AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Emménagement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Emménagement   Mar 18 Mai - 22:58

Tatsuya regarde l'immeuble qui lui fait face, puis à nouveau le papier que lui avait donné Ryu. Oui, c'est bien ici. C'est donc là qu'il va vivre désormais. Le jeune homme est tout excité, un peu comme un enfant qui va recevoir son cadeau de noël. Ikebukuro est un lieu magnifique. Il est sûr qu'il va se plaire ici. Peut-être est-ce parce que la journée est baignée de la lumière du soleil que tout lui semble si beau ici.

Il avait parlé un peu avec son colocataire. Arata. Il semble être un drôle de personnage. Pas méchant, mais très mystérieux. Ils se sont arrangés par mail pour savoir quand il devait venir pour s'installer. L'homme répondait toujours de manière courte et précise. Pas de fioritures, ni de points d'exclamations dans tous les sens, il va droit au but. Il semble, par écrit en tout cas, être l'inverse de Ryu. Comment deux personnes aussi différentes peuvent elles être amies ? Bah, ne dit-on pas que les contraire s'attirent ?

Il inspire un grand coup avant de s'engouffrer dans l'immeuble. Quel étage déjà ? Ah oui, c'est vrai, huitième. Dans le petit hall, il s'arrête. Huum, avec huit étages, il va être obligé de prendre l'ascenseur. A vrai dire, Tatsuya déteste les ascenseurs. Il a toujours eu peur de rester coincé dans l'un d'entre eux. Surtout ici, dans un endroit qu'il ne connaît pas encore bien. Et quoi de pire que de rester coincer la première fois que vous allez dans l'appartement qui désormais sera le votre ? Mais les escaliers, c'est fatigant aussi... Et il ne peut se permettre d'arriver essoufflé et échevelé devant son futur colocataire. Même devant quiconque. Ce n'est pas de son niveau. Il doit rester parfaitement beau en toutes circonstances.

Il regarde sa montre. De toute manière, il est un peu en avance. Une de ses manies, il n'aime pas être en retard. Même quand il est pile à l'heure, il a cette sensation désagréable, comme une sorte de culpabilité au creux de son ventre. Alors il se dépêche, partant toujours trop tôt. Plus la chose est importante, plus il sera en avance. C'est ainsi qu'il se retrouve avec presque une demi heure à attendre devant la porte de l'appartement. Hum, au moins, s'il reste bloqué, ça lui laissera un peu de marge ! De toute manière, il n'est pas convaincu de l'existence d'un escalier allant jusqu'au huitième étage !

Il inspire à nouveau un grand coup, cette fois-ci pour se donner du courage. Tout en s'accrochant à la bandoulière de son sac, il rentre dans l'ascenseur, appuie nerveusement sur le chiffre de l'étage, et le voilà qui monte. Tatsuya a toujours un sac avec lui. Il sait que ça accentue son côté 'tapette, grande folle', mais il trouve cela bien pratique. Il comprend bien pourquoi toutes les femmes en possède au moins un. Sa main se crispe sur la rambarde. Pourquoi ça ralentit ? Ça ralentit, non ? C'est quoi ce 'Ting' ?

Les portes s'ouvrent, et le jeune homme se sent vraiment idiot. Il faut vraiment qu'il se détende. Là, il ne sait plus trop bien si le stress est du à l'ascenseur ou bien à sa future rencontre. C'est sûrement cela, il n'est pas aussi stressé que ça dans cette cage en fer d'habitude... Enfin, seulement quand il ne connaît ni l'immeuble, ni même le quartier. C'est l'aventure, non ?

Il relis le papier de Ryu. Appartement 70. Oui, c'est celui là. Il le repère tout de suite. Pourtant, il n'a rien de particulier, sur le palier, il y a quatre portes identiques. Pourvu que les voisins soient sympa ! Et puis pas trop bruyant non plus ! Non, parce qu'il veut quand même un minimum de tranquillité quand il rentre de ses dures soirées. Les gens doivent avoir du respect pour ceux qui travaillent la nuit, zut ! Il se demande comment Arata peut faire pour combiner travail de nuit, études et vie personnelle. Enfin bon, c'est son problème. Le sien pour l'instant, est qu'il ne sait pas s'il doit attendre l'heure fixée, ou s'il peut se permettre de frapper.

Oh, et puis tant pis, il frappe. Il s'inclinerait très bas en lui priant de le pardonner d'avoir pris cette initiative. Il verra bien. Ils ne doivent pas partir sur de mauvaises bases ! Il s'approche donc de la porte et appuie sur le petit bouton qui sert de sonnette. Une fois. Deux fois. Il va tenter une troisième fois quand il entend des bruits de pas. Enfin ! Quoique, ce n'est pas comme s'il avait laissé beaucoup de temps entre chaque pression du bouton. Bien joué Tat', maintenant il va te prendre pour un névrosé !!!

La porte s'ouvre et l'homme apparaît. Tatsuya se mordille la lèvre en souriant malicieusement. Ryu ne l'avait pas décrit comme cela. C'est vrai que sur le plan physique, il n'avait eu droit qu'à : grand, japonais normal, et petits yeux... Avec un sourire charmeur, il se présente.

-Bonjour, je suis Tatsuya, ton nouveau colocataire.

Oui, Ryu va très vite recevoir un message !


-------------------
Bon, désolée, c'est court, mais comme je connais pas trop ton personnage, je voulais pas aller plus loin et le faire rentrer avant d'avoir une réponse, et je pouvais pas trop étoffer avant... Donc voilou =D
Et non, je ne drague pas ton personnage !!!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Mer 19 Mai - 0:35

Il fixe l'écran de son portable. Sa fait combien de temps qu'il le fixe déjà ? Une bonne trentaine de minute au moins. Il n'avait pas vraiment prévus que sa irait si vite. Un colocataire... Sa fait longtemps qu'il en cherche un. Pas que les charges de l'appartement son élevé, non. Pour un appartement de ce style, c'est même donné, et, avec ce qu'il gagne, il peut se débrouillé. Juste, que au début, au tout début de sa "vie à Tokyô", Ryu était plus présent. Maintenant ses visites se faisait plus éparse, même si leurs contact était régulier. Arata roule des yeux; Évidement, il en connait la raison. Leurs relation à toujours était ainsi. Mais c'est un fait, Arata n'est pas fait pour vivre seul. La preuve en est qu'il avait tout de suite craqué pour cette appartement 2 chambre. Non vraiment, qu'elle personne sainte d'esprit irait s'encombrer d'une chambre de plus? Surtout, ce n'est pas comme ci il recevait beaucoup à la maison. En fait, les visites son quasi inexistante. Il préfère garder son appart, son cocon, bien isolé du monde extérieur, comme sa forteresse de solitude, son endroit, ou il peu tout lacher et se contenter d'être lui. Mais bon, il n'y peu rien, c'est dans son caractère. La solitude le fait réfléchir sur lui. Et trop analyser, ce n'est pas bon pour lui. Il jette encore un coup d'oeil à son portable. Ryu ne lui avait rien dit sur son "colocataire". Juste, qu'il allait l'adoré, avec une ribambelle de petit coeur à la fin du message. Arata frissonne. Pas qu' iI n'aime pas vraiment être "pris sur le fait". Il préfère se préparer mentalement dans ce genre de circonstance, c'est tout. Après tout, il va vivre avec ce gars... Si ils venaient à se détester ? Sa pourrait très vite devenir un enfer. Et s'il faisait une crise devant lui?

Il se lève, et ferme d'un coup le clapet de son portable. Trop réfléchir. Pas bon. Il pose ses mains sur ses hanches et inspecte du regard les quatres coins du living. Son appartement n'est pas trop meublé. Il y'a un tapis rond au milieux, ainsi qu'une table basse traditionnel. Un canapé type vintage qu'il a récupéré presque à la décharge malgré son bonne état, et, sa fierté, une télé grand écran. En dessous, sur le meuble de la télé, les boxes de dramas, de film et de jeu video s'entasse. Il s'en approche et tente de fair un peu d'ordre, mais peine perdu. Il faudra acheter un meuble plus grand ! Il demandera à Young Ju, ce gars a un appartement parfaitement décoré. Il se retourne et lève un sourcils. Sur le mur près des chambres, une énorme bibliothèque faisant la taille du mur, arrivant presque au plafond. Dessus des tonnes de livres, en vrac évidement. Des magazines aussi, pour la plus part des shonen jump ou autre. Arata c'est toujours dit qu'il doit être le seul japonais à ne pas se débarrassé de ce genre de chose. Il passe une main dans ses cheveux et fait la mous. Sa fait vraiment savant fou... Surtout quand on vois la cuisine, avec ses manuelle au couleur chatoyante (pour femme évidement) au titre accrocheur "le bento pour les nuls!" "Les motifs d'omelettes pour les jeunes mariés!". Il lève un sourcils. Bon, sa, il vaudrait peut être mieux le cacher... Il se dirige à grand pas vers la petite cuisine quand une sonnerie le freine. Il regarde sa montre. Déjà ? Il se tourne, puis, fait un petit détours par la salle de bain pour voir s'il est présentable.

Un t-shirt pas trop large, des bracelets de force, bracelet et montre au poignet. Un jean noir plutôt moulant. Il soupire. Après tout c'est Ryu qui l'habille, donc sa devrais faire l'affaire. Il passe une main dans ses cheveux rebelles en soupirant. Au et puis tant pis, ce n'est pas comme si c'était un rendez-vous non? L'autre aura bien le loisir de l'inspecter sous toute ses formes, surtout la version larve le matin au reveil. Il souris doucement. Sa fait du bien de se dire qu'il ne vie plus seul. Sa le rassure un peu, lui ramène un peu de "normalité", ce dont il a grand besoin. Il se dirige calmement vers la porte d'entré, et l'ouvre à la troisième sonnerie.

Ses yeux se pose directement sur l'homme. Grand. Bien fait, trop bien fait même. Il le regarde de haut en bas, s'en vraiment se gener. De jolie hanches. Il remonte rapidement sur le visage, et lève un sourcil. Blond. Beau. C'est ce que son cerveau lui rapporte, à la vitesse "Arata", c'est à dire, lentement. L'autre lui souris. Vraiment beau. Il évite de justesse un battement de coeur de trop et tente d'aligné quelque mot.

- Arata. Ishidaira Arata.


Il aimerais dire autre chose, mais ses lèvres ne le permette pas. Ce n'est pas encore pour aujourd'hui qu'il pourra jouer le mec bavard. Il ouvre grand la porte, laissant le blond rentré. Doucement, il ferme la porte derrière lui. Il reste quelque seconde la, debout, sans savoir trop quoi faire. Le stress lui monte légèrement à la tête, et, il se retiens de toute ses forces de tout lâché et de s'enfermer dans sa chambre avec un bouquin comme le pseudo autiste qu'il est. Non, non... Définitivement non. Il respire un grand coup et puis... Sort rapidement de sa poche une cigarette pour se donner une contenance. Quand elle est allumé, il recrache la fumé avalé avec soulagement. Il se retrouve un peu, voilà, calme...

Il lève les yeux vers Tatsuya et indique la cigarette.

- Sa ne te dérange pas? Si sa te dérange je peu fumer sur la terrasse.

Ce n'est pas vraiment une question, ni une affirmation. Juste une phrase. Qu'est ce qu'il doit dire dans ces cas la déjà? Rah... Trop compliqué, autant qu'il face comme il a l'habitude, advienne que pourra. Il prend sa cigarette entre ses doigts et courbe légèrement la tête.

- Je m'excuse d'avance, je ne suis ... Pas très doué avec les gens, et pas vraiment bavard.

Il se relève un peu. C'est toujours gênant à dire, c'est comme dire "je suis anti-social, pardonne moi". Mais de toute façon il n'y peu rien. Il tente quand même un sourire et lance :

- Fait comme chez toi. Enfin... C'est chez toi maintenant quoi. Si tu veux;.. Décorer, ou... Ou changer des trucs, enfin... Fait comme tu veux c'est chez toi. Si t'a des questions je veux bien y répondre aussi.

En silence, il tire doucement sur sa cigarette, sans quitter Tatsuya du regard. Il aimerais bien savoir ce qui est passé par la tête de Ryu. Quelqu'un d'aussi classe, avec Lui? Typique Ryu, toujours le bon truc pour le mettre dans l'embarras. Il réfléchis un instant. D'un coté, c'est plutôt rare que le petit prennent autant d'initiative. Surtout en se qui concerne Arata. Il est plutôt du genre "moins tu connais mes fréquentation, mieux c'est". Alors pourquoi? Il sonde du regard le blond. Il n'a pas l'air méchant. Même très gentil. Et Ryu lui a dit "d'en prendre soin" alors quoi? Il a l'air fragile, c'est vrai. Malgré cette aura très forte qu'il dégage. Comme une faiblesse, une fissure dans toute cette beauté. Mais pour l'instant, il a juste l'air heureux, alors, c'est que sa doit allé non? Il souris en portant sa cigarette à sa bouche. Ses yeux se pose sur la baie vitré donnant sur la terrasse. Il fait plutôt beau aujourd'hui. Il s'approche un peu plus et regarde le ciel. La ville grouille sous ses pieds. Il en oublie presque le nouvel habitant. C'est peut être une bonne chose? Sa veux dire que son corps ne le considère pas comme "étrangé" et donc, qu'il est adopté non? Si.

--------

bon, j'espère que sa t'éclaire un peu plus sur le caractère d'Arata xDD
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Mer 19 Mai - 20:53

La porte s'est ouverte sur le jeune homme. Il sourit de nouveau en regardant l'autre le détailler. C'est la réaction que tout le monde a quand on le voit. On l'examine sous toutes ses coutures, on admire sa plastique, ses courbes parfaites. Il entre dans la pièce et immédiatement se sent apaisé. L'endroit est baigné de lumière. Il va être bien ici, il en est sûr. Il n'a qu'une envie, se mettre à l'aise dans le canapé et attraper un bon livre. Il se fait sortir de ses pensées.

-Non, fume autant que tu veux, au contraire, je suis content que tu ne sois pas non-fumeur !

Et il s'enivre de la douce odeur que dégage sa cigarette. Il résiste à l'envie d'en prendre une lui aussi. Non, il se la grillera plus tard, ce n'est pas indispensable pour l'instant. Au prix que coûte le paquet, il va se retenir un peu ! Pour l'instant, il a mieux à faire, il doit visiter les lieux.

Il ouvre de grands yeux émerveillés en rentrant plus dans le salon. C'est bien plus grand que son ancien studio ! Il papillonne dans la pièce jusqu'à ce que son regard se pose sur la baie vitrée. Lentement, il s'avance, comme au cinéma quand l'explorateur découvre le trésor. Doucement il s'approche, comme si cela pouvait s'envoler juste devant lui. Il dépose délicatement ses longs doigts sur les rebords de la fenêtre puis les fait glisser sur la poignée et l'ouvre. Une légère brise lui bat le visage. Il inspire une grande bolée de cet air neuf avant de monter sur le balcon. Il s'approche de la rambarde pour admirer la vue de la ville. Il se penche par dessus la barrière de sécurité et observe la rue. Tout à l'air si joli ici. Il rigole joyeusement, il se sent vraiment comme un enfant. Il se retourne et s'appuie sur le garde corps. Redevenant adulte, il admire l'autre vue : l'appartement bien sûr, mais surtout son premier occupant. Oui, il n'avait pas osé l'imaginer aussi mignon. Avec un sourire, il rentre à nouveau et va vers la cuisine. Elle est petite, mais suffisante, et ici aussi, il y a des livres ! Il va pouvoir améliorer ses connaissances. Peut-être qu'Arata pourra l'aider. Puis, il va devant l'immense bibliothèque et lit la tranche des livres. Hum, il y a beaucoup de choses différentes, il en lu certains, d'autres il ne les connaît même pas. Le rêve, une vraie librairie à domicile !

