cette chaleur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Mer 7 Juil - 22:37

    Arata ouvre la bouche quelque seconde... Puis la referme. Le jeu du poisson rouge est un jeu qu'il connait très bien. Cela consiste à imiter un poisson rouge hors de son bocal, et à passer pour un idiot. Il n'a encore jamais perdu à ce jeu. Agréable? Hm. Il souris imperceptiblement dans la pénombre. Ouf. Il s'en voudrait du contraire. Tout ce qu'il veux, c'est ne plus jamais blesser le blond, de quelque façon que ce soit. Un peu plus détendu, il s'autorise de s'enfoncer un peu plus dans son oreiller. Il tente de fermer les yeux, mais rien ne sert... Doucement il frissonne. Ha... Les cheveux de Tatsuya le chatouille... ... Wait. Il penche doucement sa tête, comprenant après une demi-seconde de retard, que le blond à élu domicile tout contre lui. Il frissonne. Est ce que sa se sent? Ses poils qui hérissent... Son coeur qui bat à cent à l'heure. Merde, il va finir par le vomir. Il déglutit difficilement, tente de se calmer. Ses rouges vont finir par prendre une teinte venus d'ailleurs.

    Après tout, Ryu lui avait dit des centaines de fois. "A force de rester seul, tu sera un fossile inadapté". Hm. Ce n'est pas qu'il veux particulièrement être seul. Pas du tout même. Mais Arata... Est un grand romantique. Le genre, idiot à regarder les drama, à première vu d'un air absent, mais à rêver en secret, lui aussi, d'une rencontre idyllique à la sortie d'un train. N'importe quoi en somme. Mais la, Tatsuya contre lui, il doit bien avoué qu'il est, totalement largué. Que dire? Que faire? Il stress, son coeur bat beaucoup trop vite, et ses joues deviennent rouge. Quand il était enfant, il jouait souvent tout seul au parc. Les autres enfants ne venait jamais vers lui. Un jours, un garçon, le fils de nouveau voisin, était venus ramasser la balle qu'il avait fait rouler près d'Arata. Il s'était arrêté devant le petit brun, et lui avait demandé tout naturellement "Viens jouer!". Arata était rester bloquer, la bouche ouverte et les joues rouges, juste bon à répéter "ano... ano...", juste le temps que le garçon se lasse et s'en aille. Dans le quartier on l'avait surnommé le débile mentale. L'autiste. C'est peut être un peu sa... ?

    Les doigts du blond dessine calmement ses cicatrices. C'est étrange. Sa le calme. Doucement, sont rythme cardiaque se régule, sont cerveau ne pense qu'à suivre la danse des doigts du plus âgés. Mais d'un coup celui ci arrête. Il dégage ses doigts, comme brulé. Arata lève un sourcil. Surpris oui... Mais c'est compréhensif. Après tout c'est peu courant autant de cicatrices sur un seul homme. Il lève doucement sa main, prenant celle du blond dans ses main. Doucement, il l'attire contre son torse, près de ses côtes.

    - Celles ci, c'est quand j'ai sauté du second étage de chez moi à Chiba. Doucement, il bougent la main, l'attirant jusqu'à son coté. Celles ci du 3ème, celle ci du 4ème de l'hôpital. J'en ai aussi dans le dos. Il fait une pause, jouant doucement avec les doigts du blond.

    - J'ai fait beaucoup de tentative... Et je me suis beaucoup raté. J'en ai honte, alors je ne les montres jamais. Mais ce soir... Je suis un peu heureux... Je veux dire, de pouvoir te les montrer... Sans avoir peur que tu parte en courant.

    Il souris, baillant lentement. D'une main, essuie les larmes de fatigue, fermant les yeux quelque seconde. Peut être trouvera t'il mieux le sommeil cette fois. Hm. Peut être serais t'il plus judicieux de sécher les cours demain. Tant pis, de toute façon, les passages sont déjà attribué, et l'année est presque finit. Il n'aura qu'à copier les cours. Demain, il faut ranger l'appartement. Et puis, faire la cuisine aussi. Les courses... Et tenté de récolter quelque nouvelle de cet idiot. Peut être, surement même, au bar, ils auront des info. il rouvre les yeux, surpris à la déclaration soudaine de Tatsuya.

    - Je ne sais pas danser.