-Ryu m'a dit que tu étudies la littérature ? Ça doit être passionnant. Je crois que ça m'aurait vraiment plus si je n'étais pas...

Prostitué, finit-il dans sa tête. Non, plus tard il le saurait, mieux ça sera. Il ne veut pas qu'il ait une mauvaise image de lui quelques instants à peine après leur rencontre. Il frôle du bout des doigts le papier d'un livre. Avec autant de bouquins, ils ne vont pouvoir que s'entendre ! Après tout, l'un des deux gros cartons dans lesquels il a mis toutes ses affaires est rempli de ses précieux romans.

D'ailleurs, il surveille nerveusement son portable. N'ayant pas de voiture, il a demandé à l'un de ses clients de les lui transporter, en échange d'une ristourne, d'une promesse de réaliser un fantasme encore plus bizarre que les précédents. Bien sûr, il déchargera ses affaires et attendra que l'homme soit parti pour les monter. Il ne faut pas qu'il voit où se situe son appartement. Il a trop peur que ses clients viennent le harceler jusqu'à chez lui. Il réfléchit donc. Bah, il le fera aller plus loin, quitte à marcher un peu, lui faisant croire qu'un autre immeuble est le sien. C'est déjà risquer le faire venir ici, il connaîtra sa rue. Il se mord la lèvre. Oui, il regrette déjà d'avoir fait appel à lui. Il l'aurait bien demandé à son client préféré, mais il est en déplacement. Mais bon, celui-ci ne devrait pas poser de problème, il n'est pas méchant, juste un peu bête et lent.

Tant qu'à avoir son portable à la main, il pianote un message à son 'petit frère'. Il espère qu'il est en cours cette fois-ci. Il aimerait vraiment qu'il aille plus souvent à son école. Il s'arrête dans son message. S'il lui en envoie un, il va le perturber dans sa leçon, donc ça sera de sa faute s'il n'a pas suivit ce que son professeur lui dit ! Il se met à réfléchir, une moue tordant ses jolies lèvres. Oh, et puis tant pis pour les leçons de morale, il est trop heureux pour cela.

« Appart génial, coloc muet mais canon ! Je t'aime toi ♥♥♥ et va en cours é_è Tatsu »


Il lui jette un coup d'oeil. Mignon, grand, ses yeux pas si petits que ça ! Toujours à exagérer, sale gamin. Il sûr qu'il va recevoir sans tarder un message coloré et enjoué, le tout sur un ton possessif et jaloux. Il sourit. Comment un tel adolescent a pu se retrouver avec pour meilleur ami cet homme qui se décrit lui même comme 'pas doué avec les gens' ? Ils ont l'air tellement différents !

-Cela fait longtemps que vous vous connaissez avec Ryu ?

Il n'est pas bavard ? Il va le devenir ! Quoique, s'il ne l'est pas devenu au contact d'une personne aussi exubérante que Ryu, pourquoi le deviendrait-il à ses côtés ? Il le regarde, l'observe. Il va surement être gêné, mais tant pis. C'est vrai qu'il n'a pas l'air très à l'aise. Ça peut être amusant. Il aime troubler certaines personnes, par sa personne, sa présence. Il sait qu'il a une sorte d'aura, par sa beauté, son charisme, et il en joue pour manipuler les autres, faire des expériences. Ici, c'est juste pour apprendre à mieux le connaître, voir à quelle vitesse et par quoi il est dérangé.

Il se dirige vers un coin de l'appartement et arrive bien vite dans la salle de bain. C'est bon, elle n'est pas trop petite. Elle est même plus grande que la sienne. Enfin, que son ancienne. Ainsi, il se déplace dans son nouvel environnement, observant partout, entrouvrant les portes, les placards, ayant peur d'avoir l'air malpoli s'il fouille trop. L'appartement est vraiment joli. Le décorer ? Oui, pourquoi pas. Mais pour l'instant, il veut juste s'installer, ranger toutes ses affaires et profiter de l'espace nouveau qu'on lui offre. Il retourne vers Arata. Il reste deux portes. Les deux chambres. Il ne veut pas ouvrir sans demander laquelle est la sienne. Après tout, l'autre est déjà installé là depuis un certain temps, il a donc certainement mis à son goût une des deux pièces, et puis, c'est son intimité, il ne faut pas la bafouer. En plus, on ne sait jamais quelles choses bizarres il peut avoir dedans. Malgré sa nature curieuse, il préfère ignorer pour l'instant certains détails glauques qui pourrait le concerner.

-Laquelle est ma chambre ?


-------------
merci les cours de philo qui me permettent d'écrire !!!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Sam 22 Mai - 0:47

Arata acquiesce, tout en continuant de tirer sur sa cigarette. C'est une bonne chose que l'homme ne soit pas contre la cigarette, sa aurait pus devenir compliqué... Un poids de moins sur sa poitrine. Il s'autorise un micro sourire, se genre presque imperceptible que seul ses proches savent reconnaitre. La baie vitré ouverte comme ça, est vraiment agréable. Il replace quelque mèches de ses cheveux, tout en fixant le ciel. Vraiment, belle journée. Ses yeux croise une demi-seconde de trop Tatsuya. Une seconde de trop pour être honnête. Son visage se colore légèrement, tendit qu'il tourne la tête. Il n'est pas très à l'aise avec les gens si "simple". Ceux qui montrent leurs sentiments sans arrière pensé... Il hésite toujours. Sont ils vraiment "vrai"? Toujours se problème de confiance. Il soupire. Young Ju est comme sa aussi. Franc. Du regard, il suit le corps longiligne du blond, jusque dans la cuisine. Son corps bat un peu plus fort... Il n'a pas eu le temps de ranger les livres! Il ouvre des gros yeux, mais se rassure, l'autre n'a pas l'air d'avoir vue son petit "secret". Il regarde les livres avec envie. Tant mieux s'il aime lire, sa leurs fera un point commun, de plus, avec ses cours, des livres, il en a à revendre. Il réfléchis un instant... Pourquoi à t'il fait litté' au fait? La réponse lui parrait évidente : Pour s'évader. Et rien de mieux pour s'évader, que de se glisser dans la vie des autres. Une passion qu'il garde jusque dans la vie. N'est il pas celui qui à le plus de dossier dans cette ville? Pas par hasard qu'il travail dans un bar. Il acquiesce doucement. Vraiment, il doit avoir un don pour divaguer.

- Hm hm. Je suis en 2ème année. Ho? Je pense que c'est passionnant parce que j'aime ça. Tout devient mieux du temps qu'on aime.

Il porte sa cigarette à ses lèvres sans quitté Tatsuya des yeux. Il ne dit rien, même s'il a remarqué. A force de côtoyé tellement de gens, c'est devenus presque un jeu d'enfant de lire dans les attitudes des gens. En même temps, avec quelqu'un comme Ryû dans son entourage, on devient un peu... Parano. Est ce qu'il me dit la vérité? Est il vraiment ce qu'il prétend être? Ces questions qu'il a arrêté de se poser avec Ryû, Il observe le blond caresser les livres doucement. Il ne dit toujours rien, après tout, sa ne le concerne pas. "Si je n'était pas..." qu'est il? En fait, ce n'est pas comme s'il s'en fou, c'est plutôt qu'il n'est pas assez curieux. Ou plutôt, il préfère que les gens viennent vers lui que de devoirs "forcé" ce genre de chose. Après tout, ce n'était que le début. Ils auraient bien le temps de parler. Et puis, le blond parlera surement lorsqu'il se sentira plus à l'aise. Ce n'est pas Arata qui le blâmera d'avoir des secret. Lui, il en a bien à sacré paquet. Il cligne des yeux un peu coupable. Peut être qu'il lui dirait aussi... Peut être.

Le blond, envoie un sms à la vitesse de la lumière, puis lui lance une question sans crié gare. Il est vif. C'est quelque chose qu'Arata apprécie particulièrement chez les gens. Surtout parce qu'il est plutot lent comme garçon. Il aurait pus rejetter la faute sur ses médicaments, mais ceux ci n'avait pour effet que de réguler son humeurs... Entre autre. Il était calme et timide de nature. C'est peut être pour sa que ses "crises" paraisse si spectaculaire à chaque fois. Il tourne la tête et fronce les sourcils... Depuis quand ? Presque 3 ans maintenant. Le temps passe vite. C'est comme s'il avait toujours connus le blond. Il se souvient encore de leurs première rencontre. De leurs relation tellement étrange. Ces échanges souvent cours et saccadé, colérique. Les yeux brillants de Ryu posé sur son corps... Comme la première fois oui.

- Sa fait presque 3 ans qu'on se connait. On était dans le même hôpital.

Arata n'aime pas mentir. Il aime qu'on soit honnête avec lui, alors il est tout le temps honnête. Il ne ment jamais, se contente juste de ne pas dire certaine chose, mais et? Les gens ne sont pas obligé de tout savoir. Surtout quand il ne demande pas. De plus, depuis tout ce temps, il a appris à tourné certaine conversation à son avantage. La, il évite consciencieusement la question "Ou est ce que vous vous êtes connus?", histoire de ne pas se retrouver dans l'embarra, parce que oui, il n'aime pas mentir, alors il aurait surement répondus "En hôpital psychiatrique". Et ce n'est, généralement pas le genre de chose qui plait ou qui est bien vu dans une conversation, surtout lors d'une première rencontre. Heureusement, bien vite, le blond reporte son attention sur l'appartement.

- Je suis dans la première chambre.

Il désigne du menton sa chambre à la porte trop blanche.

- Et puis celle ci, ta chambre. Elle est vide, enfin, y'a quelques affaires à Ryû dedans mais ce n'est pas dérangeants, des fringues se genre de choses... Si tu veux je les prends. Ha... La chambre est déjà un peu meublé, enfin, y'a un lit et une armoire...

Joignant le geste à la parole, il ouvre la chambre. Par habitude, il se dirige vers la grande fenêtre et l'ouvre pour aeré. La chambre et spacieuse, avec ses murs blanc et ses meubles en bois... C'est d'ailleurs pour sa qu'il a toujours aimé cet appartement, tout y est tellement clair qu'on a l'impression qu'il est géant. Encore plus avec ces grandes fenêtres un peu partout. Il se retourne, et, pour la première fois, s'autorise un sourire.
- Si tu a besoin de quoi que se soit, n'hésite pas à me demander ok? J'accorerais à chaque fois, après tout on vie ensemble maintenant non?

Il souris encore. Mine de rien, sa lui faisait chaud au coeur de ne plus être seul. C'est comme si l'appartement revivait. C'était très agréable et c'est tout ce dont il a besoin. Il passe sa main dans ses cheveux... Il espère juste que les murs soit assez épais entre leurs deux chambres pour couvrir le bruit de ses nuits agité de cauchemars... Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Sam 22 Mai - 1:56

Il hoche de la tête. Oui, c'est vrai que tout est mieux quand on aime. Il esquisse une petite moue, entre le sourire et une grimace triste. Il lui est reconnaissant de ne pas lui avoir demandé de finir sa phrase. Le lycéen a sûrement raison, il n'est pas difficile à vivre. Mais peut il vraiment en juger alors que pas une heure avant ils ne s'étaient jamais vu ?

-Ah ? Je ne savais pas que Ryu avait été à l'hôpital.

Ce n'est pas une question en fait, c'est plus une constatation, comme une réflexion pour lui-même. En plus d'être tombé dans la prostitution, il a déjà été en hôpital. Tatsuya n'ose pas demander pourquoi il a été dans ce genre d'endroit. Après tout, ce n'est pas à Arata de le lui dire. L'adolescent lui racontera surement, un jour, en même temps que tout le reste de son histoire. Après tout, ils ne se connaissent pas depuis très longtemps, et lui-même n'a pas abordé le thème de son passé avec son 'petit frère'. Il sourit à cette pensée. C'est si bon d'avoir quelqu'un avec qui passer ces moments si difficiles. Peut-être que la chance tourne finalement. Après s'être fait happé par le tourbillon tokyoïte il y a un peu plus d'un an, il voit enfin une lumière. Alors, peut-être n'est-ce qu'une petite bougie qui n'éclairera pas beaucoup, mais pour lui c'est déjà énorme. Il est vraiment heureux que Ryu lui ai donné cette opportunité. Il va donc tout faire pour ne pas la gâcher, quitte à ne pas poser les questions que sa curiosité naturelle le pousserait à faire. Il ne faut pas paraître indiscret, ne pas trop gêner par ses interrogations, qui risqueraient de casser la chance qu'ils ont de bien faire connaissance, de... se faire confiance ?

Il sourit quand l'autre lui ouvre la porte. Galant ? Il lève les yeux ciel. Parfois il pense vraiment à des choses stupides. En même temps, les seules personnes qui lui ouvrent les portes, ce sont ses clients qui veulent prendre soin de 'leur chose', avec cet air si fin, comme un verre en cristal qui se briserait si facilement en des milliers et des milliers de morceaux. Et puis, ce n'est pas vraiment comme si ici, il lui avait tenu la porte. Il l'a juste ouverte pour lui montrer l'intérieur. Il ouvre de grands yeux. La chambre aussi est immense ! Honnêtement, elle fait quasiment la taille de son ancien studio ! Bon, il exagère peut-être, mais il trouve cet environnement tellement beau et apaisant qu'il pourrait lui faire tous les compliments du monde.

-Bah, on peut les laisser ici. Faut bien que son 'grand frère' lui serve à quelque chose, non ? Et puis ça fait un bon moyen de pression pour le faire rappliquer !

Il a un petit sourire mesquin sur les lèvres. Bien sûr, il ne le pense pas vraiment, mais ça pourrait être drôle à faire. Il regarde par la fenêtre, juste pour profiter un peu de l'air extérieur, puis il se laisse tomber sur le lit, basculant sur le dos pour s'allonger. Il soupire d'aise, il ferait bien une bonne sieste là. Un peu de musique et ça serait parfait. Quoique, une pile de coussins sur le balcon, ça pourrait être vraiment bien également !

Il en est là dans ses réflexions quand un bip retentit dans l'air. Tatsuya regarde l'écran de son portable et se raidit. Son client arrive, son message lui gâchant son bonheur et le ramenant à la dure réalité. Il tourne la tête vers son désormais colocataire et sourit.

-Tu es vraiment gentil. Mes affaires vont pas tarder à arriver, donc si tu veux m'aider, une autre paire de bras, ça ne serait pas de refus !

Il lui fait une espèce de moue suppliante. Qui pourrait résister à ça ? Pas Arata, c'est ce qu'il espère en tout cas ! Parce qu'il est hors de question que l'autre affreux client ne monte avec lui pour porter ses cartons ! Même pas en rêve. C'est son intimité, personne n'a le droit de la violer. Il ne faut pas comprendre vie privée et vie professionnelle. Il n'a d'ailleurs jamais compris ces prostitué(e)s qui envoient leurs clients chez eux. D'accord, tu gagnes encore un peu plus d'argent parce que tu ne payes pas la chambre. Mais que te reste-t-il à toi, quand la journée, ou plutôt la nuit, s'achève ? Un lieu imprégné de luxure, puant le sexe.

Il se redresse. Il faut vraiment qu'il se dépêche de descendre. Si l'autre voit de quel immeuble il sort, c'est fichu. Ça en sera fini de cette tranquillité tant recherché. Et il serait sûrement obligé de déménager, gâchant par une erreur bête de sa part ce qui aurait pu être une belle aventure. Et puis avant qu'il ne retrouve un appartement aussi beau avec un tel loyer et une personne si conciliante, l'eau aura coulé sous les ponts ! Mais ce client serait capable de ne pas profiter de cet avantage qu'il possède par rapport aux autres clients. Parfois, l'intelligence et la bêtise ont du bon !

Il se recoiffe vite fait, passant une main fébrile dans ses cheveux. Il se lève, et sans plus de cérémonies, ressort de la chambre et se dirige vers la porte d'entrée. Il n'ose pas se retourner. C'est idiot, après tout, il ne s'agit que d'une histoire de cartons. Mais tout de même... L'autre le suit-il ?


---------------------
ou l'art de faire genre y a du suspens... Quand je serai grande, je serai scénariste chez plus belle la vie !
et j'espère que j'ai rien oublié, jsuis morte, donc un peu de mal à réfléchir !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Sam 22 Mai - 16:28

Arata doucement. Il fallait s'y attendre. Ce n'est pas le genre de chose que l'on dit facilement, à moins d'y avoir était par erreur ou autre. Mais dans son propre cas... Et surtout dans le cas de Ryû, ce n'est pas quelque chose de facile à expliquer. Encore lui, mais Ryû? Qu'est ce qui l'a poussé à faire sa? Son histoire effraierais n'importe qui. Un vrai démon. Il faudrait vraiment que la personne soit patiente, ou que Ryû est une confiance particulière en elle pour tout lui dire. Et, même si Arata juge que la "confiance" qui les lies est mince, il est tout de même heureux d'être de ceux la. Mais quand même. Si cet homme à réussis à rentrer dans la vie de Ryû, c'est qu'il doit bien y avoir quelque chose non? Généralement, Ryû déteste tout ceux qui l'approche. Il déteste Ohashi et Young ju par exemple. Il ne supporte pas qu'Arata pense à quelqu'un d'autre ou juste parle à quelqu'un d'autre que lui. Pff... Un vraiment gamin. Mine de rien, le blond l'attire. Il a l'air tout à fait normal. Mais l'expérience lui a appris qu'avec Ryû, rien n'est normal. Si l'homme avait était un "pion" comme le petit aime si bien les qualifié, il ne lui aurait jamais présenté. Si il avait était dangereux non plus. Alors quoi? Il observe un moment les attitudes du blond. A la phrase de Tatsuya, tout lui parait claire. Non, il n'est pas un "pion". Son frère? Arata déglutit difficilement. Cette histoire deviendra surement plus compliqué qu'il ne le pensait au départ. Surtout à l'air attaché que Tatsuya aborde en parlant de Ryû. Trop pur, trop innocent. Il mettrait sa main à coupé que Ryû ne lui a montré que les bons coté. Pff... Quand l'image parfaite et mignonne éclatera en mille morceau... Que restera t'il? Il soupire. Est il au courant pour Ryû ? Il réfléchis un instant. Il vaux mieux ne pas faire de gaffe. Mine de rien, ou Ryû aurait rencontré un homme de cet âge ? ...

Il serre le poing. Non? Ryû ne lui aurait pas envoyer l'un de ses clients, juste pour le mettre en colère? ... Pas... Vraiment? Il observe plus attentivement Tatsuya. Il a l'air vraiment heureux d'emménagé. On dirait un enfant, malgré son corps qui lui, ne laisse aucun doute sur son âge. Non, il ne peu pas être un de ses clients... Il est trop... Heureux. Il a cette air innocent des personnes en ayant bavé qui trouve enfin un peu de réconfort. Arata se détend doucement. Vraiment, il s'inquiète pour un rien. Un peu plus et... Ouais, autant ne pas pensé à ce qui aurait pus se passer. Il regarde juste le plus vieux, s'allonger de tout son long sur SON lit, comme s'il n'avait pas profiter de ça pendant longtemps. Il le regarde faire, un micro sourire aux lèvres.

Il tique. Gentil? Ses joues s'empourpre légèrement. Il baisse la tête, pour ne pas montrer son air gêné. Il n'est pas vraiment doué non plus avec les compliments. Ont va dire... Qu'il n'en a jamais vraiment reçus beaucoup. Tout le monde l'insulté quand il était petit, "le monstre", et puis il fut isolé, il était "inutile", une plaie, il n'était rien. Alors il a toujours vécue dans cette espèce de transparence. Quand il était petit, il lui arrivé parfois de penser qu'il était invisible. Surtout lorsque sa mère passé devant lui des centaines de fois sans lui adressé le moindre mot. Oui, invisible. Il passe sa main derrière sa nuque. C'est la première réel fois qu'on lui fait un compliment. Il hésite sur l'attitude à adopter, et puis, finalement, décide de faire comme d'habitude...

- Ha? Je... Suis ...

Il s'arrête, conscient de la bêtise de son action. Il tourne les talons et avance, tant pis. Il ne répond pas plus et se dirige, à la suite de Tatsuya, sans parler. Par chance, l'ascenseur est déjà la. Il a toujours l'étrange impression que la monté est plus lent que la descente. D'un coté, c'est mieux pour lui. Il n'aime pas trop les ascenseur; Personne ne parle, et c'est petit. Quand les portes s'ouvrent enfin, il observe le blond, sortir rapidement de l'ascenseur, et, à pas rapide, se dirigé vers le chemin, diamétralement opposé à leurs appartement. Il lève un sourcils. Pourquoi n'a t'on pas livré les affaires en bas de l'immeuble? Surtout si c'est des cartons. Sa serais plus facile non? Il garde sa question pour lui, se contentant de suivre Tatsuya.

Il fait beau dehors. Les gens sont de sortie et la rue grouille de monde. Ce n'est pas aussi animé qu'à Kabu-chô, il n'y a pas les cris des gyaru hystérique et des rabatteurs de boite à sexe, mais c'est tout aussi agréable. Il hume l'odeur familière des marchants de fruits au alentour. C'est vrai que la saison des fraises arrive à grand pas. Il ne peu s'empêcher de sourire, il adore les beaux jours. Le temps de manger des plats brulants ou des glaces extra froide. Des fruits à gogo et des Udon... Ouais, il adore. Il enfonce jette sa cigarette, s'en prendre la peine de l'écrasé, et enfonce ses mains dans ses poches.

- Faudra qu'on aille faire les courses tout à l'heure tu veux? J'ai envie de manger un Yakisoba et un Kakigori.

il réfléchis un moment. Il ne fait peut être pas assez chaud pour un Kakigori non? Les vendeurs ambulants ne sont pas encore de sortie, et il est hors de question qu'il achète de la nourriture déjà fait chez autre qu'un vendeur ambulant. Il réfléchis à sa, quand, Tatsuya s'arrête brusquement.
---------
TATATAM XD je voulais pas parler du client ni des cartons avant que t'ai posé la trame donc bon. Désolé du temps, mon ordi à bugué un grand coup x___x"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Sam 22 Mai - 23:54

Il voit ses joues s'empourprer et un sourire se dessine sur ses lèvres. Ça risque de s'avérer très drôle, si à chaque compliment qu'il lui fait, il peut voir du rouge apparaître sur le joli visage de son colocataire. C'est une chose dont il va user et abuser !

Dans l'ascenseur, tout est calme. Il pianote nerveusement sur les parois de la cage, autant à cause du stress d'être enfermé dans un endroit aussi petit que du fait de voir son client dans quelques instants. Ce n'est pas son client qui lui fait peur, mais plutôt la peur de se trahir, et qu'au final l'autre connaisse son nouveau lieu de vie. Les portes s'ouvrent sans qu'ils n'aient échangé un mot. Il s'avance dans la rue, s'éloignant peu à peu de l'appartement. L'autre ne doit pas comprendre. Il lui expliquera plus tard, et s'excusera. Pour l'instant, il doit juste trouver son client. Arata se met à son niveau et lui pose une question. Sans réfléchir, il répond.

-D'accord, je veux bien, mais il ne faudra pas qu'on reste traîner trop tard, je devrai aller bosser, j'ai un rendez vous vers 23h00. Enfin, tu sais sûrement ce que c'est, avec Ryu...

Voilà, il l'a dit. A demi-mots, mais il l'a dit. De toute manière, il l'aurait bien vu ce soir, quand il serait sorti avec sa tenue. Alors autant le préparer doucement à cette idée, ne pas tout lui balancer à la gueule d'un coup. Il espère que ça ne va pas le choquer de devoir partager son appartement avec une pute. Enfin, ce n'est pas comme s'il ramenait ses clients chez lui, mais ça, il ne peut pas encore le savoir. Oh, il comprendra surement. Après tout, Ryu n'avait-il pas dit qu'il est au courant et que ça ne pose pas de problème ? Pourquoi le lycéen lui aurait-il menti ?

Brusquement, il s'arrête. Il est là. Il reconnaît sa petite voiture. Il respire avant de coller son sourire charmeur et son expression la plus sexy possible sur son visage. Après tout, il est habillé en tenue de tous les jours, il doit donc mettre le paquet sur son physique. Une soudaine boule se forme dans son estomac. Et si son client ne le trouve pas beau et face courir le bruit qu'en réalité, il n'est pas beau ? Il serait fichu, il se retrouverait sans travail et ne pourrait plus payer cet appartement qui le fait déjà rêver. Il secoue la tête légèrement. Non, personne ne peut lui enlever sa beauté. Encore moins un idiot comme lui. Il prend sa démarche la plus féline et se dirige vers la voiture. L'autre en sort. Non, c'est bon, vu l'expression béate qui s'est invitée sur son visage, il n'a pas l'air d'être déçu du spectacle. Avec son air de supériorité, il regarde son client se précipiter maladroitement vers le coffre pour sortir ses affaires. Il aime ces moments là, il se sent invincible car le plus fort et le maître du jeu.

Le client referme son coffre et s'approche de lui. Il réclame une petite avance sur la nuit qui lui a été promis. Alors il se colle à lui et tend ses lèvres, glissant en même temps ses grosses mains sur les fesses de Tatsuya. Ce dernier pose un baiser à l'extrémité de sa bouche, autant sur la peau de sa joue, et lui adresse un clin d'oeil coquin, un peu comme une jeune fille qui voudrait faire croire qu'elle est timide. Ça à l'air de le satisfaire, car il finit par remonter dans sa voiture et s'en va. On dirait qu'il n'a même pas remarqué la présence d'Arata. Tant mieux. Il ferme les yeux quelques secondes, prenant une profonde inspiration pour éviter qu'une moue de dégoût ne vienne défigurer ses jolis traits. C'est peine perdue, mais tant pis, il aura essayé. Il les rouvre et arbore un immense sourire.

-on y va ?

Il vérifie que l'autre est bien parti et attrape la poignée de sa valise sur laquelle repose un des cartons. Il se redresse et sourit à nouveau au plus jeune.

-Je suis désolé, on va devoir porter un peu ces cartons, mais tu comprends, je ne veux pas qu'il sache où j'habite. Je préfère garder ce lieu secret. Tu ne m'en veux pas j'espère !

C'est vrai que faire porter des cartons à quelqu'un qu'on ne connaît presque pas, ce n'est pas très correct. Mais tant pis, il n'a pas d'autre solution. Alors il indique le carton qui reste à Arata, un grand sourire, faux, sur les lèvres. Oui, il n'a pas tellement envie de sourire. Il aurait préféré qu'il ne voit pas ce vieux dégueulasse poser ses mains sur lui. Mais bon, c'est comme ça. Alors vite, il part les bras chargé de ses affaires vers ce cocon qui va lui paraître bien réconfortant après ces horribles instants.

Sa valise est vraiment lourde. En même temps, elle est remplit d'habits, de chaussures et autres accessoires de mode. Et ainsi que de nombreuses de tenues à thème pour ses clients, avec une multitudes d'autres gadgets, des sex-toys en tout genre. Oui, il va attendre un peu avant d'ouvrir cette valise. Attendre que la porte soit fermée. Car même si l'autre va être au courant de ses activités nocturnes, ce n'est pas une raison pour qu'il voit le côté glauque de la chose. Les objets, les clients bizarres, à la trappe. Il ne verra que son corps à peine recouvert de tissu, ses cheveux parfaitement coiffés et son maquillage le changeant radicalement. Il verrait uniquement le côté sexy, sans être vulgaire, qu'il utilise dans son métier. Oui, c'était la première et dernière fois qu'il verrait Tatsuya face à un de ses clients. Du moins, il l'espère...

--------------
voilà, trame plantée =D j'espère que j'ai pas mis trop de bêtises, vu que je relis pas. Je viens de voir que dans le précédent post, j'ai mis "comprendre" au lieu de "confondre"... huuum !!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Dim 23 Mai - 1:16

C'est dit tellement naturellement que, s'il n'y avait pas prêté attention, il n'aurait pas compris. D'un coup, tout devient plus claire. Les pièces du puzzle s'aligne doucement, et tout devient même évident. Comment Ryû aurait il pus connaitre un homme comme Tatsuya autrement ? Bien sur il aurait pus être son client... Si Arata ne connaissait pas l'exact type des clients du petit. Les grands, violent de préférence. Il retiens un soupire, non, vraiment, la, sa colle parfaitement. Il ne veux pas gêner Tatsuya, en plus, ce n'est pas comme si c'était une information si horrible que sa, c'est juste un métier comme un autre. Il acquiesce en silence. Oui, il est habitué. Parfaitement préformé, aux sortie nocturnes, et au rentré au aurores. A l'odeur acre de sueur et de sexe imprégné sur les vêtements, au corps rouge de coup, griffure, morsure, au lèvres rouges et gonflé de baisé, au cheveux en bataille et à l'air agars. Parfaitement habitué. Il espère juste que Tatsuya ne soit pas comme Ryû. Il ne supporterais pas de se disputer avec lui tout les soirs. Parce que c'était ainsi, les rares fois ou le plus jeune viens dormir à la maison, après une nuits de plaisir violents. Il reviens, ravagé, presque nus, blessé, et s'énerve. Affirme que c'est SON choix et qu'il n'a pas à dire sont mot la dessus, qu'il n'a aucune raison de s'inquiété et qu'il gère tout. A sa, Arata répond toujours la même chose. Il a peur. Peur de le perdre, de le voir mourir pour des conneries. Sa finit toujours pareille. Crix, pleure, encore cris, crise, et puis, il finissent par ne plus dire un mot et s'occuper, puis à s'endormir en larme dans les bras l'un de l'autre. Au petit matin, c'est comme si rien ne s'était passé. Vraiment... C'est déjà assez dur de tenir avec Ryû, supportera t'il un autre comme lui? Qui refuse tout aide? D'entendre raison? Pourtant...

Il s'arrête. Un homme près d'une voiture semble reconnaitre Tatsuya. Ses petits yeux sont soumis et plein de désire. Il décharge le coffre de sa voiture maladroitement, avant de poser une mais baladeuse sur le corps du jeune homme. Il l'embrasse. Arata assiste à tout sa en silence, et, regrette sur le coup de ne pas avoir pris son paquet de cigarette. L'homme s'en va, tant mieux. Tatsuya se retourne, et arbore un immense sourire. Trop immense.

Et Arata comprend. Tatsuya est aux antipode de ce qu'est Ryû. Le coeur de Arata se serre. Se sourire est si faut... Il en déduis que ce n'est pas par "plaisir" qu'il fait cela, et, peut être est ce méchant, mais cela lui fait plaisir. Ou plutot cela le rassure. Tout le monde n'est pas si pourris que sa alors dans cette ville? Il y'a encore du bon? Même chez ses gens vivants la nuit? Tatsuya parle vite. Il a l'air moins heureux et moins à l'aise que tout à l'heure. En même temps, c'est compréhensible, ce n'est pas vraiment un sujet "abordable", surtout avec quelqu'un qu'on connait à peine. Arata soupire, et, attrape d'un coup le poignet de Tatsuya, t'en pis pour sa valise.

Il reste quelque seconde comme sa, à regarder le plus âgé dans les yeux. A chercher une lueur dans ses yeux... Mais il ne vois que de l'incompréhension. De son autre main, il replace une mèche de cheveux blonde. Sans quitté le quitté des yeux il commence.

- Ne te force pas à sourire. Soit triste, ou en colère, ou ce que tu veux, mais ne fait pas semblant. Tu es mille fois plus beau quand tu souris sincèrement tu sais. Et puis, sa ne me dérange pas. Comme tu l'a dit je suis "habitué", et puis, c'est ton choix de vie et je n'ai rien à redire la dessus.