    Il fallait si attendre. Il finira surement la soirée au bar. Peut être pourra t'il aider même? Et puis, voir Tatsuya danser serais plutôt... Ha. Des images défilent devant ses yeux, Tatsuya ondulant des hanches langoureusement sur un fond de musique entrainante... Ha... Mauvais, mauvais, mauvais ! Il cligne plusieurs fois des yeux, mondieu. "Je connais un bon moyen d'évacuer toute cette chaleur." Ha. Petit hoquet de surprise... Puis transformation poisson rouge ! Que ? Il arrive finalement à ferme la bouche. Ce petit jeu devient très éprouvant. Il se tourne, sur le ventre, enfonçant sa tête dans l'oreiller. Les paroles du blond résonne encore dans sa tête. Elles s'amenuise tout du moins. Doucement, il tourne la tête dans sa direction, les joues encore rouge, contrastant avec son air absent habituel. Tatsuya souris, de cet air malicieux et faussement innocent qu'il a parfois. C'est la qu'Arata réalise. Que serais sa vie si il ne l'avait pas rencontrer? ... Mon dieu, merci. Il passe une main sur la joue de Tatsuya, se relevant doucement. Sont coeur bat à tout craqué, il l'a, littéralement, au bord des lèvres, mais ose tout de même, poser un chaste baisé sur les lèvres du blond. Se genre de baisé que seul les japonais sont capable de faire. Il reste ainsi quelque seconde, savourant juste le gout et la sensation des lèvres de Tatsuya. Ce n'est pas son genre d'être si spontané. Mais il vaut mieux cela que de se rendre ridicule non? Lentement, il se détache de Tatsuya, laissant sa tête retomber sur l'oreiller.

    - ... Si je te dit que je suis désolé sa sonnera faux.

    Il ferme les yeux s'agitant un peu dans les draps. Il est trop tard pour penser à ses agissements, il y pensera demain. Se soir... Se soir il veut juste... Laissé aller.

    ------------

    *O*

Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Jeu 8 Juil - 14:34

Tatsuya se sent bien là, le contact avec le corps chaud de son colocataire l'apaise. Quelques minutes comme ça et il n'aura certainement pas de mal à s'endormir. A condition que son esprit de malice cesse de vouloir s'amuser avec ce pauvre Arata. Mais il s'améliore, malgré son rapprochement significatif, il ne s'est pas enfuit. On peut espérer qu'un jour peut-être, il arrêtra de rougir au moindre regard ? Il rigole doucement. Ce jour n'est pas prêt d'arriver !

Il regarde l'autre jouer avec ses doigts, appréciant la faible mais douce caresse que l'autre lui procure. Impassible, il laisse l'autre guider sa main sur son torse, découvrant petit à petit ce qui fait le corps, l'histoire, de son colocataire. C'est vrai, après tout, le passé nous marque. Ne dit-on pas, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ? Ce qu'on a vécu reste toujours inscrit en nous, que ça soit physiquement ou moralement.

-Pourquoi s'enfuir ? Tout le monde a ses cicatrices, mais toutes ne sont pas visible...

Pourquoi faire autant de tentatives ? Quelle a été sa vie pour en arriver là ? Toujours plus haut, mais sans jamais réussir. Peut-être avait-il une sorte d'ange gardien, l'empêchant de ruiner sa vie. Peut-être quelqu'un surveillant Tatsuya, faisant tout pour que l'autre reste en vie afin qu'ils se rencontrent un jour ? Lui n'avait jamais tenté de mettre fin à ses jours, même après ce qu'il lui avait fait. Non, ça ne serait que lui montrer qu'il a réussit à le détruire. Son orgueil refuse de s'abaisser à cela. Il allait vivre, et rester indifférent. Comme si cela ne l'avait pas affecté. Alors, peut-être dans cette optique, être prostitué était un choix de toute logique. Cela ne lui a 'rien fait', cela l'a tellement peu affecté qu'il en a fait son métier.

-Hum, je t'apprendrais, ce n'est pas très dur.

Il imagine déjà son colocataire, au milieu de tous ces corps en chasse. Oui, ils veulent tous la même chose, trouver un corps à leur convenir pour passer la nuit et plus si affinité. Comment pourrait-il réussir à s'en sortir dans ce monde qui doit lui être si inconnu ? Rester près de lui ne serait peut être pas une si bonne solution. Comme dans toutes ses actions, et certainement encore plus dans celle-ci, Tatsuya en dansant est véritablement une machine à séduire. Tout juste si on ne lui fait pas une haie d'honneur pour le laisser rejoindre la piste de danse. Les avantages de la beauté... Tel un félin il se déplace dans la foule et se déhanche, en rendant fou plus d'un. Le même sourire satisfait et presque hautain d'afficher sur ses lèvres. Il les domine et il le leur fait bien sentir. Il est le roi et ils sont ses sujets. Tous lui doivent obéissance, et quand il choisit son fou pour l'amuser le temps d'une nuit, celui-ci n'a plus le choix, il doit lui obéir. De toute manière, qui pourrait être assez aveugle pour ne pas profiter de cet honneur qu'on lui fait ? Une chose contre sa bouche le fait réagir.