Il ne dit rien de plus, et se penche sur la valise, qu'il attrape dans sa main. De l'autre, il soulève le plus lourd des cartons et le coince sous sa hanche. Sa va, ce n'est pas aussi lourd que ce qu'il pensait au départ. Il marche doucement, dans le chemin inverse. Mieux valait rentré à la maison. Il regarde le ciel, toujours aussi brillant. C'est sa la magie des nuits de printemps. Vraiment... Tatsuya est vraiment le contraire de Ryû. L'autre, n'a jamais hésité à ramener certain "conquête" à la maison, et même, à viré Arata de chez lui pour être tranquille. Il souris doucement en pensant à sa. C'est bien que l'homme veuille garder son... Enfin leurs intimité. Vraiment. Cette collocation promet d'être intéressante. Surtout qu'il se sent de plus en plus à l'aise avec Tatsuya. A pas rapide, il arrive devant la porte d'entré. Ce n'est que arrivé dans le hall qu'il s'autorise à déposer les cartons à terres. Il prend la peine d'appeler l'ascenseur avant de lancer :

- Finalement je vais préparer un Hayashi Rice. J'achèterais les ingrédients pour le yakisoba en rentrant du bar. Si... Tu as envie de parler, ou autre chose... j'veux dire, en revenant du travail, tu peu toujours frapper à ma porte, j'ai le sommeil plutôt lent.


Il souris doucement, tendis que les portes de l'ascenseur s'ouvre. Oui... sa promet. Après tout, il a enfin trouver un colocataire. Quelqu'un, autre que sa console, avec qui il pourra passé le temps lors de ses insomnie du à ses terreur nocturne. Il réfléchis un moment. Une fois dans l'appartement il faudra qu'il lui donne ses horaires et son emploie du temps de la fac. Il le note dans un coin de sa tête, tout en chargeant les cartons dans l'ascenseur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Dim 23 Mai - 2:24

Ces doigts chauds sur son poignet, cette main écartant ses cheveux, ils sont tellement inattendus. Arata le regarde, il a l'air de chercher quelque chose en lui, comme si ses yeux pouvaient parler et exprimer quelque chose de particulier. Mais là, il ne sait plus. Comment réagir ? Il l'a pris par surprise. Il pensait qu'ils allaient juste remonter, en silence, et qu'ils vaqueraient à leurs occupations en attendant d'aller manger. Et puis il a l'air tellement renfermé sur lui-même, timide ? Alors qu'il établisse un contact physique comme ça, en plein milieu de la rue, c'est plus que perturbant.

« ne fait pas semblant ». Soudain, un grand poids se fait sur son coeur. Ou qui s'enlève ? Il ne sait plus trop. Il ne s'attendait vraiment pas à ça, alors maintenant, il est désarçonné. Triste ? Non, il ne l'est pas vraiment, en colère non plus. Il est juste... indifférent. Il s'est fait une raison, depuis le temps. Dégoûté aussi. Ce n'est pas normal que ces cinquantenaires bedonnants le touchent, le caressent. Mais c'est comme ça. Et puis, c'est ce qui paye son loyer, alors il ne se plaint pas.

Mais pourtant, sourire, c'est sa manière à lui de tenir. De se dire ''c'est pas grave, tu rebondiras et ça ira mieux''. Mais ce qu'il lui a dit le touche tellement que les larmes lui viennent aux yeux. Quand était-ce la dernière fois que quelqu'un lui a parlé comme ça ? Au tout début de son arrivée à Tokyo ? Quand il était encore avec ses amis... Avec Mitsuno ? Il se mord la lèvre en pensant à elle. Quand il l'avait rencontré, ça ne s'était pas passé de cette manière. Cette ancienne amie n'avait pas été aussi compréhensif que cet 'étranger'. Intérieurement, il remercie Ryu. Pour cet collocation bien sûr, mais aussi pour avoir 'préparé le terrain'. Grâce à ce client dégoûtant qui avait tant insisté pour l'envoyer dans cet hôtel, il avait pu rencontrer deux personnes qui, il en est sûr et certain, vont beaucoup compter pour lui.

Il regarde l'autre porter ses affaires et commencer à avancer, comme si de rien n'était. Il se reprend et se presse de revenir à son niveau, le deuxième carton entre ses bras. Sans un mot, il le suit, la tête baissée. Que dire de toute manière ? Il n'y a pas de mots assez forts pour exprimer sa reconnaissance. Alors il se tait, se contentant de le suivre. Il se demande bien qui est cet homme. Il semble complexe mais simple à la fois. Bah, il a tout le temps pour apprendre à le connaître. Surtout si celui-ci passe ses nuits debout.

Ils se sont arrêtés devant l'ascenseur. Il garde toujours la tête baissée. Il n'arrive pas à relever la tête. Il ne veut pas croiser son regard. Il sait qu'il arrivera tout de suite à déceler ce qu'il pense, ce qu'il ressent. Et ça, il ne le veut pas. On ne doit pas savoir ce qu'il cache. C'est sa fierté qui est en jeu. Alors entre baisser la tête ou se faire déchiffrer, son orgueil préfère encore qu'il regarde ses pieds. Pourtant, il l'a redresse quand l'autre lui parle.

-ça me va aussi. A condition qu'on mange sur le balcon. Je te préviens tout de suite, je vais passer ma vie dessus !

Oui, dans sa tête il a déjà prévu que le lendemain, quand il se réveillerait, il irait directement sur le balcon avec des coussins et il resterait y paresser, se prélassant au soleil, qui avait intérêt à être présent, tout en lisant un bon bouquin. Ça serait parfait. Puis, quand il arriverait enfin à se bouger et à se lever, il irait sûrement dans un magasin d'aménagement et achèterai quelques gadgets, ou meubles manquant. Peut-être que l'armoire ne sera pas assez grande pour tout mettre dedans. Et puis, il aurait besoin d'un coffre fermant à clef pour mettre ses 'outils de travail'. Pas question qu'Arata tombe dessus un jour, si jamais il cherche quelque chose ! Ils s'engouffrent dans l'ascenseur et c'est reparti pour une montée vers le cocon tant attendu. Il fait une moue avant de tourner la tête vers son colocataire.

-Dis, tu sais faire des trucs avec du chocolat ? J'adore manger du chocolat la nuit, surtout quand je rentre du boulot. Ça fait du bien, même si ça fait grossir. Bah, dans ce cas, je peux toujours me faire vomir, pas vrai ?

Ils arrivent à leur étage. Il attrape son carton et se dirige vers la porte. Il l'ouvre et inspire à nouveau l'air de ce nouvel espace. Ça y est, il est chez lui. A la maison. Mettre ce mot sur autre chose que son ancien studio miteux est déjà à lui seul une grande satisfaction. Il pose ses affaires, il s'en occupera plus tard, et se dirige vers le balcon, non sans avoir pris quelque chose d'indispensable après cette 'épreuve'. Une fois à l'air libre, il s'allume une cigarette et en recrache sa douce bouffée, doux poison s'infiltrant dans son corps.

Il croise les bras sur la rambarde avant d'y poser sa tête. Il est déjà fatigué. Pourtant, la nuit s'annonce longue. Il retrouve son client-postier tout-à-l'heure, et il est sûr qu'il ne va pas le lâcher vite. Il va vouloir profiter de sa nuit à fond. Et rien que d'y penser, cela l'épuise. Heureusement, cela ne commence qu'à 23h00, il a le temps de souffler avant. Il faut remercier ce porc qui veut rentrer chez lui pour embrasser sa femme et ses enfants. Rien que d'y penser, ça lui donne envie de vomir. Pensons à autre chose. A cette nouvelle vie, ou plutôt à cette nouvelle partie de vie, qui commence. Son colocataire a vraiment l'air adorable. Une espèce de perle qui comprend sans juger. Une perle rare ? Sûrement, quel genre d'inconnu dirait à une personne qu'il connaît à peine, prostitué de surcroit, de venir le réveiller en pleine nuit pour discuter si ça ne va pas ? Il a vraiment hâte de le connaître mieux. Oui, cela promet de devenir très intéressant...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Dim 23 Mai - 15:10

Arata souris, évitant volontairement de croiser le regard du blond. Pas qu'il est géné ou autre, juste qu'il sent parfaitement les soubresaut du plus âgé dans son dos. Il reporte son attention sur la porte devant lui, et acquiesce doucement. Les plats chaud, il n'y a rien de meilleurs. Surtout que malgré la chaleur, les nuits sont encore plutôt froide. Il souris. Il avait remarqué depuis l'arrivé de Tatsuya, sont attirance pour la terrasse. On aurait dit un gamin émerveillé par son cadeau de noël. C'était amusant, de voir un homme adulte aussi excité. Il acquiesce encore. Lui aussi aime manger sucré en rentrant d'une dur soirée de travail. Généralement, il achète quelque chose dans un convini ou à la sauvette, tout du temps que c'est sucrée. Son coté Otomen, sa il en est sur. Il soupire. Se faire vomir? Sa ne lui fait pas mal? Il imagine très bien l'adulte fatigué, accroupis dans la salle de bain, se vidant de tout et n'importe quoi. Sa lui fait un peu mal, de penser que pour pouvoir continuer à travailler, il doit s'imposer ce genre de chose. Sa vie n'a pas du être facile. Qu'est ce qui peu bien poussé quelqu'un à tomber la dedans? Évidement, pour les gens comme Ryû, c'est un choix. Mais lui? Son air dégoutté le prouve, s'il pouvait faire autre chose, il le ferais. Alors quoi? Rien ne serre de faire la morale, il faudra juste... être détaché, et puis, lui faire oublié, au moins quand il est à la maison, sa condition de prostitué. Oui, assurément, c'est le mieux qu'il y'a a faire.

- Fondu au chocolat. J'ai acheter des fruits hier. Une fondu au chocolat sur la terrasse, sa ira très bien. En plus les nuits sont claire en se moment.


Il souris doucement, tendis qu'il s'engouffre dans l'appartement. Sa va si il laisse les affaires là? Il semblerais que oui. Il observe le blond se dirigé, cigarette en bouche sur le balcon. Il a l'air exténué. Sa a du être une dur journée, ce n'est jamais facile un déménagement. Arata se redresse doucement, enlève ses chaussures, et, pied nus, se dirige vers la cuisine. Hayashi rice, hayashi rice... Il ouvre machinalement les placards et son garde mangé. Par chance il lui reste encore un fond de sauce et de la viande. Il sort les grosses Poêles d'un bras habile, tout en actionnant le réchaud de la machine à faire cuire le riz et le feu de la gazinière. Il vide le fond de sauce dans la poêle tout en sortant les onions. Verser l'huile sur l'autre poêle... Il lève un sourcil. Sa va, se serra vite fait. Il attrape sont tablier et l'enfile. Son tablier, il l'adore. Jaune pastel avec des fraises rose un peu partout. Il prend ensuite un serre tête pour tiré ses cheveux en arrière... Histoire de ne pas avoir de surprise dans la nourriture, et, pour se mettre à l'aise, actionne avec la télécommande, la télé à distance.

Arata adore cuisiner. C'est le seul moment ou il se sent réellement utile. Certaine fois il se demande pourquoi il a fait littérature et pas cuisine? Enfin. Il regarde les onions brunir dans la poêle quelque seconde, avant de les verser dans le fond de sauce avec les champignons et la viande. Plus qu'à attendre que sa cuise. Une chance qu'il prépare la plus part du temps en avance. Une habitude qu'il a pris en arrivant à Tokyô, vu qu'il est toujours occupé. La cuisine le permet de se concentré, de se détendre. Plus il est stressé, plus il cuisine. D'ailleurs, l'arrivé d'un nouvel habitant dans son appartement lui a fait préparé 1 kilo de riz et des dizaine de Tonkatsu, Korrokke, Gyoza, et il ne compte même plus les onigiri. Ce n'est pas vraiment sa faute, il adore manger. Souvent, il remercie le ciel d'avoir une morphologie qui lui permet d'éliminer très facilement. Il tique, la sauce s'assombris. Il souris. Sa a pris encore moins de temps qu'il ne le pensé... 15 minute à peine. Il éteind le feu rapidement et, sort deux plateau du tiroir du dessous. Dessus, il pose deux assiette qu'il remplis de riz, agrémenté d'une louché assez conséquente de viande en sauce. Il pose deux verres, deux cuillère, et un petit bol avec des onigiri à motif et quelque Gyoza. Il réfléchis un moment, et puis finalement, n'en met que dans son assiette. Pas qu'il n'a pas envie de le voir manger, juste, pas envie de le voir vomir tout de suite. Il ajoute quand même 2 gros taiyaki sur son plateaux, au cas ou Tatsuya aurait encore faim. Il souris, et apporte les plateau sur la table basse en face de la télé.

C'est bizarre. Il y'a encore quelque heure, il vivait seul, se levait seul, mangé seul devant sa télé... Maintenant, il vivait à deux. Son coeur se gonfla d'un coup. Sa fait du bien. Tellement de bien de ne plus être seul ! Il s'assoie en tailleur sur le tapis moelleux, et sursaute un peu quand il sent Tatsuya près de lui. Sans quitté la télé des yeux, il pense bon de commencer.

- J'ai cours que dans l'après midi à Takanobaba, j'ai toute l'après midi de libre. Je commence mon travail à 22h45 jusqu'à 2heure du matin à Kabukichô. Le Jeudi je commence le travail à 18h30 et je finit à 23h. Hm... j'ai toujours mon portable sur moi, donc si tu as un problème, oublié t'es clés, ou si un certain emmerdeur blond ramène sa bouille... Tu m'appelle de suite. Surtout la dernière option, c'est jamais bon signe.

Sa vu se brouille un peu. Il se souviens de la dernière visite du blond. Il arrivé à peine à marché et à parler, CE client l'avait complétement anéantis. Comment peu on faire l'amour de façon si violente? Il ne comprendra définitivement jamais. il secoue la tête légérement, ce n'est pas le moment de penser à sa. Du menton, il désigne le téléphone fixe.

- Le numéro c'est 000 000 000 70. C'est facile hein? Il n'y a que mon medecin qui appel, donc sa ne sera pas dérangeant si je ne suis pas la si ? Ah... Et si... C'est un appel de Chiba... Raccroche.


Il trempe sa cuillère dans sa nourriture. Voilà, il avait tout dit, en version "légère", mais il n'y a pas besoin de dire plus non? De toute façon, chaque fois que se téléphone de malheur sonne, c'est mauvais signe. Si c'est son medecin, c'est pour changer de traitement. Et si c'est Chiba... A 80% c'est la mère de Ryû qui appelle pour faire semblant de prendre des nouvelles. C'est tout. Et c'est tant mieux. Depuis son arrivé à Tokyô il y'a un ans, jamais il n'a repris contact avec sa famille. Pas l'envie qui lui en manque non, juste que ce n'est pas une envie réciproque. Il décide de ne plus penser à sa et reporte son attention devant la télé. Il devrait peut être parler à Tatsu? Il respire à fond. Il lui semble qu'il n'a jamais autant parler de toute sa vie. Sa gorge lui fait presque mal. Il aurait envie de lui demander des choses simple comme "tu viens d'ou?" "depuis combien de temps tu es à Tokyô?" mais il se contente de l'observer à la dérobé, un peu gêné. C'est vrai, ce 'nest pas souvent qu'il mange avec quelqu'un d'aussi beau et classe. Si il parle, alors Tatsuya le trouvera surement ennuyeux. Mais s'il ne parle pas, ce sera de même. Son cerveau commence à faire des bulles, il rougis nerveusement, totalement gêné par la situation. Voilà... Il commence à se rappeler pourquoi il passe le plus claire de son temps seul : Il ne sais pas comment gérer se genre de situation. Quel idiot!

------------

héhé \O/ Le retours de Arata le boulet ! Tu va devoir dirigé la conversation parce que c'est... Un boulet! xD Ta vu j't'ai laissé de la marge pour faire ce que tu veux pendant que j'fait la cuisine \O/// ù-ù
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Dim 23 Mai - 16:25

Sa cigarette se consume petit à petit. Toujours la tête entre ses bras, il repense à ce qu'il lui a dit. Il adore ça, les fruits trempés dans du chocolat. Son ventre commence à faire du bruit. Oui, oui, tu vas être rempli, patiente un peu. Il écrase sa cigarette et se retourne. Arata est déjà aux fourneaux. Il rentre dans le salon, prêt à lui proposer de l'aider. Mais quand il le voit cuisiner, il s'arrête. Il a l'air si serein à faire cela. Dans son monde. Il ne va pas le déranger. Promis, il l'aidera une autre fois. Il se dirige alors vers les cartons et ouvre celui contenant tous ses romans. Il en prend un avant de retourner dehors. Il s'allonge alors sur le sol dur, soupirant d'aise. Il a toujours adoré se mettre par terre. Chez lui, avant de venir à Tokyo, il se reposait souvent sur le carrelage, et personne ne pouvait le comprendre. On lui disait toujours qu'il serait mieux sur un canapé, mais il niait. Ici, il était bien. Au plus près du sol, comme s'il en ressentait les vibrations. Comme un fœtus dans le ventre de sa mère.

Le temps passe vite et l'heure de manger arrive déjà. Il se lève alors et va s'asseoir près d'Arata. Il voit son assiette et sourit. Oui, il mérite vraiment le compliment de gentil. Il commence lui aussi à manger, savourant ce que l'autre a préparé. Ryu avait raison, il cuisine vraiment bien. Il l'écoute parler, enregistrant toutes les informations qu'il lui donne. Il tique un peu quand il entend le mot 'emmerdeur'. Ils ont vraiment l'air comme chien et chat ces deux là. Entre l'un qui traite l'autre de boulet et l'autre qui traite l'un d'emmerdeur, il se demande dans quelle sorte de relation il a bien pu tomber. Enfin, ce ne sont pas ses affaires. Il hoche de la tête tout en fronçant les sourcils. Quel genre de médecin appelle son patient chez lui de manière régulière ? Bah, il le saurait bien assez vite, non ? Bon, et pour Chiba... Dans tous les cas donc, il aura à dire que l'autre n'est pas là et qu'il ne veut pas se mêler de sa vie privée, donc qu'ils devront rappeler plus tard. Quoique, apparemment il veut même qu'il raccroche directement au nez, sans même le temps de dire quoi que ce soit. Bah, il verrait bien quand il sera confronté à la situation. Il sourit en voyant l'autre prendre une jolie couleur rouge. Que peut-il bien se passer dans sa tête, à quoi pense-t-il pour réussir à se gêner tout seul ? C'est assez mignon. Il ne prononce pas une parole, Arata à déjà l'air assez mal-à-l'aise avec ses propres pensées, si en plus il lui parle, il n'ose pas se demander quelle couleur il pourrait prendre ! De toute manière, il n'a pas grand chose à dire. Alors il se contente de manger de bon coeur mais cale vite. Il n'arrive jamais à manger beaucoup avant un rendez-vous. Il se force un peu, il ne veut pas vexer son colocataire. Mais il est obligé de s'arrêter.

-Je suis désolé, mais j'ai jamais très faim avant d'aller au travail. Et puis, c'est plus facile de faire de l'exercice quand on a le ventre léger, non ? Mais c'est vraiment très bon, alors je vais mettre le reste au frigo et je me le réchaufferai plus tard, d'accord ?

Pour appuyer ses dires, il se lève et va dans la cuisine. Il regarde l'heure et fait la moue. Tant pis, il retourne s'asseoir près d'Arata, il veut profiter encore un peu de cette tranquillité avant de devoir se préparer. Il s'installe, fixe la télé. Mais vite, il décide de finalement aller se préparer. L'autre n'apprécierait pas qu'il soit en retard, et il le retiendrait encore plus longtemps. Et il ne tient pas à rentrer tard ce soir. Il se lève alors, lance un regard désolé à Arata et va s'emparer de sa valise. Il attrape la poignée avant de se diriger vers la salle de bain. Là, il souffle un grand coup et met son masque d'impassibilité. Il se saisit de sa trousse à maquillage et doucement commence à enlever celui qu'il met dans la journée pour le remplacer par celui de la nuit. Il se remet du fond de teint, refait son trait d'eye liner auquel il ajoute un fard à paupière sombre, mettant en valeur ses lèvres cerises, seules à rester au naturel. De toute manière, les clients n'aiment pas qu'il colle, ni avoir des marques sur leurs chemises trop propres. S'ils veulent du rouge à lèvres, ils ont leurs femmes. Il se saisit de son lisseur et coiffe avec soin ses cheveux.

Chaque détail compte. Ils servent à montrer à quel point il est parfait. Il passe un coup de laque dessus, avant de s'attaquer à sa tenue. Il prend une chemise bordeaux, couleur de l'érotisme et de la séduction par excellence. Lentement, il lace les boutons, la laissant ouverte dans le haut pour garder apparent une partie de sont torse. Puis, le bas. Il attrape son short noir. Cette tenue leur plaît toujours. Lui même quand il l'a vu dans le magasin, a tout de suite su que c'était ce qu'il lui fallait pour faire tourner la tête à ses clients. Il en possède plusieurs désormais, dont certains qu'il a fait lui même en trafiquant des shorts. Cela ressemble à un pantalon dans lequel on aurait découpé une aération pour les cuisses. Sur celles-ci dépasse volontairement un bout de ses bas résilles. Ce genre de détails semblant là comme par hasard, comme s'il ne l'avait pas fait exprès, rendent fous ses clients. Il s'observe dans le miroir. Ça a l'air bon. Il met alors l'ultime détail qui lui donne toute son allure, il se parfume. Une eau sucrée sentant la fleur de cerisier. Simple mais dévastateur. Cela confirme son côté classe. Combien de prostitués mettent du parfum fort, les rendant plus que vulgaire ? Cette simple eau lui permet d'électriser n'importe qui. Se parfum rentre dans les narines mais ne les agresse pas. Et c'est ce qui fait toute la différence.

Il s'inspecte une dernière fois et ressort, redoutant un peu la réaction d'Arata. S'il ose poser ses yeux, sans nul doute qu'il va rougir. Il est si vite mal-à-l'aise. Il traverse le salon en essayant de ne pas trop prêter attention à son occupant et se dirige vers le téléphone. Là, il commande un taxi. Bon, il a encore du temps avant qu'il n'arrive. Peut-il retourner s'asseoir devant la télé ? Il hésite. Il ne veut pas le déranger. Après tout, cela doit être assez troublant comme cela. Oh, il allait oublier de faire son sac ! Il retourne dans la salle de bain où il a laissé sa valise et remplit un de ses sacs à main de tout ce dont il a besoin pour cette soirée. Oh, les outils de travail habituels, des préservatifs, lubrifiant et autres sex-toys. Bon, cette fois-ci, il est prêt. Il reprend sa valise pour l'amener dans sa chambre. Puis, il va dans le salon et fait de même pour ses cartons. Bon, comme ça, ça sera fait. Mais le taxi est encore loin d'arriver. Il décide alors de retourner s'asseoir. Sans oser regarder Arata, il fixe le poste de télévision. Il ne dit rien. De toute manière, qu'est-ce qu'il pourrait bien dire ? Rien, il n'y a juste qu'à constater. N'est-ce pas ce que les yeux de l'autre sont en train de faire en ce moment ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Lun 24 Mai - 1:15

Arata acquiesce lentement. Il s'en serais douté, mais ce n'est pas vraiment grave, il est du genre à pouvoir manger pour deux. Et puis sa lui va très bien si le blond mange ensuite. Du coins de l'oeil, il observe Tatsuya faire plusieur allé retours. Mais au final, n'est ce pas indécent? Il plonge encore une fois sa cuillère dans sa viande avant de resté fixé sur la télé. Après tout, le blond peu bien faire se qu'il veux. Il se demande quand même se que le blond peu bien faire pour mettre autant de temps dans la salle de bain. Bah. Tant qu'il ne se fait pas vomir. Il penche la tête un peu plus sur son assiètte et frotte ses cheveux d'un air las. Il s'inquiète vraiment trop non? Surtout pour un gars qu'il connait à peine. Tout lui sa. Il faut qu'il apprenne qu'on ne peu ni aider, ni sauver tout le monde. Il a toujours était comme sa après tout. Toujours à vouloir rendre service, se sentir utile pour les autres... Et sa lui a plus dé servis qu'autre chose. Il gigote un instant. Pensé à cette époque fait toujours ressurgir quelque picotement dans ses cicatrices. Il fixe la télé plus intensément. Rester seul et penser ne lui apporte rien de bon. Il se demande ce que fait Ryû à cet heure? Surement la tête pencher en arrière à jouir de tout son saoul. Si... Indécent. Il soupire de frustration, et, pour la énième fois, tente de reporter son attention sur la télé. Demain, il faut qu'il aille chez le medecin. Controle de routine. C'est vrai qu'il est plutôt calme ces derniers temps. Depuis qu'il est a Tokyô, son état ne cesse de s'amélioré. Avant il fesait des crise à chaque contrariété. Et pourtant, ce n'est pas la dose de médicament qui a augmenté... Peut être parce qu'il pense moins. Il vois le visage du blond apparaitre devant lui... Et comprend soudain la raison du pourquoi Ryû à toujours refuser d'être trop avec lui. L'inquiétude, le stress et la colère amène à la crise. Hors, quand il est trop avec Ryû, au courant de ses fait et gestes, il ne peu ressentir que sa. Vraiment. Quel... Idiot.

Il plonge sa main sur un onigiri, encore pris dans ses pensés quand Tatsuya refait son apparition. Il ne prète pas attention au début, mais quand le blond viens s'assoir, l'onigiri a du mal à passer. Il reste en suspent, dans sa main, entre le vide et sa bouche, ouverte dans une imitation parfaite du merlans frit. Il ne peu s'empêcher de laissé ses yeux glisser sur le léger décolté, les hanches suave, le short, laissant apparaitre juste ce qu'il faut de chaire. Non, impossible de ne pas y préter attention, Arata à beau être lui, il reste un homme plein d'hormone. C'est gênant. Sa doit l'être pour Tatsuya, d'être ainsi devant lui, alors il n'a pas le droit de rester bloqué comme sa! Mais quand même... Il n'a jamais vue personne comme ça. Ok, cela fait un moment que Ryû pratique l'Enko, mais lui, est 80% du temps en uniforme ou en tenue normal, le faisant le plus possible ressembler à un enfant. La c'est tellement... Sexy ! Le rouge lui vient aux joues aussi vite qu'on prononce le mot "gêne". Il tente de détourner le regard, d'adopter une attitude normal, mais c'est peine perdu. Bon... Concentration, self contrôle... pour toute réponse à ses pensées, il enfonce d'un coup son onigiri dans sa bouche... Puis le verre d'eau qui lui permet de ne pas s'étouffer ! Quel idiot! Il toussote un moment, secouant la tête, avant de regarder Tatsuya dans les yeux, et rien que dans les yeux.


- Je suis... Désolé, vraiment. C'est que sa te va vraiment bien.

Ou que je suis en manque haha. Mais sa, il évite de le dire. Il tente, pour la 100ème fois de reporter son attention sur la télé, mais l'image de Tatsuya est comme gravé sur sa rétine. Sur celle ci, viens d'un coup se posé celle du vieux deguellasse... Et la chaleur retombe de suite. Quel con ! Même si sa lui va bien, c'est fait exprés, pour plaire à ses vieux sans scrupule. Il retiens une moue de dégout avant de retrouver son visage impassible d'Arata. Mieux vaux ne pas orienté la conversation sur ses activités durant la soirée. Et il ne peu pas engager la conversation sur le passé du jeune homme, sans donner un peu du siens... Alors quoi? On est bloqué ? On en reste la et basta ? Non, vraiment, il ne peu pas faire quelque chose comme sa. Il porte un gyoza à sa bouche en silence, sans quitter la télé des yeux. Vraiment, vivre avec quelqu'un en évitant certain sujet, c'est plus difficile que ce qu'il ne le pense. Alors, pourquoi ne pas se lancer ? Il reflechis un moment. Sous-pèse le pour et le contre, et puis, arrête; Réfléchir, ce n'est définitivement pas pour lui.

- Tu aime lire non? J'ai vu que tu avais amené beaucoup de livre avec toi. Dommage que tu n'est pas à la fac, on serais allé en cours ensemble.

C'est vrai, il aurait bien aimé pouvoir parler des cours avec quelqu'un. Sa aurait pus être amusant. Bien sur il y'a Young ju, mais lui fait langue, et, même s'il sont dans la même fac, ce n'est pas pareille. Il lève un sourcil devant une nouvelle pub à la télé avant de lancer :


- Ton client c'est tout de suite la? J'espère que tu ne sera pas trop fatigué, se ne serais pas amusant de manger ma fondu tout seul.


Il dit cela, sans plus de cérémonie, piochant au hasard dans ses gyoza, fixant toujours la télé, riant même à certain passage. Il hésite un peu à tourner sa tête vers le blond. Plus pour son visage que pour le blond en fait. Qu'elle est la dernière teinte de rouge qu'un visage peu atteindre? Il n'a pas vraiment envie d'expérimenter cela en fait, la télé lui va très bien.

-----
fiouuh U.U pas très inspiré la!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Lun 24 Mai - 2:08

Tatsuya ose enfin tourner les yeux vers son colocataire. Celui-ci lui offre une vision assez amusante. Il reste le fixer, sa nourriture pendue dans le vide, attendant de se faire manger, sa bouche ne l'avalant pas mais restant ouverte. Il se permet un petit sourire. Lui ferait-il de l'effet ? Pas aussi insensible qu'il voudrait bien le faire croire, ce Arata. Mais cela lui réchauffe le coeur. Cela veut dire qu'il ne le trouve pas vulgaire, mais sexy. Donc qu'il peut encore séduire des hommes tout à fait normaux, sans envies trop tordues pour être même pensées. Maintenant, il avale sans même mâcher ! S'il doit lui faire la manœuvre de Heimlich à cause de sa tenue trop sexy, cela serait quand même très bizarre ! Il l'écoute en soutenant son regard avant de se laisser aller dans un sourire joyeux et libérateur. Toute la tension de son corps s'évacue soudain. C'est tellement mignon la façon dont il le dit. Il se reprend, se rendant compte de son acte.

-Pardon ! Je ne me moque pas de toi hein. Ça me fait plaisir si tu trouves que ça me va bien.

Il se mord la lèvre, sa bouche s'étirant en un grand sourire qui gonfle ses joues. Le silence se fait à nouveau entre eux, laissant place au fond sonore de la télé. Il l'écoute vaguement, cherchant en même temps un sujet à aborder. Il ne sait pas trop que dire. Il essaye surtout de rester concentrer pour être parfait pour son client. Soudain, l'autre trouve une idée de discussion.

-Oui, j'adore ça. J'ai toujours eu un livre dans la main. Même bébé, tu sais, mes parents m'ont acheté des livres en carton coloré. Je devais être leur fils parfait. C'est un peu raté, non ?

Cette dernière phrase, il l'a prononcé à demi-voix. Oui, l'enfant pourri gâté est tombé bien bas depuis ces années qui paraissent si loin. Irréelles ? Peut être bien. Si ça se trouve, il s'invente des souvenirs, peut-être qu'il n'a fait que lire ces passages de sa mémoire dans des romans sentimentaux. Cela ne fait qu'un an qu'il est monté à Tokyo, pourtant il a l'impression que ça en fait dix. Il secoue la tête. Ça ne sert à rien de penser à cela maintenant, la nuit sera déjà assez longue comme cela, il ne faut pas qu'il s'accable en plus avec de mauvais souvenirs. Il reprend.