Il porte sa main à ses lèvres, interdit. Quoi ? Est-ce bien le même Arata qui d'habitude rougit dès qu'on s'approche de lui à moins d'un mètre ? Celui là même qui vient spontanément chercher son contact. Et quel contact ! Ce n'est plus juste une caresse sur la joue ou une main dans les cheveux. Mais il redevient vite le 'vrai' Arata, celui qu'il connaît en tout cas. Il sourit doucement en l'entendant s'excuser. Il pose sa main sur son dos et dit doucement.

-désolé de quoi ? Ce n'est pas comme si c'était un vrai baiser... attend, je vais te montrer.

Il l'oblige à se redresser et l'attire, posant ses lèvres sur les siennes. Dans sa tête, il y a une alarme qui s'enclenche. Il est en train d'embrasser son colocataire, c'est à dire la seule personne sur terre qu'il n'est pas sensé embrasser, afin de pouvoir continuer à vivre en harmonie. Mais il chasse vite cette sonnette de son esprit. Ce n'est qu'un baiser, ça ne représente rien. Après tout, il fait ça tous les jours non ? Hum, raison de plus, ne serait-ce pas en quelque sorte 'souiller' sa bouche avec celle qui a fait la même chose, et même pire, en parcourant inlassablement la peau de ces hommes horribles ? Bah, il ne faut plus y penser, juste profiter un peu. Retrouver un moment d'innocence, comme ces enfants qui s'embrassent sans vraiment réaliser ce qu'ils font.

Il se détache doucement en souriant et passant une main douce sur sa joue. Il soupire et se laisse tomber doucement sur le matelas :

-Allez, il faut dormir maintenant.

Il se rallonge et ferme les yeux, soupirant d'aise. Le sommeil n'est pas loin, il se sent ses bras l'envoyer dans la lourdeur de la nuit.

-----------------------

c'est court >.< mais j'ai pas mieux
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Ven 16 Juil - 17:41

Bon ! restaurons nos perso une bonne fois pour toute !
----------------

    Tatsuya à l'air pensif à cet instant. "Toutes ne sont pas visible". C'est vrai après tout. Et la plus part du temps, les plaies les plus dur à guérir sont celle qui sont à l'intérieur. Il se mort l'intérieur de la lèvre quelque seconde. Il aurait peut être du réfléchir un peu plus avant de parler. L'homme avait vraiment se don de lui faire perdre tout ses repère. Après tout, il ne connaissait rien du passé de Tatsuya. Absolument rien. Ce qui l'a poussé à devenir prostitué, ce qui l'a poussé à venir à Tokyô. D'ou vient il? Qui est il au final? Tant de question qui lui brule soudain l'estomac. La curiosité. C'est vraiment quelque chose de mal hein? Généralement Arata attend patiemment que les choses se dévoiles à lui. Alors ressentir sa, tout au fond de lui... C'est étrange. Comme si tout son être lui hurlé "plus, plus, plus". Il ouvre la bouche un instant... Puis la referme. "J'aimerais en savoir plus sur toi". ... C'est le genre de chose que disent les gens. Lui n'en ai pas capable. Ridicule. Il gigote un peu dans les draps, évitant précautionneusement de heurter les jambes du plus agés. Ils sont déjà assez proches comme sa...

    - Hum. Dans mon cas il faudrait un miracle. Je suis juste doué pour servir. J'ai peur des gens.

    Peut être la fatigue, mais doucement, il reviens à la surface. L'Arata simple, et douée en phrase courte. Son coeur s'accélère quand même, lorsque l'autre passe sa main sur sa joue comme sa. Et même, lorsque ses lèvres semble brulé, presque gonflé. Doucement il se laisse retombé. Fixant dans la pénombre le visage du blond. Cette masse de cheveux lui rappelle une tignasse connus. Et irrémédiablement, ses pensés l'attire vers un autre blond bien connus. Son coeur se serre un peu. S'il n'avait pas fait le con... Il aurait pus le rattraper. Ils auraient surement parcourus la ville en bus, en métro, à pied, n'importe comment. Et ils auraient finit par s'endormir dans les bras l'un de l'autre dans on ne sait qu'elle ruelle. Ryu aurait pleurer, hurler, et puis, ils serait revenus à la maison, et il aurait fait son capricieux comme toujours. "Sale pot de colle attardé ! tu peu rien faire sans moi hein? Mattaku...". C'est ce qu'il lui disait toujours. Avant... A Chiba, quand même acheter une bouteille de lait au convini était une épreuve incroyable. Lorsqu'il marché toujours courbé pour éviter le regard des autres, que le fait même d'ouvrir la bouche et d'en sortir un son le faisait pleurer... Ryûjishiro était toujours la. Toujours, à le défendre contre tous. A tenir tête à tous, même aux parents du brun.

    Son coeur se serra un peu plus. Il l'avait abandonné. Ou était il? Depuis quand est il devenu si... Égoïste? Il aurait pus le forcer! Faire quelque chose... Il serre un peu les draps, se tournant pour fixer l'horloge lumineuse. 5heure30... Ou peut il bien être? Il ferme les yeux un instant. Non, ne pas paniquer, rester rationnel. C'est Ryu après tout. Ce n'est plus le gamin forte tête et capricieux. S'il a était blessé, vraiment blessé, alors il se reconstruira seul, et reviendra seul.

    Arata soupire, se tournant encore. Le sommeil est finalement partis. Trop de reflections surement. Ses yeux papillonne. Une question lui brûle les lèvres... Et puis, tant qu'à faire, autant la posé. De toute façon, il n'arrivera plus à dormir. Et s'il n'obtient pas de réponse parce que l'autre dors... Ou autre, il trouvera bien un verre de lait et quelque gateau dans le frigo. A cette heure si il y'a la redifusion de Keroro en plus. Il pourra dormir en cours. Kero~ kero~ keroro... Il cligne des yeux. Vraiment, sa capacité à divaguer doit être l'une de ses technique secrète de ninja. Il enfonce un peu plus sa tête dans le coussin. Pas la foi de la relever. Corps trop lourd... Cerveau trop mou.


    - plus sommeil.

    Il se tourne, roulant doucement sur le ventre, son menton sur le coussin. Zut, il a oublier sa question. Tant pis. Son cerveau est bien trop embrumé maintenant pour penser rationnellement. Devant ses yeux se déroule lentement les évènements de la journée qui se meurs dans sa tête trop pleine... Sa on oublie, sa on garde, sa on oublie. Il ne se souviens même plus du nom de ce nouveau barman. Soirée horrible au bar. Soirée privé. Le genre avec juste les boss et leurs jouets. Le genre qu'il déteste. Surtout qu'il était la lui aussi... Enfin aux "dire", personne ne sais vraiment qui il est.

    - K...

    Il frissonna un instant. Il avait déjà eu affaire à lui indirectement... Toutes ses histoires devenait fatigante. Le bar, la fac, tout... Mieux valait ne pas y penser. Kero... Kero... Kero... iza susume~ Oui, la réalité est bien trop fatigante. Et tendis qu'il se repasse en replay le générique de Keroro Gunso, sa question lui apparait comme une évidence. Une boule se forme un peu au niveau de son ventre. Doucement, il se tourne vers le blond, scrutant son visage dans la pénombre. D'ailleurs ses yeux s'y sont habitué. Il discerne mieux les traits de son visage. Comme ça, il a vraiment l'air d'un ange. On lui donnerais le bon dieu sans confession... Qui pourrait deviner qu'il est prostitué? Personne. Pourtant, c'est vraiment un ange. Sa façon de parler, son sourire, ses gestes et ses attentions...

    - Comment quelqu'un d'aussi doux que toi en est arrivé à faire ce métier?

    Aussitôt posé, aussitôt regretté. Il se mord la lèvre d'appréhension. Son cerveau et sa bouche son encore allé trop vite. Il ferme les yeux las, se sentant obligé d'ajouter.

    - C'est que... Ryu lui fait sa... Je dirais pas par plaisir mais presque. Alors que toi... Toi tu... ha. Laisse tombé c'est la fatigue et juste... Je voudrais en savoir plus sur toi. Enfin laisse...