-La fac ? Hum, j'aurai vraiment aimé ça. Mais tu sais, mon vrai truc, c'est la photo. Tout mon argent passe là-dedans. D'ailleurs, je vais aller sortir mon appareil. Il ne faudrait pas qu'il prenne un choc.

Il se lève et se dirige dans sa chambre. Il ouvre un carton et en sort le précieux objet. Il revient dans le salon et enlève la serviette qu'il avait enroulé autour de lui pour le protéger. Il faudra qu'il repasse au magasin pour qu'il achète une nouvelle sacoche de protection. La sienne a cassé il n'y a pas longtemps, et il ne peut se permettre de laisser son trésor sans protection. Il le pose délicatement sur la table basse et le caresse du bout des doigts avant de se rassoir. Il réfléchit un peu. Bah, Arata pourra toujours lui raconter ses cours quand il rentrera. Il est sûr qu'il a des milliers de choses plus intéressantes les unes que les autres à lui raconter. Il regarde sa montre.

-Oui, ça va être maintenant... Le taxi ne devrait plus tarder maintenant. Ne t'inquiètes pas, je ne serai jamais trop fatigué pour manger du chocolat ! Quitte à m'endormir avec un fruit encore dans ma bouche. De toute manière, ce n'est pas ce sale porc qui va me crever, tu peux me croire. Tu resteras debout ou je devrais venir te réveiller quand je rentre ?

D'un côté, il préfèrerait que l'autre soit debout. Il n'a jamais aimé réveiller les gens. Il n'ose pas. Car parfois, on dit qu'on veut être réveillé mais au final, on est tellement fatigué qu'on adorerait faire une nuit entière. Mais d'un autre côté, cela l'arrangerait que l'autre dorme. Il ne sait jamais dans quel état il va rentrer, et il aimerait autant que l'autre ne l'entende pas vomir si jamais son client a vraiment été trop dégoûtant pour que son estomac puisse le supporter.

Le téléphone sonne, le faisant sursauter. C'est sûrement le taxi qui prévient qu'il est arrivé. Il se lève et décroche. Oui, c'est ça. Il va dans sa chambre et attrape une paire de chaussures, des petites compensées pratiques, de toute manière, il n'a pas le temps de chercher autre chose. Il va avoir du rangement à faire demain ! Il prend son sac et va se planter devant Arata.

-Bon, j'y vais. Si jamais tu es trop fatigué, te force pas et reste dormir, t'auras qu'à me laisser un mot ! Passe une bonne soirée.