    Il se pelotonne un peu plus entre ses draps. Vraiment, cette nuit il se serra découvert. Ou plutôt redécouvert. Dans le genre idiot et bavard nocturne on ne fait pas mieux qu'Arata. Le jours encore, la distance lui laisse de la marge pour se vautrer. Mais la, si proche du corps de Tatsuya... Il a l'impression que même sa respiration peu le trahir. Un battement de cils. Et au final, peut être n'est ce même pas une impression.


-----------

Bon si toi c'est court je dois dire quoi? '_' mais bon j'ai remis un peu une trame et puis replacé nos perso XD go tatsu !

Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Sam 17 Juil - 0:21

Tatsuya regarde, les yeux à demi-clos, son colocataire s'agiter dans tous les sens. Cela doit être vraiment dur pour Arata, de devoir prendre sur lui ainsi pour ne pas craquer et s'isoler, rester avec cette présence sexy à ses côtés, en toute modestie bien en entendu. Ce n'est pas si mal de laisser parler son orgueil de temps à autres... Il se rapproche de lui, et, assez proche pour que son souffle caresse le visage de l'autre, murmure :

-Peur des gens ? Mais pourtant, tu partages ton lit avec un homme atrocement sexy

Il lui lance un sourire malicieux et sensuel à la fois. Comment faire rougir son colocataire en dix leçons. Il devrait se lancer dans l'écriture de roman. Partager son « savoir », il est sûr qu'il y a des gens assez désespérés pour acheter ce genre de livre ! Ah, mais c'est déjà fait, une prostituée qui raconte son histoire, y en déjà eu plusieurs. Y en a même une qui a vu son histoire transposée en série. Comment faire mieux que cela ?

Il soupire. Il est trop fatigué pour tenir un raisonnement correct. Il part dans une réflexion et finit quelques secondes après par oublier pourquoi il pense à cela. Il déteste ces moments là, quand il n'a même plus le contrôle de sa pensée, et qu'il sait que ce à quoi il réfléchissait n'était pas si bête et qu'il pourrait en résulter de grandes idées. Il sombre petit à petit, et retrouve un sommeil léger. Mais il est vite troublé. Arata s'agite, chante ? Il ne sait pas, mais cela l'a sorti de son repos. La question tombe et achève de le réveiller. Doux ? C'est à son tour d'avoir les joues qui rosissent légèrement. Jamais on ne lui a dit qu'il était doux. Canon, oui, un bon coup, pareil, mais doux ? Il sourit un peu. Il veut le connaître. Dans d'autres circonstances, il aurait donné une réponse évasive, mais là... L'autre s'est révélé à lui. Il lui a montré, et à parlé de son douloureux passé. C'est normal qu'il accepte de parler du sien aussi non ? Et puis, il n'est pas obligé de tout dire, il n'est pas obligé de parler de ça...

-Je venais d'arriver à Tokyo, et j'avais besoin de fric... Faire le tapin ça rapporte, et puis, en s'y prenant bien, on peut même avoir du plaisir. Pourquoi s'emmerder à avoir un métier ennuyeux et fatigant quand on peut avoir un métier facile ? Et de toutes les manières, je ne sais rien faire d'autre...

Il sourit doucement, un peu amer tout de même. Oui, facile dans un sens : il suffit de s'allonger sur le lit et de se laisser faire, ouvrir les cuisses et attendre que ça passe. Mais après tout, il aime le sexe, et c'est un peu comme changer d'amant chaque soir, mais en étant payé en plus pour faire cela. La seule différence, mais pourtant capitale, qu'il peut voir, c'est que là, il ne choisit pas vraiment l'Homme avec qui il va passer la nuit. C'est à celui qui sera le plus offrant. Un peu comme une vente aux enchères. Il devrait tester cela, se faire un site internet et laisser les prix grimper en flèche. Un peu comme ces filles qui mettent leurs virginités en ligne pour payer leurs études. C'est une idée à développer ça.

Il s'est habitué à sa condition, habitué à ces vieux bonhommes sans scrupules qui viennent lui tourner autour et l'obtiennent à coup de billets. Il soupire. Maintenant qu'il fait dans le haut de gamme, il commence à bien gagner sa vie. Il se retrouve confronté avec des hommes plus sophistiqués, avec de bonnes manières. Mais justement, souvent ces hommes haut placés veulent souvent oublier ce monde de conventions qui les entourent, et alors, ce sont eux qui deviennent le pire. Les plus violents, les plus bestiaux, ceux qui prennent le plus de plaisir à rabaisser leur jouet d'une nuit et à l'humilier. Quoique, sur ce plan là, Tatsuya n'a pas trop à se plaindre. Il ne fait pas dans le SM, jamais, il l'a bien fait comprendre à ses patrons, il ne veut pas de cela. De toute manière, il est trop beau pour qu'on puisse laisser quelqu'un l'abîmer, ou alors son prix baisserait fortement. Les clients payent cher pour faire ce qu'ils veulent, mais sans voir qu'avant eux, il y a eu quelqu'un d'autre. Comme si chaque prostitué avait son client exclusif. Oui, il ne peut se permettre aucune marque sur son corps.

Il porte sa main à son visage. Ça le picote, l'endroit où a frappé Arata lui fait encore mal. Il se lève difficilement et va jusqu'à la salle de bain. Pouah, son corps est tout courbaturé. Il cherche la crème dans le tiroir avant de se fixer dans le miroir pour se l'appliquer. Sa main va lentement jusqu'à la tâche de couleur qui commence à apparaître. L'autre vient se poser sur ses lèvres, comme pour empêcher toute réaction. Le peu de larmes qui lui restent sortent doucement de ses yeux et dévalent le long de ses joues. Que va-t-il pouvoir inventer comme mensonge ? Et si ses patrons ne le croient pas, que va-t-il devenir ? Si Ryu se fait enrôler à cause de lui, il s'en voudra toute sa vie. Il inspire un bon coup, mais il ne peut se calmer. Ses épaules se secouent en soubresaut, une de ses mains vient s'accrocher au rebord de l'évier, comme pour se retenir encore à la réalité, ne pas sombrer dans l'hystérie et la peur. Il faut qu'il se reprenne, sinon Arata va trouver qu'il est long, et viendra voir ce qu'il fait. S'il le voit dans cet état, il va s'en vouloir. Et ça, c'est la dernière chose que Tatsuya souhaite...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Dim 18 Juil - 21:54

    Le rose viens doucement mais surement au joue d'Arata. Il ne peu s'empêcher de sourire face au regard malicieux de Tatsuya. Il glisse un peu son visage entre les draps. Craquant. Sa il se contente de le penser très fort. Remercie la pénombre et son cerveau d'avoir fait barrière. Il se redresse tout de même, lorsqu'à travers les rayons de l'extérieur, il aperçoit les traits pensif du blond. ... Peu être à t'il fait une erreur ? Après tout. Mais Tatsuya répond. Un peu sec. Un peu dur envers lui même aussi. Et malgré se sourire, c'est tout de même un peu fataliste non? Dire qu'il ne sais rien faire d'autre.

    - ... Tu sais cuisiner. Il souris doucement, relevant son visage pour l'appuyer dans sa paume. T'occuper de cas sociales désespéré. Ne te dévalorise pas.


    Il sonde quelque seconde les yeux tu plus âgé, Pas besoin de dire plus. Sa pourrait être mal compris, de lister la liste exhaustive des qualité ou de tout ce que lui inspire Tatsuya. Mais quand même. L'entendre dire qu'il ne sais rien faire d'autre lui fait un peu mal. Il soupire, se laissant retomber dans les draps. C'est étrange. Quelque part, lui et Ryu se ressemble vraiment. ... Quoi que. Même s'il le dit, il n'a pas l'air aussi fou que sa de ses clients. Ce n'est pas se même regard fou, cette même flamme étrange. Hm. D'un côté Ryu est SM. Ou plutot... Il a cette relation étrange avec la douleurs. Il se souviens à l'hopital, il avait bruler le bras d'un patient innocent. Un vrai Jigsaw par moment. Quelque par, sa venus à Tokyô la sauvé. Vraiment.

    Tokyô. Il se souvient, quand il était à Chiba, il entendait quelque fois des gens parler de Tokyô. Tokyô... La ville ou tout est possible, la ville ou tout les rêves peuvent devenir réalité. Et pourtant, chaque personne qu'il a rencontrer dans cette ville était ... esseulé. Malgré le monde, malgré toute les possibilité de cette ville... C'est comme si, la ville possède chaque habitant, tellement fort qu'elle ne peu plus agir par elle même, mais pour la ville. Et bien sur, impossible de revenir en arrière. Si triste. D'un côté, lui qui pense sa, ne fait il pas partie de cette hideuse mécanique? A côtoyer chaque soir des prostituer, des yakuza, et autres créatures de l'underground sans pouvoir rien faire. Et pourtant, leurs corps entier cris "à l'aide", ce que leurs bouche ne peu pas prononcer. Enfin. Qui est il pour dire pouvoir aider les autres, lui qui n'arrive même pas à s'aider lui même? l'invisible.