Il dit tout cela sur un ton joyeux, même pas forcé. Il fait une moue amusée et lui ébouriffe les cheveux avant de sortir, ne voulant pas faire attendre son taxi plus longtemps.

~~~plus tard~~~

Tatsuya sort du taxi. Il lève les yeux vers ce qui désormais est son immeuble. Il va retrouver son nid douillet. Et Arata. Cette perspective le fait sourire et il se dépêche de rentrer à l'intérieur.


--------------------

Pas mieux. J'ai passé la nuit, on allait vite tourner en rond sinon, donc fait ce que tu veux =D
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Lun 24 Mai - 18:04

"Je devais être leur fils parfait. C'est un peu raté, non ?" Pointe de mélancolie à peine caché. Il a du tendre l'oreille pour entendre la fin de sa phrase. Il frissonne. Le fils parfait ? Il connait sa, lui le non désiré. Enfin. De son coté, ses parents n'ont même pas tenter de le rendre parfait. Ils pensaient juste à l'ignoré le plus possible. Peut être qu'en l'ignorant, ils pensaient qu'il finirait par disparaitre, comme un mauvais rêve, comme si cette grossesse n'était jamais arrivé. Et même maintenant, il essaye si fort tous, que quelque fois, Arata se demande s'il ne sont pas persuadé de l'avoir fait disparaitre de la surface de la terre. Il souris amèrement, en enfournant une cuillère d'Hayashi rice dans sa bouche. Oui il connait parfaitement se problème, vu qu'il est le symbole vivant du fils raté. Il fixe la télé,

- Ce n'est pas si grave si tu es heureux non?

Il a dit sa, sur un ton neutre. Tellement, qu'il est impossible de savoir si cette réplique est pour Tatsuya ou pour lui même. Il se mordille doucement la lèvre. Quel hypocrite! Si ce n'était pas si grave, son corps ne serais pas plein de cicatrice de toute ses tentative raté. Après tout, c'est le rêves de tout enfant de plaire à ses parents non? Et le rêve des siens, c'est qu'il disparaisse. Pas sa faute s'il a raté, pourtant il a essayer... Très, très, très fort... Et puis, c'était devenus comme une addiction, la douleur prouvé qu'il était vivant, pas invisible, vivant, comme eux. Alors il... Sa vue se brouille légèrement. Il tente d'écouter ce que lui dit Tatsuya, mais c'est comme si le blond parlé très, très lentement. Il sent son sang pulsé dans ses tempes... Non, Non, non, non. Pas maintenant. Il serre doucement la cuillère qu'il a en main, sans quitté la télé des yeux. Non. Il inspire profondément, si il lui demande, il n'aura qu'à dire qu'il a avalé de travers. Il reporte son attention sur l'appareil photo de Tatsuya, tentant tant bien que mal de calmé le bout de colère qu'il sent pointé dans son coeur. Il tente de pensé à des choses agréable comme lui a conseillé son psy. Des fleurs... Des fruits... Cet après midi au campus... Doucement mais surement son coeur ralentis pour retrouver un rythme normal. Sa vu redeviens stable, Il tente un sourire, en observant l'appareil. Hallelujah. Un peu plus et il l'aurait détruit. Il souris un peu plus, fière de lui. Il arrive de mieux en mieux à géré ses accès de colère. C'est une bonne chose.

"Tu resteras debout ou je devrais venir te réveiller quand je rentre ?" Hein? Mince, il n'a pas tout écouté. Il aquièsce lentement.


- Je vais faire la cuisine et surement jouer jusqu'à pas d'heure, ne t'en fait pas pour moi.

Et puis, surtout, Arata dors en caleçon. Mieux valait évité les questions gênante sur son "physique" maintenant. Il se lève, et débarrasse son plateau, tout en continuant d'écouter ce que le blond lui dit. De la cuisine, il lance un "Bonne soirée à toi aussi" Sonore, tendis que la porte se referme sur le blond. Ha... Le calme retombe d'un coup dans l'appartement. Sa fait vide. Il range les restes dans le frigo et fait la vaisselle, un peu rêveur. Tatsuya est gentil. Il faudra qu'il remercie Ryû. C'est rare de tombé sur un colocataire comme ça de nos jours. ... D'ailleurs, cela fait un petit moment qu'il n'a pas de nouvelle du blond. Généralement il reçoit au moins un mail toute les heures. Bizarre. Il doit être avec un client? Il soupire. La vie des deux blond est tellement similaire! Pas entonnant que Tatsuya considère Ryû comme son petit frère.

Tout en pensant à sa, il sort le nécessaire à fondu, et bien sur, l'ingrédient principale, Le chocolat, sur lequel il fait couler la mixture de lait, et crème. Tout de suite, son attention se focalise sur le chocolat. C'est jolie. Ses yeux brillent. C'est tellement agréable de cuisiner... Vraiment. Il attrape le saladier et secoue tout en fredonnant une chanson populaire de "son" quartier.

- Hime to kyasuto no party party~ fever fever kabukichô...

Il s'autorise même une petite danse. Vraiment. Il a beau dire, à force de trainé chaque nuit dans la mini capitale du sexe, il s'est imprégné de certaine chose, dont ce genre de chanson débile, scandé par des groupes d'Hosts en manque de clientèle. Il ris doucement en imaginant Young ju ou Ohashi danser sur se genre de chanson débile... ah...


- Ha ! Sa brule.

Doucement, il verse le chocolat dans le récipient brulant fait pour. Il s'active, et sort les différents fruits qu'il épluche et coupe de différente manière. Puis, il apporte le tout sur une table pliante. Son équilibre est précaire, mais il arrive sans encombre jusqu'au balcon ou il pose le tout. Il lève la tête. D'ici on ne vois pas les étoiles. Dans sa ville natal, il suffisait de lever les yeux pour les voirs. A Tokyô, l'air est tellement pollué et saturé qu'il en est impossible. Il soupire, mais bien vite, retrouve un peu d'humeur, en apportant des coussins sur la terrasse. Il jette un oeil à son portable. L'heure tourne plus vite qu'il ne l'a prévus. Il fonce tout droit à sa chambre, enfilé quelque chose de plus confortable. Un bas large de pyjama et un t-shirt feront très bien l'affaire. Et tant pis si sur le t-shirt il est écrit "I'M HORNY". Après tout, ce n'est pas lui qui choisi ses fringues ! Il traverse le salon, et s'assoie au bas de son canapé en soupirant d'aise. Au final, la journée à était plutôt longue. Une chance qu'il est pris sa journée ! Il attrape la manette de sa console, en se redressant légèrement. Bon, il est temps de leurs régler son compte à ses méchant zombie !

------

Combien de temps a t'il joué? Il lui semble des heures ! Il écarquille les yeux, en regardant son personnage marché droit dans un mur. Ho? Il a du s'endormir, rien de bien grave. En fond, la chanson Love dokkyun tourne toujours en boucle.

- Fever... Fever... Kabu... chô...

Sa voix est toute endormis, il a quand même la présence d'esprit de mettre pause avant de se levé. Après tout il a une fondu qui l'attend ! Il frotte ses yeux endormis, quand la porte s'ouvre et se referme aussitôt. Il lève un sourcils. Déjà? Il est si tard? Il souris, en regardant le blond, et lance d'une voix un peu endormis mais enjoué:

- Okaeri .

Sa fait bizarre d'accueillir quelqu'un. C'est la première fois. Même chez ses parents il ne le faisait pas. Il traverse la pièce et va directement sur le balcon, agité un peu le chocolat fondu. Il ne prend pas la peine d'éteindre ni la musique, ni la télé. Tant pis, il le ferais après, pour l'instant, il n'a qu'une envie : Manger ! Et peut être discuter si Tatsuya est d'attaque?

------------------

YOSHA xD Haan chui contente de réussir à placé Love Dokkyun
*O* bon, à toi de jouer maintenant !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Lun 24 Mai - 18:49

Dans l'ascenseur, Tatsuya ne peut retenir ses larmes. Qu'il déteste ces moments là. Il est tellement fatigué que ses nerfs lâchent et il se met à pleurer. Et puis, il y a autre chose. Il ne s'est pas rendu compte qu'avoir un cocon, c'est aussi dur à gérer qu'un studio sale. Parce que bien qu'il lui offre une échappatoire, il lui renvoit aussi à la figure sa condition, et que malgré tous ses efforts pour une vie privée normale, il ne reste qu'une pute. Il arrive devant la porte et entre. L'autre est là, dans le salon, c'est comme s'il n'était sorti que deux minutes. Il oublie ses mauvaises pensées : il y a quelqu'un qui est heureux de l'accueillir maintenant. Et ça lui réchauffe le cœur. Il essuie ses larmes d'un geste vif avant de poser son sac et retirer ses chaussures. Ah, cela fait du bien de marcher un peu pieds nus.

Il regarde l'autre s'agiter. C'est vrai, ils ont prévu de manger. Il esquisse un pale sourire avant de s'éclipser discrètement aux toilettes. Il a des hauts le cœur. La journée a vraiment été très longue et très épuisante, autant physiquement que moralement. Il a cru que l'autre ne le laisserait jamais partir. Il ne cessait de sortir ses billets, encore et encore, comme s'il en avait pour le garder des semaines et des semaines. Mais il a fini par être enfin satisfait, ou à court d'argent. Cela l'avait tellement dégoûté, et il avait tellement envie de rentrer vite qu'il s'était rhabillé vite fait, sans prendre de douche et s'était engouffré rapidement dans son taxi. Maintenant, il se dit qu'il aurait peut-être du prendre cette peine. Après tout, il ne vit plus seul, et l'odeur du sexe et de la perversion est forte risque de gêner son colocataire. Bah, il verra bien. Agenouillé devant la cuvette, une main tenant ses cheveux, il rejette tout ce qu'il peut trouver dans son estomac. C'est à dire pas grand chose. Cela lui brule la gorge, mais il ne peut s'en empêcher. Son corps ne lui appartient plus. Et étrangement, cela le soulage un peu. C'est comme s'il se vidait de toutes ces horreurs que lui a fait subir son client. Cela lui prouve qu'il n'est pas encore habitué à tout cela, et donc qu'il peut encore s'en sortir, puisque cela le dégoûte au point de le faire vomir.

Il se redresse. Ça y est, c'est passé. Il tire la chasse avant d'aller se rincer la bouche. Il croise les doigts pour que l'autre ne l'ai pas entendu. Il évite soigneusement de se regarder dans le miroir et fini par retourner dans le salon. Arata est déjà sur la terrasse. Ça doit être assez loin pour qu'il ne se soit rendu compte de rien, non ? Il le rejoint sur le balcon et lui adresse un grand sourire. Ça y est, ça va commencer. Il va oublier. Il désigne de la tête la préparation.

-Alors, on se la fait cette fondue ?

Il baisse les yeux et aperçoit le t-shirt d'Arata. Il rigole doucement en le regardant. C'est assez surprenant de le voir avec ce genre d'inscription. Il n'a pas l'air d'être le genre à exprimer ce qu'il pense, surtout avec ce sujet là ! Cela serait plus le genre de Ryu, il pense. Ou même le sien. Il se rend compte qu'il ne sait même pas de quel bord est son colocataire. Peut-être que cela ne le regarde pas vraiment. Il hausse des épaules et décide de se moquer gentiment de lui.

-Je suis ravi de l'apprendre !

Il lui fait un clin d'oeil avant de s'installer à son tour. Il sort une cigarette de son paquet et l'allume. Il recrache avec délectation la fumée. La première bouffée est toujours la meilleure. Surtout après une soirée comme celle-ci. Il coince sa cigarette entre ses lèvres et se penche un peu pour détacher le bas de son pantalon et enlever ses bas. Il a la flemme de se lever pour se changer, alors tant pis, il restera en short et en chemise. Il tourne la tête vers Arata et sourit doucement. Il est content d'être ici. D'ordinaire, il aurait traîné pour rentrer, son studio miteux étant au final aussi horrible que les loves hotels où il passait la nuit. Là, c'est différent. Il est bien... Et puis, il y a du chocolat !

-Alors, tu as passé une bonne soirée ?

Il regarde le ciel. Noir intense. Oui, les étoiles lui manque. Bah, il n'y a qu'à regarder les lumières de la ville et faire comme si. Non, ce n'est vraiment pas pareil. Mais on ne peut pas tout avoir. Il a choisit de monter à Tokyo, il faut l'assumer maintenant. Il ne le regrette pas tellement, et ce ne sont pas quelques lumières qui lui feront faire demi-tour. Il soupire et plonge sa tête dans ses bras, ne laissant dépasser que ses yeux. Sa cigarette est déjà presque terminée. Elles se consument toujours trop vite à son goût. Il ne reste plus qu'un mégot bon à écraser. Il le met dans un coin, se rappelant de sa place pour ne pas oublier de le jeter plus tard.

-Je suis désolé, je ne dois pas sentir très bon. Moi je suis habitué maintenant...

Oui, cela le dérange un peu. Il est prêt à se précipiter sous la douche si l'autre le lui demande. Mais il espère tout de même qu'il ne le fera pas. Son corps lui semble si lourd, il ne sait pas comment il fera pour se lever. Il pourrait toujours dormir là, la nuit n'est pas si froide. Pour l'heure, il a autre chose de bien important à faire : manger. Et oui, il n'a plus rien dans son ventre, et celui ci crie famine. Rien que d'imaginer le goût du chocolat mélangé au fruit fondant sur sa langue, l'eau lui vient à la bouche. Si chaque soir, c'est ainsi, il sera le plus comblé des hommes. Ou presque. Mais il ne faut pas penser au point négatif maintenant. Il faut juste profiter de la soirée et de la compagnie agréable qu'on lui a donné. Il faut vraiment qu'il remercie Ryu. Il n'aurait pas pu espérer meilleur colocataire. Oui, vraiment, merci Ryu.

----------------
j'ai envie de fruit avec du chocolat moi maintenant ç_ç
t'es sophistiquée dis donc, moi j'en ai pas de machine à fondue, jfais au micro onde (avec du beuuuurre !! pas bretonne pour rien)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Lun 24 Mai - 23:18

Le chocolat fume doucement dans le récipient. Avec la flamme qui s'agite comme sa, sa parait magique. Dans son village natale, il se fait souvent se genre de soirée, près de la mer... La mer. Il a vécue tellement longtemps dans cette petite ville sans jamais la voir ! Si il a un seul regret de son départ de Chiba, c'est sa, la mer. Il remue un peu le chocolat. C'est agréable. En fait, de puis qu'il a emménage, jamais il n'a profité de la terrasse. Il ne voyait pas vraiment l'intérêt. Maintenant il comprend comme se petit bout en plein air peu être agréable dans une ville étouffante comme Tokyô. Il souris doucement, en s'imaginant bien y mettre du sable. Quel idée stupide! Il attrape une fraise qu'il mange, sans prendre la peine de la faire coulé dans le chocolat. Tant pis ! Les fruits frais, après la chaleur, c'est ce qu'il y'a de meilleur.

Tatsuya arrive, tout sourire. Ha? Sa fait du bien de le voir sourire. Le brun acquiesce doucement. Il n'attendait que lui pour s'attaquer à la fondu ! Il lui tend la petite fourchette. "Je suis ravi de l'apprendre !" Il lève un sourcils. Quoi? Il suis un moment le regard rieur du blond, et soudain il comprend. Ha......... Évidement. Ses joues se colore légèrement tendit qu'il passe une main lasse dans ses cheveux. Ha... Un jour il tuerais Ryû. Un jour. En attendant, il se contente de sourire gêné, tout en trempant un morceau de pomme dans le chocolat fondu.


- Ha... C'est pas ce que tu crois. Vraiment ! C'est Ryû qui m'habille, parce que "je n'ai aucun goût vestimentaire". Et puis, comme je suis un peu flemmard de ce côté la, sa me va très bien. Malheureusement je n'ai pas trop eu le choix du message.

Il mange le morceau de pomme chaud rapidement. Il faudrait qu'il règle cette histoire de t-shirt avec Ryû. Encore heureux que ce ne soit que des t-shirt pour dormir! Il ne compte même plus les objets douteux à message subliminaux que lui offre le petit blond. Pour quelqu'un d'aussi effacer et timide que Arata, c'est un vrai comble. Il hausse les épaules, laissant échappé un bâillement.


- J'ai joué à la console une bonne partie de la nuit et j'ai du dormir l'autre partie haha, soirée tranquille. Sa me change.

C'est vrai que avec le bar, rare son ses soirée tranquille. Entre les clients sous qui lui fond des avances, et ceux qui sont carrément méprisant... Le rangement et les cocktails! Ses soirées ne sont jamais vraiment calme. Il observe calmement, le corps longiligne de Tatsuya se recroquevillé sur lui même. On dirait un enfant dans cette position. Sa donne envie de le prendre dans ses bras et de lui caresser les cheveux jusqu'à ce qui s'endorme. argh. Encore son coté "mère poule" qui ressort. Il lui souris tranquillement. Sa soirée semble avoir était très mouvementé. Évidement, Arata est loin de s'imaginer ce qu'il en retourne, vu qu'il ne connais rien de ce "monde la". Mais il peu très bien imaginer. Il frissonne. Le mieux à faire, est encore de rassuré et de changer les idées au blond.

- Hm hm. Sa va, j'ai connus pire tu sais? Tu t'imagine même pas l'odeur horrible qu'un homme peu avoir après s'être vomis ou fait dessus. Évidement, au préalable imprégné d'alcool. ... Ne t'en fait pas pour ces petits détails ok? On mange?

Joignant le geste à la parole, il plonge des morceaux de bananes. Le chocolat coule en filet le long de la fourchette... Il plonge la tête la première pour n'en perdre aucune miette. Le chocolat chaud coule lentement le long de son menton, abonde la commissure de ses lèvres. Quel boulet! Même manger il a du mal. Il souris, se retenant le plus possible d'éclater de rire et de renverser tout le chocolat. Il plante ses yeux dans ceux de Tatsuya et pose l'assiète de fruit entre eux deux. Il tente de se faire le plus rassurant possible, après tout, c'est normale que Tatsuya se pose des questions, il ne le connait pas. Il ne sais pas à quel point il est... Facile à vivre.
------------

DODO en plus demain je taff tot ! argh c'est nul -_-"
deja la page 2 ? O.O ouah!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Mar 25 Mai - 19:49

Il attrape la fourchette en regardant l'autre se colorer. C'est chou. Il est vraiment à l'inverse de Ryu. Quand on parle du loup...

-Oh, tu fais ce que tu veux avec tes fesses, ça ne me regarde pas après tout ! Bah, imagine qu'il fait ça pour essayer de te caser, ça sera plus simple ! Mais j'en sais rien, peut-être que tu as déjà trouvé un monsieur Ishidaira ? Ou une madame, après tout... J'ai tendance à oublier que tout le monde n'est pas gay comme moi.

Allez, ça fera déjà une chose de plus connue sur le jeune homme. Tout de fois, il espère que celui-ci ne lui avouera pas une attirance pour les femmes. Devoir supporter l'une d'entre elle en tant que petite amie de son colocataire lui fait déjà froid dans le dos. Depuis toujours la présence des femmes le dérange et le met mal à l'aise. Ou du moins, depuis la naissance de sa sœur, le faisant ainsi passer au second plan dans le cœur de ses parents. Oui, il n'aime vraiment pas les femmes alors en côtoyer l'une d'entre elle l'irriterait fortement. Tout chez elles l'agace. Leur air idiot, leurs manières affectées et leur voix nasillarde débitant un nombre inconsidérée d'idiotie. Il faut qu'il arrête de penser à ça, cela lui donne de nouveau hauts le cœur. Il plonge un bout de pomme dans le chocolat et l'avale pour contenir ces nouveaux mots d'estomac.

-Hum, ça doit vraiment être épuisant de combiner travail et études, je ne sais pas comment tu fais. Et moi qui te retiens alors que tu dois être fatigué !

Il s'en veut un peu de lui accaparer un son temps comme ça. Il doit vraiment être vraiment fatigué. D'ailleurs, ne vient-il pas de lui dire qu'il s'était endormi devant la télé ? Il n'aurait pas du rester éveillé juste pour partager cette fondue avec lui. C'est vraiment inutile. Mais d'un autre côté, il est heureux qu'il soit là. Heureux d'avoir quelqu'un qui lui dit Okaeri joyeusement quand il rentre, quelqu'un qui partage ses soirées et qui lui cuisine de bons petits plats, même s'il n'en vient pas à bout. Il sourit et regarde son colocataire. Sa présence est vraiment très apaisante. C'est comme ça chez peu de gens. Leur calme créé une sorte d'aura qui rassure toutes les personnes qui les entourent. Il sourit doucement.

-Oh, je crois que je peux très bien imaginer.

Oui, quand il est obligé de faire le tapin dans la rue, il est entouré d'homme saouls, de SDF sales et alcooliques. Il frissonne et rien que d'y penser, une moue dégoutée vient défigurer son joli visage. Heureusement, il a de moins en moins besoin de sortir dans la rue. Il commence à avoir une clientèle fidèle.

Il frissonne à nouveau. Il ne fait pas si chaud que ça finalement. Mais son corps est trop fatigué pour se lever et prendre un plaid. Alors, il resserre ses bras contre lui tout en enfournant du chocolat dans sa gorge, le réchauffant un peu. Il regarde l'autre manger et rigole doucement en le voyant se mettre du chocolat partout. C'est vraiment mignon. Il a une photo de lui comme ça, arrachée en vitesse de ces vieux albums entassés au fond d'une armoire. Le temps où ils n'étaient que trois, où il était le centre des attentions. C'est sûrement de là que lui vient sa passion pour la photo. Ils sont des dizaines, des centaines même, ces clichés le représentant dans sa vie de tous les jours. Il y en a une donc, le montrant bambin en train de manger du chocolat, s'en mettant partout et tendant les mains vers l'objectif, comme fier de lui et de ses bêtises. Il sourit tendrement en pensant à ce cliché. Il a toujours été un grand gourmand. Les yeux toujours posés sur l'homme, il se retient d'attraper le chocolat qui coule le long de ses lèvres. L'autre serait sûrement gêné... Hum, c'est une bonne raison pour le faire alors ! Il se penche alors et capture du bout des doigts le chocolat fuyard. Il les portes à sa bouche tout en lui faisant un clin d'œil, avant de se remettre innocemment à sa place.