    Il en est la dans ses pensés, lorsqu'il sent Tatsuya se lever. Il le suit quelque minute du regard, avant de fixer l'endroit ou il se tenait quelques secondes plus tôt. Il cligne quelque seconde des yeux, laissant sa mains caresser, replacer les plis que le corps de Tatsuya à fait sur les draps. Il frissonne. Finalement le corps du blond contre lui était agréable. Très très très gênante. Stressante. Une seconde il a même eu peur que son corps le trahisse... Il ne peu s'empecher de rougir seul à cette pensée. No way, il se serais enfuit. Très très loin. Il enfonce sa tête dans les draps. Cette soirée est quelque part vraiment irréel. Ryu... Tatsuya... et même Hiro. Il aimerait tellement pouvoir les protéger. C'est peut être égoïste. Surement même, mais jamais il ne sais sentie appartenir à quelque chose... Ou même à quelqu'un. Alors avoir cette chance, maintenant. Il s'en voudrait de la laissée passer par sa propre faute. Il soupire, se retournant. Tatsuya met du temps. Peut être est il au toilette? Il ferme un peu les yeux, mais des images lui reviennent en pleine face. L'air douloureux du blond. Ses doigts sur son visage...

    Doucement il se lève, sortant de sa chambre sans fermer la porte, traversant le salon à petit pas. La porte de la salle de bain est ouvert. C'est qu'il ne doit pas être... Il reste un moment sur le chambranle de la porte sans osée rien faire. Son souffle se coupe d'un coup. Son pouls s'accélère. Il mord sa lèvre, sa main dans l'entrebâillement. Hésite. Après tout, c'est de sa faute non? Si Tatsuya est dans cet état. Tu parle d'une protection ! Il n'a fait que le détruire. Il ne peu même pas imaginer la douleurs que doit ressentir Tatsuya à cet instant. Après tout son visage c'est sont travail. " Et de toutes les manières, je ne sais rien faire d'autre...". Son corps se serre un peu plus. Il s'approche doucement de Tatsuya. Il tremble tellement que l'évier tremble aussi.


    - Je suis désolé... Tellement. Si je pouvait revenir en arrière. Si j'avais pus me contenir... Je suis tellement désolé Tatsuya. Et je sais que sa change rien! Absolument rien. J'aimerais avoir était un autre. Pas juste un dingue, je...

    Il réfléchis un instant. Ses excuses était bien belle mais elles n'allait rien résoudre. Tatsuya ne pourrait surement plus travailler, et même sil ne lui fait plus payer le loyer... Peut être y'a t'il autre chose? De plus? Son cerveau fil à tout allure. Pourquoi Tatsuya pleurerais t'il de ne plus se prostituer? L'argent n'est pas un problème alors quoi?

    - Il y'a quelqu'un c'est sa? Je veux dire, quelqu'un au dessus de toi? T'es pas juste un prostituer lambda hein? Quelqu'un qui te fera du mal si tu n'exerce plus? Tatsuya!

    Il ne veux pas crier, mais si c'est ce qu'il pense... Alors cette histoire pourrait s'avèré beaucoup plus grave qu'il l'avait pensé au début. Beaucoup plus.



--------

u__u ouf, j'ai eu une panne d'inspi un moment... j'espère que sa va xD
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   Lun 19 Juil - 14:24

Cuisiner ? Aider les cas sociaux ? Ce n'est pas avec les trois gateaux qu'ils sait faire qu'il pourra être cuisinier. Et aider les cas sociaux ? Il n'est même pas capable de protéger son petit frère correctement. Quand à Arata, il s'amuse avec un de ses plus grands problèmes : sa timidité; Est-ce vraiment aider que cela ? Dans la salle de bain, rien ne va plus. Il a l'impression que tout tourne autour de lui, il se sent mal.

Forcément, il est venu... Il fallait s'y attendre... Ses sanglots redoublent en l'entendant s'excuser. Il aimerait se jeter dans les bras de l'autre, mais il ne peut pas vraiment se le permettre. Ça ne serait pas correct, malgré tout ce qu'ils ont pu se dire ce soir, s'avouer l'un à l'autre. Il a passé sa nuit collé à lui, mais maintenant ça lui semble indécent de lui imposer à nouveau son corps. Il a déjà assez abusé de sa gentillesse et de sa timidité aujourd'hui. Ça serait mieux s'il retournait se coucher, et le laissait là. Après tout, ce n'est pas son problème, et Tatsuya ne veut pas le mêler à ça. Déjà qu'il va avoir du mal à taire le nom de Ryu, si en plus Arata devait être impliqué, il ne se le pardonnerait jamais. D'accord, dans un sens, c'est sa faute, il l'a frappé. Mais il est malade, il ne pouvait pas se contrôler comme il le voulait. C'est pour ça qu'il ne peut lui en vouloir. Il aimerait, vraiment, lui dire qu'il n'est pas dingue, qu'il a juste besoin d'aide, mais son corps l'en empêche.

Il se laisse tomber au sol. Il a l'impression que son coeur va exploser. Il arrive à peine à respirer tant ses sanglots lui compressent les poumons. C'est comme s'il était en train de mourir... De s'éteindre. Ça ne serait pas plus mal peut-être. En finir avec tout ça.

Le fait qu'il crie n'arrange pas les choses. Il lève les yeux vers lui, paniqué. Il tousse, s'étouffant et le regarde, désespéré. Il faut qu'il se calme, qu'il respire profondément. Il a besoin qu'Arata vienne et le prenne dans ses bras, pour le rassurer, comme lui-même l'a fait tout à l'heure après sa crise. Peut-être que dans son bercement, il pourrait lui faire oublier sa panique. S'oublier. Petit à petit, il sent qu'il va pouvoir parler.

-Je... J'en sais rien... j'ai jamais connu cette situation. Ils vont vouloir savoir qui m'a fait ça. Et j'ai personne à balancer. Je peux pas dire que c'est mon client de ce soir, il est réglo, jveux pas qu'il ai des ennuis. Et si je dis que c'est en allant aider Ryu ce soir, ils vont aller casser la gueule de son client, et après ils enrôleront le gamin, parce qu'en fin de compte, ils lui ont rendu un service, et qu'il a une dette envers eux parce que c'est à cause de lui que j'ai été abimé. Et jveux pas... Il peut encore s'en sortir, mais pas s'il n'est plus indépendant... Jsuis coincé...

Les larmes coulent de nouveau sur ses joues, et il plante ses grands yeux dans ceux d'Arata.

-J'en ai marre de cette journée... Je veux juste... hum, juste dormir, et me réveiller demain matin pour qu'on se prépare un bon ptit déjeuner, qu'on boive un thé sur le balcon et qu'on reçoive des tonnes de message de Ryu... Comme d'habitude

Rassemblant ses maigres forces, il va se blottir contre Arata. Il pose sa tête contre son torse et inspire profondément, s'emplissant les poumons de son odeur rassurante. Il glisse sa main dans celle de son cadet et joue avec ses doigts. Doucement, il se calme. Ils vont trouver une solution, ils vont bien le devoir de toute manière. Il ne pourra pas empêcher ce coup de fil à ses patrons. Il frissonne rien qu'à penser à cela. Aura-t-il le courage de décrocher le combiné et de taper le numéro ? Et quand il entendra cette voix dure à l'autre bout de la ville, comment fera-t-il ?

Il y a de grandes chances qu'ils l'envoient dans la rue pour compenser. Il n'y guère que des clients de passage pour qui sa blessure ne comptera pas. Et si cela le faisait descendre en grade définitivement ? Comment fera-t-il s'il ne peut plus avoir ces riches clients ? Il ne supportera pas d'être considéré comme une basse marchandise accessible à tous. Il se serre encore plus contre Arata.

-Emmène-moi dormir. Je veux oublier tout ça...

Peut-être devrait-il prendre un somnifère ? Non, ça risquerait de l'assommer plus qu'autre chose, ça ne serait pas un sommeil réparateur. Juste un sommeil lourd qui fait mal à la tête au réveil, comme un lendemain de cuite. Il veut se réveiller avec les rayons du soleil. Et dans les bras d'Arata. Oui, c'est comme ça qu'il veut que commence sa journée. Dans une illusion de bonheur...



---------------

c'est tout court, mais jpars au taf dans 5 minutes, et ce soir ça prendrait des heures d'en rajouter, de toute manière, vu que c'est bientôt fini
Revenir en haut Aller en bas


I'm Contenu sponsorisé;

MessageSujet: Re: Long night continue ft Tatsuya & Arata   

Revenir en haut Aller en bas
 

Long night continue ft Tatsuya & Arata

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kusha Kusha :: Back to LIFE :: Sujets Terminés ou abandonnés-