Il réfléchit. L'autre doit sûrement croire qu'il essaye de l'allumer. C'est vrai qu'il devait avoir l'air sexy à faire ça, surtout avec la tenue qu'il porte. Cela peut-être assez amusant. Pas forcément très bon pour leur relation à venir, mais amusant. Il se fige un instant. De toute manière, il est une pute, et c'est comme ça que se comportent les putes, non ? Il secoue la tête... Non, Arata n'est pas comme ça. Il a l'air vraiment très tolérant. Après tout, n'est-il pas ami avec Ryu ? Le sourire lui revient aux lèvres. C'est tout de même agaçant. Il ne peut pas utiliser son charme naturel pour être sexy sans que l'on rapporte tout de suite cela à sa profession. Lui aime être sexy et être habillé de cette manière ne le dérange pas du tout. Après tout, cela met son corps en avant. Même s'il avait eu un emploi 'convenable', il se serait habillé de cette manière dans son temps libre. Ces jolies tenues lui servent dans sa vie professionnelle ? Tant mieux. Mais il ne veut pas que l'on pense que cette tenue est seulement du à sa condition dégradante de prostitué. Non, il est sexy de nature, et on lui a toujours appris qu'il ne fallait pas changer la nature d'une belle fleur.

----------------------
uép, déjà ! c'est fou comment ça passe vite !
Et la photo décrite, elle existe vraiment, mais c'est moi dessus... Je la scannerai si jsuis motivée
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Mar 25 Mai - 22:33

Arata secoue la tête négativement. Ryû? Lui trouver quelqu'un? Quel blague. L'égoïsme du garçon est tel qu'il serais capable de l'enchainé pour le restant des ses jours du moment qu'il ne soit que à "lui". Sa en est presque malsain. Maintenant qu'il y pense, se serais fort probable que Ryû l'ai présenté à Tatsuya pour les garder tout deux sous la main. Le blond à l'air plutôt proche du gamin, et puis, se serais tout à fait le genre de chose que penserais son esprit tordu. Certaine fois il se demande qui est le plus malade des deux. Et puis il n'y a pas que sa. Rien que le mot "caser", reste quelque chose de tabou pour le brun. Un rêve inavouable de petit bonheur quotidien comme dans les drama. Deux amoureux qui s'enlace devant la télé, ce genre de chose... Ridicule.

- Il ne risque pas de me caser. Je n'ai pas de chance avec les hommes...

Comme ça c'est claire. En fait, il ne sait jamais posé la question de savoir s'il aimé les hommes ou non. Le fait est qu'il n'a jamais rien ressentis pour le sexe féminin. Bien sur on pourrait remonter à sa mère tout sa, comme dans les cliché, mais il n'en ai rien. D'aussi loin qu'il se souvienne, son coeur à toujours battus pour les hommes. Il a longtemps pris sa pour de l'admiration... Mais en grandissant, cette "admiration" c'est mué en quelque chose d'autre. Il n'a pas était plus tourmenté que sa, c'était dans la suite logique des choses. Néanmoins, il n'a jamais pris la peine de penser à des choses comme "l'amour". Trop occupé à tenter de sauter la vie haha... La seule relation au delà du flirt qu'il a eu avec un homme, c'était... Étrange. Ryû, il faut bien l'avouer. En même temps, depuis leurs première rencontre, et pour il ne sait quelle raison, le petit était attiré par lui. Il ne compté plus les heures que Ryû avait passé à observer son corps à moitié nus de long en large, toujours cette lueur malsaine au fond des yeux. Quelque part, c'est logique. Ryû est SM, et lui, à un corps remplis de cicatrice. Quoi de plus excitant? Il frissonne doucement. On ne peu pas vraiment appelé sa de "l'amour". Ce n'est pas comme dans les films. Le blond se contenté de parcourir son corps de ses doigts d'un air avide. Jamais il ne sont allé plus loin. La raison? L'extrême timidité de Arata. Son coté fleur bleu qui le fait encore croire au prince charmant et aussi... Le respect et l'envie de protégé Ryû. Il cligne des yeux. Pensé à tout sa n'est pas vraiment bon.

- Mon air blasé sans doute. Ou mon manque de conversation.

Il est plus probable que se soir la réponse 2. C'est vraiment quelque chose qu'il doit corrigé, mais il n'y arrive pas. Parler le fatigue, surtout quand il n'a rien à dire. Malheureusement, tout le monde aime les gens qui parle, il ne peu pas le nier, c'est ce qu'il préfère ! Il souris doucement en regardant Tatsuya. Lui ne doit pas avoir de problème de se coté la. Son sex appeal dégouline de tout les pore de sa peau ! Mais ce que Arata préfère chez lui, reste se petit air mignon est gamin qu'il a face à des choses banale. Comme sa réaction devant la terrasse ou son amour du chocolat.


- Non sa va. Je dors la journée, mes cours ne commencent qu'à partir de 14h30. A mon arrivé à Tokyô c'était dur, un autre rythme quoi, mais je me suis habitué, ne t'en fait pas, tu ne me retiens pas, je suis du genre à partir si je veux partir.

Halala. Se coté "je me prend pas la tête". Il secoue le chocolat doucement, portant encore des fruits à sa bouche. C'était si bon! Il devrait faire sa plus souvent! Ou pas... Il finirait par devenir obèse. Pas que devenir gros le dérange, non, juste qu'il se connait : la flemme de racheter des fringues.

"Oh, je crois que je peux très bien imaginer." il s'apprète à répliquer quelque chose, quand il sent des doigts fin contre sa joue. Il frissonne d'un coup, que? Ses joues s'empourpre à la vitesse de la lumière devant le clin d'oeil de Tatsuya. Si... Subjectif. Il passe une main dans ses cheveux, un peu gauche, ne trouvant plus ses mots... Et sa fourchette!


- Ha !! Chikusho...

Il plonge de justesse sa main pour rattraper la fondu. Ses joues le brule. Il lève un regard mi choqué à Tatsuya. Après tout, il n'a pas l'habitude qu'on lui face se genre de chose. Il ne sait pas trop bien comment réagir. Ho bien sur, sa lui est déjà arrivé, mais à chaque fois c'était soit des femmes totalement saoul au bar, soit des hommes pervers. Face à quelqu'un d'aussi beau que Tatsuya, il perd tout ses moyens. Son coeur bat un peu vite la. Il décide de passer à la solution lâche. Le changement de sujet. ... Mais face au regard de Tatsuya, c'est plutot dur. Il souris doucement, et tente de se ressaisir. Peine perdu, il doit être encore plus rouge que la tours de tokyô la nuit. Allé ! courage! aligne un mot! Sauve ta dignité oppa !


- ... Banane ! Tu voudra le dernier morceau de banane ou je peu le prendre?

Bravo Arata. Très spirituel. Et tu te demande encore pourquoi tu es célib' ? hm hm.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Mar 25 Mai - 23:18

Tatsuya fronce les sourcils. Pas de chance avec les hommes ? Mais va-t-il aux bons endroits aussi ? Il est sûr que s'il le suit dans ses virées nocturnes, il trouverait pas mal d'hommes à qui il plairait. Enfin bon, le physique ne fait pas tout, ça aussi il a tendance à l'oublier.

-Hum, tu sais, parfois, c'est pas plus mal d'être avec quelqu'un qui ne parle pas. C'est reposant. Pas comme les gens du même genre que Ryu. De vrais moulins à paroles, on a l'impression qu'on ne peut jamais les arrêter !

Il penche légèrement sa tête sur le côté. Mais, n'est-il pas comme ça lui aussi ? Il a l'impression de parler beaucoup, même si ce n'est pour ne pas dire grand chose.

-Enfin, je ne suis pas peut-être le mieux placé pour dire ça. Les grandes histoires d'amour avec tendresse et passion, je connais pas...

Non, son 'rêve' de Pretty Woman gay ne s'est pas encore réalisé. Et pour être tout à fait lucide, les probabilités pour qu'il se réalise doivent tourner autour de zéro. Oho, on dirait qu'il l'a choqué. Il fallait s'y attendre, son colocataire n'est pas vraiment le genre à être une 'marie couche toi là'. D'ailleurs, ne vient-il pas de le lui dire ? Il sourit, amusé, devant l'attitude de l'homme. Il est complètement déstabilisé. Mais au moins, il ne s'enfuit pas pour s'enfermer dans sa chambre, c'est déjà ça. Il s'imagine mal devoir s'excuser pour son comportement à travers la porte, et ce dès le premier jour ! Il acquiesce à sa question, tout en se prenant une cigarette, tant pis pour son porte monnaie. Il retardera un peu un achat moins important. Il tend le paquet à Arata.

-Prends en une, faut que tu te détendes chéri.

Il repose le paquet et s'empare de son briquet pour allumer sa clope. Il s'allonge tout en recrachant une bouffée fine. Il regarde quelques instants le ciel avant de fermer les yeux, soupirant d'aise. Il repense à la réaction du jeune homme quelques minutes avant et rigole doucement. Il aime vraiment jouer de son charme ainsi. C'est toujours amusant de déstabiliser les gens et c'est si facile avec lui. Il sent qu'il va en user souvent. Quoique, il va vite devenir las. Trop facile pour lui. Ryu, c'est déjà un plus gros morceau. On sent que lui aussi à de l'expérience dans ce domaine. En même temps, c'est normal, il est payé pour faire le gentil petit garçon innocent, alors que dans le même temps, on lui demande d'être expérimenté. Les clients sont vraiment tous des connards finis et idiots. Il rouvre les yeux et tourne la tête vers Arata. Il le l'épie doucement, regardant ses gestes. Le rouge a fini par se dissiper sur ses joues. Il aurait du compter le nombre de fois qu'il avait réussit à lui faire prendre une jolie teinte dans le court laps de temps qu'ils ont eu ensemble. Cela ne fait même pas 24h qu'ils se connaissent... Moins de 12h ? Il est trop fatigué pour calculer. Pourtant, il a l'impression que cela fait plusieurs mois qu'ils sont colocataires, et que cette fondue serait devenue une sorte de rituel entre eux. Il le deviendra, pas trop souvent non plus, mais de temps en temps. Pas question de perdre sa beauté, même pour du chocolat ! Et sa beauté passe par la minceur ! A vrai dire, il n'a jamais vraiment su s'il a un métabolisme lui permettant de se goinfrer. Il n'a jamais osé tenter, de peur de tout prendre d'un coup. Quoique, cela lui est déjà arrivé de faire des crises de boulimies, ces soirs où il se sentait si mal qu'il ne voulait plus être lui, il voulait devenir laid, laid, laid, ne plus attirer ces vieux pervers, et crever car privé de tout revenu. Mais la lucidité et l'orgueil revenaient toujours assez vite pour qu'il aille se faire vomir au-dessus de la cuvette. Il est Tatsuya, et il est beau. C'est son principal atout, il ne peut le gâcher aussi bêtement, juste parce qu'un client a été un peu plus horrible que d'habitude.

Dans un coin de sa tête, il espère toujours pouvoir utiliser cette beauté à des fins plus correctes, moins dégradantes pour son corps. Mannequin ? C'est trop tard pour penser à une telle carrière, il est beaucoup trop vieux pour commencer maintenant, c'est jeune que ce genre de book se construisent. Mais photographe de mode, pourquoi pas ? Devenir photographe professionnel, être de toutes les soirées, devenir une icône, un modèle pour des jeunes. Ah, il se prend encore à rêver. Jusqu'ici, son rêve était d'avoir une terrasse, il doit s'en trouver un nouveau à présent. Il ne doit pas viser si haut. Hum, peut-être se trouver un copain ? Autant vouloir changer de métier ! Quel genre d'homme voudrait sortir avec un prostitué ? A moins de mentir, c'est sans espoir. C'est pour cela que lorsqu'il sort et drague, ce ne sont que de simples plans culs. Il ne cherche même pas à les connaître. Juste de la bonne baise, gratuite, pour se sentir un peu normal. Mais une personne dite 'normale' agissant ainsi, n'est-elle pas traitée de salope ? Et au final, n'est-ce pas revenir à sa condition de prostitué ? La cigarette diminue, son regard est toujours posé sur son colocataire. En réalité, une question lui brule les lèvres... Tant pis, au risque de se le mettre à dos définitivement, il ose.

-Comment deux personnes aussi différentes que toi et Ryu peuvent être d'aussi bons amis ?

-------------------
pouah, record de vitesse pour taille égale là jcrois, jcommence à reprendre la main
mais maintenant, dodo !!!!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Ven 4 Juin - 22:17

Arata acquiesces. Des moulins à paroles, il en a rencontré des tonnes... Et, malgré ce que pense les gens généralement, quelqu'un d'aussi silencieux que lui aime foncièrement les gens bavard. Les piplettes, les gens capables de parler de dizaines de sujets en même temps... C'est comme de la musique au orreilles du brun. Et puis, il préfère quand les gens peuvent parler pour deux, vue qu'il ne parle pas beaucoup, sa lui donne l'impression de participer à la conversation. Il souris. Ryû doit être le numero 1 de tout les bavards. Surtout avec son grand jeu du "pourquoi". 4 ans d'âge mental.

Il mange rapidement, de stress surement. Tente de se calmer, sa marche, peut être, surement même, l'air de la nuit. Il cligne des yeux, oui, Tatsuya à raison. Il fouille dans ses poches et en ressort un paquet à moitié écrasé. Un miracle que les cigarettes à l'intérieure ne soit pas casser. Il en allume une rapidement, et la porte à ses lèvres en soupirant d'aise. La nicotine... C'est divinement mauvais. Il recrache sa fumé doucement, en remuant lentement le chocolat.


- Tu es encore jeune. Qui sais, peut être que demain une grande histoire d'amour pleine de tendresse te tombera dessus ?

Il remue encore le chocolat, avant de tremper de ses doigts un morceaux de melon. Il porte le tout à sa bouche, grimaçant un peu du mélange sucre/clope. Mais bon. Il regarde en face de lui, les lumières de Bukuro s'illumine de mille feu. Il vois déjà la fontaine pleine de couleur, les groupes de danse, les salary man bourré cherchant un salon de massage pas chère... Les gyaru a la recherche d'un client... Ryu peut être aussi? Il tourne sa cigarette entre ses doigts avant d'en tirer une nouvelle bouffé... Qu'il recrache aussi tôt. Il ne s'attendait pas à une question comme sa. Vraiment, Tatsuya est décidé à le tuer ce soir ?

Comment ? Il se mord un peu la lèvre, les yeux dans le vague. Comment? Bonne question. Après tout, ils sont au antipode l'un et l'autre. Alors quoi? Ils passent leurs journée à s'insulter, et pourtant, il ne coupe pas les ponts, alors quoi? Il suffit qu'il cligne des yeux pour voir le corps frèle de Ryû. Ses yeux noyer de larmes, sont corps tremblant, désemparé... Et cette simple image excuse tout. Elle veux tout dire aussi... Sous la couche de vernis, lui et le blond sont exactement pareil.

- Nous avons les mêmes cicatrices, les mêmes sentiments, et une grande partie du passé en commun... Il sait, et je sais des choses sur lui que la plus part des gens... Il fait une pause, ses yeux s'assombrissant doucement. Que la plus part des gens rejette? Ont peur ? Déteste ? Ceux sont des marginaux après tout.Dans cette parfaite société... Il secoue la tête .... Bref, je suppose que ce genre de chose, sa crée des liens. Même si je le voulais, je ne pourrais pas me séparer de lui. Il fait partie de ses gens... Qui te comprenne d'un regard tu comprend? Dans notre ville natale, à Chiba, c'est rare à trouver... Alors je pense qu'on était destiné. C'est stupide non? De croire à des choses comme le destin.

Il tire une nouvelle fois sur sa cigarette, son coeur est calme. Il a parler pour les 10 prochain jours au moins ! Mais bon, ce n'est pas comme si il a a rentrer dans les détails, juste, dire la vérité. Il plante ses yeux dans ceux du blond, assis comme sa, il ne fait vraiment pas son âge. Arata souris en coin, qui pourrais croire qu'il fait se genre de métier? Il a l'air si doux, gentil, tout sa émane de lui, que du bien. Comment fait il pour supporter tout sa? Mais bon, ce n'est pas le genre de question que l'on peu poser, alors il se contente de l'observer un moment, avant d'attraper un fruit au hasard.


- Tu es gentil. Fait gaffe à Ryû ok? Et à toi aussi.


Sans rien dire de plus, il avale son fruit. Ce n'est pas un début de conversation. Juste une constatation. Il lève un sourcil. Tout en baillant. La fatigue le rattrape un peu. Il frotte son oeil d'un air absent.

- Demain tu veux que je te rapporte quelque chose en rentrant des cours?

Il pense déjà à ce qu'il pourrait préparer ou faire... C'est si... Bien d'avoir quelqu'un chez sois. C'est comme dans les séries télé. Quelqu'un qui vous attend, qui vous accueille avec le sourire, avec qui partagé ses repas, ses bon moments de la journée... Oui.

--------------

voilà voilà ! è_é curieux tatsu va!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm Invité;

MessageSujet: Re: Emménagement   Ven 4 Juin - 23:12

Il lève les yeux vers son colocataire en faisant une moue peu convaincue.

-Tu en connais beaucoup toi, des mecs qui accepteraient que leur copain soit une pute ? Et puis, le mensonge, ça devient fatigant à force dans ce genre de relation. Crois moi, mieux vaut se contenter de plan cul. Beaucoup moins compliqué, beaucoup moins crevant...

Mais beaucoup moins satisfaisant aussi. Finalement, il ne l'a pas froissé, il lui répond même. Cependant, la réponse le fait réfléchir...

Les mêmes... Cicatrices ? Hum, bien sûr il se doute que la vie de Ryu n'a pas été rose, comment en serait-il arrivé là sinon ? Il n'est pas comme ces lycéennes qui pratiquent l'enjokosai pour pouvoir se payer des fringues de luxe. Non, il y a autre chose. Il ne sait pas encore quoi, il finira sans doute par le savoir... Mais Arata ? Lui semble si 'normal' ? D'accord, il est timide et d'après lui peu sociable. Mais après tout, il n'a pas cessé de lui faire la conversation, et même s'il n'a pas le débit de Ryu, il n'est pas aussi silencieux qu'il semblait le dire. Quelles cicatrices pourrait-il porter ? Tatsuya est plongé dans ses réflexions, essayant de deviner quel passé a pu les relier. A la fin, il n'a toujours pas de réponses, et poser la question serait vraiment trop indiscret. Il sent bien que l'autre ne veut pas trop se dévoiler. Après tout, il ne se connaisse pas depuis longtemps, c'est normal de vouloir garder son intimité. Il soupire en écrasant son mégot. Déjà finie.

Il fronce les sourcils. Pourquoi dit-il cela en plein milieu de tout ? Gentil ? Cela n'est pas ce qu'on lui donne comme qualité d'habitude. A moins que ça ne soit dans un jeu sexuel bizarre d'un client qui le traiterait de gentil garçon... Vraiment différent. Attention à Ryu ? Pourquoi devrait-il avoir peur d'un gamin comme lui ? Oh, bien sûr il se doute bien qu'il n'est pas l'ange qu'il aimerait que l'on voit en lui, qu'il est sûrement manipulateur, ils sont obligés de l'être dans ce métier, mais lui aussi à de l'expérience là-dedans. Pour l'instant, il y a d'autres personnes envers qui il doit être plus méfiant.

-Bof, moi tu sais... Il n'y a plus grand chose pour me faire peur... Et puis, je suis sous une bonne protection... La sécurité de l'emploi on pourrait appeler ça.

Il rigole, amer. Oui, après tout il n'est pas travailleur à son compte. Et même s'il ne voit jamais le grand boss, il sait très bien à qui il doit le respect, et son job. Et il sait que ce n'est pas rare que des hommes le suivent, discrètement, caché dans les coins. Il n'aime jamais sentir leur présence. Cela veut dire que ses supérieurs ont moins confiance dans le client qu'il va voir, qu'il y a plus de risques pour que leur « marchandise » soit abimée. Il réfléchit quelques instants.

-Hum, tu n'auras qu'à faire ce que tu veux, ce que tu aimes, je ne suis pas très difficile, tant que c'est bien cuisiné. Je crois que je n'ai pas à m'en faire de ce côté là !

Il baille tout en s'étirant. Il est exténué. Mais il doit encore aller prendre sa douche et se démaquiller. Il ne peut se coucher tout de suite, il souillerait ses draps avec cette odeur acre de la perversion. Il slève et attrape ses bas qu'il a enlevé quelques temps auparavant, avant de regarder l'homme.

-Je vais aller prendre une douche, et après, au lit ! Tu n'as qu'à laisser ça là, je débarrasserai. Après tout, je peux bien faire quelque chose, déjà que tu fais la cuisine !

Il sourit avant d'aller dans sa chambre récupérer quelques affaires. Un fois dans la salle de bain, il se démaquille doucement. Dans ces moments là, il voit toujours la scène finale du film des Liaisons Dangereuses. Il se trouve vraiment proche de cette libertine qui enlève son masque. Lui aussi enlève le sien, enlevant ce qui fait qu'il ressemble à une créature de la nuit. Puis, il se déshabille et se glisse sous la douche, laissant ses muscles se détendre sous l'effet de l'eau. Il adore cette sensation. C'est comme si l'eau en entrant au contact de sa peau le débarrassait de toute cette saleté, cette vie nocturne qu'il a du subir. Il change totalement, et devient lui-même. Plus seulement une pute que l'on paye pour se faire du bien. Mais une vraie personne, qui pourrait se fondre dans la masse. Mais le moment arrive toujours de devoir quitter l'eau chaude et retrouver le carrelage froid. Il enfile un t-shirt mais reste en boxer. Après tout, il l'a vu en « tenue de travail » et cuisses nues, cela ne change pas tellement. Et puis, si cela le gène, il n'aura qu'à le dire. Après avoir vérifié qu'il est bien propre et qu'il n'a oublié aucun des nombreux soins qu'il s'applique sur le corps pour conserver cette beauté, il sort pour rejoindre le salon. Aller, une nouvelle journée de passer. Il va profiter d'un lit bien confortable ce soir. D'ailleurs, il n'a qu'une envie, c'est se plonger dedans. Il compte donc vite débarrasser les affaires, dire au revoir à son colocataire et se glisser sous les draps frais.

------------------
Le bac approche, même dans le rp, je glisse mes révisions ç_ç
Revenir en haut Aller en bas


I'm Contenu sponsorisé;

MessageSujet: Re: Emménagement   

Revenir en haut Aller en bas
 

Emménagement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kusha Kusha :: Back to LIFE :: Sujets Terminés ou abandonnés-